Maherien

Un article de Ideopedia.

  Maherien
/maeʁiɑ̃/ (dialecte humain), /maeʁian/ (dialecte shelk), /maeɾian/ (dialecte waki)
 
Année de création 2013
Auteur Déborah Lebon et Clément Michard
Régulé par Déborah Lebon et Clément Michard
Nombre de locuteurs Toute la population de Mahera, nombre inconnu.
Parlé en Mahera
Idéomonde associé Mahera
Catégorie Langue artistique
Typologie Langue a priori
Alphabet Alphabet maherien
Lexique Estimé à 1200 mots
Version Finale, projet terminé
Codes de langue
ISO 639-1 Inexistant
ISO 639-2 Inexistant
ISO 639-3 Inexistant
Préfixe Idéopédia IDEO_MAH

Le maherien (ou mahérien) est une langue inventée par Déborah Lebon et Clément Michard pour les besoins du jeu vidéo français Shiness: The Lightning Kingdom, sorti en 2017. Du maherien écrit apparait à divers endroits dans le jeu et dans le manga en ligne dérivé, Shiness: Chemins Croisés. Il est de plus possible dans la version PC du jeu de mettre toutes les voix en maherien.


Sommaire

Description

Parlé sur la planète Mahera, le maherien est une langue a priori possédant son propre alphabet et diverses curiosités comme:

  • Un ordre VOS
  • Des nombres duodécimaux
  • Une morphologie non-concaténative
  • Des réduplications, des circonfixes, des infixes et des simulfixes
  • 6 aspects (progressif, inchoatif, cessatif, accompli, inaccompli et itératif)
  • Une distinction masculin-féminin à toutes les personnes (sauf dans le dialecte waki, qui a perdu cette mécanique)
  • Des consonnes géminées au début des mots
  • Une forme formelle et une informelle pour chaque pronom dans le dialecte shelk

Dialectes

On entend 4 dialectes du maherien dans le jeu: celui des humains, celui des shelks, celui des wakis, et leur ancêtre commun, celui des Shiness. Bien que tous mutuellement intelligibles, ils utilisent tous des pronoms différents et présentent des différences phonologiques et grammaticales:

  • Très peu de détails sont connus sur le maherien des Shiness, on sait seulement qu'il distingue le genre à tous les nombres et que les Shiness parlent toujours d'elles-mêmes au pluriel.
  • Le dialecte humain possède des voyelles nasales, il utilise un vouvoiement formel identique à celui du français et distingue seulement le genre au singulier.
  • Le dialecte shelk distingue le genre à tous les nombres et possède des pronoms formels et informels, les formels sont en réalité une imitation de ceux des Shiness. Il utilise des déterminants différents de ceux de l'humain et du waki.
  • Le dialecte waki a tendance à ajouter des voyelles épenthétiques aux groupes de consonnes, fusionne plusieurs consonnes, ne distingue pas le genre et n'utilise pas de système de politesse.

Phonologie et écriture

Phonèmes

Tous les dialectes possèdent les voyelles orales suivantes:

Antérieures Centrale Postérieures
Fermées i u
Moyennes e~ɛ o~ɔ
Ouverte a

Le dialecte humain possède également les voyelles nasales suivantes:

Antérieure Postérieure
Moyenne ɛ̃
Ouverte ɑ̃

À l'exception du waki, qui remplace /f/ par /p/, /v/ par /b/ et /ʁ/ par /ɾ/, tous les dialectes ont les consonnes suivantes:

Labiales Coronales Dorsales Glottale
Nasales m n
Occlusives p b t d k g
Fricatives f v s z ʃ ʒ h
Liquides ɾ ʁ
Spirantes w l j

Tous les dialectes distinguent la longueur à la fois dans leurs voyelles et leurs consonnes.

