Arkitanco

Un article de Ideopedia.

Cette page est une ébauche.

Connectez-vous si vous désirez améliorer cette page (comment faire ?).

  Arkitanco  
Année de création 2013
Auteur Anoev
Régulé par
Idéolangue associée aneuvien[1]
Idéomonde associé
Système alphabet
Nombre de caractères
Catégorie À postériori
Sens d'écriture Plusieurs possibles
Chasse régulière
Ligature détachée
Chambre monocamérale
Fonction
Version


L'ARKITANCO


Sommaire

Présentation

L'arkitanco est une adaptation, par Anoev qui, séduit par les caractéristiques de symétrie de l'arkitco[2], en a fait un outil de formation indirecte de mots aneuviens, de la même manière que le vadora, l'adnébou ou bien l'akrig.

Le nom est directement issu d'"arkitco", -AN- a simplement été intercalé au nom de l'alphabet inspirateur, pour indiquer le dessein des modifications apportées à l'alphabet d'origine.

Les transformations opérées sont à peu près du même ordre que celles qui ont conduit du nebou vers l'adnébou : faire à ce chacune des lettres ait deux symétriques, sinon les trois.


Tableaux

Ces tableaux classent les consonnes selon leur apparence (traits, boucles, crochets de voisement etc.). Quant aux voyelles, les phonèmes communs (par exemple : /ɐ/, /a/, /ɑː/, représentés en aneuvien d'origine par A, À, EA et en vadora par Ɑ & A) seraient rassemblés sous un symbole commun : .

Voyelles & glides

A, À, AA, EA, Á
/ɐ/, /a/, /ɑː/, /ʌ/
E, É, Æ, EE, È
/e/, /ɛ/
O, Ò, Ă, OA, OO, Ó
/o/, /ɔ/
I, IY, YY, Ỳ, Y, Ý
/i/, /ɪ/, /ɨ/
J
/j/
Ù, U, UU
/y/
Ĕ, OE, EU, E
/œ/, /ø/, /ə/
O, Ò, Ă, OA, OO, Ó
/o/, /ɔ/
U, Ú, Œ
/u/
/w/[3]

La nasalisation des voyelles se fait par l'adjonction au centre du symbole correspondant.

Consonnes

Première partie

CH
/ʃ/
C, S
/s/
K
/k/
P
/p/
ZH
/ʒ/
G
/g/
B
/b/
Z
/z/
ZL
/ɮ/
D
/d/
V, W
/v/
R
/ʁ/
SL
/ɬ/
T
/t/
F
/f/
RH
/χ/

Deuxième partie

L
/l/
TH
/θ/
QB
/ɸ/
LH
/ɫ/
DH
/ð/
BH
/β/
HH
/h/
/ʝ/
M
/m/
H
/_/, /ʔ/
SH
/ç/
N
/n/, /ŋ/
  1. Ŧhub, éventuellement.
  2. Cette écriture est tombée en obsolescence ; son concepteur, Djino, l'a modifié et lui a donné un autre nom : l'alfare.
  3. U ou W selon utilisation par la phonologie aneuvienne.