L

Un article de Ideopedia.

Sommaire

Présentation et symétries

Le L est issu de la lignée Phénicie-Grèce-Étrurie avec cependant des modifications notables en cours de route, cependant, contrairement au B, sa prononciation n'a pas eu à en souffrir : c'est une spirante latérale alvéolaire voisée : [l], comme dans lotte, lustre, love, limón, Milano.

Si son équivalent grec Λ (λάμϐδα) a un axe de symétrie vertical[1], le L n'a aucune symétrie propre ; la transversale étant plus courte que la hampe, donc, pas de symétrie oblique (ascendante). Par contre, il a une symétrie horizontale (bascule) avec le Γ.

Prononciation, digrammes et diacritiques

Si, comme annoncé ci-dessus la prononciation du L est, dans la plupart des langues, relativement stable et homogène ([l]), il peut arriver que celle-ci soit quelque peu modifiée, soit par le doublage (LL), soit par l'apport d'un diacritique, soit par celui d'une autre lettre.

Le son [ʎ] est obtenu :
 : LL
 : GL(i)
 : LH
 : LY
Croate : LJ
Le son [ɫ] est obtenu :
Par la lettre cyrillique Л, dans tous les cas où elle n'est pas précédé d'un E, Ë, I (), И (), Ю, Я Ь & J.
par le doublet LL en fin de mot, notamment (well)
Par l'adjonction d'un diacritique : Ł (versions dialectales de l'est : en polonais académique, Ł : [w]).

En matière de diacritiques, on notera particulièrement le L·L, qu'on distinguera du digramme précédemment cité (LL), puisqu'il se prononce comme le dans le français "villa" ou l'italien bella.

Le doublet gallois se prononce [ɬ].

Idéolangues

Aneuvien

Le L unique se prononce comme en français[2]. Il est simplement susceptible d'être amuï dans un chapelet de consonnes. On retrouve les différentes applications du L par l'utilisation de digrammes :

LH : [ɫ]
LJ : [ʎ]
LL : [lː]
SL : [ɬ].
  1. du moins en majuscule, parce qu'en bas de casse, il n'est symétrique que
    par rapport au y (axe horizontal)
    par rapport au ʎ (API ; axe vertical).
  2. Sauf devant Ỳ ou YY, où il se prononce [ɫ].