IDEO ESN Affixes grammaticaux

Un article de Ideopedia.

Vous trouverez ici une explication quant au rôle des différents affixes grammaticaux.

Sommaire

Affixes de classe I, affixes principaux

Ils correspondent aux quatre affixes les plus communs et essentiels à la compréhension du discours. Ils sont souvent placés en position finale par rapport aux autres affixes.

Affixes actifs

Dans cette sous classe, on trouve les deux affixes susceptibles d'être sujets d'un prédicat.

Relatif

Marqué par -es

Son rôle principal est d'être sujet d'un verbe où une action réelle est faite par un actant vers un patient. Il marque aussi le thème de la phrase ou le sujet du discours, ce rôle se rencontre principalement dans les titres d’œuvres ou dans les phrases sans prédicat pouvant recevoir un sujet au relatif.

  • Ex : Táles Pan Zóilé "il voit la maison"
  • Ex : Taelá Limes "de la santé des gens"
  • Ex : Taeles Neyi "je mange" (bien qu'intransitif, on considère que le COD est compris dans le verbe et donc que l'action est subie)

Comme son nom l'indique, son rôle originel est une possession aliénable d'un objet, un simple lien. On retrouve ce sens dans certains cas, et surtout dans les traduction littérales des phrases Esséntheam.

  • Ex : Taeles Mátui "le jugement relatif à moi, mon jugement (j'en suis l'instigateur)"

Subjectif

Marqué par -on

Il dénote le point de vue, le sujet d'une action où l'actant n'intervient pas sur un patient. Il note aussi le sujet des verbes de mouvement et le patient des verbes transitifs où le patient n'est pas modifié à la suite de l'action.

  • Ex : Taelon Zóilassoe "je vais à la maison"
  • Ex : Paenei Zóilon "je vois la maison"
  • Ex : Taelon, Zóilon Neferelie "selon moi, la maison est belle"

Affixe prédicatif

Cette classe est représentée par le seul prédicatif, qui exprime la relation entre les différents termes, qu'elle soit formée par le suffixe ajouté à un mot (taelon neferelie "je suis beau", le suffixe -elie fait le lien et a donc un suffixe prédicatif sous entendu, voir ci-dessous) ou par le suffixe prédicatif lui-même (taeles essénei taolaxon "je parle avec toi", là, essén fait le lien, et a donc reçu un suffixe prédicatif). Qui existe sous deux formes :

  • Prédicatif marqué (par le suffixes -ei) surtout utilisé pour insister ou pour démêler une phrase autrement incompréhensible. Il doit être rajouté aux mots ayant déjà un suffixe de première classe pour indiquer qu'ils sont aussi prédicats d'une autre proposition. Il peut aussi s'ajouter à des mots prédicats mais dont le suffixe n'est pas intrinsèquement sous entendu.
  • Prédicatif non marqué, qui est la forme théorique de tous les noms, même ayant reçu un suffixe à l'exception de ceux qui ont reçu un suffixe de première classe. Ce suffixe est donc en réalité sous-entendu.
  • Ex : Gaeltidhileies Eyilelie Tálon "j'assassine, ce qui est mauvais pour la société" (Gaeltidhileies est à la fois prédicat de la proposition consituée du seul Gaeltidhiei et sujet de Eyilelie(ei) où le suffixe prédicatif est sous entendu)
  • Ex : Taelon zóilassoe(ei) "je vais à la maison" (ici, le suffixe -assoe est intrinsèquement prédicatif)

Affixe passif

Marqué par -é

Il indique le patient d'un procès qui est modifié par l'action. Ainsi, le complément de verbes comme voir ne sera pas au passif mais au subjectif.

  • Ex : Néyi Róppané "je mange un fruit"

Affixes de classe II, affixes secondaires

Ces affixes sont plus nombreux et sont rassemblés en sous classe en fonction de leurs sens. Ils sont considérés comme secondaires et permettent de donner des précisions quelque fois essentielles tout en remplaçant un certain nombre de verbes du français.

