Multivers d'Ægis

Un article de Ideopedia.

Article provenant de Wikiaegis

Le multivers d'Ægis est univers multiple collaboratif où chaque participant peut disposer d'un espace pour y développer sa civilisation.

Le multivers d'Ægis est un multivers composé de huit univers dont deux seulement ne sont connus pour le moment : le Gaïa et le Losda. Il est représenté sous la forme d'un flocon de neige à huit branches (Ægishjalmur), un symbole très présent dans la mythologie nordique. Chacune de ses branches (dendrites) correspond à un univers propre, avec des caractéristiques et une oragnisation spécifiques.


Sommaire

Description du Multivers d'Aegis

Le multivers d'Ægis comprend huit univers. Chacun de ces univers sont totalement indépendant les uns des autres. Les espèces vivantes et l'organisation de chacun d'entre eux peuvent varier du tout au tout. Pour le moment, seuls deux univers sont actuellement connus, les autres restent à explorer[1].

Bien qu'il soit techniquement possible de passer d'un univers à l'autre, ceci est assez rare et compliqué à faire. Les voyage voyages interdimensionnels se font au travers de portes s'ouvrant au moyen de gemmes gravées de runes appellées runa'ton ou lors de la chute d'une triade.

Les univers du multivers d'Ægis

  1. Le Losda : L'univers du ciel.
  2. Le Gaïa : L'univers de la terre.
  3. L'univers du tonnerre.
  4. L'univers du bois et du vent.
  5. L'univers du feu.
  6. L'univers de l'eau.
  7. L'univers de la montagne.
  8. L'univers du marais.

Les triades

Chaque univers comporte trois mondes matériels et trois mondes spirituels, ce sont les triades. Il existe donc une triade matérielle et une triade spirituelle pour chaque univers. Une triade assure la force et l'harmonie d'un univers. Le Losda, la Kouama et Tamaka sont les trois mondes formant la triade du Losda.

Représentation du multivers d'Ægis

L'Aegishjalmur : représentation du multivers

Un aegishjalmur : la représentation du multivers d'Ægis
Un aegishjalmur : la représentation du multivers d'Ægis

Le multivers d'Ægis a la forme d'un flocon de neige assez complexe. Il est très présent dans la tradition nordique où il porte le nom d'"Ægishjalmur"[2] ("heaume de terreur")[3] et représente un trés fort symbole de protection et d'irrésistibilité.

Cette représentation schématique est formée de huit branches appellées "dendrites". Chacune de ces dendrites part d'un cercle central et s'oriente dans une direction différentes. L'ensemble ressemble à un soleil ou plus communément à un flocon de neige.

Les dendrites : représentation d'un univers

Une dendrite : la représentation d'un univers
Une dendrite : la représentation d'un univers

Une dendrite est donc le nom donné à chacune des huit branches formant l'Ægishjalmur. Sous l'apparence de fourchettes à trois dents dont les manches seraient traversés par trois petites barres, les dendrites sont orientés dans les huit directions. Les dendrites représentent les univers.

A l'origine, avant l'existence des mondes matériels, les dendrites étaient représentées au moyen de quatre barres horizontales à l'image du hiéroglyphe appellé "pilier de Djèd". Mais lors de la naissances des triades la dernière barre c'est inclinée vers l'extérieur.

Le pilied de Djed : la représentation d'un univers panspirituel
Le pilied de Djed : la représentation d'un univers panspirituel

Le psi: représentation de la triade matérielle

Le symbole du psi (Ψ), correspondant à la vingt-troisième lettre de l'alphabet grec est le symbole de la triade matérielle.

Le ksi : représentation de la triade spirituelle

Le symbole de xi (Ξ), correspondant à la quatorzième lettre de l'alphabet grec est le symbole de la triade spirituelle.

liens

Notes et références

  1. Votre univers peut rejoindre le multivers d'Ægis bar le biais d'un crossover
  2. En elko, cette représentation est appellée "kinneilo" ("flocon de neige"). Mais sur Wikilosda, les appellations "multivers" ou "flocon de neige" sont bien plus fréquentes.
  3. "Aegishjalmur" se traduit par "heaume de terre" dans les ouvrages runiques mais peut aussi de traduire par "Heaume d'Ægis" l'un des mythes fondateurs