Officieux

Un article de Ideopedia.

  Officieux
Officieux
 
Année de création 2004
Auteur Romain Filstroff (Montezuma)
Régulé par Romain Filstroff (Montezuma)
Nombre de locuteurs
Parlé en
Idéomonde associé Pecaaqasa
Catégorie Idéolangue artistique
Typologie Langue a posteriori
Alphabet latin et officieux
Lexique plusieurs milliers de mots
Version
Codes de langue
ISO 639-1
ISO 639-2
ISO 639-3
Préfixe Idéopédia IDEO_OFF

Le Officieux est une langue artificielle crée en 2004 par Romain Filstroff inspirée par le français, l'allemand, l'espagnol et l'anglais.

Cette langue est parlée par le peuple officieux du monde imaginaire du Pecaaqasa.

Le but de cette langue n'est pas d'être compréhensible, simple, logique ou ouverte à tous. La langue possède d'ailleurs des irrégularités, des paradoxes, des concepts relativement compliqués.

Sommaire

Historique

L'ancêtre de l'officieux naît en 2004 par hasard. A la base, la langue possède uniquement 160 verbes (tous irréguliers) et 4 temps. Son lexique est quant à lui composé d'une centaines de mots de base, et l'écriture des mots est très largement emprunté au français.

Quelques mois plus tard, l'officieux est réformé (voir: première reforme de l'officieux), tous les verbes sont régularisés, l'orthographe est totalement modifiée, et une partie du lexique est supprimé pour être réécrit (cependant, une partie des mots survivra à cette réforme).

C'est en 2007 que la deuxième reforme de l'officieux voit le jour. Plusieurs temps ou mode de conjugaison sont ajoutés, ou encore plusieurs mots issus de l'ébauche de la langue qui avaient échappés à la première reforme de l'officieux qui seront supprimés mais c'est surtout l'arrivée de l'alphabet officieux.

Alphabet & Phonologie

Alphabet

voir ici: alphabet officieux

L'officieux s'écrit en deux alphabets, l'alphabet latin et l'alphabet officieux. L'alphabet officieux est une modification des symboles de l'alphabet latin, autrement dit d'un alphabet à un autre l'orthographe d'un mot est inchangée. En officieux, on a exactement 30 lettres (25 lettres de l'alphabet avec en plus 5 lettres possédant des signes diacritiques). Il y a 5 voyelles, 2 semi-consonne, 23 consonnes.

ces lettres sont:

Aa Bb Cc Çç Dd Ee Ff Gg Ğğ Hh Ii Jj Kk Ll Mm Nn Ññ Oo Pp Ququ Rr Ss � š Tt Uu Vv Ww Xx Yy Zz ßß

plusieurs lettres possèdent des accents mais ne sont pas considérées comme étant partie intégrante de l'alphabet. Il s'agit notamment des voyelles:

Àà Éé Èè Ìì Òò Ùù Ỳỳ

prononciation

plusieurs lettres ont une prononciation différente de celle du français ou celle des langues d'origines utilisant ces lettres:

  • le c se prononce toujours comme dans canard et jamais comme dans ceinture
  • le ç se prononce toujours comme dans glaçon et jamais comme dans carnaval
  • le e se prononce toujours comme dans oeuf et jamais comme dans excès ou comme dans enveloppe
  • le g se prononce toujours comme dans garçon et jamais comme dans gentil
  • le ğ se prononce toujours comme dans giffle et jamais comme dans gomme
  • le h est aspiré en début de mot, sinon il forme un hiatus
  • le j se prononce toujours comme dans ail ou travail et jamais comme dans journal
  • le ñ se prononce toujours comme dans niais et jamais comme dans nez
  • le qu se prononce toujours comme dans quartz et jamais comme dans question
  • le s se prononce toujours comme dans saxe et jamais comme dans saison
  • le š se prononce toujours comme dans chien et jamais comme dans saxophone
  • le u se prononce toujours comme dans hibou et jamais comme dans rue
  • le x se prononce toujours comme dans xilophone et jamais comme dans taxi
  • le y se prononce toujours comme dans sucre et jamais comme dans universel
  • le ß se prononce toujours comme dans thing en anglais et jamais comme dans servir


parmi les lettres accentués, certaines ont une prononciation particulière attribuée:

