Remaï

Un article de Ideopedia.

  Remaï (Remaï)  
Année de création 2007
Auteur David Sicé
Régulé par David Sicé
Nombre de locuteurs
Parlé en
Idéomonde associé
Catégorie Idéolangue auxiliaire
Typologie Langue a priori.
Alphabet 12 signes idées.
Lexique 144 mots élémentaires.
Version 32
Codes de langue
ISO 639-1
ISO 639-2
ISO 639-3
Préfixe Idéopédia IDEO_REM

Le Remaï est une langue construite de type mixte. Il s'apprend extrêmement vite et peut se communiquer au moyen de n'importe quelle série de 12 signes. Le niveau A1 / A2 du cadre européen s'atteint en quelques heures. Le niveau B1 / C2 devrait pouvoir être atteint en seulement une semaine. La simple lecture de cet article devrait vous permettre d'atteindre le niveau A1.

Sommaire

Historique

Le Remaï (RE MAI ou REIMAI) est une langue construite dérivée du Primordial. Le Primordial permet en apprenant seulement 12 syllabes floues associées à 12 sèmes (idées floues) de transformer n'importe mot ou acronyme (suite de syllabes) en une phrase qui forme une définition cohérente. Le Primordial ne permettait pas de traduire des phrases ou des textes en langues naturelles. Cependant, il était possible de partir des 12 sèmes ou idées floues du Primordial pour former des mots, qui ensuite pourraient se répartir en mots grammaticaux d'un côté et en mots lexicaux de l'autre. L'idée était de créer une langue transparente sémantiquement, c'est-à-dire dont les mots et les parties de mots se définissent tous par les signes qui les composent. En s'inspirant du latin, du japonais, du français et de l'anglais, et du postulat que toute suite de syllabes, même aléatoire, devait pouvoir former un énoncé cohérent sur tous les plans, des règles de combinaisons et des classes grammaticales adaptées ont émergé, puis se sont fixées.

Versions

La dernière version est la version 40 et permet de traduire un cours de Français Langue Étrangère conforme au Cadre Européen de niveau A1 (grand début, actes de paroles couvrant les besoins essentiels de l'apprenant).

Phonologie

Le Remaï se présente sous la forme d'une suite de syllabes de type consonne + voyelle. Une syllabe suffit à faire un mot, un mot suffit à faire une phrase. La voyelle indique la classe grammaticale du mot. La consonne indique la signification du mot dans la classe grammaticale et peut se prononcer dure ou douce sans changement de sens. Par exemple, Y/J/DJ correspondent tous les trois à la même signification (et au même signe de la main ou au même idéogramme). De même T / D / TH / DH. Cette prononciation permet à chaque locuteur de prononcer le plus clairement et le plus facilement le mot ou la phrase de son choix, en fonction de sa langue maternelle.

Le rémaï se signe avec seulement douze signes idées, qui correspondent à douze consonnes plus ou moins dures(le signe haut) et douze voyelles plus ou moins ouvertes ou longues ou chantées (le signe bas).

Signe + haut : En rémaï ROUJI : consonne DJ (de Djinn) / J (de Jules) / Y (de Yalta) - forme les mots que l'on appelle REIJA, correspond à une forme longue (le bâton) et à l'idée d'originalité ("spécial"). Signe + bas : En rémaï ROUJA : voyelle EI (de Soleil) / Ê (de Forêt) - décrit les objets (noms communs), comme JEI l'individu, WEI le vêtement - forme les mots que l'on appelle REINAJE ("les objets").

Signe O haut : En rémaï ROUWI : consonne W (de Wapiti) / ÔW (de Oh when the saints) - forme les mots REIWA, correspond à une forme courbe (la balle) et à l'idée de groupe ("la réunion, l'entourage, le monde"). Signe O bas : En rémaï ROUWA : voyelle OU (de Toutou) / EÛ (de heure) - décrit les qualités (adjectifs), comme WOU, le nombre, VOU la couleur - forme les mots que l'on appelle REINAWE ("les qualités").

