Schwa

Un article de Ideopedia.

Sommaire

Présentation

Le terme de schwa (de l'hébreu "néant") est utilisé pour désigne la voyelle neutre /ə/ appelée e muet ou e caduc en français.

Idéolangues

Aneuvien

Le schwa peut être représenté

  • Soit par un e (final ou non), notamment à la fin de beaucoup de mots au pluriel ou bien de certains verbes à l'infinitif (& à l'indicatif présent et aux temps qui en découlent). Ce e, muet en temps normal, se prononce toutefois /ə/ si la lettre qui suit est une consonne :
E dhep pùze àt zerregs /əˈðɛp ˈpyzɐt ˈzɛʀəgz/ = Je vais à la montagne.
E dhep pùze ċys /əˈðɛp ˈpyzət͡sɪs/ = J'y vais.
  • Soit par le du verbe "être" :
Æt xeliys ryln /ˈætsəˈliːsəˈʁɪln/ = Cette voiture est belle.
  • Soit par un Y (non accentué, cela va de soi), cette lettre pouvant de prononcer de façons très différentes.
  • Soit par... rien du tout, lorsque plusieurs consonnes dont le voisinage rend une prononciation hasardeuse :
pœṅt fyplenten /ˈpɔ̃nːtə[1]ˈfɪplɛntən/ = point de rencontre.

Brèntais

En brèntais, le schwa existe avec la lettre diacritée é [ə]. On le retrouve aussi dans les polygrammes sce [ʃə] et ue [wə].

Langues pentadrariennes

Sprante

Le sprante a une majorité de mots se finissant par un E schwa, ancien У pentadrarien. Dans des mots assez longs, le E non accentué peut-être prononcé ainsi. Il arrive aussi que le U soit schwaïsé, dans certains courts mots.

Autres langues pentadrariennes

À part le sprante, les langues pentadrariennes ne possèdent pas le schwa, sauf le klassolien dans quelques mots.


  1. Toutefois, on évitera, dans la mesure du possible le svarabhakti tant qu'une autre possibilité s'offre : escamoter une consonne, à condition que ce ne soit pas l'initiale d'un mot : /ˈpɔ̃nfɪplɛntən/. Un peu, comme, en France, on dit /vɛ̃ːtənœf/ ou /vɛ̃ːnːœf/ pour 29.