Coda

Un article de Ideopedia.

La coda est la consonne (prononcée) finale d'une syllabe.

Dans "Albertville", nom propre de trois syllabes, les codas sont

L
R (le T est amuï, donc il ne compte pas)
LL.

Il est possible, malgré tout que la syllabe soit fermée par deux consonnes distinctes, ces deux lettres formant la coda, comme dans "carte", dans ce cas, la coda est constituée des deux consonnes -RT, le E étant amuï.

Une voyelle ne peut constituer une coda que si elle est derrière une autre voyelle avec laquelle elle ne forme pas une diphtongue, dans "Chloé", le É final forme la coda. La syllabe finale de "fermé" ne dispose pas de coda[1].

La coda fait partie de la rime, un ensemble de lettres constitué également d'une voyelle en formant le noyau.

Idéolangues

Elko

De par leur structure (CVC) toutes les clés elkannes disposent d'une coda. Mais ce n'est le cas pour les mots complets que si ceux-ci se terminent par deux voyelles (verbes passifs, noms déclinés "complets" : wekoa = d'animal), cf ci-dessus pour les codas en voyelle.


  1. ... contrairement à "ferme" qui dispose d'une coda de deux consonnes, le E final étant amuï.