Sous classe 1, comparaison et possession

Suffixe essif

Marqué par -elie

Ce suffixe marque l'attribut d'un sujet qui peut être à n'importe quel cas, mais au relatif ou au subjectif indifféremment si le mot n'a aucun affixe de première classe. Le mot à l'essif se place proche d'un mot et peut être muté pour rendre la phrase plus compréhensible. Ce suffixe marque une assimilation plus qu'une ressemblance, pour les mots abstraits la différence est faible mais il peut se retrouver en concurrence avec le comparatif dans certains cas.

  • Ex : Taeles Neferelie "je suis beau"
  • Ex : Taeles Talelie "je suis toi" (ici l'assimilation est complète, la phrase n'a donc aucun sens mais c'est bien là la traduction la plus exacte possible)

Suffixe appartitif

Marqué par -azol

Il indique l'ensemble auquel le mot qualifié appartient. Il est en quelque sorte opposé au suffixe constitutif. De plus il s'applique aux métiers (on appartient à un corps de métier).

Ex : Idta Beafuveaealazol "la femme appartient à la famille royale"

Suffixe comparatif

Marqué par -eilte

Comme son nom l'indique, il indique une comparaison. Son sens élargi est celui d'une ressemblance, une assimilation partielle. Ce terme est en concurrence avec l'essif.

Ex : Taeles Taleilie "je suis comme toi, je te ressemble" (le comparatif a ici plus de sens que l'essif)

Cependant, le comparatif est moins fort que l'essif, et avec les mots exprimant une qualité il peut être vu comme réducteur.

Ex : Taeles Nefereilte "tu es comme la beauté (mais tu ne l'incarnes pas)" (cette phrase est moins laudative que celle utilisant l'essif)

Suffixe possessif et possessif passif

Marqué par -á (possessif) et -esli (possessif passif)

Ces deux suffixes sont reliés, le premier marque le possesseur et le second le possédé. La possession est une possession physique, une qualité, un défaut ou un droit n'est pas possédé mais fait partie de l'être (donc utilise le suffixe essif ou comparatif dans une moindre mesure) ; les rôles et métiers (roi, acteur, commerçant, etc.) ne sont pas non plus possédés (on ne possède pas la fonction de roi) mais une personne fait partie du "corps" de métier de ces rôles (donc appartitif ou constitutif). Ne sont donc possédés que les objets, les membres, etc.

On peut utiliser conjointement ces deux suffixes, on a alors une forte emphase sur la possession.

Ex : Talá Zói "la personne possédant la maison" ; Ta Zóilesli "la maison possédée par la personne"; Talá Zóilesli "Cette maison est possédée sans partage par cette personne" (la traduction peut difficilement rendre l'emphase)

Suffixe constitutif

Marqué par -etheo

Il indique de quoi quelque chose est constitué, il s'oppose donc au suffixe appartif. La constitution indique le matériau et les éléments d'un ensemble ou d'un objet ; mais elle concerne aussi les groupes de personnes qui partagent un point commun. La constitution n'est pas obligatoirement totale et peut exprimer l'un des composants parmi les autres.

  • Ex : Yei ónetheo "le vase constitué d'or"
  • Ex : Mátuië Taeletheo "le corps des juges est constitué de moi (entre autre)" (soit : je suis un juge)

Sous classe 2, affixes locatifs

Ils peuvent se suffire à eux-mêmes pour remplacer un verbe de mouvement.

Directif

Noté par -assoe

Il indique le lieu où l'on va, son sens est uniquement locatif et ne peut être pris au second degré (sauf dans des métaphores).

  • Ex : Émátassoe "(je) vais au palais de justice"
  • Ex : Taeles zóilassoe panei yeilé "moi, allant à la maison, voit le vase"

Locatif

Noté par -lyen

Il indique le lieu dans lequel on se trouve, qu'il s'agisse d'une ville, d'une pièce ou d'un pays. Il peut indiquer la nationalité provisoire (endroit où l'on habite actuellement) (par opposition à la nationalité permanente, le droit du sang)

  • Ex : Zóilyen "dans la maison"
  • Ex : Xinlyen "dans le pays, habitant le pays"

Génitif

Noté par -és

Le génitif a ici un sens strictement locatif, il n'indique pas la filiation, mais peut indiquer l'origine spatio-temporelle avec prédominence spatiale.

