Saidin impérial

Un article de Ideopedia.

  Saidin impérial
 
Année de création 2013
Auteur Lounabis
Régulé par
Nombre de locuteurs
Parlé en
Idéomonde associé
Catégorie Langue artistique
Langue expérimentale
Langue auxiliaire
Typologie Langue a priori
langue a posteriori
Langue mixte
Alphabet Latin
Lexique
Version
Codes de langue
ISO 639-1
ISO 639-2
ISO 639-3
Préfixe Idéopédia MediaWiki:IDEO XXX Préfixe

Le saidin impérial est une idéolangue créée en 2013 par Lounabis et présentée sur l'Atelier à partir du 19 octobre 2013.

Sommaire

Introduction

Le saidin impérial est la langue commune présente sur l’ensemble d'un unique continent, traditionnellement appelé « continent du Sud ». Dernier vestige de la culture du vieil empire antique de Saidayanashka (dont le nom signifie « les royaumes de Saida », Saida étant elle-même la région-berceau de la civilisation), il s’est perpétué à travers les âges et se trouve aujourd’hui la langue la plus parlée du continent, étant la langue officielle de trois entités politiques différentes : les Territoires, de puissantes colonies organisées autour du cœur névralgique du vieil empire – et qui appliquent le saidin par défaut – ; les Cinq-Couronnes, trois royaumes et deux principautés relativement autonomes par rapport aux Territoires ; et les Douze Cités, des cités-Etats commerçantes. Il existe différents niveaux de saidin, et le saidin dit « impérial » est celui parlé par les élites, avec un accent que l'on qualifie de pur. Ainsi, les tribus nomades présentes dans les déserts, tels les Yebbhin, parlent cette langue, mais avec un fort accent, de même que les Douze-Cités, descendants des Peuples de la Mer. A noter d'ailleurs que la dénomination « saidin impérial » est le nom donné par les peuples colonisateurs à cette langue, mais qu'elle n'est pas canon parmi ceux qui la parlent.

Histoire de la langue

L’histoire du saidin se confond avec celle de l’empire et des différents peuples et états politiques qui en sont issus. On considère généralement qu’il est né dans les Déserts Rouges, dans les premières cités-Etats de la région de Saida construites sur les flancs de la Crête, les monts les plus hauts de la région. C’est une langue gutturale, faits de sons forts, avec une omniprésence de « k », de « h » et de « a ». La plupart des voyelles ont été apportées progressivement par contact avec les peuples étrangers, notamment les Peuples de la Mer, à l’origine des Douze-Cités, et réputés pour la douceur de leurs sons. A noter également que si le saidin n’est pas exempt de sa propre richesse culturelle, ses plus grands textes ont été composés à l’époque de la Grande Traversée, époque qui a vu les peuples handels, connus pour la prédominance des écrits dans leur culture, être déportés dans les Marches du Soleil, à la frontière est de l’empire. Historiquement parlant, il existe deux phases de saidin : le saidin archaïque, parlé dans les premiers balbutiements politiques de la région de Saida, le neo-saidin, qui profite des influences des Peuples de la Mer et le saidin classique, qui prend forme lors de la Seconde Période intermédiaire et sous la XIème dynastie de l'empire, époque par ailleurs connue pour son raffinement culturel impulsé par de multiples personnalités féminines. C'est le saidin impérial, tel qu'il est encore parlé à ce jour dans les hautes sphères des Etats.

Phonologie

Majuscule Minuscule Prononc. API Équiv. Français
A a /a/ parfois /ɑ/ a
B b /b/ b
D d /d/ d
E e /e/ é
F f /f/ f
G g /g/ g
H h /h/ muet[1]
I i /i/ i
K k /kɑ/ c, k
L l /l/ l
M M /m/ m
N n /n/ n
O o /ɔ/ o
P p /p/ p
R r /ʁ/ r
S s /s/ s
T t /t/ t
U u /u/ ou
V v /v/ v
W w /w/ w
Y y /j/ y
Z z /z/ z

Les affriquées

  • Sh : /ʃ/
  • Ksh : /kʃ/

Grammaire

Le saidin est une langue agglutinante, à la syntaxe suivant le modèle SOV. Le sujet principal est suivi du suffixe « dshen », et le complément du suffixe « zu ».

