Pays des Pfaquous

Un article de Ideopedia.

Le Pays des Pfaquous
El Pfaqu'r land - nLámbayâlǎ mBɑ́gôwy
Drapeau
Drapeau du Pays des Pfaquous
Langue officielle brèntais, mnángɔ̀lɔ̌
Capitale Tnatha
Superficie 567 009 km²
Population 57 342 000 hab.
Densité 101 hab./km²
Gentilé Pfaquouzien, Pfaquouzienne
Monnaie Búako (Ƀ)

Le Pays des Pfaquous -officieusement la Pfaquouzie - est un pays situé au sud-ouest du Masicosme. Il a pour voisins le Labango au nord, la Golfelande en frontière à l'est, et la République de Floravà près de de l'est. Ses 57 millions d'habitants vivent dans un régime dictatorial stochocratique et parlent majoritairement le brèntais.

Sommaire

Géographie

Histoire

  • La Pfaquouzie était à l'origine peuplée de nomades mnangolos[1], à l'époque surtout présents dans le Natyxe labangais, l'Ouest, La Passe, le Centre et La Crique. Les mnangolos sont animistes.
  • Les mnangolos se rettirent peu à peu du Natyxe, suite aux invasions tendas.
  • Giovanni Basini, explorateur italien, accoste dans l'Est. Bathinsta est le nom moderne de "la ville de Basini".
  • La Compagnie Néerlandaise des Indes Orientales installe ses premiers colonies, où se retrouvent des européens de plusieurs nationalités[2]. Le pays où ils sont est nommé le Brentland, soit le pays du voyageur, qui deviendra le Bentlénd. Le nom Brentland est dans un pidgin qui se dévelope, prémice du vieux-brèntais.
  • La Compagnie prend comme langue officielle le vieux-brèntais, et devient la ZWID.
  • Les colons détruisent en grande partie la culture mnangolo et assimile les popularions les plus à l'est. Des tentatives de colonisation contre les tendas seront lancées, mais elles échoueront toutes à cause que les indigènes se fédèrent sous les tendas, c'est le début de siècles de conflits entre le Labango et la Pfaquouzie. Les mnangolos restants deviennent peu à peu polythéiste, et se heurtent au christianisme.
  • En 1796, les colonies proffitent des troubles en métropole pour se déclarer indépendants. Le 4 mars 1798 est crée la République Libre de Pfaquouzie[3], et dans la même année, au 12 mai, est déclaré le Royaume de Belle-Île, qui a encore aujourd'hui une langue très différente, surtout à l'écrit, du reste du territoire.
  • Mais la république ne fut pas tranquille, puisqu'en 1805 le Labango envahi une large partie du territoire Pfaquous, le mettant à genous. Mais le Royaume de Belle-Île intervînt, et libéra la Pfaquouzie, réussissant même à avancer jusqu'en territoire Labango, et intégrer le Labango Intérieur.
  • Suite à cette guerre, Belle-Île et la Pfaquouzie, conscients de leur vulnérabilité face aux labangais, s'unirent pour former le Pays des Pfaquous en 1812. Le polythéisme mnangolo et le christianisme se rencontrent pour former le trichéanisme.
  • Le pays, alors un royaume, connut un coup d'état en 1928, qui réforma l'état en une dictature, quu devint pour la forme en 1941 une dictature stochochratique, inspirée de la dictature romaine, et fut pourvu d'un parlement en 1956. Malgré cela, le souvenir de la famille royale en exil au Grand-Nord reste présent, et elle est encore assez populaire à Belle-Île.
  • La Pfaquouzie et le Labango deviennent alliés, apportant à la Goubarie plus d'un siècle de paix, Le 11 août 2014, le CILP (Co-protectorat Insulaire Labango-Pfaquouzien) est créé, englobant une partie de Belle-Île et l'archipel alentour.

Politique

La dictature

Le Pays des Pfaquous est une dictature stochocratique: une personne entre 25 et 65 ans est choisie au hasard parmi les personnes de la population ayant des parents nés de nationalité pfaquouzienne [4] et sans casier judiciaire [5] Le Dyktor, le dictateur, est élu pour une durée de 15 ans et n'est pas révocables. En théorie il nomme le haut-conseil (le gouvernement), et le conseil (le parlement) est élu, et a énormément de pouvoir. De facto, il est contrôle et manipulé par le clergé et les puissants, ce qui fait que les mêmes reviennent souvent au conseil. Malgré tout, le Pays des Pfaquous est, dans les faits une république.

Le conseil

Découpage administratif

La Pfaquouzie est divisé en onze provinces dont les noms sont dérivés du vieux-brèntais.

Code Nom brèntais Nom français Capitale Drapeau
MI Medyonna Bel Insula Belle Île Méridionale Nuv-Kasteol
SI Septatrinna Bel Insula Belle Île Septentrionale Rehal-Hævén
BL Betnlénd Brèntland Tnatha
Drapeau du Brèntland
HL Hinn Labangó Labango Intérieur Tiglapta
Drapeau du Labango Intérieur
KK El Kyéké La Crique Bokkocöl
DL Di Læks Les Lacs Leesm
DP Di Plévrón Les Côtes Bryjjonówn
LP Léparsœs La Passe Mangurtyft
EM El Mydé Le Centre Hef-Thifte
OR La Oryen L'Est Bathinsta
Drapeau de L'Est
OX La Oxidan L'Ouest Dee Watérs

Notes

  1. Qui sont aujourd'hui de semi-nomades à sédentaires.
  2. En plus des néerlandais, essentiellement des italiens, français et des anglais.
  3. On ignore encore ce que signifie le terme pfaqu, mais l'historien Jhùn Wikson a avancé que se serait la forme impérative du verbe *pfákan, qui aurait donné l'actuel sakan, prendre. Le nom serait dérivé de la phrase ¡Pfáqu-wei!, soit: "Prenons [notre liberté?]!"
  4. Les gens originaires du CILP peuvent aussi être déignés à la dictature.
  5. Au Pays des Pfaquous le casier judiciaire ne contient que les crimes dits "graves" et non les petits délits.


Masicosme
Pays Union du Soloé Grand-Nord · Laucronie
Archipel des Balkae Gremoria · Inzul · Motobi · Union Cormirienne
Autres Erkel · Floravà · Labango
Pfaquouzie · Saint-Empire Tahélitchien · Tèntchi
Etat non-joueur Iles Bleues
Langues Majoritaires algardien · brèntais · erkelais · fragduzoga · gelota · iNedjena · lléonais · maànalgɔ · sétolais · sivélien · sprakan · wedensheinien
Locales anglais · castillan · mnángɔ̀lɔ̌ · scalais · catalan d'Elzut
Actualité du Masicosme · Débats en Masicosme (OMN) · Sport au Masicosme · Pays du Masicosme · Modèles du Masicosme