Utilisateur:Anoev

Un article de Ideopedia.

Né en 1955, je me suis intéressé dès la fin des années '60 aux langues, et donc, entre autres, aux langues imaginaires. J'ai cru, pendant logtemps que les seules langues de ce type à être référencées étaient les langues auxiliaires et que les langues artistiques n'avaient d'existence que dans le cadre des fictions auxquelles elles étaient liées (Klingon pour Star Trek, Syldave & Bordure pour Tintin).

C'est surtout Internet qui m'a fait comprendre que l'élaboration d'une langue pour le seul plaisir de la création (avec des sites comme l'Atelier et celui-ci) n'était pas du tout futile et qu'on pouvait partager ses trouvailles par le biais de la Toile.

En plus des langues (je n'en parle aucune couramment! mis à part... le français... pardi), je me passionne pour les trains (auxquels j'ai donné une bonne place en Aneuf, si ce n'est en kilomètres de lignes, du moins en mètres carrés de pages rédigées) et m'intéresse principalement à la photo.

Je m'intéresse à la phonologie et à la phonétique (termes que j'ai pourtant du mal à dissocier, l'un dépendant de l'autre, même s'ils sont distincts) ; je maîtrise davantage l'API que le SAMPA ou le kirshenbaum. Dans la première, je m'intéresse aux variations de prononciation d'une lettre donnée en fonction des régions. Je l'ai notamment appliqué à l'aneuvien.

Sommaire

Glossographie

J'ai imaginé 4 idéolangues dans des esprits un peu différents.

Aneuvien

L'aneuvien est la toute première d'entre elles, c'est un peu l'idée de départ, que j'ai expliqué sur la page d'introduction la concernant. Cette langue allait donner naissance à un pays imaginaire qui allait lui servir de cadre. Une histoire et des origines ont été inventées pour illustrer ce pays et pour "justifier" le caractère mixte de la langue qui est le moyen d'expression de la plupart de ses habitants (et qui est la langue officielle)...

Les langues bleues

C'est donc la manœuvre inverse (le cadre créant l'idiome) qui a donné naissance aux autres idéolangues, L'akrig, Le ptahx et le ŧhub, lesquelles n'ont pas dépassé, à l'heure actuelle, le statut de "langues bleues".

  • Le Ptahx[1] est une langue "morte" dont certains aspects et certains mots furent "repris" par l'aneuvien. On retrouvera certains mots du vocabulaire à-priori aneuvien dans le ptahx.
  • L'Akrig est également une langue "morte", autrefois écrite et parlée en Alfazie mais dont l'"alphabet" fut repris, tout comme d'ailleurs, le système de transcription ptahx, à de rares reprises, lors des heures sombres quand des messages secrets devaient passer coûte que coûte[2]. Un système de numération à base 6 était également en pratique.
  • Le ŧhub est la seule "langue vivante" parmi ces langues bleues. Cette langue est parlée en Pande et le système d'écriture (autrefois aussi "profond" que celui du ptahx) fut adapté progressivement aux outils de l'époque (début XXe: machines à écrire). Cette langue, sans toutefois rattraper rapidement le statut de l'aneuvien, devrait, si j'ai suffisamment de persévérence, trouver un statut plus "avantageux" que celui de langue bleue. L'alphabet est déjà disponible et la grammaire commence à apparaître. Le lexique est toutefois encore très pauvre.
  • Une langue-vestige illustrant à peine le nom de petites localités du nord de Lakùr.
  • Un système d'écriture de l'aneuvien, inspiré du ŧhub (plusieurs alphabts mélangés) nommé système vadora.
  • Dernière nouveauté: une persolangue à-postériori à racines lexicales latines : le psolat, mais pouvant apparaître sous deux graphies différentes :
une graphie comparable au slovène ou au croate, que j'ai baptisé "slavlatine".
le système vadora.

En prévision

  • Continuer le dictionnaire aneuvien et en améliorer la mise en page.
Hypothétique: En cas de message avertissant une page trop lourde, éclatement de la lettre considérée.
Transfert de mots depuis le tiroir
  • Continuer l'amélioration de la mise en page des autres articles sur l'aneuvien :
Créer la liste Swadesh ŧhub
Créer la liste Picoche-Rolland aneuvienne
  • Continuer l'élaboration des pages grammaticales ŧhub.
Transfert de l'essentiel des informations vers Wikiægis (le plus gros des pages IDEO_ANV étant, de préférence, réservé à la langue elle-même) ce qui libèrerait de la place pour Idéopédia.



  1. Parlé à l'origine dans une contrée qui allait recouvrir l'espace de l'actuelle province des Santes.
  2. Pas si efficace que ça, toutefois : il n'était pas méconnu des deux camps ! Mes les écritures en spirale ou en boustrophédon pouvaient quand même pallier ce défaut.