IDEO ANV Textes

Un article de Ideopedia.

Sommaire

Babel

  • Anoeven

1. Àt orron Aard dem ere særv àt idem spraten ea’r ideme slovene. 2. Sja, las dem transpòctun dyn àt orjentes, àr dùr eskœmăr ùt plaanges in àt laṅdev Shinéar ea hooslivnăr av. 3. Àr aṁb diktăr: «Er ep! er molete ùr briqse ea kugente àt hornev». Àr briqe særvăr stoonen ni ase ea’t bitùm særvă baṁpen. 4. «Er ep!» ar diktăr, «er gektorte ù stades ea ùt tœrs quan àt sym tok at liyls. Er gevente ùt naams ni ese kunátep ere cem nep omklœlaċh en lal arads àt Aarden». 5. Sæjer lægaknă ber vedjun à stads ea’t tœrs quas àr neràpdake Adam-en ere gektore. 6. «Haj!» Sæjer diktă, «omn'ar tenk ùt pobl ea tenk ùt sprat ea æt dær ed pirm oper! Vydar, nepùt quas ar mir auker faktun mir ere eljàxesundar! 7. Eg ep! Eg lægakent ea eljordýnet iyr ed sprats ane, tep ar aṁb nepjo intel!» 8. Fran dær, Sæjer omklœlaċhă ane en al àt aréav àt Aarden ea’r stoppăr gektorun à stades. 9. Alsy la gevna ni as àt naams Babels gor æt dær quav Sæjer chrœptă à sprats æt dær quav Sæjer omklœlaċhă àr dùse en al àt aréav àt Aarden•

  • Français

1. La terre entière se servait de la même langue et des mêmes mots. 2. Or en se déplaçant vers l'orient, les hommes découvrirent une plaine dans le pays de Shinéar et y habitèrent. 3. Ils se dirent l'un à l'autre : « Allons ! Moulons des briques et cuisons-les au four ». Les briques leur servirent de pierre et le bitume leur servit de mortier. 4. « Allons ! dirent-ils, bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet touche le ciel. Faisons-nous un nom afin de ne pas être dispersés sur toute la surface de la terre ». 5. Le Seigneur descendit pour voir la ville et la tour que bâtissaient les fils d'Adam. 6. « Eh, dit le Seigneur, ils ne sont tous qu'un peuple et qu'une langue et c'est là leur 1ère œuvre ! Maintenant, rien de ce qu'ils projetteront de faire ne leur sera inaccessible! 7. Allons, descendons et brouillons ici leur langue, qu'ils ne s'entendent plus les uns les autres ! » 8. De là, le Seigneur les dispersa sur toute la surface de la terre et ils cessèrent de bâtir la ville. 9. Aussi lui donna-t-on le nom de Babel car c'est là que le Seigneur brouilla la langue de toute la terre, et c'est de là que le Seigneur dispersa les hommes sur toute la surface de la terre.

Lascaux

Tinek tœsaṅdeve jàrene aṅt ed erjav, Lascaux-ev, ùr dùr tràcăr ed pirme hràfse. A fàllă waad dek-hep tusjàreve bertep danuk ùt àr fàbulonerte dùnone istòre: à skriptat. A velyntas rydàten tep ær qua mœxer àt pirme skriptane sigeċe ere vell geràde ùt tràc ed lezhenden•

À traṅsloktyn æt sĕvken cem atýren àt aljàron pàzhev.

Orat en àt Akropolev

Abkutan

Oj, noblèntet! Oj pelàs ea veryd rylnet! Div[1] quan àt kùlt zhaṅtes raṅtyns ea soveċ, o quan à tempel ùt elitèmpen lerat kosinten ea praṅtet, eg pàteze pylas àt ruls ed rejtéletene on; eg adfær ni ed ormes on muls kàjanden. Ber fœndun os a falla ùr elikœnane abuske. Àt inizentyn quas o ere kufær nit natyvun Athinendus per ùt liymilynev, eg akòra as stàjetev koṅgýntynene, à trefev lunge nàporene•


Ernest Renan


Prière sur l'Acropole

Extrait


« Ô noblesse ! ô beauté simple et vraie ! Déesse dont le culte signifie raison et sagesse, toi dont le temple est une leçon éternelle de conscience et de sincérité, j'arrive tard au seuil de tes mystères ; j'apporte à ton autel beaucoup de remords. Pour te trouver, il m'a fallu des recherches infinies. L'initiation que tu conférais à l'athénien naissant par un sourire, je l'ai conquise à force de réflexions, au prix de longs efforts.


