Inzul

Un article de Ideopedia.

République Monarchique d'Inzul
(Reikig Popoleskazia von Inżùl)
Drapeau
Flagoi von Inżùl
Langue officielle Sprakan,Braal
Capitale Ida
Superficie
Population 15 540 200 hab.
Densité
Gentilé Inżùliro, Inżùlirin' (Spk)Inżùlien, Inżùlienne (Fr.)
Régime Monarchie constitutionnelle.
Chefs de l'Etat
  • Reikiro : Paolo dir IIIei
  • Secrétaire Général : Hans von Kilb
Devise "Dir der Gott'e reikheito"
Monnaie Arko (A)

La RP-I est une fédération de provinces autonomes ralliées sous la couronne et la protection du souverain d'Ida. Elle fut fondée il y a 6 siècles par l' "accord des deux Eb" qui mit fin à la guerre du même nom et donna autorité à la couronne d'Ida sur les terres du sud-est des Balkae, archipel situé au large du Masicosme. C'est un état paisible, plus ballotté par les flots que par le spectre des anciennes querelles. La langue majoritaire y est, sans conteste le Sprakan, parlé dans chaque province par toutes les franges de la population, bien que le Braal, la langue des gens de l'est soit toujours parlée dans treize des états de la république, et officiellement reconnu dans onze.

Sommaire

Géographie

L'Inżùl forme une péninsule au sud-est des Balkae, le territoire est surtout côtier, l'intérieur des terres étant peu étendu, peu peuplé et peu riche. L'activité se concentre sur la côte, voire sur les nombreuses îles, parfois pas plus grosse qu'un caillou qui la jalonnent. Il est voisin du Motobi à l'ouest, du RUG et de l'Union Cormirienne au nord.

Histoire

-2300 ante-AVE : débarquement en Üzak des premiers colons, surement en provenance du Masicosme via Zad, où l'on atteste présence humaine un siècle plus tôt.

-2150 a-AVE : fondation d' Iz-ina-insla (Iz en l'île), cité-état qui rayonnera sur la péninsule tout un millénaire.

-1980 a-AVE : progression humaine attestée jusque sur les rives de la Maro dar Kolb, fondation des premières têtes de pont sur des îlots au large de Nun.

-1423 a-AVE : Fondation de Nuz, Zénith de la civilisation d'Iz.

-1256 a-AVE : Grande révolution : les archipels de Zad, de Fao ainsi que les colonies implantées à Nun et à Ïs (Gab), se soulèvent contre la suprématie d'Iz, et entre en sécession.

-1184 a-AVE : Iz perd la guerre et reconnait l'indépendance des régions belligérantes.

-997 a-AVE : Les familles régnantes sur Äz prennent possession du pouvoir par coup d'état. Début de la civilisation äzienne.

-989 a-AVE : le peuple Inżùlien franchit les frontières actuelles au nord, et fondent Ida sept ans plus tard, suivirent Eb di Klëut (977 a-AVE) et Eb di Kroß (976 a-AVE).

-832 a-AVE : premiers contacts entre les Idaïens et les Äziens.

-827-705 a-AVE : premiers conflits entre les deux Eb et Ida. On oubli temporairement les gens-de-l'-est.

-705-540 a-AVE : progression des frontières vers l'est, fondation de protectorats idaïens (Izerda, Balbasie, Haute Stirnie) et ebiens (Aoboe, Izimia, Uklezia, Basse Stirnie).

-540 a-AVE : Premiers problèmes territoriaux entre Est et Ouest.

-315 a-AVE : l'alliance entre les deux Eb est rompue, celles-ci délaissent leurs protectorats qui deviennent indépendants, faute de résistance. Les deux Eb se lancent en rivales dans des guerres à l'est.

-212 a-AVE : la suprématie d'Äz à l'est tombent. Morcellement du territoire selon les frontières que nous connaissons aujourd'hui.

-96 a-AVE : Les deux Eb, qui ont pris position le long de la côte sur des cailloux arrachés violemment, s'engagent dans les terres, opposer résistance à Äz qui tente de réunir les anciennes provinces sous son autorité.

-43 a-AVE : Ida s'oppose à la violence des Eb à l'est. Les Eb se regroupent à nouveau sous un étendard commun.

-AVE/ 1 septembre 1423 ap. J.C : les Eb ont perdues, Ida leurs imposent la signature de l'accord d'Eb qui crée la nation Inżùlienne et donne au Monarque d'Ida plein droit sur ses terres.

-464 post-AVE : Révolution du 11 Slágór* : première -et dernière, jusqu'à maintenant- révision importante de l'AVE, qui l'érige en loi fondamentale, limite le pouvoir du roi, donne au peuple le suffrage universel qui portera au pouvoir le gouvernement, et aboli les privilèges de la noblesse. Les familles bourgeoises des grandes villes se taillent une part importante du pouvoir, et le calendrier grégorien est abolit. Le calendrier révolutionnaire le remplace, mais on compte toujours depuis l'AVE. Cependant l'année ne débute plus le 1 septembre, mais le 22(1er Slágór).

Note : toutes ses dates sont en datation des Inżùlúrs(prêtres en Inżùl).

  • 11 Slágór = 11 Vendémiaire = 2 Octobre.

