IDEO ANV Nom

Un article de Ideopedia.

(Redirigé depuis IDEO ANV nom)

Sommaire

Noms communs

La quasi-totalité des noms communs sont déclinables. Il existe quatre cas dans la déclinaison aneuvienne. Une langue à déclinaisons pourrait à première vue sembler rébarbative à certains mais permet beaucoup de finesses. Témoins, ces exemples :

Da kòva ùt legsàrges ni ed neràpkaż. = Il a acheté un pantalon à sa fille (il l’a acheté pour elle).
Da kòva ùt fileċ ni ed bofteduv. = Il a acheté un filet à son boucher (Le boucher le lui a vendu).
Or rœdhit nit hœndes = faites attention au chien (prenez soin de lui)
Or rœdhit nit hœnden = faites attention au chien (ne l'écrasez pas).
Or rœdhit nit hœndev = faites attention au chien (il est susceptible d'attaquer).
Da eper kom kœm sed kalùxentes. = Il vient toujours avec sa calculatrice. (il l'a sur lui, elle l'accompagne)
Da ĕrek àr iljace, àr pinkece ea'r næltace kœm sed kalùxentev. = Il trouve moyennes, variances et écarts-types avec sa calculatrice. (... au moyen de...)
Ar erar Firèncev. = Ils ont été à Florence.
Ar pùzar Firènc. = Ils sont allés à Florence.

La plupart des fonctions de noms sont représentées dans la déclinaison aneuvienne.

Le nominatif

Utilisé pour le sujet de la phrase principale mais aussi pour les noms utilisés comme attributs du sujet, c’est aussi le cas mentionné dans le dictionnaire.

Eg nep ùt ditràdak = je ne suis pas un escroc (R M Nixon, USA).
Ed strægen màk = Voici mon train.

Le nominatif sert également de vocatif dans ce type d'exemple :

Pavl, kòmit ep iyr! = Paul, viens un peu ici !

L’accusatif

L’accusatif est utilisé pour les compléments d’objet (directs et certains COI) ; il est utilisé aussi comme complément d'accompagnement ainsi que des compléments circonstanciels

de lieu indiquant une destination
de temps indiquant une limite de durée (jusqu'à...).

On le trouve également comme complément d'adjectif et d'adverbes (comparatif, notamment).

Les cas dans la déclinaison aneuvienne ont peu d’irrégularités et celles-ci sont seulement dues à des voisinages de lettres. L'accusatif (datif) se forme comme suit :

N A
-v, -vc[1] -vS, -vcS
-C, -Ċ, -Ψ,
-S, -X, -Z, -Ż
Sans changement
-vD, -vK
-vP, -vT
-vŻ[2], -vX
-vΨ, -vĊ
-cJ -cIS
-cQ -cQUS
-cc -ccES
Eg hab nep àt hoψ = Je n’ai pas l’heure.
O pùze ep à stàtyns? = Tu vas à la gare ?
Da pùza kœm àt dogàndax = Il est parti avec le douanier.
O vel ep ed siroψ es? = tu veux ma photo ?
À xeliysdu vermyda àt gaċ = l'automobiliste a évité le chat.
Dhep o pùze àt merkaż kœm es? = Est-ce que tu viens (va) au marché avec moi ?
Àr chete fàktar ùr marquse en àt xeliysev = Les branches ont fait des marques sur la voiture.

Le génitif

Il sert essentiellement au complément de nom mais aussi à certains compléments d’adjectifs (superlatif, entre autres).

N G
-v
-vJ
-vN
-vJN
-c -cEN
-vcEN -vcNEN
-
-
-MEN
-N
-Q -QUN

Au pluriel, on ajoute un -E.

Le génitif est également utilisé comme complément d'objet indirect de verbes comme dysert (parler de) et, dans certaines circonstances, de dœm ni (penser à) :

Dysertet stellene ni es = Parle-moi des étoiles.
Da dœm nir kusègentene = Il pense aux conséquences.

Mais...

Da dœm ni ed famils = Il pense à sa famille.


Partitif

Il est utilisé également comme partitif :

Ka hab mœls dineren. = Elle a beaucoup d’argent.
Ka beva wadren. = elle a bu de l’eau ; mais
Ka beva àt wadres àt bœtejen = elle a bu l’eau de la bouteille.

