IDEO ANV Syndicats

Un article de Ideopedia.

Version du 13 décembre 2010 à 19:44 par Anoev (Discuter | Contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

Comme dans toute démocratie digne de ce nom, les travailleurs défendent leurs droits, l'éthique de leur profession, leurs conditions de travail et de vie au sein de syndicats non affiliés au Pouvoir ou bien à des influences politiques ou religieuses. L'histoire du syndicalisme remonte grosso-modo à la Révolution de 1892, voire auparavant, mais avant la révolution, les organisations clandestines et les responsables poursuivis et risquaient même quelquefois lmur vie[1]. Toutefois, le syndicalisme se développa de plus en plus, tant chez les salazriés que dans les professions libérales. Les premiers syndicats furent

ÙOS - Ùtynj àr obrene sarnytene: l'union des syndicats ouvriers
PT - Pœṅdentyn àr traṅsfærene: Fédération des transports
SPI - Sarnyt àr profesor- ea'r Istítuntorene
MÀ - Mediken Àlljaṅs

ainsi que d'auttres formations, moins importantes.

Plusieurs responsables politiques, tant à gauche qu'à droite, virent la une formidable force que les moins scrupuleux eurent l'irrépressible envie d'apprivoiser d'une façon ou d'une autre et la "belle unité syndicale" commença à se morceler à la plus grande satisfaction des entrepreneurs qui, eux aussi, avaient fait naitre leurs centrales.

Hakrel s'était, lui aussi intéressé, à sa manière, au syndicalisme et avait conclu des alliances secrètes avec quelques officines de briseurs de grèvers et de nervis de tous genres, en leur promettant une place bien sûre dansd le maintien de l'ordre au moment où son heure viendrait.

À suivre

Retour: Aneuf

  1. Une grève dans un secteur de l'économie prétendu sensible était puni de la peine capitale.