IDEO ANV Accentuation

Un article de Ideopedia.

(Différences entre les versions)
m (Les mots dans la phrase)
Version actuelle (4 mai 2021 à 21:04) (modifier) (défaire)
m
 
(3 révisions intermédiaires masquées)
Ligne 19 : Ligne 19 :
Comme le préfixe n'est, en principe, jamais accentué, il est bien évident que si le radical n'est pas déjà pourvu d'un accent physique (aigu ou grave) ou bien d'un son vocalique long, l'adjonction d'un préfixe modifiera son orthographe par l'apparition d'un accent :
Comme le préfixe n'est, en principe, jamais accentué, il est bien évident que si le radical n'est pas déjà pourvu d'un accent physique (aigu ou grave) ou bien d'un son vocalique long, l'adjonction d'un préfixe modifiera son orthographe par l'apparition d'un accent :
-
:''Konsert'' = commun ; ''konsert'''eset''''' = communiste ; '''''aṅto'''k<font color=red>'''ò'''</font>nsert'''eset''''' = anticommuniste.
+
:''Konsert'' = commun ; ''konsert'''eset''''' = communiste ; '''''anto'''k<font color=red>'''ò'''</font>nsert'''eson''''' = anticommuniste.
:''Plut'' = riche (fortuné) ; ''ùt '''nech'''pl<font color=red>'''ú'''</font>tdu'' = un richard.
:''Plut'' = riche (fortuné) ; ''ùt '''nech'''pl<font color=red>'''ú'''</font>tdu'' = un richard.
-
:''Pyltet'' = pitié ; ''pylten'''dar''''' = pitoyable ; '''''elj<font color=darkred>at</font>'''p<font color=red>'''ý'''</font>ltendar'' = impitoyable (incapable de <font color=darkred>ressentir</font> la pitié. Il est bien vrai qu'"impitoyable" n'est pas le contraire de "pitoyable"!)
 
-
La plupart des suffixes ne sont, eux non plus, pas accentués. Toutefois, certains suffixes longs (-''entyn''<ref>Ces suffixes ne sont pas du tout accentués si l'accent (diacritique ou son long) porte sur la syllabe précédente : ''komp'''œ'''ṅdentyn''.</ref>) portent l'[[#Les_accents_secondaires|accent secondaire]] (si l'accent du radical n'est pas trop proche : ''adlàjalentyn'' [ɐdˈlajɐˌlɛntən]).<br/>
+
La plupart des suffixes ne sont, eux non plus, pas accentués. Toutefois, certains suffixes longs (-''esem'') portent l'[[#Les_accents_secondaires|accent secondaire]] (si l'accent du radical n'est pas trop proche : ''adlàjaltyn'' [ɐdˈlajɐltən]).<br/>
La [[Signe_diacritique#Aneuvien|brève]] n'empêche pas
La [[Signe_diacritique#Aneuvien|brève]] n'empêche pas
:l'application d'un accent principal : ''stĕr'' [çtœʁ]
:l'application d'un accent principal : ''stĕr'' [çtœʁ]
:ni secondaire : ''băqevsœnev'' [ˌbɔkəfˈsuːnəf].
:ni secondaire : ''băqevsœnev'' [ˌbɔkəfˈsuːnəf].
-
 