Pour éviter les erreurs, toujours faciles à commettre, notamment au pluriel, pour savoir si le partitif est requis, on se demandera si on peut mentionner "une part de...".

Ar inzhar ùr ortolànse ea ùr paastane = Ils ont mangé des ortolans et des pâtes.

Le circonstanciel

Le circonstanciel, comme le nom l’indique est surtout utilisé pour les compléments circonstanciels.

Pour la terminaison, on retrouve les règles ci-dessus pour le génitif

  • La lettre V remplace le N final.
  • Les noms en -Ṅ font leur circonstanciel en -nev ;
  • Ceux en -V le font en -W.
Quat hoψev ep æt strægen pùze? = À quelle heure ce train part-il ?
Da hab ùr rovœrse kœm àt dogànev. = il a des ennuis avec la douane (dus à).
Ka pùza flóxentev. = elle est partie en avion.

Ar mir pàtezer àt posvic heptaw = Ils viendront la semaine prochaine.

Par ailleurs certains compléments de noms se mettent au circonstanciel (selon le sens) :

àt danœk àt noxen = le début de la nuit
ùt làmyvat noxev = un voyage de nuit (c à d un voyage qui se déroule la nuit).
à freṅdet ed kàpduve = la confiance de ses chefs.


Noms communs étrangers

Les noms communs étrangers[3]non aneuvisés gardent leur orthographe et leurs marques grammaticales (nombre, genre...) originelles et ne sont pas déclinables.

À tenniswoman Chris Evert eră numbar fæteve kàpoven = La tenniswoman Chris Evert fut plusieurs fois championne[4].
Ar ere særvar ùr lonade canelloni ni ese. = Ils nous avaient servi des canelloni tièdes.

Toutefois, une bonne partie des mots étrangers peuvent être aneuvisés, entre autres parce que certaines prépositions ne se traduisent pas en aneuvien :

Àt kula àr spaghetti ere lonad. ou
Àt kula àr spagetene ere lonad. = La sauce des spaghetti était tiède.

Les noms ainsi aneuvisés adoptent une orthographe aneuvienne correspondant à un mot singulier et se déclinent conformément aux règles citées plus haut. Le choix entre version originale et version aneuvisée peut être dictée par le contexte.

Les noms d'origine latine comme opera, museum etc. sont aneuvisés, c'est-à-dire qu'ils sont déclinables.

Æt • àt nygeràdkad àt museumen = C'est la conservatrice du musée.

Le pluriel des noms

Le pluriel s’obtient en ajoutant -R aux noms se terminant par une voyelle (dù → dùr) et en ajoutant -E aux autres noms (wadr → wadre), ce qui vaut pour les autres cas que le nominatif :

Àr cjerte nep matùre. = Les cerises ne sont pas mûres.
Eg inzha ær nep matùre cjertese. = J'ai mangé ces cerises pas mûres.

Toutefois, certains noms, comme dulkùsat, glas, zhùmel & pœngring ont des nombres multiples, selon qu'on détermine l'objet par paire ou non. UNE paire "appellera" un déterminant singulier :

— Quav ep àt dulkùsar?
— Let àt zhùmelles.
— Où sont les ciseaux ?
— Près des jumelles.


La marque du pluriel est située après celle du cas, conformément au volapük (blodas) et contrairement à l'espéranto (fratojn).

Eg làjden taṅlivs hoxtàtynene = J'aime l'ambiance des grandes gares.
ni ed neràpduse = à mes enfants (fils & filles).

Le genre

Les noms de personnes au féminin se terminent par -kad (nexàvkad, præsidenkad) et au masculin par -dak (aabendak, civdak), les noms d’animaux, respectivement par -K (hœndek) et par -D (hippod). Cette règle n’a pas sa réciproque : merkad = marché, porrod = poireau, amonak = ammoniac. Certains mots sont neutres ou non, selon le sens qu'on leur donne[5]

Les autres noms sont tous neutres[6], notamment des noms comme doktor, præsident, div, zhenral[7], etc... pour les "sexualiser" afin de leur donner un autre sens, il suffit d'ajouter -dak ou -kad.

