Vadora se

Un article de Ideopedia.

  Vadora  
Année de création 2011
Auteur Anoev
Régulé par
Idéolangue associée Aneuvien
Idéomonde associé Aneuf
Système alphabet
Nombre de caractères
Catégorie à postériori
Sens d'écriture GDHB
Chasse régulière
Ligature détachée
Chambre bicamérale
Fonction
Version
Le système VADORA


Sommaire

Histoire[1]

Tandis que la langue ŧhub s'adaptait à un système d'écriture la rendant plus facile à être diffusée par imprimerie et à être plus rapidement apprise par les jeunes générations (du moins là où cette langue était encouagée, ce qui n'était pourtant pas le cas dans la province directement concernée), un instituteur aneuvien remarqua que nombre d'élèves avaient moins de difficultés à lire le ŧhub que l'aneuvien. Ceci avait pour raison un certain nombre de lettres homophones (les E & les O, surtout!). L'idée de cet instituteur fut donc de créer un alphabet où chaque phonème avait la même forme de lettre (comme en API), avec cependant la possibilité de lettres majuscules. Toutefois, le but n'était pas toujours possible à atteindre, mais les difficultés pour ses élèves (et les autres) seraient moins ardues[2]. Keaṅder Vadora[3]s'inspira donc de certaines lettres du ŧhub reconstitué (au grand dam des Santois[4]) et y ajouta d'autres lettres, faciles (mais pas toutes, hélas!) à reproduire, puisque faisant partie, elles aussi, d'autres alphabets. L'accent tonique étant toujours dans le même sens : droit ("aigu"). Cependant, si cette méthode avait des avantages, elle avait aussi des inconvénients : certains changement phoniques étant intimement liés à la grammaire, les changements orthographiques dus aux déclinaisons n'étaient pas toujours compréhensibles[5]. Par ailleurs, il y avait (à l'époque) une certaine difficulté pour imprimer certaines lettres, peu courantes, mais indispensables. Cette écriture ne remporta qu'un succès d'estime, surtout à comparer[6]avec la diffusion d'un alphabet à peu près similaire pour le ŧhub. Toutefois, dans les maisons d'édition on comprit l'importance des diacritiques, surtout dans des ouvrages destinés à la prime jeunesse. Cette écriture n'a pas été complètement abandonnée, notamment en raison de nombreuses symétries dans ses lettres, lesquelles offrant des débouchés[7]dans certains domaines, artistiques notamment.

Tableau

Aveuvien
conventionnel
Vadora [API]
Ea, a Ɑ ɑ, ɑɑ ɐ ɑ
Bb ʙ
Ch Ш ɯ ʃ
Ċh Ш̇ ɯ̇[8] t͡ʃ
Dh Ð ð ð
Æ єє ɛː
E, È Є є ɛ
OE əə œː
Ĕ, E muet[9][10] Ǝ ə œ ə _
Ĕ Ø ø ø
Eu øø øː
H H[10] ʔ
Hh Ḣ ḣ h
I ɪ[11] i
Iy ɪɪ, #[12]
Lh Λ ʌ ɫ
Oa ɔɔ ɔː
O, Ò, Ă Ɔ ɔ ɔ
Aveuvien
conventionnel
Vadora [API]
Ph, qb[13] Ф ɸ[14] ɸ
Pp ʙ̥
Ψ ψ[15] ps
Ψh
Q Ϙ /k/ q
Rh Ṙ ṙ x
Sh Ƨ ƨ ç
Sl š[16] ɬ
Th ϴ ө[17] θ
UU yy
Ù, U[18] У y y
U W[19] υ, w u, w
Xh
Y Y ʏ ɪ
YY ии ɨː
И и ɨ
Zh Ʒ ʒ ʒ
Żh ʒ̇ d͡ʒ
Zl ž[16] ɮ

Les autres lettres furent analogues à celles de l'"aneuvien conventionnel". Toutefois, des "petites majuscules", en lieu et place des bas de casse seront utilisées de préférence, comme par exemple les ʙ, ʜ, ᴋ, ɴ ou ᴛ. Des lettres comme le d ou le l ne sont pas concernées par cette règle, à cause de leurs caractéristiques de symétrie ; pour le ʀ, c'est facultatif.

