Naroda

Un article de Ideopedia.

La Naroda ou Confédération Narodique (en Tatsique Naroda [nɐrʊˡda], Zamskit Naroda [zɐmskit nɐrʊda] ou Obsovoz Narodku [ʊbsʊwoz nɐrʊdku]) est un état confédéré situé sur la planète Zapomna, un univers virtuel créé par Nikura � la fin des années 1980. Il s'agit d'un pays de taille importante, qui compte parmi les premières puissances de son monde.

NB: Nombre d'appellations locales de la Naroda, sont comme les mots tatsiques, issues de noms déj� existant en d'autres langues de notre monde. Il est donc important de ne pas les confondre avec leurs équivalents originaux.


  • Fiche technique
    • Capitale : Zara
    • Langue officielle : Tatsique
    • Nom officiel : Confédération Narodique (Obsovoz Narodku ou Obsovoz Zamskit Narodku)
    • Forme d'État : Confédération, Union d'États Confédérés
    • Nombre d'États : 85
    • Devise : "Kig Naroda. Mnogo Narodu tä." (Une Nation. Plusieurs Peuples.)
    • Monnaie : Dinar Narodique (mais d'autres devises sont aussi en usage selon les États)
    • Superficie : 872 700 Km²
    • Population : 97 672 220 h. (Narodiens)
    • Densité : 111,9 h./Km²
    • IDH : 0.955
    • Calendrier en usage : Calendrier Narodique
    • Religion dominante : Fort athéisme avec pratique du culte Vratnite ou une forme de Bouddhisme ; Catholicisme, Islam, Judaïsme
    • Ethnie majoritaire : Tats (Tażg ou, au pluriel Tażrtä)
    • Langues reconnues : Toute langue officielle dans cinq états ou plus est co-officielle au sein de la Confédération, de plus(soit cinq langues, Bucovien, Digorien, Khat, Narte et Valois), une vingtaine d'autres langues sont co-officielles dans certains États et une autre quinzaine de langues et dialectes ont un statut de protection.
    • Fête nationale : le mini mois appelé Nartbotä (au milieu de l'été), correspond � 4/5 jours de fête dans tout le pays (les Nartbotä étaient autrefois une sorte de pow-wow réunissant toutes les ethnies de Naroda dans la ville de ).

Sommaire

Géographie

Le territoire de la Naroda est géographiquement varié et s'étend sur quelques 872 700 Km². Son climat est essentiellement de type méditerranéen-aride tendant vers tropical, allant de grands plateaux désertiques � de riches plaines fertiles en passant par d'arides régions montagneuses. La côte orientale est partagée au nord par le Détroit de Sörsz ou de Told et l'entrée de la mer du même nom. Ce détroit est composé de deux péninsules et d'une grande île (Otočok) scindant une petite mer parsemée d'une multitude d'autres îles et îlots. Vers le sud, la côte descend sur plus de mille kilomètres jusqu'� la péninsule de Tbils. La côte orientale est une grande plaine fertile et relativement humide, irriguée de nombreux cours d'eau descendant vers l'Océan des Ombres (Umor Xladovu).

La côte sud ressemble de près � l'orientale, � la différence qu'elle est montagneuse, sauf � l'extrême sud, après la ville de Varne et le delta du Dunave, où le désert de Bukov vient se perdre dans la mer. Le désert de Bukov est le plus grand de tout le pays, et s'étend sur une superficie de plus de 250 000 Km² (si l'on y inclut le petit désert de Dacie), soit plus d'un quart du pays. Il s'agit d'un désert relativement petit si l'on considère celui de Kara situé plus � l'Est et hors de Naroda. Il est limité de toutes parts par deux importants massifs montagneux : le Caucase tout au sud et le Tatra au nord. Il s'agit néanmoins d'un désert relativement hospitalier et fort habité si l'on considère le fait que le fleuve Drave qui le traverse d'ouest en est constitue la principale source d'alimentation en eau de toute la zone.