En conséquence de quoi, des mots comme "doctoresse, professeure, directrice" etc. auront également, en aneuvien, une double traduction selon le sens. Seule une insistance fera dire, par exemple : àt doktorkad nep dær = la doctoresse n'est pas là. On n'utilisera jamais -kad pour désigner l'épouse d'une personnalité, par exemple, præsidenkad pour l'épouse d'un président ( Madame la présidente), mais àt nùpkad à præsidenten[8]. Præsidentkad s'adressera à une femme président dans sa vie privée : À præsidentkad • partùr = la présidente est enceinte. Toutefois, pour les titres de noblesse, on utilisera systématiquement -kad pour les femmes : à prinskad koròpna àt elexáṅtrals = la princesse a inauguré la centrale électrique.

Bref, en aneuvien, le genre des noms est surtout une affaire de vocabulaire et la seule influence grammaticale intervient sur les pronoms personnels.

L'apposition

Il y a deux manières de mettre un nom en apposition, selon le type de nom auquel on veut mettre l'apposition :

La voirie

Cf ci-dessous pour les noms propres

Dans ce cas, Le nom en apposition est devant et le nom à apposer est collé derrière[9], perdant son accent. Si le nom d'une voie comporte deux éléments (ou plus), l'ensemble sera relié par des traits d'union et le nom de la voie ne perdra pas son accent.

Parisged = Rue de Paris[10]
Frederic-Chopin-avnù = Avenue Frédéric Chopin.

Les noms propres ne changent pas, les désignations des voies se déclinent :

Dyn Republikgeż, or zhiyrite Ctalingrad-bànkev[9]. = Pour la rue de la République, vous tournez (au) quai de Stalingrad.


Les autres noms

Dans les autres cas, l'ordre est inversé[11].

Et c'est le nom en apposition qui est derrière, séparé de celui auquel il est apposé, mais sans préposition :

à stad Berlin = La ville de Berlin.
àt mar Searenet = La mer de la Sérénité.

Déclinaison

Le nom en apposition se décline au même cas que celui auquel il est apposé.

Àt viktor làr ni à staż Madrid-s = La victoire revient à la ville de Madrid.

Mais...

Àt viktor làr ni à tiyms Madrid-en = La victoire revient à l'équipe de Madrid.

Les noms propres

Les noms de lieux aneuvisés se déclinent exactement comme les noms communs.

Eg • Athinav. = Je suis à Athènes
Eg làjden Ròmas. = J’aime Rome.

Un nom de lieu non aneuvisé, si on choisit de le décliner, sera muni d'un trait d'union entre le nom et le cas :

Ar • Nœjorkevmais ar • New-York-ev pour "ils sont à New-York".

Patronymes

Les noms propres de personnes issues de pays à écriture latine ne sont, en principe, pas aneuvisés et l'orthographe (diacritiques compris) est conservée[12].

Les personnages historiques seront aneuvisés, mais toutefois, avec un respect, dans la mesure du possible, de la prononciation originale :

Michelangelo BuonarottiMikelánżhelo Buonaròti → Mikelaṅżh
Cristoforo ColomboKristoforo Kolòmbo .

Les autres noms ont tous une orthographe aneuvisée, avec conservation de la prononciation d'origine :

Горбачёв МихаилMiqajlh Gorrbàċhov.

Prénoms

Voici divers prénoms et leurs équivalents aneuviens :

