Sprakan

Un article de Ideopedia.

  Sprakan
sprakan
 
Année de création 2012
Auteur Herr Kouak
Régulé par locuteurs eux-mêmes
Nombre de locuteurs 1
Parlé en France
Idéomonde associé Elvërebis, Nea terra, Sunémia
Catégorie Langue artistique, langue expérimentale
Typologie langue a posteriori
Alphabet Latin
Lexique
Version
Codes de langue
ISO 639-1
ISO 639-2
ISO 639-3
Préfixe Idéopédia IDEO_SPK

Le Sprakan, la langue "parlée", littéralement, est une idéolangue en cours de développement par Herr Kouak. Son anniversaire est fixé conventionnellement au 17 décembre 2012. C'est une idéolangue artistique prenant ses racines principales en langue allemande, en Espéranto, en Arabe classique ainsi qu'en Français.

Sommaire

Historique

Réalité continue

17 décembre 2012 : Apparition du sprakan sous une forme relativement "stable".

22 février 2014 : création de la page concernant le sprakan sur l'atelier.

Diégèse

intra-diégèse, le sprakan a connu de multiples évolutions, la plus importante fut sans nul doute la transcription en alphabet latin, qui aurait eue lieue quelques siècles avant notre ère. Cela en ce qui concerne Elvërebis, pour ce qui est de l'Inzul, le Sprakan n'existe que sous sa forme latine. Il ne connait pas d'évolutions majeures depuis sa fixation dans les textes religieux.


Phonologie

Transcription latine

Le sprakan se note en alphabet latin dans plus de 75% des cas. C'est sous sa forme latine qu'il est présenter majoritairement sur Idéopédia et l'Atelier.

-Alphabet strict :

Forme latine Nom Prononc. API Équiv. Français Exemples Notes
A Halof /a/ a gabelnos "désert" même prononciation qu'en français
B Beta /b/ b bombala "arbre" même prononciation qu'en français
D Dad /d/ d adin "ajouter" même prononciation qu'en français
E Elif /e/ é lernn "apprendre" toujours prononcé à la manière du "é" français
F Fa /f/ f for "devant" même prononciation qu'en français
G Gao /g/ g dur gelto "argent" son toujours dur
H Ha /ħ/ aucun hob "amour" comme en arabe dans ħoubb (حبّ)
I Ilfos /i/ i irn "aller" même prononciation qu'en français
J Jo /j/ y jep "oui" toujours prononcé comme un Y
K Kios /k/ c, k kroß "beau" même prononciation qu'en français
L Loi /l/ l lumna "lumière" même prononciation qu'en français
M Moi /m/ m moi "humain" même prononciation qu'en français
N Noi /n/ nnuda "neige" même prononciation qu'en français
O Hoa /ɔ/ /o:/ o iṡo "enfant" même prononciation qu'en français
P Pios /p/ p apaudn "appuyer" même prononciation qu'en français
Q Qulb /q/ aucun qùlba "cœur" semblable au "qaf" arabe
R Rai /r/ r rok "rouge" même prononciation qu'en français, légèrement plus guttural selon les dialectes
S Sina /s/ s suna "soleil" même prononciation qu'en français
T Ta /t/ t gut "bon" même prononciation qu'en français
U Hul /u/ ou guilgn "assassiner" toujours comme le "ou" français
V Va /v/ v varkoi "mal" même prononciation qu'en français, tend des fois sur un son "f".
X Xios /gz/ x exibn "montrer" toujours comme dans xylophone.
Z Zad /dz/ /tz/ /ts/ dz, zz, ts, tz kazoi "case"


-Alphabet augmenté (voyelle) :

Forme latine Nom Prononc. API Équiv. Français Exemples Notes
Ä Umlaokin Halof /ə/ è häḣlim "sacré" comme en allemand.
Ë Umlaokin Elif /ɛ/ eu ëb "sur" comme dans religion.
Ï Umlaokin Ilfos /i:/ i long tïo "thé" toujours en hiatus d'une voyelle le suivant.
Ö Umlaokin Hoa /ø:/ aucun öbstoi "fruit" comme en allemand.
Ü Hul Umlaokin /y/ u für "pour" comme en allemand.
Á Ablaïn nar reḣt Halof /a/ ou /ə/ a ou è dominár "seigneur" prononciation libre.
Í Ablaïn nar reḣt Hilfos /i/ ou /i:/ i Alkratía "anarchie" prononciation libre.
Ú Ablaïn nar reḣt Hul /u/ ou /y/ u ou ou brúmai "brume" prononciation libre.
Ù Ablaïn nar lëunk Hul /u/ ou /y/ u ou ou blùtos "sang" symbole religieux.

