Langue secrète

Un article de Ideopedia.

À la différence d'une langue auxiliaire dont la vocation est de faire parler le plus grand nombre de personnes possible, la langue secrète a plutôt une vocation inverse. La langue secrète est un peu à la linguistique ce que la cryptographie est à l'écriture. Le but étant de pouvoir se faire comprendre entre initiés sans être compris de l'extérieur.

Le premier motif de l'élaboration d'une langue secrète fut, bien sûr, la subsistance de minorités persécutées par le Pouvoir en place, quelle que fût la nature (politique, religieuse, etc...) de ladite persécution. Puis, ces langues sont simplement devenues des "signes de ralliement" de petites communautés.

Certains artifices linguistiques, au sein d'une communauté d'une langue donnée sont utilisés par des personnes en marge de la société (soit par rejet, soit volontairement) afin de pouvoir communiquer sans être comprises par telle autorité ou bien espion :

  • Louchébem (ou loucherbem)
  • Javanais
  • Verlan

D'autres utilisent des mots différents, complètement détournés de leur sens: Par exemple, pinceaux pour "pieds" en argot.

Enfin, certains corps de métiers (médecine, BTP, chemins de fer, police, politique) ont des mots & des formules bien à eux (jargons) pour exprimer une situation qu'on ne trouve pas forcément en dehors. Ainsi, défreiner, ne se trouvant pas dans un dictionnaire courant, consiste à desserrer tous les freins d'un train via le robinet de mécanicien (action pneumatique).

On trouve également des langues secrètes dans le cas d'œuvres purement fictives ; ainsi, le khuzdûl fut une langue "réservée" aux nains des récits de la Terre du Millieu (Tolkien). Le nadsat, dans l'Orange mécanique est, en fait, un argot de jeunes[1]voyous britanniques, fait d'une agglutination de mots russes & anglais et de formules imagées, un peu comme dans la plupart des argots ; du reste, en argot aneuvien, il existe un terme : verántordu dùnene[2]rylèntynene = responsable de(s) relations humaines, qui signifie, en fait "proxénète".


  1. "-nadsat" est la transcription latine de -надцать des nombres russes de 11 à 19, évoquant là, une tranche d'âge.
  2. Souvent compacté en verdùryl