ІNedjena

Un article de Ideopedia.

(Redirigé depuis INedjena)
  ІNedjena (ІNedjena)  
Année de création 2012
Auteur Balchan-Clic
Régulé par Balchan-Clic
Nombre de locuteurs 1
Parlé en
Idéomonde associé Grand-Nord dans le Masicosme
Catégorie Langue artistique
Typologie langue a posteriori
Alphabet Latin
Lexique
Version
Codes de langue
ISO 639-1
ISO 639-2
ISO 639-3
Préfixe Idéopédia IDEO_NJN


L'iNedjena est une idéolangue créée en 2012 par Balchan-Clic. C'est une langue a posteriori qui tire son vocabulaire de langues du monde entier.

Sommaire

L'alphabet et la prononciation :

Aa, Bb, Cc, Dd, Ee, Ff, Gg, Hh, Ii, Jj, Kk, Ll, Mm, Nn, Oo, Pp, Qq, Rr, Ss, Tt, Uu, Vv, Ww, Xx, Yy, Zz.


Lettre Prononc. API Équiv. Français Appellation
VOYELLES
a /a/ a a
e /ɛ, e/ é, è e
o /ɔ, o/ o o
i /i/ i i
u /u/ ou u
CONSONNES LIQUIDES
y /j/ y yu
w /w/ w wu
l /l/ l lu
r /ɹ/ r anglais ru
CONSONNES DENTALES
t /t/ t tu
d /d/ d du
CONSONNES GUTTURALES
k /k/ k, c, qu ku
g /g/ g dans golfe gu
CONSONNES NASALES
m /m/ m mu
n /n/ n nu
CONSONNES LABIALES
p /p/ p pu
b /b/ b bu
f /f/ f fu
v /v/ v vu
CONSONNES SIFFLANTES
s /s/ s, ss, c, ç su
z /z/ z zu
x /ʃ / ch, sh xu
j /ʒ/ j, g dans girafe ju
LES CLICS
q /ǂ/, (/ǃ/) - qu
c /ǀ/ - cu

L'accent tonique :

L'accent tonique tombe sur l'avant dernière syllabe. On peut aussi allonger la voyelle de la syllabe tonique.

L'élision

Lorsque deux mots se suivent par la même voyelle, on élide la première avec une apostrophe. Cette règle ne s'applique pas lorsqu'une ponctuation sépare les deux mots, et avec certains mots monosyllabiques.

isus' unane : une idée céleste (isusu + unane)

Alphabet Futea

L'iNedjena possède également son propre alphabet : le Futea (aniciennement yAbu).


Futea
f u t v w d
e a o j h x
k i p g y b
q s
r l m n
c z

Grammaire

Le nom

  • Le nom est marqué par le préfixe i-, ou y- devant une voyelle.
ikala : lumière
yoto : frère
yao : femme

Le pluriel du nom est ama-, ou ame- devant un a.

amakala : lumières
amaoto : frères
ameao : femmes

L'adjectif qualificatif

  • L'adjectif se place après le nom auquel il se rapporte.

L'adjectif est marqué par le préfixe u-, ou w- devant une voyelle.

ukala : lumineux (S)
woto : fraternel
wao : féminin

Le pluriel de l'adjectif est izi-, ou izy- devant une voyelle

izikala : lumineux (P)
izyoto : fraternels
izyao : féminins

L'article

L'article indéfini l'existe pas en iNedjena, on a simplement ikala : lumière, une lumière. L'article défini est marqué par la lettre k-.

kikala : la lumière    kamakala : les lumières
kyoto : le frère    kamaoto : les frères
kyao : la femme    kameao : les femmes

L'adjectif épithète prend aussi l'article, si le nom auquel il se rapporte le prend

kikala kuluva : la belle lumière.

L'adverbe dérivé

  • L'adverbe dérivée est formé avec le préfixe uba-, ou ube- devant un a.
ubakala : lumineusement
ubeao : fémininement, à la manière d'une femme, des femmes.

Le verbe

  • L'ordre de la phrase est SVO.
  • Le verbe, contrairement au nom par exemple, n'est pas marqué. La racine du verbe et son infinitif sont confondus
-anta : être    -luka : lire.

Les pronoms personnels et marques personnelles

Les pronoms personnels, à l'instar de l'espagnol ou du latin ne sont employés que pour insister sur la personne, comme dans : Moi, j'en veux ! Les pronoms personnels sujets et compléments sont les mêmes. Les pronoms personnels et les marques personnelles sont identiques.