La partie centrale du pays est partagée entre, � l'ouest, la région montagneuse du Tatra, dont la région principale, la Gorgorie est une immense zone de forêts de pins se terminant dans la vallée du Dunave, qui la sépare du petit désert de Dacie évoqué plus haut. Ce dernier est un haut plateau aride percé de vallées fertiles habitées depuis des millénaires. Considérant que la ville de Zara se trouve � la limite entre ce désert et le massif montagneux du Dinara, le principal du pays et, le début de la plaine côtière, nous avons une capitale sise dans un contexte géographique triplement varié. Plus au Nord, la vallée du Dunave se sépare en de nombreux bras qui se perdent dans les montagnes du Dinara qui coupent sensiblement le pays depuis le détroit de Told au nord-est, jusqu'aux limites du désert du Bukov au sud-ouest, bien que son nom ne change en Tatra dans la partie la plus occidentale.

Ainsi le nord du pays est fort montagneux, notamment vers l'est, dans la région khatique. Les montagnes ne rejoignent pas la mer au nord-ouest car s'y trouve la plus grande plaine du pays, qui donne sur la Mer de Told, il s'agit de la Plaine Scythique (Skitopola). Il s'agit d'une ancienne zone immense de marécages et de lacs, qui fut petit � petit conquise par les hommes. Aujourd'hui, malgré quelques zones marécageuses préservées, la plaine est remplie de champs et de canaux d'irrigation, faisant d'elle la première région agricole. Dans sa partie orientale (une zone conquise par des colons français au XVIº siècle et appelée la Nouvelle-France), se trouve également le poumon industriel du pays. Le nord est aussi largement la partie la plus peuplée du pays.

La Naroda possède également quelques territoires en dehors de ses frontières, notamment l'État d'Obotie, situé � 300 Km au nord. Il s'agit d'une région montagneuse où migrèrent au XVº siècle, de nombreux habitants d'origine tats (issus de la tribu Tashkor) qui décidèrent d'être rattachés � leur mère patrie lorsqu'ils obtinrent l'indépendance il y a une dixaine d'années. La Naroda possède également cinq comptoirs ou protectorats établis de par le monde.

Démographie

La Confédération de Naroda compte quelques 97 672 220 habitants. Environ 60% de la population vit dans le nord ou centre nord du pays, le sud étant majoritairement plus aride que le nord. Les régions les plus densément peuplées se trouvent dans la Skitopola au nord-ouest, dans la région du Haut Dunave, c'est � dire Zara-Zrin-Varażdin, ainsi que, dans les plaines côtières de l'est. Près de 70% de population vit en zone urbaine. La géographie du pays favorise les grandes agglomérations plutôt que les petits villages. Cependant, la société étant encore fort marquée par les anciennes divisions tribales, il existe encore d'importants pôles ruraux, notamment dans les zones de montagne.

La majorité de la population de Naroda est de type métissé asiatique-européen, présentant une variété comparable � celle d'Afghanistan. Le type physique tatsique correspond � un métissage de traits asiatiques orientaux � des traits européens de type méditerranéen médio-oriental : peau mate, cheveux sombres n'excluant pas quelques blonds-châtains, yeux légèrement bridés et de couleurs variées, taille moyennement haute et pilosité moyenne.

La Naroda compte un grand nombre d'étrangers. L'immigration y est en explosion depuis une quinzaine d'année et d'importantes communautés étrangères y sont établies et intégrées dans la majorité des états de l'Union. Leur nombre est estimé selon les derniers sondages � plus de sept millions dont la moitié bééficient de la nationalité narodienne. Près de la moitié des non-naturalisés ont déj� reçu la nationalité de l'État où ils résident, l'autre moitié étant généralement en attente de l'une ou des deux. La loi narodienne naturalise un étranger après une moyenne de cinq ans de résidence et services.

Principales villes

Principales agglomérations de Naroda :

Voir aussi : Villes de Naroda


Toponymie

La toponymie de la Naroda est très marquée par la construction de la langue qui lui est parallèle. Les noms de lieux sont directement puisés dans ceux qui existent sur la Terre. Aussi faut-il toujours distinguer les noms utilisés dans la fiction de ceux qui existent vraiment car si l'on mélangeait les deux on pourrait observer d'importantes parts d'illogisme et d'irréalisme. Ces noms sont empruntés � différentes régions, majoritairement situées en Europe de l'Est et en Asie.