-
 
==Désaccentuation==
==Désaccentuation==
Ligne 41 : Ligne 38 :
ÓV (œuf) au génitif
ÓV (œuf) au génitif
-
Sans le diacritique, ce mot se prononce de la même manière, mais peut être confondu avec ''oven'' (de mouton), dont la division syllabique est ''ov-en'' et qui se prononce donc [ɔvən] (de ''ov''<ref>Il n'y a pas qu'en aneuvien que le mouton et l'œuf soient [[Paronyme|paronymiques]], ces deux mots viennent du latin ([[Image:Lupa.gif|23px]] resp. <font size=1>OVIS</font> & <font size=1>OVVS</font>).</ref>= mouton).
+
Sans le diacritique, ce mot se prononce de la même manière, mais peut être confondu avec ''oven'' (de mouton), dont la division syllabique est ''ov-en'' et qui se prononce donc [ɔvən] (de ''ov''<ref>Il n'y a pas qu'en aneuvien que le mouton et l'œuf soient [[Paronyme|paronymiques]], ces deux mots viennent du latin ([[Image:Lupa.gif|23px]] resp. <font size=1>OVIS</font> & <font size=1>OVVM</font>).</ref>= mouton).
Ligne 51 : Ligne 48 :
:''Dyskúlpentyn'' n'a pas d'accent secondaire, ''Lajchlàjdesem'' non plus.
:''Dyskúlpentyn'' n'a pas d'accent secondaire, ''Lajchlàjdesem'' non plus.
:''Retrolýktyn'' a un accent secondaire sur la première syllabe : [ˌʁetʁoˈlɪktən], ''goprodœṅktyn'' aussi [ˌgoproˈdɔ̃ːktən]
:''Retrolýktyn'' a un accent secondaire sur la première syllabe : [ˌʁetʁoˈlɪktən], ''goprodœṅktyn'' aussi [ˌgoproˈdɔ̃ːktən]
-
:''Acpýcjalentyn'' a un accent secondaire sur l'avant-dernière syllabe : [ɐsˈpɪsjɐlˌɛntən].
+
:''Abòryzhenkad'' a un accent secondaire sur l'avant-dernière syllabe : [ɐˌboʁəˈʒɛnkɐd].
-
:''Abòryzhenkad'' aussi : [ɐˌboʁəˈʒɛnkɐd]
+
Il arrive, lors de l'agglutination d'un mot, que l'accent d'un des radicaux se transforme en accent secondaire du mot ainsi formé, à condition, évidemment que les accents ne deviennent pas voisins ; sinon, l'accent secondaire disparaît.
Il arrive, lors de l'agglutination d'un mot, que l'accent d'un des radicaux se transforme en accent secondaire du mot ainsi formé, à condition, évidemment que les accents ne deviennent pas voisins ; sinon, l'accent secondaire disparaît.
Ligne 60 : Ligne 56 :
Toutefois, même si chaque mot (y compris les mots monosyllabiques) a un accent, celui-ci reste très théorique<ref>Dans la pratique, les adpositions et pronoms courts sans diacritiques sont, en fait [[clitique]]s surtout si une syllabe voisine est munie d'une voyelle longue ou d'un diacritique.</ref>et est considéré comme une référence, un point de départ. Pour la prononciation d'une phrase, avec des mots mis bout à bout, pour éviter une prononciation trop hachée, il convient de ne pas appuyer sur deux syllabes consécutives. Dès lors, des priorités apparaissent en ce qui concerne la prise en compte de l'accent tonique (sans aucune influence sur l'orthographe) :
Toutefois, même si chaque mot (y compris les mots monosyllabiques) a un accent, celui-ci reste très théorique<ref>Dans la pratique, les adpositions et pronoms courts sans diacritiques sont, en fait [[clitique]]s surtout si une syllabe voisine est munie d'une voyelle longue ou d'un diacritique.</ref>et est considéré comme une référence, un point de départ. Pour la prononciation d'une phrase, avec des mots mis bout à bout, pour éviter une prononciation trop hachée, il convient de ne pas appuyer sur deux syllabes consécutives. Dès lors, des priorités apparaissent en ce qui concerne la prise en compte de l'accent tonique (sans aucune influence sur l'orthographe) :
*Une voyelle diacritée aura priorité sur une voyelle non diacritée.
*Une voyelle diacritée aura priorité sur une voyelle non diacritée.
-
:''àr klime'' sera accentué ainsi : /ˈaʁklim/ ≠ ''ar klime'' /ɐʁˈklim/
+
:''àr klime'' sera accentué ainsi : /ˈaχklim/ ≠ ''ar klime'' /ɐχˈklim/.
*Une voyelle longue aura priorité sur une voyelle courte, diacritée ou non (l'orthographe, diacritique compris, de cette dernière ne change pas).
*Une voyelle longue aura priorité sur une voyelle courte, diacritée ou non (l'orthographe, diacritique compris, de cette dernière ne change pas).
-
:''àt àster'' /atˈaçtəʁ/ ; ''æt àster'' /ˈɛːtaçtəʁ/
+
:''àt àster'' /atˈaçtəʁ/ ; ''æt àster'' /ˈɛːtaçtəʁ/.
*Si deux voyelles ''de même catégorie'' (longues<ref>La prononciation des voyelles longues "non prioritaires" sera raccourcie, mais pas l'orthographe.</ref>, diacritées, courtes non diacritées) se suivent, l'ordre de priorité sera : verbe >(pro)nom > adjectif qualificatif > adverbe > déterminatif > conjonction > adposition.
*Si deux voyelles ''de même catégorie'' (longues<ref>La prononciation des voyelles longues "non prioritaires" sera raccourcie, mais pas l'orthographe.</ref>, diacritées, courtes non diacritées) se suivent, l'ordre de priorité sera : verbe >(pro)nom > adjectif qualificatif > adverbe > déterminatif > conjonction > adposition.
:''Eg liym '''æ'''t tœrs'' /ɛgliːm'''ɛ'''ˈtːuːʁs/.
:''Eg liym '''æ'''t tœrs'' /ɛgliːm'''ɛ'''ˈtːuːʁs/.

