Lamanā

Un article de Ideopedia.

Cette page contient des caractères spéciaux.

Si vous avez des problèmes pour les afficher (carrés blancs, points d'interrogation), veuillez consulter la page d'aide Unicode.


Lamanā lałamafisinahāteϣilałasaẹhīlaŧąse
le lamanā, une idéolangue artistique et undécimale
  Lamanā
Lamanā
 
Année de création 2008
Auteur Lal Behi
Régulé par Lal Behi
Nombre de locuteurs
Parlé en
Idéomonde associé Ürtanaheh
Catégorie Langue artistique
Typologie Langue a priori, VSC, polysynthétique, à déclinaisons
Alphabet latin + diacritiques / idéographie
Lexique
Version 1
Codes de langue
ISO 639-1
ISO 639-2
ISO 639-3
Préfixe Idéopédia IDEO_LAM


Sommaire

Particularités

Le lamanā est une idéolangue (langue construite) volontairement créée afin d'obtenir des mots longs et complexes. C'est une langue polysynthétique, du moins en ce qui concerne les compléments d'objets.

Le lamanā est dit undécimal car plusieurs de ses notions sont basées sur le chiffre 11 : onze consonnes, onze voyelles, onze cas dans sa déclinaison, un système numéral de base onze, des pluriels complexes (du duel à l'undéciel).


Phonologie

La syllabe lamanā est toujours de type CV sauf préfixes (V) ou suffixes (C).

Le lamanā comporte 11 consonnes et 11 voyelles (3 voyelles de base [a, e et i] plus diphtongues).

Consonnes
lettre l / L ł / Ł m / M n / N ϣ / Ϣ s / S w / W b / B f / F h / H ŧ / Ŧ
API si différent du français - [lw] - - [ŋ] - - - - [h] [tl]
transcription sans diacritiques lw ng tl
Voyelles
lettre a / A e / E i / I ā / Ā ē / Ē ī / Ī ą / Ą ę / Ę æ / Æ ạ / Ạ ẹ / Ẹ
API si différent du français - [e/ɛ] - [aː] [eː/ɛː] [iː] [aj] [ɛj] [ae/aɛ] [ja] [je/jɛ]
transcription sans diacritiques aa ee ii ay ey ae ia ie

Les consonnes ł, w et ŧ ne sont jamais suivies des voyelles et .

La voyelle e se prononce [e] dans une syllabe ouverte et [ɛ] dans une syllabe fermée (= syllabe type CV + déclinaison).

La transcription sans diacritiques n'est utilisée que dans le cas d'une impossibilité à utiliser de tels symboles ; on lui préférera la transcription originale.


Transcription et idéographie

La transcription la plus facile d'usage est réalisée à l'aide de l'alphabet latin augmenté de quelques diacritiques. Toutefois, le projet du lamanā lui prévoit une idéographie propre.

Un premier essai s'est porté sur un alphabet composé de consonnes (formes initiales ou médianes et finales) et de voyelles. Il ressemble à ceci :

Actuellement, l'ensemble du projet s'oriente davantage vers un syllabaire exhaustif (CV) qui couvrirait l'ensemble des sons possibles (soit environ 140 signes).


Signes

Le lamanā possède 4 signes :

• Un signe liminaire, placé après la première lettre du premier mot de la phrase, qui en indique le début (noté en translittération par une majuscule). Il équivaut donc en français au cumul de la majuscule de début de phrase et au point final.

• Un signe d'emphase, placé après la première lettre du mot, qui souligne les noms propres (personnes, lieux, statut, … noté en translittération par une majuscule).

• Un signe d’inversion, placé devant la syllabe, qui transforme la syllabe CV en VC (déclinaison après les sons consonnes ą et ę par exemple).

• Un signe numéral, précèdant chiffres et nombres écrits dans leur version abrégée. Les chiffres de 1 à 11 sont notés par les onze consonnes. Transcription : ɵ. (cf. paragraphe ạhīla)


Numération (ạhīla) et pluriels

Les chiffres et nombres sont notés par les 11 sons consonnes précédées du signe numéral (transcription provisoire : ɵ). Cette notation n’est utilisée qu’en calcul ou pour des notes rapides. À l’écrit, chiffres et nombres apparaissent toujours en toutes lettres.

Système undécimal
notation ɵl ɵł ɵm ɵn ɵϣ ɵs ɵw ɵb ɵf ɵh ɵŧ
valeur 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11
nom łą ϣą ŧą


- Les nombres se forment comme suit : undécimale(s) (finale vocalique a) + dernière undécimale (finale vocalique ą). Ex : ex : 31 = ɵłf / łafą.

- À partir de trois chiffres, les nombres sont précédés de hī?a (avec ? indiquant la consonne de rang, c’est-à-dire le nombre de chiffre qui va être énuméré). Ex : Ex : ɵnϣfŧ = hīnanaϣafaŧą, ɵwbl = hīmawabalą. Cette règle peut s’appliquer aux nombres à deux chiffres dans le cas d’un discours soutenu ou littéraire (ex : 50 = ɵns / hīłanasą).


Cas particuliers :

- Pour les nombres redoublés, on prononce le chiffre précédé du pluriel générique . Ex : 12 = ɵll / ạlą, 60 = ɵϣϣ / ạϣą.

- À partir de trois chiffres identiques, les nombres sont prononcés précédés du pluriel multiple correspondant. Ex : 133 = ɵlll / ạmīlą (avec ạmī = triel).


Les chiffres se placent après le nom et l’adjectif mais précèdent le possessif. Ex : lihạlalālanąạmą (lihạ[fleur]+lalā[beau]+laną[15]+ạmą[possessif 3p] = leurs quinze belles fleurs).

Cependant, jusqu’à onze éléments, il convient d’employer le pluriel correspondant. Ex : ạbīlihạ (huit fleurs : pluriel octiel).


L’ordinal et l’adjectif numéral sont notés par le suffixe –se, abréviation de sesątahē (ordre, rang).

Ex : łą (2) → ląse ou hīlałąse (deuxième, second, duel)


Grammaire

Article détaillé

L'ordre strict de la phrase est de type : V (+ coi-cod + personnel) / C enclitiques / S / relatif / autres C.

Toutefois, le lamanā étant une langue casuelle, tous les groupes nominaux sont marqués par une finale particulière. Dès lors, l'ordonnancement de la phrase peut être modulé. Ainsi, le sujet (sauf le pronom personnel agglutiné au verbe) peut être rejeté en fin de phrase pour obtenir un ordre VCS.

D'une manière générale, les compléments d'objets direct et indirect s'agglutinent au verbe. Ex : fāϣamęmīląellihạmal (fāϣa[donner/présent] + męmī[femme,épouse] + ląel[possessif 1s/datif] + lihạm[fleur/accusatif] + al[pronom personnel 1s] = je donne une fleur à mon épouse).

Lexique

Textes

Idéomonde associé

Ürtanaheh

Liens

Grammaire du lamanā

ry : le ry, idéolangue artistique et sa grammaire.

Chroniques d'Ürtanaheh : genèse, prémisses et évolutions d'un idéomonde, base d'expression du ry et du lamanā.

Lal Behi : page personnelle - Lal Behi, idéolinguiste.

Idéopédia : le wiki en français des idéolinguistes.

Atelier Philologique : le forum en français des idéolinguistes (langues construites, artistiques, auxiliaires, systèmes de communication, diégèses).