Voir l'article détaillé : Toponymie de Naroda


Histoire

Voir l'article détaillé : Histoire de Naroda


Langues

Voir l'article détaillé: Langues Narodiques

À côté de sa langue officielle et vernaculaire, le Tatsique, la Naroda compte de nombreuses langues dont la majorité se rattache � la famille narodique, issue des parlers apportés par des Scythes (donc originellement iraniens) métissés par la suite avec d'autres langues (slaves majoritairement).

Si la langue de la Nation est le Tatsique, cinq autres langues sont co-officielles (Bucovien, Digorien, Khat, Narte et Valois), parce que reconnues dans cinq états ou plus. Une vingtaine d'autres langues sont co-officielles dans certains États et une autre quinzaine de langues et dialectes ont un statut de protection.


Institutions

Voir aussi : Liste des États de Naroda

La Confédération Narodique ou Naroda est une union d'États indépendants qui remonte � une époque fort reculée où les différentes communautés tribales du territoire furent unies sous un même drapeau par le puissant Royaume de Zara. Afin de respecter les différentes identités de chaque peuple, une large autonomie leur fut octroyée. Quelques siècles plus tard, ce grand royaume subit un changement politique radical qui en fit un État confédéré connu sous le nom de République (Pospolitka). Ce régime, malgré quelques périodes de turbulence, perdure depuis plus d'un millénaire.

Le pouvoir central établi � la capitale Zara se compose d'un Parlement composé de deux chambres et d'un Bureau Politique (ou Politburot). Le premier se compose de représentants de chaque État, élus au suffrage universel en nombre proportionnel � la population de leur nation, qui est chargé du pouvoir législatif. Il se compose d'un Sénat et du Conseil des Peuples. Le ureau Politique enfin, équivaut � une sorte de gouvernement central qui est responsable du pouvoir exécutif et de la bonne entente entre tous les gouvernements des États membres. De fréquentes réunions ont lieu entre les membres du gouvernement central et ceux des gouvernements nationaux.

Le Politburot est dirigé par un président et cinq vice-présidents élus au suffrage universel direct pour une durée de quatre ans renouvelable par tiers (deux tous les deux ans). Le Président du Politburot est également le Chef d'État de la Confédération. Celui-ci est donc chargé de représenter les intérêts de l'Union auprès des autres pays.

En effet, chaque État possède ensuite ses propres institutions, lois et organisation interne et agit � sa façon, pourvu qu'il accomplisse les directives définies par le pouvoir central. Chaque État peut également posséder sa propre monnaie aux côtés de la monnaie fédérale, le Dinar Narodique. Il existe en outre, une nomenclature qui définit plusieurs types d'États : républiques (pospolitka), royaumes (zamkrol), principautés (vodvod), duchés (skoroċ), comtés (kral), états libres (zlobżaxad), communautés (spovočnoċ), évéchés (bskupuċv), collectivité (zborovnota) etc. dont certains s'unissent entre eux pour former de mini unions économiques internes ou confédérations (zakralovar).

Si les différents États sont indépendants, ils ne doivent pas moins respecter quelques règles générales, définies par le pouvoir central. Ce dernier répartit les fonds communs dans les différents États en fonction de leur participation au bon fonctionnement de l'Union. Ainsi, les États ne recoivent rien sans donner eux-même (en des termes plus simples, chaque État paie son indépendance au moyen d'un impôt annuel, le kung), et s'il existe bien des financements basiques distribués par le pouvoir central (santé, enseignement ou énergie par exemple), d'autres domaines dépendent directement des États eux-mêmes (police, services téléphoniques). Il n'existe sur le plan militaire, qu'un seul corps d'armée professionnel, le Narodovsad, celui de la Confédération, dont chaque citoyen homme ou femme est appelé � vingt ans, � effectuer un mini-service de vingt jours. De nombreuses modalités de carrière militaire existent.

