Supplétion

Un article de Ideopedia.

(Différences entre les versions)
m (Idéolangues)
Version actuelle (20 juin 2020 à 22:19) (modifier) (défaire)
m
 
(Une révision intermédiaire masquée)
Ligne 15 : Ligne 15 :
::her aunts and uncles
::her aunts and uncles
::well, better, bad, worse.
::well, better, bad, worse.
-
::to go, I Went.''</i>
+
::to go, I went.''</i>
:[[Image:Russkiflag.jpg|20px]]
:[[Image:Russkiflag.jpg|20px]]
::чeлoвeк, люди.
::чeлoвeк, люди.
Ligne 21 : Ligne 21 :
==Idéolangues==
==Idéolangues==
-
Ce tour linguistique est diversement apprécié dans les langues, tant personnelles qu'à vocation internationale. Les supplétions de conjugaison semblent évitées à peu près partout, sauf peut-être dans des langues artistiques. Elles sont totalement éliminées en elko, en espéranto et en ido. Elles sont chassées autant que possible en aneuvien<ref>Même si on trouve quelque rare résistance, comme ''aau, ahwa''</ref>. Par contre, on trouve, au niveau lexical, en sambahsa ou en uropi, des attachements pour raisons étymologiques (indo-européen ou descendances).
+
Ce tour linguistique est diversement apprécié dans les langues, tant personnelles qu'à vocation internationale. Les supplétions de conjugaison semblent évitées à peu près partout, sauf peut-être dans des langues artistiques. Elles sont totalement éliminées en elko, en espéranto et en ido. Elles sont chassées autant que possible en aneuvien<ref>Même si on trouve quelque rare résistance, comme ''[[IDEO_ANV_Remarques_Ba#B.C3.A2iller|aau, ahwa]]''</ref>. Par contre, on trouve, au niveau lexical, en sambahsa (''brater/swes'') ou en uropi (''frat/sesta''), des attachements pour raisons étymologiques (indo-européen ou descendances).
==Source==
==Source==
Ligne 32 : Ligne 32 :
 +
[[Category:Dictionnaire_de_linguistique]]
[[Category:Grammaire]]
[[Category:Grammaire]]
[[Category:Vocabulaire]]
[[Category:Vocabulaire]]

Version actuelle

La supplétion est une irrégularité à la fois grammaticale et lexicale (genres de noms, comparatifs et superlatif d'adjectifs ou d'adverbes) ou bien purement grammaticale qui s'attaque au radical du mot lui-même.

Ainsi, on peut avoir, pour les noms :

un roi, une reine
un jars, une oie
une vache, un taureau
ses oncles et ses tantes
bon, meilleur, bien, mieux
il va, il alla, il ira.
a king, a queen
a cow, a bull
a tooth, somme teeth; a mouse, mice
her aunts and uncles
well, better, bad, worse.
to go, I went.
чeлoвeк, люди.

Idéolangues

Ce tour linguistique est diversement apprécié dans les langues, tant personnelles qu'à vocation internationale. Les supplétions de conjugaison semblent évitées à peu près partout, sauf peut-être dans des langues artistiques. Elles sont totalement éliminées en elko, en espéranto et en ido. Elles sont chassées autant que possible en aneuvien[1]. Par contre, on trouve, au niveau lexical, en sambahsa (brater/swes) ou en uropi (frat/sesta), des attachements pour raisons étymologiques (indo-européen ou descendances).

Source

Supplétion.


  1. Même si on trouve quelque rare résistance, comme aau, ahwa