  • le é se prononce comme dans éléphant
  • le è se prononce comme dans mère
  • les autres voyelles accentuées sont en fait des voyelles normales allongées ou alors des voyelles sur lesquelles il faut insister


il existe également plusieurs combinaison de lettre formant des sons particuliers:

  • le oi se prononce toujours comme dans oie en français
  • le an et le en se prononce comme dans enfer en français, cependant si le a ou le e possède un accent (àn ou èn) on prononce respectivement comme dans ane ou dans haine
  • le au se prononce toujours ao
  • le in se prononce comme dans train en français, cependant si le i possède un accent (ìn) on prononce comme dans épine
  • le oy ou le se prononce comme dans oyat
  • le on se prononce comme dans maison, cependant si le o possède un accent (òn) on prononce comme dans épine
  • le ay, le ei', et le se prononce comme dans ail
  • le ey se prononce comme dans popeye
  • le eu se prononce comme dans euphémisme


Grammaire

voir ici: grammaire officieuse

la grammaire de l'officieux est inspirée du français, de l'allemand, de l'anglais et à un dégré moindre de l'espagnol. Elle possède également quelques particularités qui lui sont propres.

L'officieux est une langue flexionnelle et casuelle (elle possède 2 cas) relativement logique.

Lexique

origine du lexique officieux

La plupart des mots officieux sont soit inspirés du français, soit inspirés de l'allemand. D'ailleurs, plusieurs mots issus du français ont d'ailleurs un synonyme issus de l'allemand, et réciproquement. C'est d'ailleurs le cas notamment des préposition qui sont le plus couramment utilisées: elles sont issues de l'allemand mais cependant elles possèdent toute ou presque un synonyme issu du français.

mots ayant échappés aux reformes

plusieurs mots ont échappés aux reformes de l'officieux. Cela ne veut pas dire qu'ils aient exactement la même morphologie qu'auparavant, cela veut juste dire que ce sont les ancêtres de l'officieux. Ils ne ressemblent pas aux autres mots de vocabulaire. La plupart de ces mots sont reconnaissables. En effet, l'utilisation abusive du h (surtout en fin de mot), du é, è et du e en fin de monde (ce qui est très rare) permettent de les distinguer des autres mots.

  • ope biènèhahi : "à bientôt". On remarque la construction avec ope (très peu utilisé depuis les deux reformes en début de mot pour former une expression) et également le nombre de h abusif.
  • ope apahiore / poe dépahiore : "à l'intérieur / à l'extérieur". Encore une fois ici, des expressions formées avec ope et un e final. Le h étant muet avant la deuxième reforme (dont ni hiatus, ni aspiration), le ahio de ce mot aurait du se transformer en ajo ou ayo. D'autres mots sont semblables à celui ci: bixète (à travers), borèwe (à peine), tire (animal), ...
  • apportèhen : "apprendre". Avant la première reforme, les verbes étaient tous irréguliers et nombreux d'entre eux étaient ceux qui avaient des h en fin de mot. L'ajout du suffixe -en a corrigé le problème (tous les verbes finissent en -en). D'autres mots sont semblables à celui ci: lernèhen (apprendre), haboahen (avoir), blokèhen (bloquer), brahohèhen (brancher), šangèhen (chanter), eïndenhen (aider), ...

ce que les reformes ont changé

voir ici: reformes de l'officieux

L'objectif principal était de rendre l'officieux "moins français". La plupart des sons ont été changés, le h e enfin eu un sens dans le mot, et la plupart des anciens mots ont été tellement changés qu'on ne perçoit même plus l'ancien.

Cependant, si les reformes ont été là pour rectifier certaines choses présentent depuis l'ébauche de l'officieux, elles sont aussi été là pour inspirer les futurs mots de vocabulaire, c'est pour ça notamment que la plupart des mots finissent en -èh, une terminaison significative désormais et non plus obsolète.

Idéomonde associé

L'officieux est parlé par le peuple des officieux, dans le monde du Pecaaqasa. Le peuple officieux est à l'origine le peuple français ayant sympathisé avec les voisins germains, au point que leurs langues se métissent.

Autres liens

Romain Filstroff (ou encore Montezuma, Montezymà)

Idéopédjas offiçahs mayntema : portail d'Idéopedia en officieux