Si l'armée confédérale de Naroda est active, il n'en reste pas moins que le pays fut totalement désarmé en 1972. Le projet de démilitarisation ne tint pas pied car l'opinion publique se montra en faveur de la conservation de son corps militaire, avant tout au service de la nation. Cependant, dans l'élan de démocratisation que connut le pays entre 1969 et le début des années 1980, la totalité des armes ont été rendues par leurs propriétaires (� l'exception d'armes de chasse ou de collection par exemple). Si le trafic d'armes exista jusqu'� la moitié des années 1990, il a aujourd'hui été totalement vaincu semble-t-il. La Naroda, malgré son statut de pays permissif et de débauche bénéficie donc d'un des taux de délinquence des plus bas du monde. Le pays est riche et son opulence est distribuée de façon � ce que toutes les classes de la population en bénéficient au mieux... Cela semble utopique mais c'est vrai !


Économie

Industries & Technologies

L'économie de la Naroda est variée et relativement prospère, notamment depuis quelques décennies grâce � la production de pétrole (kamżbug) de la Bucovie qui permit au pays de s'enrichir � une vitesse importante suite aux périodes de troubles du début du XXème siècle. Le pétrole produit est rafiné � Varna avant d'être distribué par mer ou par oléoduc dans les différentes régions du pays comme � l'étranger (la Naroda en est le troisième producteur). Côté hydrocarbures, la Naroda produit également un gaz naturel d'excellente qualité, notamment dans les régions du sud-est et en Dacie. L'industrie fut développée de façon notoire lors de la période communiste, notamment en Nouvelle-France, sur la côte subkhatique et en Novodvode. L'exode massif de populations venues du sud qui eut lieu � l'époque est la cause de la surpopulation de certaines zones du nord par opposition au sud, mais ce phénomème tend � s'inverser avec l'exploitation pétrolière bucovienne... Côté industries, la Naroda est très portée sur la métallurgie, déj� si importante � l'époque scythique. Si l'or (zlat) a de tous temps attiré les Tats qui ont toujours été de remarquables orphèvres, l'acier (stad) est de nos jours passé en première place, avec une notable exportation d'un métal de qualité optimale vers d'autres pays du monde.

Le gouvernement central de Naroda favorise depuis plusieurs années le développement des technologies de pointes, notamment autour de Zara et de nombreuses universités du pays sont aujourd'hui spécialisées dans ce domaine. Avec la fin du régime communiste, la nation dut également développer une politique d'aménagement du territoire qui amena � entreprendre d'importants travaux tels que, construction d'autoroutes, de ponts et viaducs, tunnels, barrages et autres lieux de résidence � grande échelle. Ces nombreux travaux engendrèrent un grand nombre d'emplois mais favorisèrent également la création d'entreprise pour mettre un terme au travaux collectifs dirigés par l'État. Le secteur des services s'est donc développé de façon imposante lors des trente-cinq dernières années, si bien que la majorité des travailleurs de Naroda vivent aujourd'hui du secteur tertiaire, notamment et surtout grâce au tourisme.

Agriculture

Sur le plan de l'agriculture, la Naroda connaît une certaine pointe agricole depuis plusieurs décennies, notamment dans la Skitopola, mais aussi en Novodvode et dans les plaines fertiles du littoral oriental. Toutes sortes de denrées sont produites, mais principalement du blé (xor) et du maïs (nratxop) sans oublier la production fruitière d'Osmorie ou encore la culture de l'olivier (żbugdrav) et des agrumes au sud. Enfin, la Naroda connue pour son amour de la débauche (kama), a toujours maintenu une tradition dans la culture du chanvre (), qu'il soit textile ou d'un autre genre. Cette culture, extrêmement répandue et développée de manière extravagante, notamment dans le centre du pays, est une importante source de revenu pour l'union, tout comme celle du pavot et la production d'opiacés, qui bien que fort réglementée par l'État (d'importantes cultures en Dacie) et reservée � la minorité Kurukh, fait de la Naroda le premier producteur mondial d'opiacés.