Phonotaxe et accent

Le maherien autorise des groupes de consonnes très divers pouvant transgresser l'échelle de sonorité, et ses consonnes géminées n'ont pas besoin de se trouver entre deux voyelles, elles peuvent même ouvrir un mot. Jusqu'à 3 consonnes d'affilée sont attestées en attaque et 2 en coda. Il autorise également plusieurs voyelles à se suivre, contraste les semi-voyelles et les voyelles correspondantes (/j w/ et /i u/), et les voyelles longues avec les suites de voyelles identiques avec hiatus (par exemple /iː/ et /i.i/).

L'accent tonique n'est pas phonémique en maherien et sa place varie selon la préférence du locuteur.

Alphabet

Le maherien n'a pas de romanisation officielle, ses créateurs utilisent l'Alphabet Phonétique International exclusivement. L'écriture native du maherien est quant à elle un alphabet (plus précisément un abjad vocalisé) s'écrivant de gauche à droite comme l'alphabet latin, les voyelles sont marquées par des diacritiques sur des lettres représentant les consonnes et les attaques nulles. D'autres diacritiques représentent les voyelles longues, la gémination et la réduplication. Le maherien s'écrit comme on le prononce, à une difficulté près, la même lettre représente /ɾ/ et /ʁ/.

Image:Alphabet_maherien.jpg

Image:Diacritiques_maherien.jpg

Les signes de ponctuation suivants sont connus. Les points d'exclamation et d'interrogation précèdent les phrases, les autres signes les suivent.

Image:Ponctuation_maherien.jpg

Grammaire

Noms

Les noms du maherien peuvent prendre des déterminants préfixés ou certaines adpositions préfixées ou suffixées, mais leurs radicaux ne varient jamais. Quand deux noms apparaissent d'affilée, cela peut être parce qu'ils sont arguments du même verbe, ou bien ils peuvent former une construction possessive où le second nom possède le premier et où les deux sont alors raccordés, ou bien une phrase copulative où le premier nom est l'attribut du second, la différence se fait par le contexte.

Les noms ne prennent pas de cas pour différencier sujets et objets directs. Quelques noms comme /ʃelens/ (parents) ont un pluriel intrinsèque, mais la plupart distinguent singulier, duel et pluriel à l'aide de leurs déterminants. Il existe des articles définis et indéfinis, ainsi que des démonstratifs "réels" pour désigner ce qui est visible et présent, et des "irréels" pour le reste. Un nom sans déterminant est généralement considéré comme singulier et indéfini, les autres déterminants sont:

Articles indéfinis Articles définis (humain et waki) Articles définis (shelk) Démonstratifs réels (humain et waki) Démonstratifs réels (shelk) Démonstratifs irréels (humain et waki) Démonstratifs irréels (shelk)
Singulier - /no/- /ta/- /o/- /ita/- /i/- /sa/-
Duel /nol/- /ni/- /jol/- /ol/- /joːl/- /li/- /wol/-
Pluriel /no/- /noj/- /noʃ/- /oj/- /naoʃ/- /wi/- /naʒ/-

Les noms peuvent également prendre des préfixes marquant la personne, le nombre et le genre d'un possesseur pronominal, mais pas le nombre du nom possédé, qui est marqué par un article qui suit le préfixe possessif. Le dialecte humain utilise la deuxième personne du pluriel comme deuxième personne du singulier formelle.

Humain masculin Humain féminin Shelk masculin courant Shelk masculin formel Shelk féminin courant Shelk féminin formel Waki
1SG /gio/- /geo/- /ʁio/- /ʁeːo/- /ʁeo/- /ʁeio/- /ʒio/-
1PL /ngao/- /ngao/- /ngao/- /ngaito/- /ngeo/- /ngeito/- /ngao/-
2SG /dio/- /deo/- /dio/- /deːo/- /deo/- /deio/- /zio/-
2PL /wao/- /wao/- /wao/- /waito/- /weo/- /weito/- /wao/-
3SG /lio/- /leo/- /lio/- /leːo/- /leo/- /leio/- /lio/-
3PL /lio/- /lio/- /lomo/- /lomito/- /lamo/- /lamito/- /lomo/-
De plus, certaines postpositions suffixées, comme -/ʃa/ (chez), sont raccordées à un préfixe possessif quand leur complément est pronominal.