L'accent grave, ou ablaos nar lëunk, marque des mots à caractère religieux déjà écrit comme tel dans les premières versions des textes religieux de la diégèse d'Elvërebis. Il ne concerne que la version du sprakan parlé dans ce monde. Il n'indique pas de prononciation stricte pour le 'u' qui le porte et laisse libre celle-ci. Par convention, un a ou un o consécutif d'un e se note "æ" et "œ".

-Alphabet augmenté (consonnes) :

Forme latine Nom Prononc. API Équiv. Français Exemples Notes
Ġ Punktin Gao /ʒ/ /dʒ/ j maadġn "agir" Anciennement prononcé systématiquement /dʒ/
Ha Punktin /χ/ aucun unto "chien" voir l'allemand "ch", l'espagnol "g" et l'arabe "خ"
K̇ab /χ/, /k/ aucun ot "huit"
Noi Punktin /õ/ an/in/on/èn sáṅkt "saint (santé)" se retrouve après les voyelles "a", "ä", "i" et "o" et se prononce alors comme le français "an" et non plus "Anne".
Punktin Sina /ʃ/ Ch afn "savoir"
Xios Punktin /ks/ x non "briller"
Ż Zad Punktin /z/ z siviliżazioi civilisation
ß Eßzet /s:/ ss kroß "grand" "s" long.

D'autres sons consonnes non notés existent. C'est le cas de certains "h" qui ne se prononce que /h/ et non /ħ/, des "s" précédant une autre consonne devenant alors /ʃ/. Et enfin du son da'ad. Il s'agit d'un "d" emphatique qui apparait dans les digrammes d'd, d't'.

Morphologie

Grammaire

Le Nom – To Nomoi

Le nom sprakanique est indiqué par la terminaison nominale qui varie en genre et en nombre, mais pas en cas. Il est aussi généralement précédé de l'article qui varie en genre et en cas.

Terminaisons usuelles régulières en fonction du genre et du nombre du mot :

Nombre\Genre Masculin Neutre Féminin
Singulier
-o -os / -oi -a / -ai
Pluriel
-oe -osi / -oii -ae / -aii

Flexion de l'article en fonction du cas, du genre et du nombre du mot :

Cas\Genre Masculin Neutre Féminin Pluriel
Nominatif
Dir To Di Die*
Second/Accusatif
Din Ton Dim Die*
Génitif Dar Tos Dam Der
  • le 'e' du 'die' pluriel est atone.

Syntaxe

La syntaxe sprakanique est libre. L'ordre conventionnel est VSO, mais l'on observera aussi souvent SOV. L'accent tonique peut rigidifier un tant soit peu la phrase dans certains cas.

Lexicologie

Chiffres et nombres

1  : Oe          6 : Sitta     11 : Osar          16 : Siddar       21 : Obitieg
2  : Piti        7 : Zib       12 : Pittar        17 : Zibsar       22 : Piti-ed-pitieg
3  : Toru        8 : Ttok      13 : Tirar         18 : Ttoksar      23 : Tor-ed-pitieg
4  : Petro       9 : Nön       14 : Petrar        19 : Nönsar       24 : Petro-ed-pitieg
5  : Sin        10 : Asar      15 : Sinsar        20 : Pitieg       25 : Sin-ed-pitieg
  

Les dizaines sont régulièrement formé par le suffixe -eg mis sur les chiffres.

  • O  : Zivr
  • 20 : Pitieg
  • 30 : Toreg
  • 40 : Petreg
  • 50 : Sineg
  • 60 : Siddeg
  • 70 : Zibbeg
  • 30, 40 et 60 perdent les voyelles finales du chiffre-racine. Au contraire, celle de "piti" mouille le "t".
  • 100 : Hurdd
  • 1 000 : Mil
  • 1 000 000 : Milïk
  • 1 000 000 000 : Miliu

Lexique

Échantillon

Exemple de texte

Liens

Notes