Tourisme

Le tourisme est en pleine explosion en Naroda depuis quelques années. Mais plusieurs types de tourismes y cohabitent. Il y a d'abord le tourisme lié au climat du pays, qui offre une quantité de soleil fort appréciée des voyageurs qui emplissent les plages de toutes les côtes du pays. Ensuite, nous trouvons le tourisme de type culturel, plutot porté par la visite des sites historiques et naturels du pays. Puis, dans le même ordre, vient le tourisme qui recherche la nature et les grands espaces, avide de treks dans les montagnes et déserts du pays. Enfin, le tourisme guidé par la tradition millénaire de débauche du pays, qu'une centaine d'année de régimes politiques autoritaires n'ont pas su éradiquer de la mentalité tatsique. Des hordes de touristes débaquent donc, majoritairement � Zara, la ville des fins plaisirs, goûter aux joies de sa vie nocturne et aux saveurs de ses mille et une sources de détente et d'amusement... Si cette situation fris parfois la beuverie, le Tats ne s'en sent pas choqué pour le moins du monde étant donné qu'il y participe activement.


Transports

Voir l'article : Transport depuis Zara


Culture

Art

Les Tats sont un peuple très porté sur la production artistique en tout genre et depuis les temps les plus immémoriaux. Que ce soit l'architecture, la peinture, la sculpture, l'orphèvrerie, la calligraphie, la littérature, la rhétorique, le théâtre, la poésie ou encore la chanson, la musique, la danse, ou pour des activités plus récentes, le cinéma. La Naroda regorge de musées, qu'ils soient dédiés aux temps anciens, ou bien � l'art moderne, les Tats possèdent leur style propre en tous domaines et ont toujours développé leurs habilités les plus fines. Les temps paisibles de la République correspondent � la période classique de l'Art narodique. Ce fut une période extrêmement riche et productive qui fixa les normes de base de l'Art du peuple Tats.

Gastronomie

Bons vivants, les Tats aiment manger. Leur gastronomie (gvobvod) est extêmement riche et variée, différente d'une région � l'autre et puisant inspiration en elle-même en combinant facilement les spécialités ou en s'en inspirant pour en créer de nouvelles.

L'aliment de base de la cuisine tatsique est incontestablement le blé (xor), qui constitue la principale culture du pays. Ainsi, les Tats consomment de nombreux plats � base de semoule de blé (du genre couscous, appelé šlax, et dont le plat nommé šlaxżk [ˡʃɫɒxʣyk] correspond au plat national de Naroda), mais également de nombreux types de pâtes (ċtova). À partir de ces deux aliments de base, la cuisine tatsique confectionne une multitude de sauces (masz) et d'accompagnements. En plus du blé, on trouve aussi de la semoule de maïs (bot) que l'on prépare pour devenir une sorte de polenta (kaš). D'autres céréales telles que le maïs (nratxop), l'orge (xřir) ou l'avoine (ovšz) sont également consommées.

Les légumes (povrč tä) sont également consommés en grand nombre, mais il faut signaler que la distinction entre fruit et légume est relativement floue dans la gastronomie tatsique, qui peut aisément insérer tout type de fruits (voč tä) dans une salade ou dans un ragoût. On consomme en Naroda, une quantité impressionante de cucurbitacés tels que la citrouille ou la courge (nasz ou konobul) mais aussi, des melons (zartong) ou des pastèques (xalbuz).

On consomme également beaucoup de pommes de terre (zamavoč), notamment dans des plats les combinant avec du fromage et de la viande. Le fromage (ċuxt ou xsir) justement, est une des spécialités les plus répandues en Naroda, puisqu'il s'agit d'un pays consommant beaucoup de lait (xošr), que ce soit de vache, de yack, de chèvre, de bouquetin, de mouflon, de brebis ou encore de chamelle. La Naroda peut aisément rivaliser avec les pays européens puisqu'elle propose � elle seule une diversité impressionante de fromages et dérivés tels que, fromages blancs ou frais (obxošr ou nxaxš), yaourts (kos), fromages coulants (zagošz), secs et vieillis (xsir), � croûte (tom), moisis (bru), cuits ou crus, de plusieurs (mnogoxošor) ou d'un seul lait (kigixošor), crèmes (smetnütä) et beurres (karak tä) etc.