Ernest Renan[2]

Tev ar kòmar

Tev ar kòmar perndun àr konsertesduse, eg dikta nepùċ: eg ere nep konserteset;
Tev ar kòmar perndun àr sarnytesduse, eg dikta nepùċ: eg ere nep sarnyteset;
Tev ar kòmar perndun àr isràliduse, eg oblekta nep: eg ere nep isràlit;
Tev ar kòmar perndun àr katòligduse, eg oblekta nep: eg ere nep katòlig;
Sjo ar kòmar perndun es, nepjo dù ere resten ber oblektun•

Martin Niemöller[2]

Quand ils sont venus

Quand ils sont venus chercher (arrêter) les communistes, je n’ai rien dit : je n’étais pas communiste.
Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai rien dit : je n’étais pas syndicaliste.
Quand ils sont venus chercher les juifs, je n’ai pas protesté : je n’étais pas juif.
Quand ils sont venus chercher les catholiques, je n’ai pas protesté : je n’étais pas catholique.
Puis ils sont venus me chercher, il ne restait personne pour protester.

Martin Niemöller

Àt nexavprínsdak

Dedikac: ni Léon Werth-es

Eg requed qibors nir nexàvduse ber dedikuna æt knegs ni ùt vaxèndus. Eg hab ùt toraṅg eskulpes: æt vaxèndu àt lort drœgdu tep eg hab àt moṅdev. Eg hab ùt alj eskulpes: æt vaxèndu poten intel als, aṅkh àr knegse nir nexàvduse. Eg hab ùt teren eskulpes: æt vaxèndu hosliv àt Fransev quav a • inzhyynev ea koldev. A • nœzhev cem rygoṅvortun. Tet ær omne eskulpe nep recede, eg velyn dedikun æt knegs ni àt nexàvdus qua a eră. Omne vaxèndur erar pirmas ùr nexàvdur (do olyg ane dem rekorde ċys). Eg korrek kæt med dedikac: Ni Leoṅ Werth-es, tev da ere nexàvdak•

Le petit prince

Dédicace : à Léon Werth

Je demande pardon aux enfants d’avoir dédié ce livre à une grande personne. J’ai une excuse sérieuse : cette grande personne est le meilleur ami que j’ai au monde. J’ai une autre excuse : cette grande personne peut tout comprendre, même les livres pour enfants. J’ai une troisième excuse : cette grande personne habite la France où elle a faim et froid. Elle a bien besoin d’être consolée. Si toutes ces excuses ne suffisent pas, je veux bien dédier ce livre à l’enfant qu’a été autrefois cette grande personne. Toutes les grandes personnes ont d’abord été des enfants. (Mais peu d’entre elles s’en souviennent.) Je corrige donc ma dédicace : À Léon Werth, quand il était petit garçon.

A. de St Exupéry[2]

Àt prinskad ea't pỳrpij

Ùt fæt ere, ùt prinsdak qua ere vel nùpen ùt prinskaż, ùt veryd prinskaż. Da fàktă àt zhiraċ àt Aarden ber vœndesun ùċ; do okènut ere nep kolve: àr prinskade ere nep muse; o erer kar veryde prinskade? Æt ere laakas atrévdar: repen ùt od alj ant ere nep simelen nep perfàk ni das. Da retrinkòmă das ad, lal snaṅs, da kjas gylo velía habun ùt verydar prinskaż.

Ùt abnev, per ù hrochpryton væddderev: blixeve thonderev ea kackadev lyshen, tep æt ere atùrorun, la slaagă àt kàlnev à staden ea't geroṅt rex-iψ pùză opun.

Æt ere ù prinskad qua ere dær, itùs. Do, remdiv! Quat sims ep ka ere hab àt æt lyshev, per æt vædderev! Àt àq ere sace fran sed kàpyle ea des mihateve, ere inpùze per àt pœṅkte sed fœntverateve ea ere uspùze per àt taakev. Ea ka ere arrena erun ùt verydar prinskad.

« Er auk ep vedj æċ », quas àt geroṅt regkad ere dœm, do ka diktă nepuċ. Ka genă in àt suvrœms, usgœnsă àt sœvet ea midă ùt pỳrpijs àt kaṅdes àt sœvon. Sjo, ka gœnsă tinek lhosomse quas ka aṅstárgesă en àt pỳrpijs ea iten, ka midă tinek usœvaċe pænen æjderen. Àt prinskad ere dev leg iten æt noxev en.

Nebav, la prgœntăr kóm ka ere sliyfa: « hrochprytas doot » ka replika « eg nep klosna àt obaajs al noxev. Div ste æt qua ere in æt kàms. Eg ere legan en okènuċ tan kykhert tep eg hab ùr blumaċe ea svarmaċe al àt somev! Æt • tribl!»