Signe > haut : En rémaï ROUKI : consonne K (de Koala) / G (de gare) / K' (K chuinté) / GJ - forme les mots REIKA, correspond à une forme pointue (le couteau) et à l'idée de trancher ("le partage, la séparation"). Signe > bas : En rémaï ROUKA : voyelle AE (de Aglaé) / AÏ (de paille) - décrit les personnes (pronoms personnels), comme JAE moi (ton respectueux), WAE les gens, tout le monde - mots appelés REINAKE ("les personnes").

Signe X haut : En rémaï ROUDI : consonne D (de Dada) / T (de Toto) / DH (de l'anglais That) / TH (de l'anglais This) - forme les mots REITA, correspond à une forme carrée (le plateau, la dalle) et à l'idée de faire ("le don", la "remise"). Signe X bas : En rémaï ROUTA : voyelle A (de Baba) / Â (de tâche) - l'indice en A décrit la forme générale d'un objet en EI ou d'une personne en AE, la qualité générale en OU. Après SHOU ou isolés, les indices en A décrivent l'avis de celui qui parle sur l'objet qui suit, comme dans SHOUBA BEI, une nourriture ou une boisson qui me satisfait. Mot appelé REINATE ("les indices en A", "la forme générale").

L'avis en A correspond à la même idée que la conclusion en AO qui indique la fin de la phrase et l'avis de celui qui parle sur ce qui vient d'être dis. Donc SHOUBA BEI ou BABEI veut dire la même chose que BEIBAO. Attention, il n'existe pas de double négation en rémaï : NABEI NAO veut toujours dire "ce n'est pas mangeable ou potable" et non comme en français "ce n'est pas de la non-nourriture = c'est de la nourriture" (la double négation s'annule). En rémaï l'avis en A pointe dans la phrase l'objet concerné tout particulièrement par la conclusion en AO à la fin de la phrase, comme dans NABEI YAJEI NAO, ce n'est pas de la nourriture mais un être pensant (selon moi).

Signe V haut : En rémaï ROUVI : consonne V (de Vague) / F (de Feu) - forme les mots REIFA, correspond à une forme arborescente, ou capable de se déployer ou à l'idée de rayonner ("la propagation, l'extension"). Signe V bas : En rémaï ROUFA : voyelle I (de lit) / Ü (de Tutu) - l'indice en I décrit la forme utile d'un objet en EI ou d'une personne en AE, la qualité utile en OU. Après SHOU ou isolés, les indices en I décrivent le point de vue de la personne en AE qui commence par la même consonne : SHOUJI ou JI, selon moi (de JAE, moi) ; SHOUDI ou TI, selon toi (de TAE, toi) - mots appellés REINAVE ("les indices en I"). Mot appelé REINAFE.

S'il manque la voyelle, il faut compléter la consonne avec un E. Par exemple, le signe haut J sans signe bas doit se lire JE.

S'il manque la consonne, il faut compléter la voyelle avec un SH. Par exemple, le signe bas EI sans signe haut doit se lire SHEI.

Grammaire

Il existe douze classes grammaticales, correspondant aux douze "voyelles" du Rémaï. Ces classes grammaticales permettent de distinguer les différents niveaux de la phrase : la réalité que l'on évoque en terme de choses et de position des choses autour de ceux qui parlent, les qualités que l'on prête aux choses, l'avis que l'on a dessus, qui est en train de donner son avis, les parties de la phrase et les limites de la phrase. L'analyse grammaticale de la phrase et la lecture de ses différents niveaux se fait à partir de là à l'oreille ou visuellement, immédiatement : tous les mots qui contiennent la même voyelle appartiennent au même niveau, s'utilisent de la même manière et désignent la même idée générale par rapport à la conversation, aux locuteurs et au monde qui les entoure.

