IDEO GTA Préfixes adpositionnels

Un article de Ideopedia.

Avertissement

Tant pour arrêter d'augmenter la place que je prends inutilement sur Idéopédia que dans le but d'avoir une seule adresse où présenter la langue à laquelle je puisse renvoyer ailleurs, et y compris ici, j'ai décidé d'arrêter de mettre à jour les articles grammaticaux trop précis, et il se peut donc que cette page soit obsolète. Vous trouverez la dernière version de ce point de grammaire à cette adresse.

Article parent : IDEO GTA Préfixes

Les préfixes adpositionnels sont, en gelota, les préfixes remplaçant les adpositions dans les autres langues. Ils sont toujours gouvernés par un cas.

Sommaire

Prépositions gouvernées par l’accusatif

Ki-

Ki- veut dire autour de, qu’il y ait mouvement (je tourne autour de) ou non (l’armée était placée autour de la ville).

Prépositions gouvernées par le datif

Ci-

Ci- veut dire « avec », « [fait] de ».

Lo-

Lo- veut dire « selon ».

Po-

Po- veut dire « dans le but », « pour ».

Pi-

Pi- est un préfixe qui traduit le thème, et se traduit souvent par « au sujet de » ou « sur ». Ainsi, « J’écris un article Idéopédia sur le gelota » se traduira par « Varaka tadopeda-ho ðoverote pigeloti ».

Pi- traduit la préposition latine « de » dans les titres, qui est souvent restée en français et qui marque le sujet. Ainsi, le fameux traité de Fénelon[1] De l’éducation des filles ce traduira Pidekoro meneŝā.

Prépositions gouvernées soit par l’accusatif, soit par le datif

Le-

Le- est utilisé pour exprimer la séparation ou l’éloignement. S’il y a un mouvement, la préposition sera gouvernée par l’accusatif ; sans mouvement, par le datif. Ainsi lehejome veut dire « je sors de la maison », et lehejomo « je suis loin de la maison ».

Ni-

Ni- veut dire « dans ». Avec l’accusatif, il précise que l’actant entre dans quelque chose ; avec le datif, il précise que l’actant y est déjà.

Ŝe-

Ŝe- est le préfixe traduisant l’idée « au dessus », ou « sur ». S’il y a mouvement vers, on utilisera l’accusatif[2], et sans mouvement, on utilisera le datif.

À l’accusatif il peut exprimer aussi, au sens figuré, une suprématie morale ; on traduira alors par « par dessus » (e.g. « par dessus tout » se dira ŝeku)

Il est utilisé dans l’expression courante de bienvenue et d’au-revoir : ŝeloma ŝete (que la paix soit sur toi)[3].

Notes et références

  1. Cf. Article « Fénelon » de Wikipédia.
  2. Et si il y a mouvement depuis, on utilisera le- + accusatif.
  3. Cf. article « ŝeloma » sur Idéolexique.