IDEO THB Verbe

Un article de Ideopedia.

Sommaire

Généralités & conjugaison

La conjugaison ŧhub a de multiples analogies avec son homologue aneuvienne, toutefois, il y a également des différences notables. Par exemple, l'infinitif, qui est utilisé beaucoup plus fréquemment (pas uniquement dans le dictionnaire) et a une forme constante : le -R- en avant-dernière lettre.

Le passé, quel que soit le mode, se termine par un -A. Le futur, lui, se termine par un -Y. Ce, à tous les modes et tous les aspects. Ce système rejoint celui du kotava. Les différents modes (indicatif, éventuel, émotionnel, impératif) s'obtiennent en remplaçant le -R- de l'infinitif.

Par un -D- pour l'indicatif :

Δɪ noɥɪdy = il mangera

Pour un -S- pour l'éventuel :

Δя noɥɪsa = tu aurais mangé.

Par un -Ӡ- pour l'émotionnel[1]:

Δɪм noɥɪʒy = (qu')ils mangent (à l'avenir)

Par un -Ф- au volitif[2]

Δɪм мolodeɸe = qu'ils chantent (puisqu'ils en ont envie).

Par un -T- à l'impératif :

Noɥɪтɛм = Mangeons.

Utilisation des modes

À l'exception de l'indicatif et de l'impératif, qui s'utilisent à peu près comme en français, les autres modes ont une utilisation assez distincte de ce que nous connaissons. En effet, le conditionnel et le subjonctif sont remplacés par trois modes, lesquels "prennent un morceau" de l'application ces deux mentionnés ci-avant.

Éventuel

Il remplace le subjonctif dans la traduction de propositions subordonnées temporelles commençant en français par "avant que", du moins, quand le procès n'est pas avéré (futur) ; sinon, le ŧhub utilise l'indicatif.

Δɪ kovidy ɵup ðя ƨevisy= Il partira avant que tu viennes (si tu viens).
Δɪ kovida ɵup ðя ƨevida= Il est parti avant que tu vinsses.
Δɪ kovidy ɵup ðя ƨevide= Il est parti avant que tu viennes.

Il remplace le conditionnel dans le cas d'une simple éventualité.

Kɛl ðɪм kovise luм, ðɪм ɸɛʀмɪsy ɔмeva = Si nous partons maintenant, nous éviterons l'affluence.

L'éventuel est également utilisé lorsqu'un événement est impossible :

Kɛl ðeu onimavo ipese cɪям = Si ma tante en avait.

Volitif

Exprime soit une volonté, soit un souhait, soit un espoir, il remplace le conditionnel et le subjonctif dans ces acceptions. Ces notions peuvent être soit celles du sujet du verbe, soit celles du locuteur.

Kɛl ðяu onimavo vyшeɸy шяtamigby, ðɪм koviɸy ɵup ʀæм kovilмy = Si ta tante mourait jeudi, nous partirions avant les grands départs.
Δe ʀevoda ðɪм koviɸa = Je voulais qu'ils partissent.

Émotionnel

Peut aussi bien exprimer la crainte que la satisfaction, ou bien la déception, la joie etc.

Δe eмeʀide ðя ƨeviɪʒa = Je suis content que tu sois venu.


Concordance des temps

Il y a aucune concordance des temps en ŧhub entre le verbe de la proposition principale et celui (ceux) de la proposition subordonnée. En ça, le ŧhub rejoint l'elko.

Aspects, tournures & voix

Tournures

  • La tournure affirmative n'appelle pas de commentaire particulier, sauf si elle est exprimée de manière emphatique, auquel cas, elle utilise la particule pe.
  • La tournure interrogative est utilisée Y COMPRIS DANS LES PROPOSITIONS INDIRECTES par la particule ʀe située entre le sujet et le verbe.
Δɪм ʀe noɥɪdy? = Est-ce qu'ils mangeront ?
Δe el sandode us ðɪм ʀe kovisy. = Je ne sais pas s'ils vont partir.
  • La tournure négative est exprimée au moyen de la tournure jel également entre le sujet et le verbe. Combinée avec l'interrogation, elle devient ʀel ; combinée à une emphase à peu près l'équivalent de vol en kotava, elle devient pel ; combinée directement avec un pronom de la première personne du singulier, elle devient ðel.
Δel noɥɪda = Je n'ai pas mangé.
Δe pel noɥɪda = Je n'ai pas mangé du tout.
Δя ʀel noɥɪda? = N'as-tu pas mangé ?

On retrouve el combiné avec des adverbes ou des pronoms pour traduire "rien, nulle part, jamais (nég.), aucun etc...


Aspects

L'expression des aspects et des modalités s'obtient par des particules, placées entre le pronom et le verbe. Il existe également des particules négatives, interrogatives et amplificatrices, lesquelles peuvent se combiner entre elles par amplification.

tableau à venir

Tous les verbes se conjuguent d'une manière identique : il n'y a aucune irrégularité notable. Les verbes défectifs ne le sont que par nécessité sémantique.

Retour : Ŧhub

  1. L'émotionnel n'est pas un calque du subjonctif français (même si de nombreuses applications coïncident), pas d'avantage de l'aneuvien. Ainsi, dans la phrase "j'attends qu'il vienne", "vienne" sera retranscrite en ŧhub par l'éventuel futur : ðɪ ƨevisy.
  2. Qu'on se gardera bien d'assimiler, à l'instar de l'espéranto, à l'impératif :
    мolodeтyм = qu'ils chantent (c'est un ordre).
    Cette distinction "volitif-impératif" existe également en aneuvien et en kotava