Siă ar adkógenar tep ka ere ùt veryd prinskad, sjóntep traṅs àr tinek lhosomeve ea tinek usœvateve pænen æjderen, ka ere àċalsa àt pỳrpijs.

Àt prins nùpnă kas, tàrd itemp habun ùt veryd prinskaż, ea't pỳrpijs cem exhimbă in àt kàbynetev àr tryzòrene arten quav la reen poten vedj as tet nepdu usfæra as.

Æt ùt veryd sag•

H. Ch. Andersen

texte francophone

Lolita

Ka ere Lo, kort Lo nebav: ùt metrev dekys quàtek pent; ùt ahim fœnt, alj fœntlablev. Ka ere Lola legsàrgev, ka ere Dolly skoolev, ka ere Dolores àr dulpœṅteve àr morùflione, do med pradhèmve in, ka ere repen Lolita. Lug med liven, igin med somen, med rœch, med anym... LO.LI.TA•

V Nabokov

Lolita: àt syret ùt sykpárdaken qua ere vel ere àt padh ea't làjdendak ea qua porkòmă nep ùċ nep alis.


Elle était Lo, juste Lo, le matin : 1,45m ; un pied nu, l'autre en chausette. Elle était Lola en pantalon, elle était Dolly à l'école, elle était Dolorès sur les pointillés des formulaires mais dans mes bras, elle était toujours Lolita. Lumière de ma vie, feu de mon corps, mon péché, mon âme, LO.LI.TA.

Lolita: le récit d'un beau-père qui voulait être le père et l'amant et ne parvint ni à l'un ni à l'autre.

Àt disáton lob

Ùr ove! Àt opportyn ere rec lort! Do àt lob ere rec renearanert ber klàtakun. A kjas fàl, ber loot dorun, tep ùt ane, recedunas dysaaċan kom caldun àt kols ni sed toshese. Siă't lob dem legă ea waadă, àt remmas opan sàjev. Ùt quàtax hoψev pylaser, ùt rub-mihan nexàvkad passă; at lob dem diktă: «Æt an kàn prodòles ed rooż: eg reen nep vœnda kàplables ajoelkaden kœm pexe quav dorun med auryxe pasun!»•
Anders Kiylnery

Le loup désabusé

Des moutons ! l'occasion était trop belle ! Mais le loup était trop fatigué pour courir. Il faudrait, pour bien faire, que l'un d'eux, suffisamment désespéré vienne présenter son cou à ses dents. Alors le loup se coucha et attendit la gueule grande ouverte. Un quart d'heure plus tard passa un petit chaperon rouge ; le loup se dit : « celle-là, elle peut passer son chemin : je n'ai toujours pas trouvé de bonnet de grand-mère avec des trous où faire passer mes oreilles ! ».

Àt dak kœm gazeċ

Ù dak ere lek ùt gazeċ las aṅdun. Da ere à dvon ultim pazhev in, ætev qua indòle ù hràfbandes. Æt àt deaven ere siċálden ùt dax, en ù skalev plmun ùt veċ ùt valev en. Àt lekdak cem koṅthídă per ùt isèktev qua ere obzhiyrun ol dav ea erkínă àt gazeċ omne tawegeve in. Àt vecdak vàla ùs a skalev, sjo ùs àt piktùrev, sjo ùs àt gazetev.

Àt lekdak prodòlsa ed rooż. Nor ùt rĕm makl hemàten ea't hràf ùt fràten veċene staṅ en àt jàrdev•
Anders Kiylnery

L'homme au journal

Un homme lisait un journal en marchant. Il en était à l'avant-dernière page, celle qui contient une bande dessinée. Celle du jour représentait un homme sur une échelle collant une affiche sur un mur. Le lecteur fut agacé par un insecte qui tournoyait autour de lui et agita son journal dans tous les sens. L'afficheur tomba de l'échelle, puis de l'image, puis du journal.

Le lecteur a continué sa route. Il ne reste sur le trottoir qu'une grosse tache de sang et le dessin d'une brosse à affiches.

Fran Selnev

Æt ùt qit stap pœr àt dùs do ùt zhygáṅt stap pœr àt dùneċ•

Depuis la Lune

C'est un petit pas pour l'homme mais un pas géant pour l'humanité.

N Armstrong Fran àt Selnev, 21/07/1969.

Devise du métro de Paris

Per àt fùlgev cem rappe ni Zhow, àt rilis Promethen cem vihkùlen in pœṅleteve•
IOVIS EREPTO FVLMINE PER INFERNA VEHITVR PROMETHEI GENVS
Par la foudre ravie à Jupiter, la race de Prométhée est véhiculée dans les profondeurs.