La viande (żiża) est également fort appréciée, notamment l'agneau (baratk), le bœuf (govok) ou encore le cheval (box). Pour les gibiers, il s'agira de viandes aujourd'hui réservées � la grande cuisine mais les gastronomies rurales raffolent de certains animaux comme par exemple le bouquetin (tniš) ou le chamois (kozogor) qui abondent dans les montagnes. On aime � accompagner les plats � partir de gibier de sauces fortes, avec par exemple des châtaignes (tkašag) ou de la polenta (kaš). La volaille (domuptak) est également un met fort répandu, � signaler que la Zapomna offre une variété d'oiseaux parfois fort différents des nôtres. Les différents œufs (vko tä) sont donc fort consommés et cuisinés de nombreuses manières.

La cuisine se fait selon les cas, � base de beurre (karak), plutôt pour les viandes rouges ou d'huile (tal), d'olive (talżbug) ou de tournesol (vrtazbor).

La pâtisserie et les pains (ċot s'il s'agit de pains ronds et krux s'il s'agit de pains plats) sont également très consommés.

Sports

Les habitants de la Naroda sont de fervents sportifs. De nombreux sports (xra tä) sont pratiqués, parfois depuis plusieurs siècles, et les résultats obtenus lors de compétitions sportives internationales sont bien souvent plus que satisfaisants.

Ainsi sont populaires, pour les sports en équipe : le nogtop (football), le ċongtop (basketball) ou le ċonkraktop (sorte de rugby, mélange des deux précédents) mais aussi le żotop (baseball) ou le kulkop (sorte de tennis), pour ne citer que ceux qui ressemblent aux sports terriens, car on pourrait également parler du zirgobor, une séries d'activités équestres en équipe.

Pour les sports plus individuels, on pratique également le ski (kataċ) en hiver puisque le pays compte de nombreuses stations, mais toutes sortes d'autres activités de montagne tels que l'escalade (kampoč), le trekking (gorpoč), le canyoning ([ot]krkpoč) ou autres sports extrêmes, pour lesquels la Naroda est un véritable paradis. Le cyclisme (kotač) est également fort en vogue en Naroda, tout comme les sports de combat (nartcang, la lutte narte, kukug, la boxe tats ou krang, sorte de karaté), dont on peut dire que les Tats n'ont rien � envier aux Arts Martiaux tels que nous les connaissons sur Terre.


Sites importants � voir

  • Zara, la capitale (voir l'article détaillé sur la ville).
  • La ville de Lèh (Lä), centre religieux et historique, la cité des Sept-pics construite autour d'un lac volcanique.
  • L'ancienne cité d'Osetkovo, la capitale historique.
  • Les multiples villages fortifiés des montagnes, de Sarmatie jusqu'� Nat, avec leurs multitude de tours, typiques de l'architecture tatsique.
  • La magnifique cité de Zaraïdze et son Université.
  • Les vallées fertiles d'Amdonie, d'Avar, du Sikim et de Svanurie, avec leurs cités perles : Vrata, Amd, Patna...
  • Le Royaume de Zanskar et ses forteresses impénétrables.
  • La ville de Nat au pied du massif dinarique.
  • La Venise verte des marais de Dobroudja au nord-ouest.
  • Le Royaume des Bats et ses palais morbides.
  • Les fortresses des Khats construites au sommet des volcans.
  • Le Parc Botanique de l'État des Kurukhs.
  • Le port de Maxačkala.
  • La Baie de Zlata et le port, sur son promontoire au milieu de la mer.
  • Les archipels des Sninches et des Nivkhs et leurs atolls...
  • Les forêts de Gorgorie, les monastères perchés et la splendide ville d'Orconikizd.
  • Le Désert de Bukov traversé par la vallée du Drave.
  • La Côte d'Azur tatsique d'Islimie et la cité de Lażlo.
  • Les Gorges de l'Urutuk dans la massif du Kavkaz, au Sud.

Liens