Utilisateur:Sab/Idéolangues auxiliaires

Un article de Ideopedia.

Idéolangues auxiliaires

Plusieurs dizaines d’idéolangues � vocation de langue auxiliaire de communication (IAL selon l’acronyme anglais) ont été créées et proposées depuis le XIXième siècle. Un très petit nombre d’entre elles ont réellement dépassé le stade d’ébauche et connu une certaine diffusion. Une petite vingtaine, guère plus. Et le succès des très rares qui soient un peu connues en dehors du cercle restreint des idéolinguistes est somme toute très modeste et très relatif. Seul l’Espéranto, créé en 1887, a atteint une véritable notoriété et compte une communauté forte de plusieurs centaines de milliers de locuteurs, peut être un ou deux millions selon les plus optimistes.

Hormis l’Espéranto, les idéolangues auxiliaires les plus parlées semblent être l’Interlingua, l’Ido et l’Interlingue. Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que ces 4 langues sont toutes de type a posteriori, c'est-� -dire basées sur des langues (grammaire et lexique) déj� existantes, principalement romanes avec quelques variations et innovations.

L’autre grande catégorie d’idéolangues est celle des langues a priori, c'est-� -dire celles qui expérimentent des voies autonomes et ne s’appuient pas, ou de façon très marginale, sur des substrats de langues naturelles actuelles ou passées. Très peu de d’idéolangues a priori ont connu ou connaissent une certaine diffusion. Citons néanmoins : le Lojban (langue conçue sur des principes de logique mathématique), le Kotava (système complet pseudo-naturel a priori) et le Toki pona (langue minimaliste basée sur un lexique restreint et polysémique).

Tableau des principales idéolangues auxiliaires

Idéolangue ISO Date de création Auteur Locuteurs actuels Commentaires
Solresol 1827 François Sudre - Langage "musical". N’est plus utilisé
Universalglot 1868 Jean Pirro - N’est plus utilisé
Volapük vo, vol 1879 Johann Martin Schleyer 25-30 Plusieurs dizaines de milliers de locuteurs au moment de l’apparition de l’Espéranto
Esperanto eo, epo 1887 L. L. Zamenhof entre 100 000 et 2 millions[1] Entre 200 et 2000 de langue natale Espéranto (denaskoj).
Spokil 1890 Adolph Nicolas - Dérivé du Volapük. N’est plus utilisé
Idiom Neutral 1902 Waldemar Rosenberger - Ne semble plus utilisé
Latino sine Flexione 1903 Giuseppe Peano - Ne semble plus utilisé
Ido io, ido 1907 Louis Couturat, Louis de Beaufront env. 2000-5000 Réforme de l’Espéranto
Adjuvilo 1908 Claudius Colas - Variante de l’Espéranto. N’est plus utilisé
Occidental (Interlingue)ie, ile 1922 Edgar de Wahl 500-1000
Novialnov 1928 Otto Jespersen Quelques locuteurs
Sona 1935 Kenneth Searight - Vocabulaire de multiples origines. N’est plus utilisé
Esperanto II 1937 René de Saussure - Variante de l’Espéranto. N’est plus utilisé
Glosaigs 1943 Lancelot Hogben - Appelé Interglossa � l’origine. Ne semble plus utilisé
Interlinguaia, ina 1951 International Auxiliary Language Association, Alexander Gode 3000-10000
Lingua sistemfrater 1957 Pham Xuan Thai - Ne semble plus utilisé
Neo 1961 Arturo Alfandari - Ne semble plus utilisé
Babm 1962 Rikichi Okamoto - Ne semble plus utilisé
Afrihiliafh 1970 K. A. Attobrah - Langage panafricain. Ne semble plus utilisé
Kotavaavk 1978 Staren Fetcey env. 50 IAL a priori
Lojbanjbo 1987 Réformistes du loglan 20-100 Expérience de langue logique
Europantoeur 1996 Diego Marani - "Jeu" linguistique
Lingua Franca Novalfn 1998 George Boeree env. 30 Créole sur langues romanes
Slovio 1999 Marc Hucko >100 Langage panslave
Toki Pona 2001 Sonja Elen Kisa >100 Expérience sur vocabulaire minimaliste


Notes

  1. Les sources sont très divergentes. Le nombre de certifiés en Espéranto (examens avalisés) est faible. Se pose également la question de savoir distinguer entre ceux qui se sont intéressés un jour ou l’autre � l’Espéranto et ceux qui sont réellement capables de tenir une conversation orale sans dictionnaire.