Pérégrinisme

Un article de Ideopedia.

Un Pérégrinisme est un xénisme qui n'est utilisé que dans certaines circonstances (historiques, le plus souvent) et, ne peut pas être lexicalisé pour plusieurs raisons. Il fait partie intégrante exclusive le la vie d'un pays étranger. Certains pérégrinismes ont pourtant traversé les frontières et se sont arrêtés net. Ainsi en est-il du mot nomenklatura terme pourtant d'origine latine, passé par le français (nomenclature, autrement dit, un index d'articles nommés et répertoriés). une fois passé les frontières, il est devenu номенклатура, et, utilisé dans cette acception (haute société soviétique, puis russe), il s'est "localisé", ainsi, on ne parle jamais de nomenklatura britannique, portugaise ou française. Ce mot d'origine franco-latine est devenu exclusivement russe. D'autres mots ont eu une utilisation courante durant une très brève période (heureusement, en ce qui concerne certains d'entre eux, comme Herrenvolk ou Lebensraum ![1]).

Un terme comme "autostrade" (contemporain avec les premières autoroutes italiennes) est resté un emprunt tant que le kilométrage autoroutier français ne débordait pas du tunnel de S-Cloud au triangle de Rocquencourt. Dès lors que les autoroutes françaises ont commencé à se multiplier, le terme français "autoroute" s'est popularisé. Autostrade (du moins, dans les pays & régions qui ne sont pas italophones) est devenu un terme réservé aux historiens des transports routiers, quand ils parlent de de la politique d'essor technique, instituée par Mussolini dans les années '30.

On tâchera bien de ne pas confondre les pérégrinismes avec les termes de métier ou de sport d'origine étrangère. Un put, au golf, est considéré comme un emprunt tout-à-fait assimilé, dans n'importe quelle équipe de golf, y compris francophone.


Lien externe

Liste de pérégrinismes : loin d'être exhaustive : les termes sont en grosse majorité anglophones.

  1. Pourtant, le mot allemand Lebensraum n'est que la traduction du mot français "habitat", sans connotation politique particulière. Transposé sans aucune traduction dans un texte d'une autre langue, il évoque plutôt l'espace vital, "nécessaire" à l'expansion de la Race Aryenne, dans l'idéologie nazie.