Langues naturelles Aneuvien
Alain, Allan (♂) ; Ali
Aline (♀)
Alen (♂)
Alin, Alyn (♀)
Alexander, Alexandre (♂)
Alexandra (♀)
Alexaṅder, Alexaṅdar (♂)
Alexaṅdra (♀)
Alphonse, Alfonso Alfoṅs, Alqboṅs (♂)
Alice (♀) Alis (♀)
Ambre (♀) Aṁber
Andreas, André (♂) Aṅder (♂)
Anna, Annie, Anouk, Hanna (♀), Anne Aan, Aana, Aani, Anœk (♀), Aano (♂)
Antoine, Anton, Antonin (♂)
Antoinette, Antonia (♀)
Anton, Antwan (♂)
Antonet, Antonjà (♀)
Arnaud, Arno, Arnold (♂) Àrnol (♂)
Basile, Bazil, Вacиль (♂) Basil, Bhasil[13] (♂)
Béatrice (♀) Loatris (♀)
Bérénice (♀) Brenis (♀)
Camille Kàmil
Carl, Carlo, Carlos, Charles, Karl, Karol (♂) Kàrl, Chàrl, Kàrlos (♂)
Carla, Carole, Caroline, Charlene (♀) Kàrel, Kàrol, Kàrolyn, Chàrlen (♀)
Chantal (♀) Kaṅtàl (♀)
Christian (♂)
Christiane (♀)
Hristjaṅ (♂)
Hristjàn, Hristyn (♀)
Christobal, Christopher, Krysztof (♂) Hristof, Hristoqb (♂)
Claude Glood (♂), Klood
Corazon (♀) Kàred (♀)
Daniel, Daniele (♂)
Danielle, Danièle (♀)
Danjel (♂)
Danjæl (♀)
Désiré (♂), Désirée (♀) Qudan
Dominique Dominik
Dorothée (♀) Droth (♀)
Évariste (♂) Evàrist (♂)
Eve (♀) Eva, Æw (♀)
Ferenc, François, Francis, Francesco
Francisco, Frank, Franz (♂)
Fraṅk, Fraṅc (♂)
France, Frances, Francesca, Francine, Françoise (♀) Fraṅs[14] (♀)
Gabriel (♂)
Gabrielle (♀)
Gabriel, Gavril (♂)
Gabrjæl (♀)
George, Georges, Georg
Γεώργιος, Giorgio, György (♂)

Georgette (♀)

Zhorzh (♂)

Zhorzhet (♀)[14]

Gérald, Gérard, Gerhard (♂)
Géraldine (♀)
Geràld, Gerad, Gerar, Zheràld, Zherad, Zherar(♂)
Geràldyn, Zheràldyn (♀)
Grazia, Graziella (♀) Hrobà (♀)
Henri (♂)
Henriette (♀)
Henryg (♂)
Henryget (♀)
Hermione (♀) Hermjòn (♀)
Jacqueline (♀)
Jacques (♂)
Zhàklyn (♀)
Zhak, Żhàk (♂)
Jane, Janet, Jeannette, Jehanne (♀)
Jehan, John, Johannes
Zhan, Zhanet (♀)
Zhaṅ, Joán (♂)
Jérôme (♂) Zheróm (♂)
Jésus (♂) Zhes, Żhes (♂)
Jocelyn (♂)
Jocelyne (♀)
Zhoclin (♀), Zhoclyn
Jose, Josef, Joseph, Giuseppe (♂) Zhos, Zhosep[13] (♂)
Josée, Josette, Josiane, Joséphine (♀) Zhosa, Zhoset, Zhosjàn, Zhoseqbyn[13] (♀)
Karen (♀)
Karim (♂)
Kàren, Kàryn (♀)
Kàrim, Kàrym (♂)
Léane (♀)
Léon (♂)
Leàn (♀)
Leo (♂)
Luce, Lucette, Lucia, Lucie (♀) Lug, Luget (♀)
Maria, Marie (♀)
Mario, Marie (♂)
Màri, Màrjo (♂), Màrja
Matthieu, Mathias, Matthew, Matteo, Mathis (♂) Mathjĕ, Mathjas, Mathju, Mathjo, Mathis
Michel, Michele, Michael, Miguel, Михаил (♂)
Michelle, Michèle, Micheline (♀)
Michel, Mikel, Miqel (♂)
Michèl, Mikèl, Michlyn (♀)
Nathalie, Natalia, Наталья, Наташa (♀) Natali, Natacha (♀)
Nicolas (♂)
Nicole (♀)
Nikol (♂)
Nikòl
Oreste (♂) Ăræst (♂)
Patrice, Patrick (♂)
Patricia, Patrizia (♀)
Pàtric, Pàtrik (♂)
Pàtriċa, Pàtriża (♀)
Pablo, Paolo, Paul, Pavel (♂)
Paola, Paule
Pavl, Pavel (♂)
Pavèl (♀)
Pedro, Peder, Peter, Pierre, Pieter, Пётр (♂)
Perrette, Pierrette, Piera
Petr, Pétr (♂)
Prjet (♀)
René (♂), Renée (♀) Renéd (♂), Renéde (♀)
Robin Robeṅ (♂)
Robin (♀)
Rodolphe, Rudolf, Rudi (♂) Rùdolf, Rùdolfer, Rùdolqb (♂)
Samuel (♂) Samùl (♂)
Solange (♀) Soláṅzh (♀)
Thomas (♂) Tomás (♂)
Valentin (♂)
Valentine (♀)
Valènteṅ (♂)
Valèntyn (♀)
Yves, Yvon, Erwann (♂)
Yvette, Yvonne (♀)
Iw, Iwoṅ (♂)
Iwet, Iwon (♀)

