IDEO RIK Les mots filliens

Un article de Ideopedia.

Les mots filliens sont un type particulier de mot de la langue du Deyryck. Ils correspondent au corps de la langue, ce sont les mots principauxn ce qui pourrait correspondre à notre dictionnaire. Il en existe plusieurs catégories :

Sommaire

Les mots filliens

"Molgas'amam"

Ce sont tout les mots qui correspondent aux normes Dèyrik, tels que « rama », « koréa », « ada », « atam », « caûûa » etc... .

Autrement dit les mots qui font leurs bases verbales en "a", à l'unique excaption de "èr" qui est un mot puritain également. Leur fonctionnement permet une grande simplicité dans le Deyryck.

Le premier avantage de ces mots est la contraction d'idée qui les accompagne. En effet, un sujet pourra précéder n'importe qu'elle forme :

Iafa a = Je force.

Iafi a = Je suis fort.

Diti iafit a = Je suis plus fort que toi.

Etc...


Ensuite, presque toutes ces formes peuvent se contracter avec le point finale de la phrase :

Iafa' = Je force.

Iafya = Je suis fort.


Voir lexique de mots puritains.

Les mots en « o »

Les mots en "o" sont les mots ayant gardé leurs formes en « o » du Deyryck fillien, tels que « ékto », « fio », « ofio », « afio », « loko », « soko », « ano », « kohos », « kéno », etc... .

Les mots en "o" ont un fonctionnement relativement proche de celui des mots puritains. Leur irrégularité est assez variables ont retrouve trois formes d'utilisation de ces mots :

La Nordique : Les ikiens nordiques sont profondément puritains dans l'âme, aussi pour gérer le cas des mots en « o » ils les transforment simplement en mots puritains. Imio sera alors imia, ékto, ékta, etc....

La Sudiste : Les Sudistes sont bien opposé à ça et eux conservent la forme en « o » dans tant que le mot est un nom, une personne ou un verbe :

Iékto = Ma guerre ou Je fais la guerre ou Je suis un guerrier.

Le contexte permet ensuite de déduire le sens.

Pour les autres le « o » devient « w » et ils placent les formes derrière.

Iéktwi a = Je suis en guerre.

Etc...


NB : Cette forme est normalement celle admise comme étant la forme correcte.


La Centriste : Les Centristes ont eux un fonctionnement similaire aux sudiste mais qui varie un peu. La forme de nom se fera en « om » et la personne en « os ».

Iékto = Je fais la guerre.

Iéktom = Ma guerre.

Iéktos = Je suis un guerrier (ou mon guerrier).


Le reste se fait comme pour les Sudistes.


Voir le lexique des mots en "o".


Les verbes contractés

Il existe 6 verbes contractables :



Kréi, Démo, Kèrkéi, Vèyli. « Kohos » et « Fio » sont également souvent considérés comme des verbes contractés, bien qu'ils soient également des mots en « o ».



Ce sont des verbes qui changent de forme pour se coller en suffixe à un autre verbe.

Il y en a deux types :



Les simples ou les faibles :



Kréi = Pouvoir

Il se contractera : "réi".

Donc :

Ti rama ikréi a = Je peux te voir.

Se dira :

Ti iramaréi a = Je peux te voir.

On contractera en général avec le point pour avoir :

Ti iramaréya



Démo = Devoir

Il se contractera : "mo".

Donc :

Ti rama idémo a = Je dois te voir.

Se dira :

Ti iramamo a = Je peux te voir.

On contractera en général avec le point pour avoir :

Ti iramamwa



Vèyli = Vouloir

Il se contractera : "li".

Donc :

Ti rama ivèyli a = Je veux te voir.

Se dira :

Ti iramali a = Je peux te voir.

On contractera en général avec le point pour avoir :

Ti iramalya



Les complexes ou les forts :



La différence avec les faibles et que leurs sens varient lorsqu'ils se contractent.


Kèrkéi = Comprendre

Il se contractera : "kéi" et signifiera : "savoir faire" (Comme le "can" anglais dans "I can swim" = Je sais nager).

Donc :

Ti iramakéi a = Je sais te voir.

On contractera en général avec le point pour avoir :

Ti iramakéya



Fio = Voir

Contraction : fio/fiô/fia/fiâ

Signification : C'est une contraction assez compliqué. En effet, elle changent selon le sujet du verbe auquel elle s'attache et possède quatre forme, aussi on peu extrapoler son sens pour en faire une déclinaison.

Le sens de base est "être vu".

Exemple : Ikénofia a = Tu me vois tuer.

Voici la déclinaison avec ce même verbe :


Fia/Fio Fiâ/Fiô
Ikénofia a = Tu me vois tuer. Ikénofiâ a = Vous me voyez tuer.
Tikénofia a = Je te vois tuer. Tikénofiâ a = Nous te voyons tuer.
Cèrkénofia a = Tu nous vois tuer. Cèrkénofiâ a = Vous nous voyez tuer.
Lokénofia a = Je vous vois tuer. Lokénofiâ a = Nous vous voyons tuer.
Ikénofio a = Il me voit tuer. Ikénofiô a = Ils me voient tuer.
Tikénofio a = Il te voit tuer. Tikénofiô a = Ils te voient tuer.
Cèrkénofio a = Il nous voit tuer. Cèrkénofiô a = Ils nous voient tuer.
Lokénofio a = Il vous voit tuer. Lokénofiô a = Ils vous voient tuer.
Arokénofia a = Tu le vois tuer. Arokénofiâ a = Vous le voyez tuer.
Arèskénofia a = Tu les vois tuer. Arèskénofiâ a = Vous les voyez tuer.
Arokénofio a = Je le vois tuer. Arokénofiô a = Nous le voyons tuer.
Arèskénofio a = Je les vois tuer. Arèskénofiô a = Nous les voyons tuer.



Kohos = Venir

Il se contractera : "hos" ou "has" et signifiera : "sur le point de" ou traduira une exclamation.

Donc :

Ti iramahos a = Je suis sur le point de te voir.

Ti iramahas a = Je te vois si bien! ou Comme je te vois!



Les mots enfilliens

Ce sont les mots qui correspondent aux normes du Dèyrik, mais pas celles des mots puritains, les divers autres mots qui sont basiques. Par exemple : les pronoms, ou bien des mots comme « ano » (qui n'est pas le même mot que le mot en « o » « ano »), nutri, notri, etc... .

Leurs fonctionnements sont trop divers pour être présenté ici, c'est du cas par cas.


Voir le lexique des mots enfilliens.

Les mots directeurs

Bien considérés comme des mots, les ponctuations possèdent leur propre catégorie, on y retrouve :

  • a (Point)
  • o (Virgule)
  • on (Virgule interrogative)
  • an (Point d'interrogation)
  • û (Point d'exclamation)
  • ûn (Point exclarogatif)
  • wû (Virgule exclamative)
  • wûn (Virgule exclarogative)
  • u (Point d'exclamation fort)
  • un (Point exclarogatif fort)
  • wu (Virgule exclamative forte)
  • wun (Virgule exclarogative forte)
  • ô (Virgule nordique)
  • ôn (Virgule interrogative nordique)

Les mots impurs

Des mots comme le nom « témériat » qui ne répondent pas aux normes Dèyrik et qui n'appartiennent à aucune catégorie justifiant cela. Comme pour les enfilliens, c'est du cas par cas, bien que leurs fonctionnements soit souvent similaires à celui des mots en "o".

Voir le lexique des mots impurs.