Version actuelle

Sommaire

Les mots composés

Chaque élément du mot composé possède son propre accent, concrétisé par une voyelle longue ou un diacritique s'il ne se situe pas en première syllabe.

emi-dewárkig[1]= semi-automatique /ˈemideˈvɐʁkik/

Les mots agglutinés

Le problème est un peu plus compliqué.

Pour les mots de trois syllabes ou moins, un seul accent subsiste, implanté sur une syllabe du radical.

Aaben = abbatial ; hoos = maison → Abenoos[2]= abbaye.


Préfixes & suffixes

Comme le préfixe n'est, en principe, jamais accentué, il est bien évident que si le radical n'est pas déjà pourvu d'un accent physique (aigu ou grave) ou bien d'un son vocalique long, l'adjonction d'un préfixe modifiera son orthographe par l'apparition d'un accent :

Konsert = commun ; konserteset = communiste ; antokònserteson = anticommuniste.
Plut = riche (fortuné) ; ùt nechplútdu = un richard.

La plupart des suffixes ne sont, eux non plus, pas accentués. Toutefois, certains suffixes longs (-esem) portent l'accent secondaire (si l'accent du radical n'est pas trop proche : adlàjaltyn [ɐdˈlajɐltən]).
La brève n'empêche pas

l'application d'un accent principal : stĕr [çtœʁ]
ni secondaire : băqevsœnev [ˌbɔkəfˈsuːnəf].

Désaccentuation

La désaccentuation d'une syllabe (incorporation dans un mot agglutiné, subjonctif passé) s'accompagne souvent d'une modification d'orthographe, et donc de prononciation. Lire le paragraphe sur les voyelles afin d'obtenir des détails.

Les diacritiques redondants

Certains accents, à priori inutiles, puisque placés sur une voyelle déjà accentués dont ils ne modifient pas le son, sont pourtant placés là. Un accent redondant est placé sur la voyelle accentuée du radical si cette voyelle NE DOIT PAS CHANGER de prononciation au cours des transformations du mot (déclinaison, conjugaison, agglutination). Pour expliquer son existence, deux exemples sont nécessaires :

ÓVEN

ÓV (œuf) au génitif

Sans le diacritique, ce mot se prononce de la même manière, mais peut être confondu avec oven (de mouton), dont la division syllabique est ov-en et qui se prononce donc [ɔvən] (de ov[3]= mouton).



