Quaancu

Un article de Ideopedia.

  MediaWiki:IDEO QCU Idéolangue
 
Année de création 2015
Auteur Utilisateur:Etuèl (Atíel)
Régulé par Etuèl
Nombre de locuteurs
Parlé en
Idéomonde associé
Catégorie Persolangue
Typologie A posteriori
Alphabet Idéogrammes chinois
Lexique 29[1]
Version
Codes de langue
ISO 639-1
ISO 639-2
ISO 639-3
Préfixe Idéopédia MediaWiki:IDEO QCU Préfixe

Le quaancu (混語) est une idéolangue de type agglutinante, dont la grammaire est inspirée de celle des langues eskimo-aléoutes, et le vocabulaire et l'écriture du chinois. Cette langue a été créée dans le cadre d'un projet commun avec deux autres langues, dont le phram ngō.

Sommaire

Phonologie et transcription Saicii (西字)

Dans les tableaux, les lettres (et digrammes) en rouge correspondent à l'orthographe des phonèmes correspondant à la transcription Saicii, qui a été le premier système de transcription inventé pour le quaancu.

Voyelles

Il existe trois voyelles en quaancu, chacune d'entre elles pouvant être longue.

Antérieures Postérieures
Fermées i   iː
i   ii
u   uː
u   uu
Ouvertes a   aː
a   aa

Consonnes

On compte 31 consonnes en quaancu. Toutes peuvent être géminées : elles seront alors doublées à l'écrit (le h- n'est lui jamain doublé à l'écrit, aisni, /n̥/ s'écrira <hnn>).

Labiales Alvéolaires Rétroflexes Palatales Vélaires Uvulaires
Nasales m m̥
m hm
n n̥
n hn
ɳʷ ɳ̊ʷ
nu hnu
ŋ ŋʷ ŋ̊ ŋ̊ʷ
ŋ ŋu hŋ hŋu
Occlusives p
p
t
t
ʈʷ
tu
c cʷ
c cu
k   kʷ
k   ku
q   qʷ
q   qu
Fricatives s
s
ʂʷ
su
ɣ ɣʷ
g gu
ʁ ʁʷ
r ru
Spirantes l ɬ
l ł
ɭʷ ɭ̝ʷ
lu łu
j jʷ
j ju

Note : une séquence <(C)u(C)>, où (C) est une consonne, sera prononcé /(C)ʷu(C)/, à l'exception de <mu-> et <pu->, prononcés respectivement /mu/ et /pu/.

Syllabe

La structure d'une syllabe est la suivante :

(C)V(V)(C), où (C) est une consonne et (V) une voyelle. Si V est longue, (V) disparaîtra.

Dans le cas où un ou plusieurs suffixe(s) viendrai(en)t à créer une séquence VVV, un -r- intercalaire s'introduirait, formant ainsi la séquence VrVV/VVrV.

En fin de mot, outre les voyelles, seules les consonnes vélaires et uvulaires (/ŋ ŋ̊ k q ɣ ʁ/) sont autorisées, ainsi que le /n/.

Assimilation

Certains groupes de consonnes ne sont pas permis en quaancu. Ainsi, une assimilation régressive a souvent lieu. Ainsi, quand deux consonnes sont en contact, la première consonne être modifiée afin d'avoir le même mode d'articulation que la seconde (*/qn/ > /tn/).

Exceptions : les consonnes spirantes ne subissant aucune modification (/lk/ est toléré), sauf en cas de contact dentales/alvéolaire (*/lʈʷ/ > /ɭʈʷ/). Une consonne nasale précédant une consonne palatale, vélaire ou uvulaire deviendra toujours vélaire (*/nc/ > /ŋ̊c/).

Tous ces changements de prononciation ne sont pas notés dans la transcription latine Saicii.

Kuancii (漢字)

Le quaancu s'écrit avec les kuancii (漢字), caractères d'origine chinoise. Les caractères les plus fréquents ne se prononce qu'en une syllabe, parfois deux lorsque la finale de la première d'entre elles, et l'initiale de la seconde sont vides (contact voyelle/voyelle).

La prononciation, unique, de ces caractères est directement tirée de celle du chinois médiéval, adaptée à la phonologie locale. Par exemple :

  • ch. méd. /siɛu/ > quaancu /säu/
  • ch. méd. /ŋɑ/ > quaancu /käː/

Grammaire

La grammaire du quaancu est semblable à celle des langues eskimo-aléoutes, langue ergative, d'ordre SOV.

On y distingue 6 catégories grammaticales :

  • noms
  • modificateurs nominaux
  • affixes nominaux
  • verbes
  • modificateurs verbaux
  • affixes verbaux

Le quaancu étant une langue agglutinante, il n'est pas rare de rencontrer de longs mots, le plus souvent composé d'une base (nom ou verbe), de plusieurs modificateurs (équivalent des adjectifs ou des adverbes), et d'un affixe (un par mot, toujours placé en suffixe). Par convention, nous écrirons les modificateurs entre paranthèses et les affixes entre crochets.

  • 蘋果小食早吾 pihnquusau łuiqsuuŋu décomposable en 蘋(小)食(早)[吾], soit pomme-(petit) manger-(marque du passé)- [marque de la 1e personne du singulier], traduit par « j'ai mangé la petite pomme ».

Noms

Les noms ne se différencient ni en genre, ni en nombre (sauf dans certains cas rares). Les pronoms rentrent dans cette catégorie, car ils subissent majoritairement les mêmes règles que les noms (les exceptions sont détaillées).

Modificateurs nominaux

Il existe énormément de modificateurs nominaux, apportant le plus souvent une information sur une qualité du nom.

  • 犬小 kaŋsau, décomposable en 犬(小), traduit par « petit chien » : ici, le modificateur 小 apporte une précision sur le nom 犬.

Affixes nominaux

Un affixe particulier revient assez souvent en quaancu : 是 łi, qui exprime l'état d'être. C'est un affixe de statut ; en effet, il va créer un verbe à partir du nom auquel il est apposé.

Les autres affixes permettent d'exprimer les différents cas existant en quaancu.

Affixe
Absolutif -
Ergatif gaq
À venir. -
Expression de la possession

Avec les pronoms, le modificateur nominal 之 ci doit être utilisé (我之 kaaci, « mon, ma, mes »). C'est le nom formé, équivalent d'un adjectif possessif, qui prendra les affixes nominaux ; le nom "possédé" reste à l'absolutif.

Verbes

Modificateurs verbaux

Dans cette catégorie rentrent les adverbes ainsi que les marques d'aspect ou de temps. Parmi les plus fréquents modificateurs verbaux, on trouve :

  • mu, marquant la négation
  • suu, marqueur du passé
  • nuin, exprimant une possibilité, une capacité

Affixes verbaux

Les affixes verbaux peuvent se décomposer en deux sous-catégories : les affixes personnels et les affixes de statut.

Affixes personnels

Obligatoires lorsqu'un verbe doit être conjugué, ils dépendent de la personne du sujet (verbes intransitifs), de l'actant et du patient (verbes transitifs).

Sujet Patient Actant
1sg ND ŋu
2sg nuii ND
3sg tar -
1pl ND ND
2pl ND ND
3pl ND ND ND
Affixes de statut
Le principal affixe de statut est celui permettant de nominaliser un verbe. À venir.