Kunbé

Un article de Ideopedia.

  Kunbé
Kunbe
 
Année de création 2000
Auteur Ziecken Azuris
Régulé par Académie elkanne
Nombre de locuteurs
Parlé en
Idéomonde associé Losda
Catégorie Système de cryptage
Typologie Cryptage mixte
Alphabet Latin
Lexique
Version
Codes de langue
ISO 639-1
ISO 639-2
ISO 639-3
Préfixe Idéopédia IDEO_KUN


Le Kunbé est un système de cryptage créé en 2000 par Ziecken Azuris. Il s'agit d'un code à cryptage mixte, mêlant substitution phonétique et règles de grammaire. Ce projet est donc à cheval entre une langue construite et un système de cryptage. Il s'agit du treizième projet du projet ELKO.


Sommaire

Historique

Dans la réalité

Le Kunbé est apparu le 20 novembre 2000 parallèlement à la conception de l'Éphésique dans la volonté de créer un système de cryptage aux allures d'une véritable langue afin de décourager les éventuels décrypteurs. Cependant, le temps a fait de ce système le plus complexe du projet ELKO car en plus des règles de cryptage s'ajoutent des règles de grammaire.

Le Kunbé s'est librement inspiré des langues germaniques et scandinaves. Bien que dans un premier temps ce soit les langues latines qui l’aient influencé.

Dans la fiction

Dans le Losda le kunbé est la langue du peuple des humains à peau bleue.


Alphabet & prononciation

Alphabet

L’alphabet du Kunbé compte 29 lettres, 18 consonnes, 11 voyelles dont une diphtongue.

Lettre Allographie Prononciation Exemple Nom de la lettre Prononciation
A a a [a] arbre a [a]
Æ æ æ, ae [ɛ] miel æ [ɛ]
Å å å, ao [o] moteur å [o]
B b b [b] barque be [bɶ]
C c c [ts] tsar ce [tsɶ]
D d d [d] dalle de [dɶ]
E e e [e] écaille e [é]
F f f [f] feuille fe [ɶf]
G g g [g] garde ge [gɶ]
H h h ['] muet he ['ɶ]
I i i [i] iguane i [i]
IJ ij ij, ii [ɛj] abeille ij [ɛj]
J j j [dj] jeep je [djɶ]
K k k [k] case ke [kɶ]
L l l [l] lune le [ɶl]
M m m [m] musique me [ɶm]
N n n [n] nuit ne [ɶn]
O o o [ɔ] sol o [ɔ]
Ø ø ø, oi [ø] peu ø [ø]
P p p [p] pierre pe [pɶ]
R r r [r] rouge re [ɶr]
S s s [z] zeste se [ɶz]
T t t [t] terre te [te]
U u u [u] luge u [u]
Ů ů ů, uo [ɶ] soeur ů [ɶ]
V v v [f] four ve [fɶ]
W w w, v v [v] vie we [vɶ]
Y y y [y] mur y [y]
Z z z [ts] tsar zed [tsɶd]

Prononciation

La prononciation du Kunbé est assez spécifique. Elle s'apparente à celle des langue germanique et en particulier de celle de l'anglais.


Chaque voyelle dispose de deux prononciations différentes :


  • Prononciation forte : C'est la prononciation de l'alphabet. Lorsqu'un mot se termine par une voyelle, l'avant-dernière voyelle aura une prononciation forte.

exemple : midt mythe se prononce [mi't]


  • Prononciation faible : C'est une prononciation diphtonguée. Lorsqu'un mot se termine par une consonne, l'avant-dernière voyelle aura une prononciation faible.

exemple : midte mythique se prononce [mit.tœ]


Table des allophones vocaliques du Kunbé :

Graphème Prononciation forte Prononciation faible Voyelle trématée Voyelle longue Prononciation
a, ai [a] [ja] ä [ɛ] à, aa [a:]
e, ue [e] [je] ë [ø] è, eu [e:]
æ, ae [ɛ] [jɛ] N'existe pas ä, ae [ɛ:]
i, ie [i] [ji] ï [o] ì, ee [i:]
å, ao [o] [jo] N'existe pas ò, oa [o:]
o, ui [ɔ] [jɔ] ö[œ] ÿ, iu [ɔ:]
ø, oi [ø] [jø] N'existe pas ë, io [ø:]
ů, uo [œ] [jœ] N'existe pas ö, ou [œ:]
u [u] [ju] ü [y] ù, oo [u:]
y, ii [y] [jy] N'existe pas ü, uu [y:]


