X (lettre)

Un article de Ideopedia.

Alphabet latin

Aa Bb Cc Dd Ee Ff Gg Hh Ii Jj Kk Ll Mm Nn Oo Pp Qq Rr Ss Tt Uu Vv Ww Xx Yy Zz
Caractères additionnels
Ææ ß Ʒʒ Ŋŋ Œœ Ȣȣ Ʃʃ Þþ Ɣɣ Ƿƿ Ȝȝ

 


Alphabet grec

Γγ Δδ E ε Ζ ζ Ηη Θθ Iι Kκ Λλ Μμ Ξξ Oo Ππ Ρρ Σσς Yυ Φφ Χχ Ψψ Ωω
Caractères additionnels
Ϝϝ Ϙϙ Ϻϻ Ϟϟ Ϡϡ Þþ

 


Alphabet cyrillique

Aa Бб Вв Γг Дд Ee Жж Зз Ии Кк Лл Мм Нн Oo Πп Рр Сс Tт Уу Фф Хх Цц Чч Шш Щщ Ъъ Ыы Ьь Юю Яя
Caractères additionnels
Єє Э э Ґґ Њњ Ыы Іі Јј Љљ Џџ Ђђ Ѥѥ Ѧѧ Ѫѫ Ѩѩ Ѭѭ Ѯѯ Ѱѱ Ѳѳ Ѵѵ Ѕѕ Ѡѡ Ѣѣ

 


Sommaire

Alphabet latin

La lettre X est la vingt-quatrième lettre de l'alphabet latin actuel. Elle est présente depuis les origines et elle a été notamment utilisée comme chiffre (10). Cette lettre descend en droite ligne de son homologue grec, qui a, lui, une prononciation notoirement différente.

Prononciation

Le X latin actuel se prononce majoritairement /ks/[1], du moins, pour les langues qui disposent de cette lettre. En effet, si le X était abondamment utilisé en latin, il est absent de l'alphabet courant italien. Il est également absent des langues finno-ougriennes ( Taksi).

Toutefois, on peut trouver quelques vatiantes :

Langue Prononciation
/ks/, /gz/, /s/, /k/, amuïe
ʃ
Anc. pr. : [x]

(variantes wallonnes)
[h], [x], [ʃ]


Alphabets grec & cyrillique

Le X grec (χῖ), à l'origine de son équivalent latin, et qui a donné naissance également au X cyrillique, se prononçait plutôt [kh], ou bien [q] (un peu comme un [k], mais du fond de la gorge).

Maintenant, il se prononce soit [ç] soit [x], selon ce qui se trouve derrière.

Le X de l'alphabet cyrillique a une prononciation dont la stabilité est à toute épreuve, puisqu'elle est l'exact équivalent de sa représentation en API : [x]. Elle se nomme kha en transcription latine.

Digrammes & Diacritiques

Les digrammes contenant la lettre X sont assez peu nombreux dans les langues naturelles. Tout au plus pourra-t-on citer TX en basque [t͡ʃ] et XH en... xhosa.

Les représentations diacritées du X sont extrêmement rares ; elles sont inexistantes en Europe occidentale et centrale (tous alphabets confondus). On notera par exemple la présence de X́ ou de Ẋ en tchétchène, uniquement lorsque celui-ci est transcrit en alphabet latin.

Idéolangues

  • L'Elko, l'espéranto, le nopa le sprante et l'uropi ne disposent pas du X. En espéranto, il est remplacé par KS ou par Ĥ, selon la prononciation qu'on donne au mot adapté.
  • L'aneuvien, le psolat et le ŧhub disposent du X ; il n'est jamais voisé, contrairement à ce qui peut se présenter, par exemple, en français. En aneuvien, il est susceptible de perdre sa composante occlusive lorsqu'il est placé derrière une consonne : àt xeliys [at sə'liːs]. Il existe un digramme aneuvien, XH, lequel se prononce [kʃ], comme dans xhork.
  • À la différence de l'espéranto, dont il est issu, l'ido dispose du X. Le romane et le volapük également. Prononciation analogue pour ces trois langues : [ks] ou [gz].
  • Le X, en popiaro est soit une affriquée [t͡s] soit une post-alvéolaire [ʃ] soit les deux à la fois [t͡ʃ] : soxau.
  • En slovio, le X n'est utilisé dans sa version latine qu'en tant que composante d'un digramme (CX, GX, SX & ZX) pour la représentation des sons post-alvéolaires et phonèmes composés correspondants[2]. En cyrillique, il est utilisé comme dans les langues naturelles utilisant cet alphabet : [x], c'est l'équivalent du H latin de cette langue auxiliaire.



  1. Non reconnu comme affriqué, puisque le point d'articulation de chacune de des composantes est différent : occlusif pour le [k], fricatif pour le [s].
  2. Cependant, la version Buchstaben (cf lien) prévoit la possibilité d'un X latin non inclus dans un digramme : [ks].