Migma

Un article de Ideopedia.

  Migma
Μιγμα
 
Année de création 2015
Auteur Ice-Kagen
Régulé par
Nombre de locuteurs 1
Parlé en
Idéomonde associé Migmithara
Catégorie Persolangue
Langue artistique
Typologie Langue a posteriori
Alphabet Grec
Lexique
Version
Codes de langue
ISO 639-1
ISO 639-2
ISO 639-3
Préfixe Idéopédia IDEO_MIG

Le Migma est une idéolangue créée en 2015 par Ice-Kagen.

Sommaire

Historique

Le terme «migma » signifie mélange dans la langue éponyme. Comme son nom l’indique, elle est créée à partir de diverses langues existantes. Il s’agit donc d’une langue à postériori. Lexicalement parlant, sa plus grande source d’inspiration est le grec (ancien comme moderne, mais surtout moderne). Cependant, d’autres langues ont également laissé une trace non-négligeable dans le lexique Migméen. À savoir, l’arabe, les langues romanes (en particulier le roumain) et le japonais. Bien qu’ils soient plus rares, il y a aussi quelques emprunts au russe et mots à priori.

Alphabet & prononciation

Le migma s’écrit au moyen de l’alphabet grec ou du moins, d’une version modifiée de celui-ci. En effet, certaines lettres ont été supprimées, tandis que des lettres provenant d’autres alphabets ont été introduites.

Image:Alphabet migma.jpg


Voyelles longues et courtes

Tout comme le jarjanais, le migma possède deux types de voyelles : les voyelles longues et les voyelles courtes. Une voyelle longue est prononcée plus longtemps et plus fort qu’une voyelle courte. À l’écrit, pour indiquer qu’une voyelle est longue, on la redouble, comme dans « μεερο »(meero=labyrinthe). Il est important de bien faire les distinctions entre ces deux types de voyelle à l’oral car une erreur de prononciation peut parfois changer le sens du mot que vous employez. Par exemple, « σό »(só) signifie « être » tandis que « σοο »(soo) signifie « ainsi ».

L’accent tonique

Le français est une langue à accent tonique fixe. En effet, quoi qu’il arrive, l’accent tonique tombera toujours sur la dernière syllabe. Ce n’est pas le cas en Migma où il varie selon certaines règles :

-Lorsqu’un mot se termine par une voyelle courte(ce qui est le cas pour la majorité des mots de la langue), l’accent tonique tombe généralement sur l’avant-dernière syllabe.

Ex : μι

-Quand un mot se termine par une autre consonne que « ν », « ς » et « ш » l’accent tonique a plutôt tendance à tomber sur la dernière syllabe.

Ex : γασαλατορ(gasalator= machine à laver)

-Les mots terminant par un « ν », un « ς » ou un «ш» quant à eux, ont généralement leur accent tonique sur l’avant-dernière syllabe, comme les mots terminant par une voyelle courte.

Ex : καμαν(kaman=violon)

-Si un mot contient un son vocalique long, l’accent tonique à tendance à tomber sur la syllabe qui le contient

Ex : βυφεε(vufee=buffet)

Bien qu’il existe des règles bien définies pour connaître l’accent tonique d’un mot, il arrive qu’elles ne soient pas respectées. Ceci dit, pas de panique, car lorsque cela arrive, le bon accent tonique est simplement indiqué par un accent aigu placé sur la voyelle de la syllabe à accentuer.

Ex : αδελφό(adelfó=frère) et non αδελφό(adelfó)

Grammaire

Genres grammaticaux et pluriel

Une des facilités du Migma est qu’il n’utilise ni genres grammaticaux ni pluriel. Si un substantif est précédé d’un article, cet article sera différent en fonction du nombre du mot. Pour les mots singuliers, l’article défini utilisé est «το»(to), tandis que l’indéfini est « ενα »(ena). Au pluriel, l’article défini devient «τα»(ta), tandis que l’indéfini disparaît. Contrairement à ce qui est indiqué un peu plus haut, le pluriel n'est pas totalement absent de la langue. En réalité, il existe mais n'est que très peu usité. Dans le langage courant, on ne l’utilise que pour éviter certaines ambigüités. Pluraliser tous les substantifs que vous utilisez n’est pas une erreur, mais si vous le faites, vous sonnerez très formel. Certains mots sont utilisés par défaut au pluriel. C’est par exemple le cas de « πατρι »(patri) qui signifie « parents » et qui est en fait le pluriel de « πατρε »(patre) qui signifie « père ». Si vous voulez utiliser le pluriel, il y a également quelques règles à respecter.

