Signe méthodique

Un article de Ideopedia.

Dans la langue des signes française, un signe est dit méthodique lorsqu'il traduit des mots spécifiques à la grammaire française en vue de son apprentissage à un public sourd. Les signes méthodiques ont été mis en place par Charles-Michel de L'Épée. Leur utilisation fut un échec car les signes méthodiques ne prennent pas en compte de l'identité culturelle des sourds.

Il mêlait ses signes méthodiques (signes grammaticaux) aux signes naturels (signes lexicaux) de la langue des signes pour enseigner le français. Ainsi les signes méthodiques indiquaient le temps, les personnes, les genres et les fonctions grammaticales du français.

Citons-le dans un exemple connu : Inintelligibilité

« Je n’ai eu besoin que de cinq signes exécutés dans un instant comme vous venez de le voir. Le premier annonçait une action intérieure, le second représentait l’action d’une âme qui lit intérieurement, c’est à dire qui comprend ce qu’on lui propose, le troisième déclarait que cette disposition était possible. Cela ne donne-t-il pas le mot intelligible ? Mais pour un quatrième signe, en transformant cet adjectif en qualité abstraite, n’en résulte-t-il pas le mot intelligibilité ? Enfin, par un cinquième, en y ajoutant une négation, n’avons-nous pas le mot entier inintelligibilité ? »(Bertier, Les sourds-muets avant et depuis l’abbé de l’Epée, p.76-77).

Alors que pour l’abbé de l’Épée ce mot nécessitait 5 signes, les élèves entre eux n’en utilisaient que deux : « impossible » et « comprendre ».

Liens