Présent

Un article de Ideopedia.

Sommaire

Définition

Le présent est le premier temps appris lors de l'apprentissage de la conjugaison d'une langue. C'est aussi souvent le plus simple[1].

Il définit, en principe un procès censé se dérouler au moment où il est décrit. Toutefois, on peut, dans certaines langues, rencontrer plusieurs sortes de présent :

Le présent itératif : indique un procès qui a commencé dans le passé, ou qui commence au moment présent et qui est censé continuer (à la différence, par exemple, de l'imparfait) ; appelé également aoriste inchoatif ou aoriste de résultat (ou terminatif).
Le présent progressif : décrit un procès unique, mais en cours de réalisation.
Aoriste (gnomique) : Vérité générale et intemporelle, représentée par un présent dans les langues ne disposant pas de ce temps.
Le présent perfectif représente un procès commencé dans le passé, mais décrite dans le présent comme accomplie. Nommée (justement) present perfect en anglais[2].

Le présent existe dans tous les modes. Dans la plupart des langues, il est même unique dans certains modes comme l'impératif.

Idéolangues

Aneuvien

Le présent de l'infinitif est la référence lexicale.
Le présent de l'indicatif est, en fait, pour les personnes du singulier (dont le vouvoiement), le même que pour l'infinitif présent. Pour les personnes du pluriel, ça dépend des verbes et le détail est décrit dans cette page. Il est utilisé, comme pour l'anglais, pour l'aoriste et le présent itératif. On l'utilise également, lorsque le fait est avéré et que le verbe de la proposition principale le prévoit, pour le futur du passé.
Le présent du subjonctif est assez proche de celui de l'indicatif et il est même possible qu'au singulier, il lui soit homonyme pour certains verbes. Cependant :
pùze → (tep) a pùz
fàk → (tep) a fàk
poten → (tep) ar pot
Tout son vocalique long est raccourci.
Cette conjugaison est invariable : (tep) ar dem res = (qu')ils grandissent.
Selon le type de condition, la particule kjas précède, pour un présent du conditionnel, un verbe conjugué au présent de l'indicatif ou du subjonctif.
Le participe présent utilise la terminaison -UN, soit à la place du -EN de l'infinitif des verbes ayant cette terminaison, soit en lieu et place du -A de l'infinitif passé pour les autres verbes. Il est utilisé pour le présent progressif comme mode personnel et pour plusieurs autres utilisations dont le gérondif comme mode impersonnel.
L'impératif se forme lui, à partir du subjonctif passé :
Pùze → puzéa → pùzet
Gœnes → gunésa → gœnest.

Elko

Pour l'aoriste et lorsqu'aucune ambigüité n'est à craindre, le radical du verbe est utilisé seul. Les verbes d'action se terminent par -I et les verbes d'état (ainsi que la voix passive des verbes d'action) par -A. Sinon, on peut trouver, pour une insistance, ou un présent progressif à l'indicatif, la particule wodu (c'est le -O- de cette particule qui détermine le présent).

Espéranto

Le présent (temps simple unique pour ce mode) de l'infinitif se termine par -I
Celui de l'indicatif se termine par -AS
Celui du volitif se termine par -U
Celui du conditionnel se termine par -US
Celui du participe se termine par -A(n[3])TA.

Kotava

En kotava, le présent est celui des trois temps qui a la forme la plus courte, quel que soit le mode auquel le verbe est conjugué :

dankar = il chante.
co-dankar = il chanterait.
mais dankatar = il chantera.

Psolat

On retrouve, en psolat, les caractéristiques de beaucoup d'autres langues romanes en matière de conjugaison. Le présent, quel qu'en soit le mode, ne fait pas exception à la règle. On notera toutefois, une particularité : l'existence, pour le conditionnel, de trois variétés de présent. Aucune d'entre elles n'étant utilisée en temps que futur du passé.

Uròpi

La conjugaison en uròpi est invariable[4] en personne et en nombre, comme en espéranto. Le présent se termine par

-O à l'infinitif
-AN au participe
rien ou -E à l'indicatif
et -EV au conditionnel.


Volapük

Le présent n'utilise pas de préfixe (contrairement aux autres temps), du moins, à la voix active :

Kanitol = tu chantes.
kanitobsöd = Chantons.


  1. À l'exception notable du russe, où le passé (de l'indicatif) ne revêt que 4 formes, basées uniquement sur le genre et le nombre : -л, -лa -лo, -ли quand le présent en exige 6 : une par personne !
  2. En anglais également, le présent peut également remplacer le futur antérieur dans certains cas de concordance des temps.
  3. pour la voix active
  4. Sauf à l'impératif.