  • La voyelle "e" se prononce [e] au sein d'un mot mais se prononce [œ] en fin de mot (voyelle d'affixation).

ex : hvet [vet] , hvete [vjit], hvette [vetœ]

Morphologie

Etymologie

Le vocabulaire du Kunbé provient de deux sources :

  • L’emprunt : Les mots les plus pratiques et courants sont empruntés directement aux langues naturelles, mais cela reste toutefois très limité (voir lexique).


  • La transcription : Les mots sont obtenus grâces à une table de transcription.


Transcription & Cryptage

Le Kunbé se base sur la phonétique du mot français et remplace un à un tous les phonèmes par celui qui correspond dans la table de transcription. Toutefois la difficulté s'aggrandit par le fait que la graphie dudit phonème peut en faire varier la transcription:

exemple : [o] se transcrira el si il est écrit eau en français mais al si il est écrit au.


De plus la position d'un phonème dans un mot peut en faire varier la prononciation le son [o] écrit "eau" sera transcrit "eal" dans un mot d'une seule syllabe et par "el" dans un mot de deux syllabes :

exemple : seal sceau et camel chameau

Table des transcriptions vocaliques

Voyelles seules Voyelles + A Voyelles + E Voyelles + I Voyelles + O Voyelles + U
a /a/ /è/ /an/ aa /è/ ae /a/ ai ao /an/ au
e /é/ /yé/ /èy/ /ui/ ea /èy/ /euy/ ee /yé/ ei /ui/ eo eu /é/
i /i/ ia ie /i/ ii io iu
o /o/ /oeu/ /ou/ oa hiatus oi /o/ oo /je/ ou /oeu/
u /y/ /o ouvert/ ua diphtongue ue /o ouvert/ ui uo /yan/ uu /y/

Règles complémentaires

  • Les noms propres ne sont en général pas transcrits et préservent leur graphie d'origine.
  • Les mots se construisent principalement à partir de la forme adjectivale féminine de chaque champ sémantique.
  • Les racines de transcription ne contiennent au maximum que 2 syllabes
  • Les adjectifs et les adverbes prennent le suffixe "-e"
  • Les verbes prennent le suffixe "-en"
  • Les noms communs ne prennent aucun affixe et se terminent par une consonne
  • Les néologismes sont autorisés. ex : haut halt > halten traduira monter ou lever
  • Les mots se finissant par une voyelle lors de la transcription doivent être ponctués de l'ensemble vide final "t" [t] car les noms communs se repèrent en Kunbé par le fait qu'ils se finissent par une consonne. ex : mot = muit et non mui
  • Lorsque les signes diacritiques ne sont pas disponibles les lettres accentuées sont remplacées par leur équivalent phonétique à deux voyelles

Table de cryptage

La table de cryptage est l’outil fondamental pour tout crypteur en Kunbé. Elle se compose de cinq colonnes regroupant trois paramètres :

  • Prononciation : écriture phonétique du son. Attention plusieurs graphies peuvent avoir la même écriture phonétique
  • Graphie : en fonction de la graphie un même son pourra se transcrire de manière différente
  • Position : en fonction de la position un même son pourra se transcrire de manière différente. Il existe trois positions : initiale, centrale, finale