Pronoms personnels Marques personnelles Équiv. Français
SINGULIER
ni ni-, ny- devant voyelle je
ti ti-, ty- devant voyelle tu
hi hi-, hy- devant voyelle il, elle
PLURIEL
mu mu-, mw- devant voyelle nous
lu lu-, lw- devant voyelle vous
su su-, sw- devant voyelle ils, elles

Avec les verbes -luka, lire et -anta, être :

Niluka : je lis    Muluka : nous lisons
Nyanta : je suis    Mwanta : nous sommes


La conjugaison

Le présent

Le présent n'est pas marqué, on ajoute la marque personnelle avant l'infinitif

tiluka : tu lis
tyanta : tu es
Le passé

Le passé se forme avec l'affixe -ku- (-kw- devant voyelle)

tikuluka : tu lus, tu as lu, tu lisais
tikwanta : tu fus, tu as été, tu étais
Le futur

Le futur se forme avec l'affixe -tu- (-tw- devant voyelle)

tituluka : tu liras
titwanta : tu seras
Les participes

Le participe présent se forme avec l'affixe -o-, ou -v- devant une voyelle

wodaba : parlant (adjectif)
uvanta : étant (adjectif)

Le participe passé se forme avec l'affixe -si-, ou -sy- devant une voyelle

usidaba : parlé
usyanta : été
Le passif

La voie passive se forme avec le verbe être (anta) et le participe passé.

Niqela : j'aime
Nyanta usiqela : je suis aimé
L'aspect continu

L'aspect continu se forme, aux trois temps, avec le verbe être et le participe présent

Niqela : j'aime
Nyanta woqela : je suis en train d'aimer (I am loving).

Le comparatif

Le comparatif de supériorité

Le comparatif de supériorité se forme avec la particule me. Le complément est introduit par to.

uluva : beau
me uluva : plus beau
Kineko hyanta me uluva to kihwelo : le chat est plus beau que le chien.


Le comparatif d'infériorité

Le comparatif d'infériorité se forme avec la particule fa. Le complément est introduit par to.

uluva : beau
fa uluva : moins beau
Kineko hyanta fa uluva to kihwelo : le chat est moins beau que le chien.


Le comparatif d'égalité

Le comparatif d'égalité se forme avec la particule kemo (comme).

Kineko hyanta uluva kemo kihwelo : le chat est aussi beau que le chien.

On peut aussis utiliser l'adverbe ubasama (pareillement).

Kineko ye kihwelo swanta iziluva ubasama.


Le superlatif

Le superlatif se forme comme le comparatif, mais en rajoutant l'article et l'affixe du nom

Kineko hyanta kime uluva to kamanwalu : le chat est le plus beau des animaux.
Kineko hyanta kifa uluva to kamanwalu : le chat est le moins beau des animaux.

Le démonstratif

Le démonstratif se forme avec le mot -sezi.

Kineko kusezi : ce chat


S'il y a plusieurs adjectifs, le démonstratif se place en dernière position

Kineko kubewa ye kuluva kusezi : ce grand et beau chat.


Le pronom démonstratif est formé en substantifiant

isezi : cela
kisezi : celui-ci
Isezi hyanta weqaba : c'est bizarre
Nyotaki kisezi : je veux celui-ci.

Tout et chaque

Ces deux mots sont rendu par l'adverbe udja, invariable.

udja yeve : chaque année    udja + i : chaque.
udja kyeve : toute l'année    udja +ki : tout le, toute la.
udja kamaeve : toutes les années    udja + kama : tous les, toutes les.

Le complément du nom et les propositions surbordonnées

Le complément du nom et la proposition surbordonnée relative

Le complément du nom est introduit par la particule no qui se place entre le déterminé et le déterminant.

Kifudjo no kidabolo : la plante de la forêt.
Kyidala no ni : ma maison (la maison de moi).


La même particule sert pour la proposition relative où l'antécédent est le sujet du verbe de la subordonnée.

Kifudjo no hyanta wida : la plante qui est verte
Kyeo no hidaba hyanta gul' ubewa : l’homme qui parle est très grand.


La proposition relative où l'antécédent n'est pas sujet de la subordonnée est introduite par la particule lo.

Kyeo lo nikele hyanta ubewa : l’homme que je vois est grand.
Kidimba lo tyedja hyanta wamba : la musique que tu écoutes est longue.


On utilise la même particule avec les propositions relatives compléments circonstancielles, la préposition qui introduit le complément circonstanciel se place après le verbe de la subordonnée.

Kyeo lo nidaba co hyanta ubewa : l’homme avec qui je parle est grand (l’homme que je parle avec est grand).
Kitbeno lo nihayama cae hyanta … : la raison pour laquelle je vis est … (la raison que je vis pour est …)
Kiyela lo nikuwimba te cae ti : la nuit j'ai chanté pour toi (la nuit que j'ai chanté durant pour toi)
Kyilu lo nigena be hyanta ubewa : la ville je vais est grande (la ville que je vais à est grande)

La proposition subordonnée conjonctive

La proposition subordonnée conjonctive complétive est introduite par la particule xo.

Nikele xo nikujoto kiweza : je vois que tu as fini le travail.
xo tiwimba, qohyanta weqaba : que tu chantes, ce n'est pas bizarre.


La proposition subordonnée conjonctive circonstancielle est introduite par une préposition, selon le sens.

Niwimba te nijiko : je chante quand tu cours.
Qonikumabuxa to hikumeka : je n'ai pas mangé depuis qu'il est parti. ou :
Qonikumabuxa to kimeka no hi : je n'ai pas mangé depuis son départ.
Nimeka mae nicena : je pars avant que tu travailles.

Liens