  • Ex : Xinés "venant du pays"

Dans le cas où l'appartenance à un groupe correspond à l'origine d'un même endroit on peut utiliser le génitif (tout comme l'apartitif ou le constitutif).

  • Ex : Minlaea Nuin'xinés "Minlea du pays de l'ouest" (Minléa est un prénom, équivalent de Sélénée)

Datif

Marqué par -wo

Il marque le lieu par lequel on passe ("je passe par la route", route est considéré comme un lieu), mais pas le vecteur ("je passe par la route", route est considéré comme le moyen de transport).

  • Ex : Albawo "par la route"

Sous classe 3, affixes temporels

Ils désignent la "localisation" temporelle d'un moment. Il est notable que tous ces affixes accolés à un nom qui n'est pas intrinsèquement temporel font référence à l'action.

  • Ex : Zóioluin "le moment de ta maison = quand tu étais chez toi"

Locatif temporel

Noté par -axolla

Il note le moment pendant lequel se déroule l'action.

  • Ex : Paen Taolé Debtélaxolla "je t'ai vu le matin"

Temporel

Noté par -uin

Il peut remplacer tous les autres affixes temporels, mais sa valeur est généralement la durée.

  • Ex : Paen Taolé Debtéluin "je t'ai vu toute la matinée"

Antétemporel

Noté par -ezi

Il marque l'évènement qui s'est déroulé avant l'évènement qualifié.

  • Ex : Paen Taolé Debtélezi "je t'ai vu avant le matin"

Posttemporel

Noté par -umal

Il est opposé à l'antétemporel car il note l'évènement qui se déroulera après l'évènement qualifié.

  • Ex : Paen Taolé Debtélumal "je t'ai vu après le matin"

Sous classe 4, affixes autres

On range dans cette catégorie tous les autres affixes.

Instrumental

Noté par -élle

Il exprime l'outil qui est utilisé. Par extension, il peut signifier "utiliser" dans une phrase sans prédicat principal. Cet affixe ne s'applique qu'aux objets physiques.

  • Ex : Cáie allomilélle "j'écris avec de l'encre"
  • Ex : Ruiëlélélléi "j'utilise une arme, je combats"

Instructif

Noté par -itea ou -iteo

Il indique la manière par laquelle est réalisé le procès. Il est l'équivalent abstrait de l'instrumental, il exprime l'utilisation d'un savoir au profit du procès. Par exemple, les langues parlées sont mises à l'instructif.

  • Ex : Essén Esséntheamiteo "je parle esséntheam"

Causal

Noté par -atunú

Il indique la cause du procès.

  • Ex : Essén taolaxon élyenatunú taolon "je te parle car tu est là"

Conditionnel

Noté par -opí

Il marque les différentes conditions nécessaires à l'accomplissement du procès. En fonction des temps on obtient les différentes subordonnées conditionnelles, voir Hypothèses en esséntheam.

  • Ex : Taolon élyenopí, neférlelie "si tu es là, je serais content"

Bénéfactif

Noté par -ixel

Il marque la personne qui bénéficie du procès, que ce soit pour recevoir ou parce que cette personne bénéficie indirectement du procès.

  • Ex : Essén taeles taolixel "je parle pour toi (pour te faire plaisir, pour t'obéir, etc.)"

Final

Noté par -anol

Il note le but du procès, l'objectif à atteindre. Lorsque le mot au bénéfactif est au passé, cet objectif a été atteint, lorsqu'il est au futur, c'est un idéal et lorsqu'il est au présent, l'objectif est encore à atteindre mais le procès censé atteindre cet objectif est en cours.

  • Ex : Taoles neferelieanol "pour que tu sois heureux"

Voir article principal : Esséntheam