Prononciation française Graphie française Position initiale Position centrale Position finale
/a/ a ha a at
/al/ al, alle hall all all
/an/ an, am an an an
/an/ en, em in in in
/a/ â has as as
/b/ b v v p
/ch/ ch, sch, sh c c c
/d/ d d d dt
/dr/ dr tr tr der
/e/ fermé e, eu ho o ot
/e/ ouvert e, eu, oeu ho o ot
/é/ fermé é, er s e et
/è/ ouvert è, e, ai hà, haa à, aa at
/é/ ê hes es es
/el/ el, elle er er er
/f/ f p p w
/f/ f f f f
/g/ g, gu w w gt
/gn/ gn ngh ngh ngh
/i/ i hì, hie ì, ie it
/i/ î his is is
/i/ y hi i it
/ion/ ion hie ie iet
/in/ in hen en en
/j/ j g g g
/k/ k, c k ck ck
/k/ qu hv k k
/ks, gs/ x ch ch ch
/l/ l l l lt
/m/ m m m m
/n/ n n n n
/ng/ ng ng ng ng
/o/ ouvert o hù, hu ù, u ùt
/o/ fermé o hui ui uit
/o/ au hal al al
/o/ eau hel el el
/o/ ô hos os os
/oi/ oi hij ij ij
/oin/ oi hijn ijn ijn
/on/ on hoen oen oenn
/ou/ ou hò, hoa ò, oa òt, oat
/p/ p f f p
/r/ r r r rt
/s/ s s s ss
/s/ c, ç, t, sc, x z z z
/s/ x ks ks ks
/t/ t t t tt
/tr/ tr dr ter ter
/u/ u hu, hoe u, oe ut, oet
/u/ û hus us us
/ui/ ui hei ei eit
/un/ un heen een een
/v/ v b b b, ud
/w/ w gh gh gh
/y/ y, ill wh ht ht
/yè, yé yin/ ié, ier, ien e(e) e(e) er ou eet
/z/ z z z s
  • Notez par ailleurs que les adjectifs en -able, -ible, ... sont transcrits au moyen du suffixes "-sh" Alors que les circonfixes "in-ble" seront transcrits "-zk"
  • Les mots commençant par une voyelle prennent un "h" initial lors de la traduction pour ne pas les confondre avec les mots commençant par "t" qui est souvent sous-entendu.
  • Les mots en "-Cre" se transcritons "Cer" et les mots en "-Cle" se transcrirons "CCle".

L'affixation

En kunbé, il existe tout une foule d'affixes, tous construits à partir de la voyelle d'affixation : e. Utilisé seul, cet affixe traduit tous les mots grammaticaux (adjectifs, adverbes, verbes conjugués, conjonction,...). Sans cet affixe on obtient des noms communs.

  • -e : Adjectifs, adverbe, verbes conjugués
  • -en : Verbe à l'infinitif ou gérondif
  • -ed : Passé perfectif (action révolue)
  • -end : Passé imperfectif, imparfait (action en cours)
  • -ed : Futur perfectif (action révolue)
  • -end : Futur imperfectif (action en cours)
  • -es : Verbe réfléchi
  • -ens : Verbe réfléchi à l'infinitif
  • -ee ou é : Nom de langue


L'agglutination

En Kunbé, il est possible de former des mots composé. Pour ce faire, il faut inverser les mots par rapport au français et inercaler un "s".

  • sack sac
  • fuek poche
  • sacksfuek poche de sac

Grammaire

La grammaire du Kunbé est asszez sommaire et irrégulière.

L'amplificateur

L'amplificateur sert à apporter des nuances d'amplification. Il traduit les adverbes de quantité (beaucoup, très, vraiment,...). Il se marque par le doublement de la consonne finale quand celle-ci n'est pas déjà doublée

mindte mentholé mindte très mentholé


Le pluriel

Le pluriel se forme avec les noms, en doublant la consonne finale et accessoirement en ajoutant des trémas sur la dernière voyelle et un "e à la fin. Les racines se pontuant par plusieurs consonnes se terminent seulement "e".

lab laboratoire labb ou läbbe laboratoires mindt menthe mindt menthes

Il est à noter que labb signifie plus "plusieurs laboratoires" que "laboratoires" tout seul. C'est toute la nuance entre l'amplificateur et le pluriel.


Le pronoms

Il existe 4 pronoms de bases : ik ("je"), u ("tu, vous"), a ("elle") et å ("il"), auxquels s'ajoute le pronom indéfini "et". Ces pronoms peuvent être cumulés pour plus de précisions : aik ("je" féminin)


Syntaxe

La syntaxe du Kunbé est la même que celle du français.

Dictionnaire

Lexique

  • a elle
  • å il
  • en et
  • ik je
  • in dans, à, en, au
  • met avec
  • ne, nij non
  • net ne ... pas
  • niet rien, aucun
  • nur que, seulement, juste
  • on sur
  • ov de
  • ove partout
  • alors, donc, or, c'est pourquoi
  • se ils, elles
  • sijm même, preil
  • toe afin que, pour, objectif
  • whij pourquoi
  • wij parce que, car

Chiffres et nombres

Le système de numérotation n'est pas basée sur la transcription du français, mais sur une logique respectant l'écriture numérique.