Les accents secondaires

Même s'ils ont moins d'importance que les accents principaux (notamment, ils n'influent pas sur l'orthographe d'un mot et n'interviennent dans aucune règle grammaticale), les accents secondaires peuvent permettre un certain "rythme" dans la prononciation d'un mot long (à partir de 4 syllabes). Un accent secondaire ne sera jamais immédiatement voisin d'un accent principal ; on ne le trouvera pas non plus sur la dernière syllabe[4]. On a plutôt d'avantage de chances de le rencontrer sur l'avant-dernière syllabe, à moins que l'accent principal ne s'y trouve déjà ou sur une syllabe voisine. Contrairement à l'accent principal, un accent secondaire peut être situé sur un préfixe.

Dyskúlpentyn n'a pas d'accent secondaire, Lajchlàjdesem non plus.
Retrolýktyn a un accent secondaire sur la première syllabe : [ˌʁetʁoˈlɪktən], goprodœṅktyn aussi [ˌgoproˈdɔ̃ːktən]
Abòryzhenkad a un accent secondaire sur l'avant-dernière syllabe : [ɐˌboʁəˈʒɛnkɐd].

Il arrive, lors de l'agglutination d'un mot, que l'accent d'un des radicaux se transforme en accent secondaire du mot ainsi formé, à condition, évidemment que les accents ne deviennent pas voisins ; sinon, l'accent secondaire disparaît.

Les mots dans la phrase

Toutefois, même si chaque mot (y compris les mots monosyllabiques) a un accent, celui-ci reste très théorique[5]et est considéré comme une référence, un point de départ. Pour la prononciation d'une phrase, avec des mots mis bout à bout, pour éviter une prononciation trop hachée, il convient de ne pas appuyer sur deux syllabes consécutives. Dès lors, des priorités apparaissent en ce qui concerne la prise en compte de l'accent tonique (sans aucune influence sur l'orthographe) :

  • Une voyelle diacritée aura priorité sur une voyelle non diacritée.
àr klime sera accentué ainsi : /ˈaχklim/ ≠ ar klime /ɐχˈklim/.
  • Une voyelle longue aura priorité sur une voyelle courte, diacritée ou non (l'orthographe, diacritique compris, de cette dernière ne change pas).
àt àster /atˈaçtəʁ/ ; æt àster /ˈɛːtaçtəʁ/.
  • Si deux voyelles de même catégorie (longues[6], diacritées, courtes non diacritées) se suivent, l'ordre de priorité sera : verbe >(pro)nom > adjectif qualificatif > adverbe > déterminatif > conjonction > adposition.
Eg liym æt tœrs /ɛgliːmɛˈtːuːʁs/.
  • Un accent tonique principal a priorité sur un accent secondaire.
àt goprodœṅktyn /ˈatgoproˈdɔ̃ːntən/

Retour: Aneuvien


  1. Toutefois, la tendance ira, comme en français depuis 1990, à l'agglutination : emidewárkig /ˌemideˈvɐʁkik/.
  2. Souvent (mais pas toujours), le radical porte le sens ; donc dans ce cas, une abbaye, c'est D'ABORD une maison (hoos) où vivent des abbés (abendùr), par conséquent, le mot est Abenoos ['ɐbən'oːs]! ovenœnd (chien de berger), todarfgát (chat de gouttière (lit : de toit)) & baboos (crèche (pas celle de Jésus, laquelle se dit Natyvoos, avec une majuscule)), par contre baabdu et les autres mots taillés sur le même modèle (accentués sur une syllabe du premier élément, comme la plupart des mots en -DU)
  3. Il n'y a pas qu'en aneuvien que le mouton et l'œuf soient paronymiques, ces deux mots viennent du latin ( resp. OVIS & OVVM).
  4. Alors qu'un accent principal peut, lui, s'y trouver.
  5. Dans la pratique, les adpositions et pronoms courts sans diacritiques sont, en fait clitiques surtout si une syllabe voisine est munie d'une voyelle longue ou d'un diacritique.
  6. La prononciation des voyelles longues "non prioritaires" sera raccourcie, mais pas l'orthographe.