Objets en EI

Dans les versions précédentes, les objets étaient appelés "racines". Ce sont l'équivalent des noms communs ou substantifs français, dans le sens où les mots en EI représente des objets (individu, outil, idées) dont la phrase raconte l'histoire et auxquels le locuteur attribue des rôles à jouer comme au théâtre. En faisant défiler les 12 consonnes rémaï, on obtient 12 racines élémentaires.

JEI ("djeille") ou YEI ("yeille") : Un individu, un corps - en rémaï, ce mot se nomme REIYAJE, comme dans la phrase NA-JEI MEA REIYAJE LAO - Ce n'est pas un individu, mais le mot "individu" en fait. WEI ("weille") : un vêtement, une couverture - en rémaï, ce mot se nomme REIWAJE. KEI ("keille") ou GEI ("gueille") : N'importe quelle chose d'une certaine forme, un outil, un objet trouvé dans la nature. En rémaï, ce mot se nomme REIKAJE.

DEI ("deille") ou TEI ("teille") : Une construction, une maison - en rémaï, ce mot se nomme REITAJE. VEI ("veille")ou FEI ("feille") : un animal, un être vivant - en rémaï, ce mot se nomme REIFAJE. BEI ("beille") ou PEI ("peille") : De la nourriture - en rémaï, ce mot se nomme REIPAJE.

SHEI ("cheille") ou HEI ("heille" avec un "h" fortement soufflé) : une ambiance, la météo - en rémaï, ce mot se nomme REIHAJE. LEI ("leille") : un métier, une occupation, une expérience - en rémaï, ce mot se nomme REILAJE. REI ("reille") : une langue, un récit, un discours, des mots - en rémaï, ce mot se nomme REIRAJE.

SEI ("seille") ou ZEI ("zeille") : Un paysage, un pays, un moment de la journée - en rémaï, ce mot se nomme REIZAJE. MEI ("meille") : une émotion, un état de santé, un sentiment - en rémaï, ce mot se nomme REIMAJE. NEI ("neille") : un matériau, un assemblage - en rémaï, ce mot se nomme REINAJE.


Chaque objet est un hyperonyme, c'est-à-dire un nom capable d'en décrire énormément d'autres. Par exemple, un vêtement WEI permet de décrire n'importe quel vêtement. Une objet n'a pas de pluriel ou de singulier, il peut donc décrire une seule chose ou un ensemble de choses de même nature. Par exemple JEI peut décrire un seul individu comme un groupe de plusieurs individus. Pour préciser "plusieurs", on dit WOU devant l'objet en EI, comme dans WOUJEI. Pour préciser "un seul", on dit WOUJE devant l'objet en EI, comme dans WOUJE JEI.

Un objet peut être fermé ou ouvert. Un objet fermé se termine par NN (parfois translittéré par 'N) et ne contient aucune syllabe supplémentaire entre le EI et le NN final (la "close en N"). Par exemple : JEI NN ("jeill'ne" ou "jei-eill'ne") est une racine fermée et signifie "un individu" ou bien "des individus". NN est le plus souvent sous-entendu. Il s'ajoute surtout quand le locuteur veut faire distinctement entendre la fin d'un mot, après sa dernière syllabe. NN se prononce "enne" de "lycéenne" ; ou "eûn'" comme dans l'anglais "under" ou "eun'", comme dans le mot allemand "foehn" [føːn], ou encore la syllabe japonaise "nn" (bout de la langue derrière la langue, bouche quasi fermée, et souffler).

Un objet ouvert peut contenir des syllabes supplémentaires entre le EI et le NN final Le NN peut-être sous-entendu tant qu'il n'est pas suivi d'une syllabe en I, A, E, O décrivant un mot différent du précédant. Par exemple si vous voulez dire "Elle reçoit une bonne nourriture", vous pouvez dire (1) JEIWI (la femme) NNBA BEI (la nourriture) JAO Tandis que (2) JEIWIBA (le ventre de la femme) BEI (la nourriture) JAO signifira "le ventre de la femme reçoit une bonne nourriture". Dans la phrase (1) JEIWI NN est un mot complet (un objet fermé), tandis que dans la phrase (2) JEIWI est un mot que complète BA (un objet ouvert dont la description est complétée par l'idée indiquée par BA).

