Méthode Azuris

Un article de Ideopedia.

La méthode Azuris est la méthode d'idéocréation proposée et utilisée par Ziecken Azuris pour la création des langues du projet ELKO. Elle a été mise au point à partir d'une métaphore basée sur le developpement de l'arbre[1]


Sommaire

Le travail préliminaire

Le scrapbook

Tenir un scrapbook est la base de la méthode azuris. Il suffit pour cela de remplir un livre avec tous les éléments qui nous interpellent et que l'on trouve autour de soi : photos, images, matières, mais aussi dessins, croquis, notes, etc... Ces éléments n'ont pas forcément de liens entre eux, mais ont tous la particularité de susciter l'intérêt, la curiosité ou la passion.

Les idéodossiers

Pour éviter de créer un langue trop hétéroclite (les infos du scrapbook étant nombreuses et variées), il est préférable de travailler sur plusieurs projets simultanément. Pour cela il faut créer pour commencer deux dossiers (classeurs, pochettes, ...) . Le premier dossier concernera le projet phare, celui par lequel le travail linguistique va commencer, et le deuxième c'est le projet secondaire, il sera le projet par défaut qui accueillera toutes les informations que l'on ne souhaite pas mettre dans le premier.

La métaphore de l'arbre

1. La graine

La graine est la première des sept étapes de la méthode azuris. Elle symbolise l'élément de base à partir duquel tout le projet va provenir. Pour que cette graine se développe il faut que l'idéocréateur étudie à fond le sujet constituant cette graine.

La graine peut être un alphabet, une légende, un mythe, une image, un symbole ou n'importe quoi d'autre. Ce sujet devra donc être étudié à fond pour que l'on puisse en tirer le maximum d'éléments. C'est en général l'un des éléments qui a déclenché la volonté d'entreprendre la création d'une langue ou d'un univers.


ex : la graine de l'elko est le futhark

2. Le terrain

Le terrain est le nom donné au document au sein duquel le projet va croître et prospérer. Il peut s'agir d'un cahier de notes ou d'un cahier de brouillon. Les idées sont d'abord puisées dans l'idéodossier puis étoffées sur le terrain. Une fois au point, l'idée devient un élément à part entière du projet.

3. La jeune pousse

La jeune pousse est le nom donné au projet une fois lancé qui ne demande que maturation, le danger de cette étape est le caractère influençable de son état. La moindre idée peut venir tout déstabiliser et briser l'équilibre dont a besoin le projet pour grandir. A ce stade, si une idée semble pertinente mais trop éloignée du projet phare alors il est nécessaire d'entamer un nouveau projet parallèle, en plantant une nouvelle graine...

4. Les racines

Les racines symbolisent tous les apports et les influences extérieures ainsi que toutes les modifications et les ajouts que l'on fait et fera au court de notre travail de création. Attention de ne pas perdre le cap que l'on s'était fixé pour ce projet car si c'est le cas, c'est que c'est le moment d'ouvrir un nouvel idéodossier et ainsi de suite.

5. Le tronc

Le tronc représente l'armature du projet, sa structure. Toutefois, selon que le projet présente une idéolangue ou un idéomonde ses composantes ne sont pas les mêmes.

Idéolangue:

  1. Alphabet et prononciation
    • Type : alphabet existant, néographie, idéographie,...
    • Type d'écriture : écriture monocamérale, écriture bicamérale,...
  2. Morphologie et sémantique
    • nature : adjectif, adverbe, verbe, nom, ...
    • fonction : sujet, verbe, complément, ...
  3. Grammaire
    • Conjugaison
    • Déclinaison
    • syntaxe
  1. Dictionnaire
  2. Infos techniques :
    • Type (a priori, a posteriori, mixte,...)
    • Fonction (langue auxiliaire, artistique, expérimentale, unifiée,...)
  3. Divers : Cette partie est très pratique car elle permet de mettre tes idées en vrac.

Idéomonde:

  1. Structure :
    • Aspect: Univers, multivers, planète perdue, univers parallèle, ...
  2. Lieux
  3. Personnages
  4. Dictionnaire
  5. Infos techniques :
    • Type (a priori [=néocosme], a posteriori [uchronie, utopie,...], mixte [crossover],...)
    • Fonction (récit, à temps réel, chroniques,...)
    • Genre (medieval fantastic, fantasy, réalisme, mythologie, autre,...)
    • Polarité (sombre/lumineux, positif/négatif,...)
  6. Divers : Cette partie est très pratique car elle permet de mettre tes idées en vrac.

6. Les branches

La création d'une idéolangue ou d'un idéomonde va engendrer de nombreuses retombées aussi inattendues que réjouissantes , c'est ce que représentent les branches. Certaines d'entre elles donneront peut-être naissance à de nouveaux projets...

7. Le houppier

Le houppier représente le projet global dans lequel l'idéolangue ainsi que tous les autres idéoprojets prennent place qui s'y épanouiront un jour.

Notes & références

  1. A l'orgine la métaphore portait sur une fleur mais cette présente méthode a été mise à jour en date du 20 octobre 2009.