Impératif

Un article de Ideopedia.

L'impératif est un mode utilisé pour exprimer un ordre, une demande, une interdiction, une prière etc. C'est un mode personnel, même si, dans beaucoup de langues, les personnes où est conjugué ce mode sont en nombre limité. Un verbe à l'impératif est la caractéristique essentielle[1](tautologie) de la phrase impérative.

Sommaire

Conjugaisons

Anglais

L'impératif anglais se conjugue à la deuxième personne (unique : singulier = pluriel) exactement comme l'indicatif :

Go = Va, allez.

Aux autres personnes, il utilise un semi auxiliaire (to let), le pronom personnel complément de la personne considérée et enfin le verbe du procès à l'infinitif raccourci (sans to). On fera toutefois attention au contexte lors de la traduction :

Let us drive = "conduisons" mais aussi "laisse-nous conduire".

Espagnol (castillan)

La division en trois groupes se retrouve dans la conjugaison de l'impératif. Seules les deuxièmes personnes (singulier et pluriel) sont concernées par ce mode. Les autres utilisent trait pour trait la conjugaison du subjonctif présent. L'impératif espagnol n'est conjugable qu'à la tournure affirmative. En négatif, il est remplacé à toutes les personnes[2]par ce même subjonctif.

Français

L'impératif ne concerne que les deux premières personnes (au pluriel seulement pour la première[3]) et se conjugue comme le présent de l'indicatif. Toutefois, les verbes du premier groupe, de même que des verbes comme "cueillir" (et dérivés), "ouvrir", "aller" en règle générale[4], ne mettent pas le -S à la deuxième personne du singulier :

Va au marché et
Achète ce qu'il faut
Ouvre leur ta porte et
Accueille les bien comme il faut.


Russe

La terminaison -ть de l'infinitif du verbe est remplacée respectivement par -й et -йтe au singulier et au pluriel de la deuxième personne. Les autres ne sont pas concernées par ce mode.


Idéolangues

  • L'aneuvien utilise l'impératif à toutes les personnes, et seule la deuxième du singulier informel se passe de pronom personnel. Pour l'obtenir,
on prend le passé du subjonctif
on remplace le -A final par un -T
on remet l'accent tonique à la place qu'il avait, sur le radical de l'infinitif.

Son utilisation est beaucoup plus étendue que dans d'autres langues, comme en témoigne ce paragraphe.

  • L'impératif elkan ne se distingue de l'indicatif que par la présence d'un point d'injonction en fin de phrase :

Wami !! = mangez.

  • L'impératif espéranto (qui fait également office de subjonctif de volonté) est présenté par le fundamento sous le nom de volitif. La terminaison est le -U.
Lernu = apprenez.
  • Le <omunleng intercale un -I- entre le radical du verbe et la personne :
manjim = mangeons.
  • L'impératif en kotava se conjugue exactement comme l'indicatif, à toutes les personnes. Cependant, le pronom personnel n'apparaît jamais et la fin de la phrase est toujours ponctuée par un point d'exclamation.
  • L'impératif en romane est inspiré de celui de l'espéranto, puisqu'il se forme en ajoutant un -u au radical verbal. Néanmoins il se différencie du subjonctif, qui est en -o.
  • Les deux premiers groupes de verbes psolat se conjuguent de la même manière : On remplace le -R de l'infinitif par -J, -IMOS et -ITES aux 2me personne du singulier & 1re et 2e personnes du pluriel (seules concernées par ce mode). Le troisième groupe (verbes en -IR) diffère quelque peu : -_, -MOS, -TES.
  • L'impératif sprante se forme en prenant le radical verbal et en ajoutant -gé, -qá, -qó et -qad respectivement pour la première personne du singulier, pour la troisième du singulier, pour la première du pluriel et pour la troisième du pluriel. La deuxième personne du singulier se forme en ajoutant un accent aigu à la voyelle tonique du radical et en ôtant le E final s'il y en a un. La deuxième du pluriel se forme en ajoutant -(a)d à celle du singulier, et en enlevant l'accent aigu s'il n'est pas nécessaire à l'accentuation.
  • Au passé et au futur, il suffit d'intercaler respectivement les interfixes -iz et -ov, entre le -g/q- et la déclinaison personnelle.
  • Pour les temps parfaits, on fait précéder le verbe à l'infinitif de l'auxiliaire er (être), conjugué au présent, au passé ou au futur du subjonctif.
  • En uròpi, les trois personnes concernées par ce mode sont les mêmes qu'en français et en psolat. Les terminaisons sont (on enlève le -O de l'infinitif) :

-_, -EM & -E.

  • L'impératif volapük se forme en appliquant à la fin du verbe (derrière la personne), le suffixe -ÖD.
  1. Sauf exceptions possibles.
  2. Sauf la première, non concernée
  3. Pour s'enjoindre à soi-même, on utilisera le pluriel.
  4. Ne pas oublier les exceptions qui pointent le bout d'leur nez :
    "pense à moi" mais "penses-y".
    "n'y va pas" mais "vas-y".
Affichages
Outils personnels
Navigation
Boîte à outils