Verbe

Un article de Ideopedia.

Un verbe est un mot qui exprime une action, un état, un changement d'état ou un déplacement. Lorsque c'est une suite de mots qui a valeur de verbe on parle de locution verbale. Par ailleurs on distingue plusieurs sortes de verbes :

Sommaire

Idéolangues

Aneuvien

L'aneuvien rejoint partiellement l'anglais, dans la mesure où un grand nombre de verbes n'ont pas, à l'indicatif présent, de forme particulière permettant de les repérer au premier coup d'œil dans une phrase, contrairement à ce qui peut se passer par exemple, en italien, en espéranto ou en elko. Ainsi, on fera souvent attention aux mots qui les entourent:

Àr klime = les amours
ar klime = ils aiment.

Autre risque de confusion : entre les adjectifs et les verbes en -en.

Æt lysh ere kràchen = Cette pluie était accidentelle.
Da ere kràchen omne sed xeliyse = Il accidentait toutes ses voitures.

S'y a un complément derrière, comme dans l'exemple précédent, aucun doute possible : c'est un verbe !

Même si on peut compter un plus grand nombre de groupes de verbes en aneuvien qu'en français, en russe ou en portugais, les conjugaisons, tous groupes confondus ont des points communs à tous les verbes :

  • Trois premières personnes de l'indicatif identiques à l'infinitif (présent ou passé),
  • participe en -una invariable,
  • subjonctif présent et passé invariables,
  • passé (accompli) en -a, quel que soit le mode[1],
  • prétérit en r,
  • Les temps composés se forment tous de la même manière (particule + verbe conjugué),
  • impératif issu du subjonctif passé.

Elko

En elko, les verbes prennent le suffixe -i provenant de la clé DIW (action).

Ex : kalo beauté → kali embellir


Alors que les verbes actifs prennent le suffixe -ii (devenu -i par synalèphe) les verbes passifs prennent le suffixe -ai.

Ex : tebi(i) enseigner → tebai apprendre


Alors que les verbes d'action prennent le suffixe verbal- i, les verbes d'état sont considérés comme des adjectifs en elko et prennent de ce fait le suffixe adjectival -a.

Ex : teki acquérir → teka savoir, connaître

Esséntheam

Les verbes n'existent pas, ils sont remplacés par des noms que l'ont peut interpréter comme des noms d'action (bien que leur sens puisse changer), et suivent à ce titre les mêmes déclinaisons. On marque leur fonction prédicative dans la phrase par le suffixe optionnel -ei souvent omis.

Uropi

La conjugaison uropie rejoint en beaucoup de point celles des verbes des langues indo-européennes, la régularité en plus, cependant.

  • Mis à part au mode impératif, où les trois personnes (2S, 1P et 2P) sont respectivement en -_, -em et -e, les verbes ne varient à la personne, ni au nombre, dans aucun des modes présents dans la conjugaison.
  • À l'infinitif, tous les verbes sont en -O.
  • On enlève ce -O au présent de l'indicatif, au singulier de l'impératif (cf. ci dessus) ; si besoin est, on le remplace par un -E en cas de difficulté (ex. i se = je suis ; je fle = il souffle).
  • Au prétérit (calque de l'anglais, à savoir jouant le rôle d'imparfait ou de passé révolu), le -I qui remplace le -O de l'infinitif, reçoit l'accent tonique déplacé : ce jedì.
  • Le futur est composé à l'anglaise : avec une particule (ve) suivie de l'infinitif du verbe du procès : lu ve jedo = ils mangeront.
  • Un autre mode : le conditionnel. On remplace le -O de l'infinitif par -ev. D'un seul tenant au présent : i liamev = j'aimerais.
  • Pas de subjonctif.
  • Les temps accomplis se forment, quel que soit le temps et le mode, avec l'auxiliaire avo au temps et au mode choisi, suivi du verbe du procès au participe passé : i avo vizen = j'ai vu ; nu avì oren = nous eûmes/avions entendu ; vu avev volen = vous auriez voulu.
  • Ledit participe passé sert également pour la voix passive, non avec le verbe so qui, avec ce participe indique seulement un état constaté, mais avec vido (devenir) qui sert ici d'auxiliaire pour cette voix : ce vidì liamen po Ʒilber = elle fut aimée de Gilbert.
  • So, lui, sert d'auxiliaire pour les procès tirant notablement dans la durée : he sì varkan = il était en train de travailler.



  1. Que le subjonctif passé soit en -éa, en -ía, en -na, ou en -_a.