IDEO ANV Remarques Cor

Un article de Ideopedia.

Sommaire

Cor

Horn : celui-ci, on le met à la bouche pour entonner une sonnerie ;
kalh : celui-là, quand on l'a au pied, on se retient de geindre... ou non.

Corbeau

Korav, c'est l'oiseau ;
oskrídu, c'est l'individu qui envoie des... poulets.
mensol, c'est une pièce de maçonnerie

Cordé

Kamòrfan est également la traduction de "cordiforme" ;
gotmòrfan rubut = lave cordée.

Corder

Igótes : c'est tresser en corde ;
Olgótes : c'est entourer de cordes ;
Gotmetàr : c'est mesurer avec une corde.

Corne

Ovaṅtỳrg = corne d'abondance
prymtỳrg = corne de brume.


Corps

Le corps (anatomie) se traduit par som, dans les autres cas (corps de métier, d'armée etc...) se traduit par korp.

Correcteur

Korgentor pour l'adjectif qualificatif ;
korgensent pour la machine ou le logiciel ;
korgendu pour la personne.

Correction

Korgentyn, le fait d'être correct, peut être adjoint de préfixes :

akòrgentyn concerne les modifications apportées à une épreuve.
elikòrgentyn, l'antonyme de korgentyn.
obkòrgentyn s'apparente à une mesure plus ou moins brutale pour réprimer ce qui peut être considéré (à tort ou à raison) pour une incorrection.

Correctionnel

Korgelékon pour l'adjectif qualificatif, toutefois, on a le mot :korgelékplas pour la traduction du syntagme "tribunal correctionnel", dont l'apocope korgelék est également disponible :
Da lorèda korgelékev = Il est passé en correctionnelle.

Corrigible

Akòrgendar dans son sens courant ;
obkòrgendar dans un sens plus rude.

Correspondance

Peut se dire epèstad (écrite) ou ruvínt (téléphonique, talkie-walkie, skype) ; sinon, on dira kart :

Eg mir mus àt kartes = Je vais manquer la correspondance.

Côte

La côte (montée) = kager
La côte (nervure) = kolt
La côte (os du thorax) = riyp
La côte (littoral) = kost.

Côté

Le nom se dit làter

Tiyn rube lule à drexen làtrev. = Deux trous rouges au côté droit (A. Rimbaud)

La locution prépositive "à côté de" se dit làt et appelle l'accusatif, comme les prépositions ad (vers) et kœm (avec : comitatif).

Couche

Kàm, dans le sens de lit ;
plàk, dans le sens d'épaisseurs (superposées) ;
kaṅvet à l'usage des bébés.

Ka dæna partùrun. = Elle est morte en couches.

Coucher

Da lega ed neràpkaż aṅt stùdun àt lililils = Il a couché sa fille avant d'étudier le dossier.
Ka plaga es sed nekraukev en = Elle m'a couché sur son testament.
Le sens de gónleg est plus explicite qu'en français et indique clairement (-GO-) qu'il s'agit d'un rapport sexuel :
Ep or vel gónleg kœm es? = Voulez-vous coucher avec moi...?

Couguar

L'animal se dit pùma, pùmad au ♂, pùmak au féminin, les enfants se disent nexapùmar.
La femme (supposée mûre[1]) qui séduit les hommes plus jeunes qu'elle se dit juldærkad, de
ndak (le Œ est raccourci) : toute personne < 26 ans
syldær = séduire
kad.

Couler

Sàce, c'est la rivière qui coule.
Glœp, c'est le bateau (ou l'entreprise) qui coule.
Pasendar deave sàcer pœr es = Je coule des jours paisibles (les jours paisibles coulent pour moi).

Coup

àr dektin téke ilinòxen = les douze coups de minuit
ù slàg àt sărcen = Un coup du sort ;

tout dépend comment est porté le coup :

Pœnslag = coup de poing
Fœnclag = coup de pied
kàψlag = coup de tête
kuslag, kutek[2]= coup de coude
praslag = manchette.
Geven slàgs slàgs ob = rendre coup pour coup. /ˈçlɐçlɐgzˌɔb/ ; on tâchera de ne pas confondre.