Graphies comparées

O ᴋan ᴛeɴəs a xəlɪɪsəɴ ʀɪkʏp ʏɴ eeɴsdɑvs.
O kàn tenes à xeliysen rikyp yn eensdavs.
Tu peux disposer de la voiture jusqu'à mercredi
Єg ʀυvɑ os dvɔɴ saʀdɑw.
Eg ruva os dvon sàrdaw.
Je t'ai appelé avant-hier
Dɑ dɔʀɑ lag ɯυɪlɴєɴə ᴋʀєєɴdəv.
da dora làg chwilnene krændev.
Il a fait plein de cochonneries par terre (à terre).

At disɑ́ltɔɴ lɔʙ

Уʀ ɔvə! Aᴛ ɔppɔʀᴛʏɴ єʀə ʀєc ʀʏlɴəʀᴛ! Do at loʙ єʀə ʀec ʀəɴɒɒʀaɴəʀᴛ ʙєʀ ᴋlaᴛɑᴋυɴ. A ᴋjɑs fal, ʙєʀ looᴛ dɔʀυɴ, ᴛєp yᴛ ɑɴə, ʀєcədυɴɑs dʏsɑɑċɑɴ ᴋom ċɑldυɴ aᴛ ᴋols ɴɪ sєd ᴛoƨєsə. Sɪɑ̌'ᴛ loʙ dєm lєgɑ̌ ɒɒ wɑɑdɑ̌, aᴛ ʀєmmɑs opɑɴ sajəv. Уᴛ qυaᴛax ʜoψəv pʏlɑsəʀ, yᴛ ʀυʙ-mɪʜɑɴɑ ɴєxˈavᴋɑd passɑ̌; aᴛ loʙ dєm dɪᴋᴛɑ̌: "Æᴛ ɑɴ ᴋaɴ pʀodòləs єd ʀoods: єg ʀeeɴ ɴєp vœɴdɑ ᴋaplɑʙləs ɑjoelᴋɑdəɴ ᴋœm lυlse qυɑv doʀυɴ mєd ɑυʀʏxə pɑs!"•
Ɑndeʀs Kɪɪlneʀy


  1. ... légendaire
  2. En somme le vadora fut un peu, à quelques années près, l'équivalent aneuvien du new augmented roman alphabet anglophone.
  3. C'est bien Vadora : on tâchera de ne pas confondre
  4. Toutefois, le ville de Żhenek commanda, des années plus tard, des panneaux d'entrée d'agglomération avec le nom de la ville en trois écritures : l'Aneuvien conventionnel, le vadora et le ŧhub : un hommage tardif à un enseignant qui y avait fait ses débuts.
  5. Sauf, à la rigueur, pour le cas du ψ, transformé en ps
  6. À condition de rester, bien sûr, dans la dimension de ce fil, à savoir l'imaginaire.
  7. Toutefois, certaines adaptations sont effectuées : le Ψ est conservé, en raison de son caractère symétrique, vis-à-vis du digramme Ps. [pʃ], cependant, adopte la graphie vadorienne : pɯ. L'accent aigu (é) est remplacé par un macron (ē), ou un point suscrit (ė) ; dans ce dernier cas, le i non accentué s'écrit ɪ. Les "adaptations modernes" du Vadora n'ont pas fini de laisser quelques surprises ; surtout que l'accentuation de certaines lettres (ɔ, ʏ) risque de provoquer des fièvres mémorables aux éditeurs et aux imprimeurs!
  8. A tendance à être remplacé par tɯ.
  9. Comme dans pùze.
  10. 10,0 10,1 Pouvant éventuellement être remplacé par une apostrophe.
  11. en manuscrit pour éviter les confusions au niveau des jambages.
  12. Utilisé notamment en manuscrit, pour ne pas confondre ɪɪ avec u.
  13. La graphie traditionnelle à l'époque était Ph. Peut-on penser que le Ф adopté par Vadora aurait influencé vers la graphie actuelle (qb) ? En bas de casse, ce n'est pas exclu.
  14. À l'inverse du ŧhub, le Ф existait, conjointement avec le F. Un reproche fait à Vadora qui, pourtant, recherchait la simplicité ! Ce à quoi il répondit que ça pourrait éviter certaines homonymies totales, par exemple, soфsof.
  15. Cette lettre fut conservée, eu égard à ses caractéristiques de symétrie.
  16. 16,0 16,1 Peut éventuellement être remplacé par un circonflexe, selon les disponibilités des typographes.
  17. On trouve également le Þ þ (version d'origine), mais on perd deux symétries sur trois!
  18. dans -du, par exemple
  19. Derrière une consonne, dans une syllabe; par contre, le W se prononçant [v] gardait son orthographe originelle, afin d'éviter certains homographes.