Mode en OU

Dans les versions précédentes, les qualités en OU étaient appelés "modes". En faisant défiler les 12 consonnes rémaï, on obtient 12 modes élémentaires.

YOU ou JOU ("djou") : un nom propre WOU : un nombre, l'effectif d'un groupe KOU ou GOU : Un prix, une perte, un débit.

DOU ou TOU : un ordre d'arrivée VOU : une couleur, une harmonie de couleur. BOU : Un salaire, un gain, un crédit.

SHOU ("chou")ou HHOU ("h" fortement soufflé) ou TCHOU : un point de vue, des mots rémaï (décrivant par signe des choses ou la phrase ou le point de vue du locuteur). LOU : une heure, la partie pointée d'un objet, la position relative par rapport à un repère ROU : Un signe idée, le signe haut, le signe bas, la hauteur de la voix qui prononce ce signe.

SOU ou ZOU : Une dimension, une taille, une proportion, une grandeur. MOU : Une citation, une explication, une traduction, une reformulation, une phrase. NOU : Une action en cours, le moment de l'action en cours, les modalités de l'action.

Les qualités sont des adjectifs qui ajoutent à l'objet en EI qui suit dans la phrase une information. Par exemple : YOU MARK NNJEI, la personne nommée "Mark" ; WOUWE YOU MARK NNJEI, les deux personnes (JEI) nommées Marc.

Comme les objets, les qualités sont des hyperonymes et peuvent s'ouvrir, c'est à dire être complétées par des indices en I, A, E ou se fermer de la même manière. Par exemple WOU JEI, plusieurs individus ; WOUJE JEI (1), un seul individu ; WOUJA JEI, dix (10) individus ; WOUJI JEI, cent (100) individus ; WOUJIJAJE JEI, cent onze (111) individus.

Il existe quatre sortes de qualités en OU, en fonction de comment les indices en I, A, E doivent s'interprèter :

Les qualité vocaliques comme YOU (nom propre) et MOU (citation) contiennent des sons articulés, et se referment toujours avec NN à l'écrit, mais pas forcément à l'oral. Les qualités numériques comme WOU (nombre), TOU (rang), KOU (prix), BOU (crédit) contiennent des chiffres. Les qualités objectives comme VOU (couleur), SOU (taille), ROU (signe) contiennent des sensations. Les qualités subjectifs comme SHOU (point de vue), LOU (mesure) et NOU (action en cours et moment de l'action) contiennent des jugements, des descriptions ou des estimations.

Notez que SHOU est la qualité par défaut, que l'on peut ajouter devant n'importe quel objet, n'importe quelle conclusion ou articulation de phrase.

Si la qualité en OU n'est pas suivi d'un objet alors que la phrase se termine (avec une conclusion en AO), ou la proposition se termine (avec une articulation en EA), alors il faut lui ajouter KEI (une chose). Par exemple : WOUNAO. WOUJE LAO, Je n'en utilise pas plusieurs, je n'en utilise qu'un seul. Voici la phrase complète : (WEO) WOUKEI NAO. (WEO) WOUJE KEILAO.

Si deux qualités strictement identiques sont consécutives dans la phrase, il faut ajouter KEI juste après la première qualité identique et avant la qualité identique suivante. Par exemple : YOU MARK NN YOU MARIA NNJEI JAO, c'est Marc qui aide la personne nommée Maria. Voici la phrase complète avec YOU MARK NN (WEO) KEI YOU MARK NN (KEO) JEI JAO.

