Nusvire (poème)

Un article de Ideopedia.

(Différences entre les versions)
Version actuelle (10 avril 2020 à 20:48) (modifier) (défaire)
 
Ligne 10 : Ligne 10 :
Poème autographe
Poème autographe
 +
 +
[[Catégorie:Sonnéra]]

Version actuelle

NUSVIRE

Jænt veċka ezeret. Yeṙe eferds anaceret nath ei ileth kigai uder, vu salis-hufun nura. Nede lu relluin ettueret o anat, æb theṅes ef lu bünsto. Vonnunt junsusto ef luseer, feds o ei uɯerungüm vuä erdrud, sai of sai ꜵhütund. Lu áteto. Éu ileth nymsai ert. A haub vul neyto appám aur. A prekna vul duvvunxuro, vungnegee ġ'a kœra vul, yeketṙ' onai eiro yerels nob tembe Nuidaç nintes. A presla vul vunxuro nob a magronai daleze tem ei medṙa, a nuntron koṡaṅaç medṙa. Yad a visçta vul naivusto, æb, seyth suviaur, lu biṡto. Istéth, éu rejáneto. A haub vul heaur neynaṅ stedveret o appám, æb a krai vul o errettind men elk sœx tizma. Elu toz ateúro, hasseeth ġeieúro, æb, seyth beataseeth, lu ressonsto nob a traug. Kuviskam tozes kos sundæ ambünsuro, toz yeátas' uṡeys, yeúths' uiv a sest hevaṡeh. Elu toz sejjesuro, æb, u lisui nusvíunde, …


UNION

Ç'avait été un long chemin. Il avait marché, droit devant lui, sur cette route parfaitement uniforme, pendant treize milliards d'années. Il avait commencé à marcher pour le retrouver, et il était à présent face à lui. Il se retrouvait enfin devant lui-même, après avoir parcouru ce temps interminable, se laissant lui-même derrière lui. Il le regarda. Celui-ci était parfaitement inerte. Son cœur ne battait plus. Ses bras étaient suspendus, perpendiculaires à son torse, formant une seule ligne qui allait d'un bout à l'autre de l'univers. Ses jambes pendaient du passé le plus lointain jusqu'à ce moment, le dernier moment du temps. Il s'avança tout près de son visage, et, très doucement, l'embrassa. À ce contact, celui-ci revit. Son cœur n'avait en fait jamais cessé de battre, et son cri de retentir dans chaque atome du monde. Ils se regardèrent, se sourirent amoureusement, puis il le détacha de sa potence, avec une grande précaution. Dans leur regard, il y avait tous les êtres de l'univers qui se regardaient aussi, brûlant du même amour. Ils s'enlacèrent, et, tous trois réunis, …


Poème autographe