Liste non exhaustive, les prénoms sans symbole sont épicènes.

Saints

L'orthographe du mot "Saint" varie uniquement avec la première lettre du nom suivant. il ne s'accorde pas en genre : san Zhùl, san Màrja, sant Ĕlàli; sank[15]Tooqbil, sank Teræz. sant Akirons

Sant Voyelle
Sank T + voyelle
San Tous les autres cas

La distinction (san, sant...) sera laissée en bas de casse, sauf s'il s'agit d'un lieu.

Déclinaison

Les noms propres[16]ayant gardé l'orthographe d'origine ont un trait d'union les séparant de la terminaison du cas. Si le nom et le prénom sont mentionnés, la terminaison (et le trait d'union) ira au dernier terme.

Àt hungàren rhaψodi Liszt-en = La rhapsodie hongroise de Liszt.
Ùt film Szabo Istvan-ev = Un film d'Istvan Szabo.
Da vedja Tina Turner-s = Il a vu Tina Turner.
ùt syrop Shirley Temple-s = une photo de Shirley Temple (une photo qui représente Shirley).
ù hraf Degas-ev. = un dessin de Degas. (dessiné par lui).

Retour : Aneuvien

  1. v = voyelle, c = consonne
  2. La forme en -vDS est maintenant très limitée
  3. ... ou considérés comme tels
  4. Pour les pays non anglophones (CH, S, CZ etc...) on a le choix entre choix entre tennisdu et tenniswoman, avec une préférence pour le premier. La ere waad à tenniskaż Gladys Semikéri-s àt kœnagàmev Hocklèngen = On attendait la tenniswoman Gladys Semikeri à la finale d'Hocklenge.
  5. Des noms comme dùk, vuuri ou zhitœṅ, par exemple.
  6. Le neutre fait donc figure d'épicène et s'applique aussi bien à des êtres vivants (sexués ou non) qu'à d'autres noms (objets, lieux, noms abstraits)
  7. Certains noms, toutefois revêtent des particularités.
  8. Àt nùpdak à præsidenten. = Le mari de la présidente
  9. 9,0 9,1 Si le nom propre comporte trois syllabes ou plus, le nom n'est plus agglutiné, mais composé
  10. Mais
    àr gede Parisen = les rues de Paris
    àr Parisgede = les rues nommées "Rue de Paris"
  11. Cas particulier des mots Maar & Oeken :
    Si le mot maar désigne une mer terrestre, que l'on sait remplie d'eau, la règle précédente s'appliquera ; sinon (lune, par exemple), les mots seront séparés.
    Les océans terrestres sont affublés d'un adjectif : la règle de l'apposition ne s'applique pas. Dans le cas d'autres astres, on appliquera l'une ou l'autre règle : Oeken Fiynxhokodate = Océan des tempêtes.
  12. Toutefois, une "version aneuvienne", conservant au plus près la prononciation d'origine peut être rencontrée.
    Antonin DvořakAntonin Dvorzhak
    Rare et utilisée seulement si on ne dispose pas des diacritiques nécessaires (peu probable actuellement)
  13. 13,0 13,1 13,2 On tachera de bien prononcer le S : [bɐsil], [ʒosəɸɪn]...
  14. 14,0 14,1 si le prénom est féminin (pronom personnel associé : KA), le nom du pays, lui, est neutre (pronom personnel associé : A).
  15. Le -K est purement euphonique et le donne aucune indication concernant le genre du mot qui suit.
  16. ...auxquels on souhaite appliquer une déclinaison