-Les mots qui se terminent par « ο » ou « ε » remplacent leur dernière lettre par un « ι » au pluriel.

Ex : το φιτο(to fito=la plante)-τα φιτι(ta fiti=les plantes)

-Les mots qui se terminent par « α » remplacent ce « α » par un « ε » au pluriel.

Ex : το jινεεκα(to jineeka= la femme)-τα jινεεκε(ta jineeke= les femmes)

-Les mots qui se terminent par une consonne autre que « ς » , prennent un « ι » au pluriel.

Ex : το στυλ(to stul=la chaise)-τα στυλι(ta stuli= les chaises)

-Les mots qui se terminent par un « ι », un « υ » ou un « ς », sont invariables.

Ex : το hίκαρι(to híkari=la lumière)-τα hίκαρι(ta híkari=les lumières)

Les adjectifs

En Migma, tous les adjectifs sont invariables et se terminent par la lettre « ι ». Ceux-ci se placent impérativement avant les noms qu’il qualifient.

Ex : το πράσινι φιτο(to prásini fito= la plante verte)

La conjugaison

Tous les infinitifs des verbes du Migma se terminent par « ό ». La langue ne comporte qu’un seul verbe irrégulier au présent, à savoir le verbe « σό » qui signifie « être », dont voici la conjugaison :

Εγο σο(ego so)= je suis

Τυ/ αντα ες(tu/anta es)= tu es/vous êtes(*)

Αυτο/αυτα ε(auto/auta e)= il/elle est

Ναν σομε(nan some)= nous sommes

Αντύν σετε(antún sete)= vous êtes

Αυτι/αυτε σον(auti/auti son)= ils/elles sont

  • «αντα » se conjuguera toujours comme « τυ » et sert à exprimer le vouvoiement. Il ne correspond donc qu’au « vous » de politesse du français et non à celui qu’on utilise pour s’adresser à un groupe. Pour cela, on utilisera « αντύν »


Notez que les pronoms sujets sont très rarement utilisés, la conjugaison des verbes permettant aisément de comprendre le sujet de la phrase.

Voilà comment se conjuguent les verbes réguliers :

  • Πιστεβό (pistevó=croire)
  • Εγο πιστεβο
  • Τυ/αντα πιστεβες
  • Αυτο/αυτα πιστεβε
  • Ναν πιστεβομε
  • Αντύν πιστενετε
  • Αυτι/αυτε πιστεβον

Le verbe « avoir »

En Migma, il n’existe pas de verbe « avoir ». Pour marquer la possession, il faut simplement utiliser le verbe être en le conjuguant à la personne qui correspond au possesseur et en modifiant le substantif qui est possédé. La façon dont le substantif se modifie dépend de sa terminaison :

-Les substantifs terminant par une voyelle prennent un « ς » au pluriel.

Ex : Sachant que « δομο »(domo) signifie «maison », j’ai une maison se dira : σο δομος(so domos)

-Les substantifs terminant par une consonne autre que « ς », prennent « ες » au pluriel.

Ex : Sachant que « πριετεν »(prieten) signifie « ami », tu as des amis se dira : ες πριετενες(es prietenes)

-Les substantifs terminant par un «ς », transforment ce «ς» en «ш».

Ex : Sachant que « ριβες »(rives) signifie « groseille », nous avons des groseilles se dira : σομε ριβεш(some rivesh)


Échantillon

Notre Père : Το πατρε νανι

Το πατρε νανι, μιμα ιν τενι ες!
Αjαζομε το όνομα τι, θελομε μιμα το μαρέγανο τι ερκομε.
Θελομε μιμα το θέλεσα τι ε κανυτι ιν γεο σαν ιν τεν.
Δινε να ναν το ιμέρικι παν νανι.
Περδινε ναν το οφενσε νανι, σαν εεδαν περδινομε τα περσονε μιμα οφενδεταν ναν.
Δεν σιβεραινε ναν ιν πιρασμό ; δεμο ελοθερονε ναν εσο κακό.
Λιαν μαρέγανο, δίναμα κεε σύβανα ανικον να τυ ιλα μεροο.
Αμεν.

Liens

Notes