Exemple : Il mange une pomme. --> Kesti (sujet) dshen (suffixe de sujet) kshash peleniesh (complément) zu (suffixe de complément) pelektai (verbe).

De même, les adjectifs se placent après le nom qu’ils qualifient.

Exemple : Il mange une pomme rouge. --> Kesti dshen kshash peleniesh raskien zu pelektai.

Noms communs

Le saidin possède quatre nombres grammaticaux :

Suivent aussi quatre genres grammaticaux :

  • masculin (–n)
  • féminin (–ae, ou –ie)
  • animé (–e ou –ys)
  • inanimé (–a, ou –i), les deux derniers faisant référence à deux sous-genres appartenant au neutre.

Les adjectifs

Concernant les adjectifs, ils se divisent en deux classes, les adjectifs en –ien et en –non et aucun ne se décline. Il est toutefois possible de les transformer pour leur ajouter une valeur négative, une forme au passé, ou encore de les associer aux genres grammaticaux. Exemple : le terme signifiant « beauté » est sayri. Transformé en adjectif, il donne sayrinon, ce qui veut dire « beau », et sayrinae pour « belle ».

Chaque classe d’adjectifs a sa propre façon de signifier une forme négative ou du passé. Ainsi, les adjectifs en –ien prennent –hnun, en remplacement de –ien pour signifier une négation. Exemple : le terme doishkien, voulant dire « grand », devient doishkienae pour « grande » et doishkhnun pour « pas grand ». Pour le passé, il suffit d’apposer le suffixe –itto, et ce avant tout autre suffixe. Exemple : doishkittoien signifie « était grand », tandis que doishkittohnun veut plutôt dire « n’était pas grand ».

Pour les adjectifs en –non, la règle est la même, avec toutefois des suffixes différents. Ainsi, c’est le terme –gen qui permet de former une négation. Exemple : sayringen signifie « n’est pas beau », tandis que sayrinaegen veut dire « n’est pas belle ». Pour la forme du passé, on a cette fois recourt au suffixe –ida. Exemple : sayrinidanon veut dire « était grand », tandis que sayrinidagen se traduit par « n’était pas grand ».

Il est également possible de mettre plusieurs adjectifs les uns à la suite des autres, en usant du terme « ko » à la fin de son énoncé. Exemple : doishkien sayrinon ko, signifie « grand et beau ».

Comparatifs et superlatifs

Pour former des comparatifs et superlatifs, les adjectifs s’accompagnent chacun d’un suffixe ou d'un mot : –issam pour les superlatifs, « kelin » pour les comparatifs d'égalité, placé à la suite des adjectifs, et « meden » qui suit la même règle que « kelin », pour les comparatifs d'infériorité. Exemple : Elle est aussi belle que grande --> Kestie dshen sayrinae doishkienae kelin.

Conjugaison

=Pronoms personnels

  • je : ahma
  • tu : kashne
  • il/elle : kesti/kestie
  • nous : yasran
  • vous : yanah
  • vous (politesse) : shakyanah
  • ils/elles : kestik/kestiek

Infinitif

Tout nom commun peut devenir un verbe, par l'ajout des suffixes –at ou –is au radical si celui-ci se termine par une consonne, ou par –nat ou –kis, s'il se termine par une voyelle. Les verbes d'état sont gratifiés d'un préfixe, yin–, sauf le verbe être qui est une exception à la règle.

Temps de conjugaison

Le présent se forme par suppression du –at/–nat ou –is/–kis, et par rajout des terminaisons suivantes :

  • ahma → -a
  • kashne → -sa
  • kesti → -tai
  • yasran → -atak
  • yanah → ataik
  • shakyanah → -ataik
  • kestik → -taik

Exemple : Je suis --> Ahma isha.

Pour le passé, on rajoute le suffixe –alak avant chaque terminaison. Exemple : J'étais --> Ahma ishalaka.

Le futur se forme grâce au suffixe –her : Exemple : Je serais --> Ahma ishhera.

Le passif s'accompagne du suffixe –ir. Il est également possible de mettre une négation devant un verbe, auquel cas on rajoute « nesh ».

Chiffres

0. hotsan
  1. lak
  2. dahna
  3. teskil
  4. kesnen
  5. sesnak
  6. sil
  7. setenken
  8. yehena
  9. neshkon

Liens

Notes

  1. /h muet/ ou /h aspiré assorti du son ɑ/