  • 0 = Null
  • 1 = een
  • 2 = do
  • 3 = drij
  • 4 = hvater
  • 5 = zenk
  • 6 = sieks
  • 7 = saat
  • 8 = eit
  • 9 = nouw


  • 10 = dieks
  • 11 = diekseen
  • 12 = dieksdo
  • 13 = dieksdrij
  • 14 = diekshvater
  • 15 = diekszenk
  • 16 = diekssieks
  • 17 = diekssaat
  • 18 = diekseit
  • 19 = dieksnouw


  • 20 = dodieks
  • 30 = drijdieks
  • 40 = hvaterdieks
  • 50 = zenkdieks
  • 60 = sieksdieks
  • 70 = saatdieks
  • 80 = eitdieks
  • 90 = nouwdieks
  • 100 = zant

Echantillon

Le texte de Babel (Livre de la Genèse, Ancien Testament)

Nom de la langue

1. De ål Aart sàrbens ov de sijm lang en muitte. 2. Så deflens toe de Horůt, de hümme dekobren e Flaan in de land ov Shinear en haviten då. 3. Ette dens: "Eh! molen bricke en keien foare ". De bricke toe feer en vitum toe murter. 4. "Eh! ette den, vaten ikke e biel en e oert doen de som toke seel. wen ikke e noen toe net esten oven Aart". 5. De SANGHOR neden for ben de biel en de oert hvot wabren de Adamswisse. 6. "Eh, de SANGHOR den, ette esten ål een foffle en een lang en det då ikke eene houber ! Nau, niet toe este toezk! 7. Eh, neden en vrughen hå ikke lang, toe net koenprens! 8. Så, de SANGHOR oven Aart en zesen bielen. 9. Så et donen de noen ov Babel wij dets då hvot de SANGHOR vrughed de lang ov ålsaart, en dets då deSANGHOR oven Aart.


Français

1. La terre entière se servait de la même langue et des mêmes mots. 2. Or en se déplaçant vers l'orient, les hommes découvrirent une plaine dans le pays de Shinéar et y habitèrent. 3. Ils se dirent l'un à l'autre: "Allons! Moulons des briques et cuisons-les au four". Les briques leur servirent de pierre et le bitume leur servit de mortier. 4. "Allons! Dirent-ils, bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet touche le ciel. Faisons-nous un nom afin de ne pas être dispersés sur toute la surface de la terre". 5. Le SEIGNEUR descendit pour voir la ville et la tour que bâtissaient les fils d'Adam. 6. "Eh, dit le SEIGNEUR, ils ne sont tous qu'un peuple et qu'une langue et c'est là leur 1ère oeuvre! Maintenant, rien de ce qu'ils projetteront de faire ne leur sera inaccessible! 7. Allons, descendons et brouillons ici leur langue, qu'ils ne s'entendent plus les uns les autres"! 8. De là, le SEIGNEUR les dispersa sur toute la surface de la terre et ils cessèrent de bâtir la ville. 9. Aussi lui donna-t-on le nom de Babel car c'est là que le SEIGNEUR brouilla la langue de toute la terre, et c'est de là que le SEIGNEUR dispersa les hommes sur toute la surface de la terre.

Symbolisme

Constats & Objectifs

Constats

1. Il existe des similitudes morphologiques entre les langues


Objectifs

1. Jouer de ces similitudes et donner au Kunbé l'apparence d'une langue vivante et non celle d'un traditionnel système de cryptage.


Symboles

Le chiffre 2

Le chiffre 2 est omniprésent en Kunbé, il est à la base de la structure de la langue. Il apparaît à de nombreuses reprises dans la construction de la langue, voici quelques exemples :

  • 29 lettres dans l'alphabet (29°2)
  • 2 diphtongues ij et ei
  • 11 voyelles (11°2)
  • 11 voyelles brèves (11°2)
  • 11 voyelles longues(11°2)
  • 2 syllabes maximum par mot
  • 2 syllabes dans le mot "Kunbé"
  • La valeur référentielle du mot "kunbé" est 2

Liens

Liens internes

  • Le texte de Babel en Kunbé

Liens externes