Economie

L'histoire enfanta en Inżùl, de bien étranges choses concernant l'économie. Il faut considérer d'abord, les possesseurs de pouvoir en Inżùl. le premier de tous est le clergé. Les Inżùlúrs sont écoutés et respectés par tout le pays, triïste ou non-triïste. Viennent ensuite les familles d'Eb, opposés à celles d'Ida, qui forment les familles bourgeoises rivales, le second grand pouvoir. Le troisième est constitué de ce qu'il reste de la noblesse, écartée lors de la révolution et en proie à des luttes intestines. Enfin, la même révolution enfanta d'un quatrième pouvoir : le peuple. Ces quatre acteurs façonnèrent un état de fait bien étrange,à mi-chemin entre le libéralisme débridé, et le communisme radical.

Politique

Présentation schématique des Institutions Inzuliennes
Présentation schématique des Institutions Inzuliennes


L’Accord des deux Eb, tenant lieu de constitution à la RP-I, fixe que : Le chef de l’État inzulien est Le Reikiro (souverain, en Sprakan). Il a droit de veto sur toute décision émise par chacune des institutions de l’État. Le pouvoir judiciaire et religieux incombe au Conseil des Inzulurs (hauts-prêtres de la religion triiste). Ce Conseil est composés des 20 plus hauts gradés de l’Église triiste, et est celui qui nommât le Reikiro lors de l'Accord des deux Eb, si le sang royal venait à se tarir ou si un conflit éclatait pour l'héritage du trône, c'est ce Conseil qui serait amené à trancher. Le pouvoir législatif revient quant à lui au gouvernement, composé de 16 secrétaires d'état et un secrétaire général élus au suffrage universel direct. Le gouvernement peut être renversé par l'action coordonnée du Reikiro et de la Chambre des Familles et son élection peut être invalidé par cette dernière. A l'inverse, le gouvernement peut révoquer le Reikiro, cette ultimatum politique fut souvent invoqué comme menace mais jamais appliqué. La Chambre des Familles est quant à elle l'incarnation du pouvoir économique. Son pouvoir consistant à attribuer du budget pour l'application des lois, et n'ayant de compte à rendre que devant le Reikiro, elle peut décider d’enterrer une loi ne lui plaisant pas. Elle est formé de délégués provenant des riches familles du pays, à raison de 10 délégués par famille, chacune des 5 familles (Familles d'Eb di Kroß, d'Eb di Klëut, d'Ida, d'Äz et d'Iza.) nomme et révoque ses représentants à loisir. Les projets de lois rédigés par le gouvernement, sous l'initiative du Conseil des Inzulurs, des Parlements provinciaux, de la Chambre des Familles (mais uniquement concernant l'économie) ou de lui-même, sont soumis au vote des Parlements locaux. Si 18 parlements se positionnent pour (à raison de 50 % + 1 voix), le projet est appliqué partout sous réserve d'obtention du cachet royal, si moins de 18 parlements se positionnent pour, alors le projet est appliqué uniquement dans les provinces pour et requiert l'accord des deux tiers du Conseil des Familles. Enfin, le gouvernement peut emmètre des décrets gouvernementaux qui, une fois contre signé on valeur de loi sur des sujets d'ordre international (le budget de ses décrets n'est pas soumis au vote de la Chambre). Le Reikiro peut lui rédiger des ordonnances royales ayant valeur de loi et n’appelant aucun contre-vote sur des sujets tel la défense, l'économie ou encore le déroulement des procédures administratives concernant certaines discutions de lois. Avec une majorité qualifiée fixée aux trois quart de la Chambre et 72 % du Conseil, le Reikiro peut exiger les pleins pouvoirs. Le gouvernement organise les relations internationales et représentante l'Inzul à l'étranger. La révision de la Constitution est possible selon deux formules : les révisions mineurs, qui sont à l'initiative des parlements locaux et de la Chambre, sont traités par le gouvernement puis voté par toutes les instances et requièrent une des trois possibilités suivantes : 1) 51 % des votes pour du Conseil ; 2) 51 % des votes pour de la Chambre ; 3) la prise de position favorable de 11 des parlements régionaux ; 4) la signature du Reikiro.

Les révisions majeurs qui demandent l’élection d'un Conseil constitutionnel et peuvent être à l'initiative de chacune des institutions inzuliennes. Après délibération du Conseil constitutionnel, la révision doit réunir pour adoption : 1) La signature du Reikiro et des 17 secrétaires du gouvernement ; 2) 68 % des votes pour du Conseil ; 3) 75 % des votes pour de la Chambre ; 4) la prise de position favorable de 15 des parlements régionaux.


Masicosme
Pays Union du Soloé Grand-Nord · Laucronie
Archipel des Balkae Gremoria · Inzul · Motobi · Union Cormirienne
Autres Erkel · Floravà · Labango
Pfaquouzie · Saint-Empire Tahélitchien · Tèntchi
Etat non-joueur Iles Bleues
Langues Majoritaires algardien · brèntais · erkelais · fragduzoga · gelota · iNedjena · lléonais · maànalgɔ · sétolais · sivélien · sprakan · wedensheinien
Locales anglais · castillan · mnángɔ̀lɔ̌ · scalais · catalan d'Elzut
Actualité du Masicosme · Débats en Masicosme (OMN) · Sport au Masicosme · Pays du Masicosme · Modèles du Masicosme