Deux qualités peuvent être liées par la liaison KO, et dans ce cas, elles forment une seule qualité composée de deux caractéristiques. Par exemple : YOU MARK NNKO YOU HANRI NN JEIJI, l'homme qui s'appelle Marc-Henri ou Marc Henri. Autre exemple : WOUWAJE NNKO LOULI YOU TOM NN, Tom a 21 ans (l'adjectif WOUWAJE "21" est lié à LOULI "en années" et forme un seul adjectif qui s'applique à JEIJI, l'homme). Tandis que WOUWAJE NN LOULI YOU TOM NN JEIJI, Il y a deux hommes qui s'appellent Tom en l'espace d'une année (les adjectifs WOU, LOU et YOU s'appliquent tous à JEIJI, l'homme.

Personnes en AE

Texte à venir.

Indice ou avis en A

Texte à venir.

Indice ou point de vue en I

Texte à venir.

Articulation de phrases en EA

Texte à venir.

Conclusion en AO

Texte à venir.

Indice ou présentatif en E

Texte à venir.

Liaison en O

Texte à venir.

Rôle en EO

Texte à venir.

Préfixe en OE

Texte à venir.

Ponctuations et Close en N

Texte à venir.

Lexique

Individu et corps humain en JEI

Vêtements et couvertures en WEI

Objets, végétaux et accessoires en KEI

Maisons et constructions en DEI

Animaux et bruits d'animaux en VEI

Nourriture, goût, textures en BEI

Ambiance, température, météo en SHEI

Occupation, métier, expérience en LEI

Discours, mots, langage, récit en REI

Sentiment, état de santé en MEI

Matériaux, assemblage, état en NEI

Nombres et mesures

Dimensions relatives

Couleurs

Représentations, dessins, écritures

(Page en cours de rédaction)

Syntaxe

Ordres rémaï

Systèmes d'écriture

Il s'agit ici soit de véritables systèmes d'écriture, soit d'un système de communication qui fait appel à des gestes ou d'autres signes que la parole ou un caractère imprimé. N'importe qui peut créer son propre système d'écriture ou en apprendre un nouveau en moins de cinq minutes, car il n'y a que 12 signes à apprendre, plus la règle de combinaison et du sens d'écriture. Le Rémaï peut s'écrire dans toutes les directions, à condition d'indiquer un sens de lecture au lecteur. De ce fait, il est prudent d'utiliser des signes asymétriques et très faciles à distinguer des uns des autres.

Le rémaï natif

Il s'écrit en utilisant les douze signes que représentent les caractères suivants : +, O, >, X, V, A, S, 7, <, L, N, 8. La consonne est écrite en premier et en taille ordinaire, la voyelle est écrite en second, réduite à la taille d'un tiers, éventuellement imbriquée dans le premier signe. Il est possible d'écrire avec une seule taille de caractère en utilisant un tiret haut ou bas devant la consonne. Des espaces peuvent être ajoutés pour faciliter la lisibilité.

Chacun des douze signes représente graphiquement le sème (idée floue) qu'il évoque, directement tiré du Primordial. Cette série native ne peut pas toujours être utilisée pour communiquer sur Internet. Par exemple, elle ne permet pas de renseigner une page Wikipedia sans provoquer des erreurs de présentation.

Le JOKTV

Il s'écrit en utilisant les 12 majuscules JOKTVB HLRZMN pour représenter les consonnes et les 12 minuscules de ces mêmes lettres pour représenter les voyelles. On peut utiliser les caractères espace, tiret haut, tiret bas pour rendre plus lisible le bloc de texte et souligner certains groupes de mots. Si on ne peut avoir recours aux majuscules, comme par exemple si on veut nommer un fichier dans un système d'exploitation, les consonnes sont précédées d'un tiret haut sauf la première du texte ; le tiret bas peut remplacer le tiret haut pour indiquer un espace.

Par exemple REIJI ("Ma parole") peut s'écrire RjJv.

Le rémaï signé

Texte à venir.

Le rémaï chanté

texte à venir.

Textes

La légende de Babel

Mise à jour de la traduction en cours.

Communauté

Idéomonde associé

Sites de référence

http://www.davonline.com/index_remai.shtml

Autres liens