Fulgence Bienvenüe

Àr drœgdaxe à speasen

Voici, en aneuvien, la traduction d'un extrait existant en version française et popiaro, faisant partie d'une nouvelle collective diffusée sur l'Atelier :

Eddak Sidero ere ù drœgdak àt familen. Da ere kom iqtas vedjàrun ed drœgdax, àt padhes Lukan. Ar tiyn cem ere blovnar per à speasen kongeratev ea ere dyserte nor æten aṁbe. Da ere kom repen kœm Tinas, qua ere kes ù frànkad pœr Lukas•


Àt gœpyl ea't leod

Voici un texte, traduit également en ry par Lal Behi dont la traduction en français (d'où vient la version aneuvienne) est sur cette même page.


Evèp àt ustáwegon nep izhénjon, a verder àt lærg aṅk àr qytene. Kóm àt gœpyl doră fær ed kàrges ea kóm àt moargun leod dem bovoară.

Ùt fæt ere, ùt gœpyl ere posgæn ùt leoż. A repen ere inzh àr ræstese àt kàrnan àr zone quas àt leod ere mata. Ùt fæt, àt leod mată ùt lefaṅtes ea diktă nit gœpyls: «Færit as! Tet o fær nep as, nep aatest inzhun àt kàrnan mirkomatev!». Àt gœpyl dœmă: «Eg pòten nep fær ùt tœn lefaṅtes, do fal tep eg inzh ed kàrnas an». Siă a diktă:

— Sàjer aṅktet eg fær as, àr tyn àktyne cem mir nep krepne, eg requèd tep àt sàjer fàkt u ċys.
— Quar ep ær tiyn ante?
— Abol àt molívatev àt moṅden, tev okèn gæn las færun ùt rem zos, ùt zhimor fal postek as. Postegatev, ùt fær àt lefaṅtes ea't àlj dem lyrm.

Àt leod dœmă: «Egiψ • àt rex àr animalene, kóm e kjas kàn zhim postek æt nechqyt zos?».

Las nezhímun narpas, àt gæpyl posgænă àt leoż qua ere fær à tœn lefaṅtes•

Roland-Garros

Màrja Charapòva kàn gel pradhèmse liyls dyn. Las erfærun Roland-Garros-ev, ka inère in à klosanert olaċ àr spiylkadene tulsuna àr alj pajnòxe àt Reenem Slemen•

Texte original francophone disponible :

Sur la page "textes" du sivélien
Sur la page du Parisien.

Àt Fraṅs

Cem traṅsloktuna fràn borsilenev.


Remmert laṅd àt Europen Ùtyn, àt Fraṅs dem rammer fràn àt nobev dyn àt suż, àt Maṅchev rikyp àt Meditran maars ; ea fràn àt æstev dyn astes àt Atlaṅten oeknev rikyp àr Alpese. A illab numbar usmàren likrændese, cem ompòcte àt moṅdev.

Àt laṅd ċaled ùt erròmon pinkeċ natùrene laṅcapene ea ùr istorige klœċe. Er oteste inest gylo alive, àr kealojse àt Verdon, à Tarn, Étretat ea ed rokvalse, àt Camargue-s, àr Alpes àt Pyrenées, àt civs Avignon-s, àt Kàstel VVersailles-en ea æse qua hiyce àt Loire-s, eap.

Æt elitrýv list nep vol ; ùt lomyndar klỳm ea ùt lotínzhig menùsatyn (viyne, kæse...) romonas cem nesime (...).

Nàtyn dem arendéra pàvar àt aṅtemedjew, penten moṅden korèntig potèntet àt Fraṅs • ùt àr kœṅdore europen Ùtynen laṅdene. àt Fraṅs • iquælas àt gematev àt gyleψon erdíktyn àr lekene dùn ea civendun, adklámuna koràt fraṅsen revolœntynev (...) à fræjneten ea't iquæleten qua kustídene àt foremaċċ àt moderen demokrateten.

(à corriger)


Retour: Aneuvien


Les textes étrangers sont traduits non pas depuis le texte original, mais depuis la version française.

  1. Div se rapporte à noblèntet et rylnet : deux noms neutres.
  2. 2,0 2,1 2,2 Les noms de personnes récentes de pays étrangers à alphabet latin sont très rarement aneuvisés, toutefois, pour contourner une difficulté typographique ou phonétique (conflit entre la prononciation et l'orthographe), on peut parfois trouver une orthographe à prononciation à peu près équivalente. Dan ces cas, ce serait Rĕnaṅ, Niymĕlla et A San Exupery-n. Le cas le plus éloquent concerne ces trois personnes :
    Serge Gainsbourg= Særzh Geṅsbœrg
    Maurice Gunsbourg= Mauric Gĕṅsbœrg
    Евгения (...) Гинзбург=Evgénja Ginzbœrg.