S

Un article de Ideopedia.

Sommaire

Présentation

Le S, dix-neuvième lettre de l'alphabet latin conventionnel, servait (et sert encore) à transcrire un son fricatif alvéolaire non voisé. C'est la première lettre des mots...

Serpent
snake
serpiente
serpente
serpento
Schlange...

et c'est bien ce qu'elle évoque. Cette lettre a un centre de symétrie et peut donc se retourner de 180°. Mais le reflet ne donne plus la même lettre : Ƨ.

Graphie historique

En français du moins, le S s'écrivait (en bas de casse) ſ au début et au milieu d'un mot. Ce qui le rapprochait d'une autre fricative, labiodentale, celle-ci : le f. Cette proximité valut au chevalier de La Palice (mort devant Pavie), une postérité assez inattendue :

« S'il n'était point mort, il ferait encore en vie », transformé en
« S'il n'était point mort, il ſerait encore en vie ».

Prononciations

Si la prononciation du S est stable en espagnol, en finnois, dans les langues baltes ou slaves (à alphabet latin) : [s], en hongrois (ʃ]), il l'est beaucoup moins dans d'autres langues, où sa prononciation subit des fluctuations plus ou moins importantes, selon les cas. On citera notamment :

Allemand [z], sauf devant un P ou un T : [ʃ] ou en fin de mot : [s]. Wikipédia nous donne plus de détails.
Français [s] sauf, dit la règle, entre deux voyelles : [z]. C'est compter sans les nombreuses exceptions
tant "d'un côté que de l'autre", comme
asexué, antisocial, asymétrique...
alsacien, transalpin, transition...
Italien Même règle[1]
Anglais En principe, même règle, Toutefois, se prononce aussi [z] à la fin d'un mot derrière une voyelle :
She has, does, exercises, umbrellas...
Portugais Le S n'a pas moins de quatre prononciations différentes (/s/, /z/, /ʒ/ ou /ʃ/), selon l'endroit où il se trouve... et selon l'origine du locuteur (Angola, Brésil, Portugal...).
Macédonien Le S figure dans le macédonien (langue à alphabet cyrillique) : [/dz/].

Diacritiques

On retrouve notamment, comme pour le C, la cédille, le háček et le circonflexe, entre autres diacritiques.

Cédille : utilisée en roumain, en judéo-espagnol, en turc, en azéri, en kurde... : [ʃ]
Háček : dans les langues slaves à alphabet latin (sauf le polonais), les langues baltes et le psolat ; même utilisation que ci-dessus.
Circonflexe :  ; idem.

Digrammes

... trigrammes... :

SH [ʃ]
[2] SS [s]
SC(i) [ʃ]
SZ [ʃ]
SZ [s], CS [t͡ʃ]
SCH [ʃ]
SJ [ɕ].

Liste non exhaustive.

Grammaire

Le S a un potentiel grammatical énorme, puisqu'on le trouve dans :

De nombreux pluriels : (cst. cat.)
Des conjugaisons
3e S :
2e S & 1e P (cst. cat.)
Des déclinaisons (& assimilés)
Génitif de mots : des Kindes.
Cas possessif de mots singuliers ou de pluriels irréguliers anglais, domicile : my family's car, the girl's bike, at the Spice's...

Les idéolangues ne sont pas en reste :

Idéolangues

En général, le S jouit d'une grande stabilité dans la plupart des idéolangues, et leurs concepteurs s'efforcent de sonner à cette lettre une prononciation conforme à sa correspondante en API, les écarts sont assez rares. Parmi ceux-ci, on peut citer...

L'aneuvien

Le S est est une des rares lettres "à problèmes" dans la phonologie aneuvienne.

  • En fin de mot
  • entre deux voyelles prononcées
  • derrière une consonne
    à l'exception de
    B, D, G, V
s
  • Entre une voyelle et un E final (muet)
  • derrière B, D, G, V
z
  • Devant une consonne[3]
    à l'exception de
    B, D, G, L, V
ç
  • Devant un L (digramme)
ɬ
  • Devant B, D, G, V[3]
ʝ[4]

Des variantes sont admises. Ouf !!!

Le sambahsa mundialect

On retrouve la règle francophone[1]du S intervocalique se prononçant [z].

Le volapük

Le S a deux versions de prononciation : voisée ([z]) ou non ([s]).

Rôle du S en grammaire

  • Le S est le cas de l'accusatif de nombreux mots. Seules des lettres finales contenant déjà un [s] dans leur phonème font exception.
  • Le S est la lettre finale des verbes à l'indicatif et au conditionnel :
Mi parolos = je parlerai.
  • Le S indique le pluriel pour de nombreuses idéolangues romanes[5], à l'image de leurs inpiratrices ; c'est aussi le pluriel des noms uropi se terminant par une voyelle et également le pluriel général pour le <omunleng, le sambahsa-mundialect et le volapük.

Liens


  1. 1,0 1,1 Mêmes exceptions ?
  2. Quand l'eszett (ß) n'est pas disponible.
  3. 3,0 3,1 ... de la même syllabe
  4. Rare : [z] admis.
  5. À l'exception notable du popiaro et des noms psolat en consonne : -I.