Coupe

Ckùt, c'est le fait de couper (trancher) quelque chose, son résultat) ;
obkùt, c'est jouer un atout quand on n'a pas la couleur demandée ; se dit aussi pour "interrompre" ;
kœp, c'est une coupe à gagner : àt kœp àt moṅden = la coupe du monde.
ral, c'est une coupe (récipient creux).

Les verbes correspondant aux deux premières définitions sont les mêmes à l'infinitif.

Couple

Se dit toujours kœpel[3], que le sens soit mécanique, matrimonial ou autre...

Coupure

L'action de se couper (et son résultat) se dit ckùtys
Dans le sens de billet, se dit notys
Dans un journal, se dit prensys.

Cour

Une cour d'immeuble, ou de récréation... se dit plaréa.
Une cour de justice se dit legéa.
La cour (à quelqu'un) se dit roba.

Courbatu

Dolsòman n'est pas, par conséquent l'adjectif correspondant au verbe dolsòmin, lequel donne le participe dolsòminuna = corbaturé.

Courir

Klatàk, c'est se déplacer sur ses jambes en décollant de terre à chaque foulée ;
raase, c'est faire la course ;
goròbe, c'est fréquenter assidument ;
obòd, c'est au sens figuré.

Cours

Qursus pour un cours à l'école ;
ræmb pour la grande voie urbaine ;
sinon, sacet : àt sacet àt kulleten = le cours de la rivière.

Course

Raas dans le sens de "compétition"
raasbàjg = vélo de course.
Harmen (gén.circ. : harmetenv) dans le sens de "commission"
harmebàjg = vélo de courses
Prolu si on parle de l'espace de l'avance d'un dispositif.

Courtois

Le terme général est lolivon de (loot = bien, liven = vivre + suffixe on : celui qui vit bien, c'est-à-dire par respect pour autrui).
Robon se dit plutôt de quelqu'un qui cherche à plaire par des manières courtoises (sincères... ou non).

Coûter

Le verbe kotor est notamment utilisé au sens figuré et son complément sera à l'accusatif :
æt mir kotor tiyn cervooze ni os = Ça te coûtera deux bières.
Le verbe spænden (qu'on ne confondra pas avec spændes = dépenser) appelle, comme complément, une unité monétaire, dont le nom peut être aneuvisé et, par conséquent, déclinable :
æt spændena ternek eurose ni es = Ça m'a coûté trente euros.

Afin d'éviter une assonance disgracieuse (æt spænden spændon)[4], on préférera utiliser le verbe ere devant un adjectif : æt • spændon! = c'est cher !

Cousin

Contrairement à l'avocat, le redical kœsyn renvoie à un humain[5]. On prendra garde à prononcer le S ([s], éventuellement [ç] (dans pirkœsdak, par exemple), pas [z]).


Dans les mots agglutinés, kœsyn est tronqué et peut même perdre le son vocalique long:

Pirkœsdu _ germain
Kusnèrdu Petit-_
Opkœsdu _croisé
Imkœsdu _parallèle
Dvokœsdu _ issu de germain
Terkœsdu _ arrière-issu de germain
Nupkœsdu [nyp-] _ par alliance

Existent également des termes comme kuspárdu qui désignent des parents des cousins (arrière-)issus de germains et dont le terme équivalent n'existe pas en français.


Pour l'insecte, le mot est tipùl.

Couvrir

Se dit kówe quel qu'en soit le sens (propre, avec une couverture) ou figuré (couvrir une manœuvre, couvrir qqn d'affection etc...).

Cow-boy

Se dit en principe boovendak ; cow-boy n'est pas aneuvisé (indéclinable).


CON CR
Co C

  1. Selon le contexte : ce peut être également une jeune femme d'à peine plus de vingt ans séduisant des garçons tout juste adolescents.
  2. Tout dépend de l'intention : si c'est pour attirer l'attention, on utilisera kutek, sinon, on utilisera kuslag. Le D disparaît dans les deux cas.
  3. toutefois, en mécanique, on peut avoir le quasi-homonyme kœpĕl
  4. ... sauf un effet voulu
  5. Ou apparenté, comme dans cet exemple :
    Qupidoṅ, romen kœsyn Erosen.