Qakhlen

Un article de Ideopedia.

  Qakhlen
Qakhlen
 
Année de création 2007
Auteur Shrykull
Régulé par
Nombre de locuteurs
Parlé en
Idéomonde associé
Catégorie Langue artistique
Typologie Langue a priori
Alphabet Alphabet qakhlen
Latin (translittération)
Lexique
Version
Codes de langue
ISO 639-1
ISO 639-2
ISO 639-3
Préfixe Idéopédia IDEO_QAK

Le Qakhlen "isthme" (Qakhlen (prononcez /Ra'khi en/)) est une idéolangue créée en 2007 par Shrykull.

Alphabet et prononication

Le Qakhlen utilise un alphabet inspiré du Hangeul.

L'alphabet Qakhlen
L'alphabet Qakhlen

-he : h expiré, comme dans « to hunt ». Hai (huit)

-we : demi voyelle [w] comme dans « Wallon ». Wemai (vaste étendue). Notez que ce phonème a deux graphèmes : le graphème non diacritique est juste une alternative un peu plus esthétique au « u » diacritique mais ne change rien à sa valeur phonétique.

-qe/ghe : r proche du r français, doux, comme dans « riz ». Qeyem (voir).

-en’ : vélaire nasale, comme dans « putain’ con’ » (avec accent du Sud Ouest X) ) ou « sen’ » (mille en Japonais). Horan’ (feu)

-ge : le g de « goûter ». Gyathem (boire & manger, se nourrir de)

-ke : le [k] de « couette ». Kon’ (pour, à destination de, à l’intention de)

-xe/kse : consonne affriquée [ks] comme dans « maxime ». Xe (partie, morceau)

-ye : semi-voyelle [j], comme dans « yaourt ». Yun’ (gentillesse)

-ce : un ch légèrement sifflant, comme dans « chute ». Cìmera (femme, fille, humain féminin)

-je : il n’y a pas vraiment de « j » en Qakhlen, seulement un double son « dj », comme dans l’anglais « joy ». Jomei (le monde)

-tce : double son « tch » comme dans « tchatche ». Tcimai (souris)

-le : le l de « lire ». Lyen (amour d’une personne pour une autre, dans tous ses sens). Attention toutefois, le le se prononcera comme un « i » s’il se retrouve derrière les consonnes xe, ce, je, tce, re, ze, se, dze, tse, de, te, ðe, þe, ou les digrammes th ou kh. Qakh (terre) + Len (lien) => Qakhlen /Ra’khi en/. Les mots d’autres langues où le cas se présente (exemple : « Doitcland ») se prononcent toutefois tels quels.

-re : r apical doux, comme dans l’italien « regina ». Ruvia (forêt)

-ze : le z de « gaz ». Zoe (depuis une durée)

-se : un s lui aussi doux et un peu sifflant comme dans… « siffler » :p Suruego (la couleur pourpre)

-dze : comme son nom l’indique. Dzidem (dire)

-tse : comme son nom l’indique. Tseki (sable)

-de : d pouvant être alvéolaire ou dental. Dem (être)

-te : idem. Tòmera (homme, garçon, humain masculin)

-ne : idem. Nerem (venir)

-ðe : la fricative dentale voisée, comme dans « then ». Ðin (douceur)

-þe : la fricative dentale sourde, comme dans « thing ». Þoun’ (gouffre)

-ve : fricative labiodentale voisée comme vous la connaissez. Vem (penser)

-fe : la même en sourde :p Fluena (eau)

-be : … un b quoi ^^’’ Biniko (chèvre)

-pe : un p comme dans « laper », assez peu appuyé. Pikis (petit)

-me : m. Myagem (manger)

-u : un u similaire au japonais (difficile a décrire :s ), comme dans « urusai » (bruyant / la ferme !). Ureta (maison)

-o : un o central, ni très fermé ni très ouvert, comme dans « sommet ». Oyackem (bouger brusquement)

-ø : le son eu ouvert de « leurre ». Øzago (couleur marron)

-i : i. Item (être là, se trouver à un endroit donné)

-e : e ouvert comme dans « serre ». Eo (le vide, le néant)

-a : a assez ouvert, comme dans « aller ». Ato (là, là-bas)

NB : En Qakhlen, les demi voyelles we et ye sont considérées comme des consonnes.

-Les digrammes kh et th indiquent respectivement les sons /k/ et /t/ accompagnés d’une expiration, à la façon de l’Anglais. Ils sont comptés comme un seul phonème. Exemples : qakh (terre) ; nøuth (fin)

-Les majuscules sont utilisées en début de phrase, pour les noms propres, ou pour marquer une généralité sur un nom ou une infinitif nominal. Elles sont aussi utilisées d’une certaine façon dans la numération (plus de détails dans le II) E.)

Le « ø accent grave», qui n’existe dans aucune langue naturelle, sera noté ø`.

Lien