IDEO ANV Remarques Sp

Un article de Ideopedia.

Sommaire

Spaghetti

Écrit tel quel, ce mot n'est pas déclinable. Aneuvisé (spaget), il se décline comme un autre nom aneuvien.

Cf aussi pâtes.

Spécial

Les deux mots aneuviens : vyrton & spycjal sont synonymes. Toutefois, si le dernier est à l'origine de plusieurs noms évoquant entre autres une spécialité, une discipline où on est susceptible d'exceller, le premier (sortant de l'ordinaire, radical anacyclique : tryv = norme) est le plus facilement employé : vyrton særvid = service spécial.

Spécialité se dit donc spycjalet, et s'écrit même spysjalet s'il s'agit de spécialité... culinaire !

Sport

Dypòris, c'est l'adjectif :

Or eret dypòris: or priynit àt robgithes = Soyez sport : acceptez la défaite.

Dypòrt, c'est le nom.

Image:Attn.png On ne confondra pas l'adjectif avec dypòrtis (sportif)[1]


Standard

Staṅdard est l'à-postériori (déclinable) correspondant à l'adjectif tryvar et au nom tryva.

E noger kjas op à tryvar modors. = Je choisirais plutôt le modèle standard.
PAL • àt astròvanert àr staṅdardene telvédentynen fàrgev. = PAL est le plus répandu des standards de télévision en couleurs.
Tet la dem abpòcten à tryvav, àt henfàktyn • spændirner ea'r kervœnde kumkòveneten arendèrer. = Si on s'éloigne du standard, la fabrication est plus chère et apparaissent les problèmes de compatibilité.
Ogrúsent, c'est le standard téléphonique, ce nom est une compression de
omgèven : distribuer
v = appel téléphonique
sent = appareil.

Bref : un distributeur d'appels téléphoniques ; un standardiste, c'est ogrúdu.

Station

Traduit en aneuvien par deux paronymes :

  • staṅtyn, terme général désignant un temps d'arrêt ou bien le position particulière d'un animal (humain compris), d'un objet, etc...

stradar funtat staṅtyn = station debout pénible

  • stàtyn, est un terme général désignant une gare ferroviaire de moyennes dimensions, mais aussi, avec des précisions optionnelles :
Benzystàtyn Station d'essence
Nystàtyn Station de ski[2]
Poṁψtàtyn Station de pompage
Radiostàtyn Station de radio (studios)
Sinustàtyn Station de radio (relais)
Wectàtyn Station de météo

Une station de métro, à savoir un endroit où les rames marques l'arrêt, mais où ils ne peuvent pas réaliser de mouvements "particuliers", comme des croisements sur une voie unique, ou bien des garages sur un évitement se traduirait plutôt par hàltyn ; qui est également la traduction de "halte" pour un omnibus vicinal ou bien un arrêt de tram, bus ou bien taxis, pousse-posse, tap-tap etc...

On trouvera , des dérivés de stàtyn dont la traduction évoquera plutôt une gare.

Stérile

Deux traductions pour ce mot :

Eliblívon signifie "vierge de tout (micro)organisme vivant" ;
Elipordòkton signifie "inapte à se reproduire".

Studio

Tàlsal, rexal & vediċál viennent respectivement de :
Tàljer = atelier
rekòrad = enregistrement
vedid = prise de vues, lui-même de
vedjat = vue
hidat = prise.

et de sal : salle, pièce.

Soruvlàt est formé de
sol = seul
rœm = pièce (à vivre)
vlàt = appartement

bref, un appartement à une seule pièce principale. Synonyme possible : qiruvlàt si on veut insister sur les faibles dimensions de ladite pièce (qit = petit). Le terme "studette" (studio de très petites dimensions, limité à une seule pièce, souvent en foyer de travailleurs ou d'étudiant) se limite à qirút : de vlàt ne reste plus que le T. Plus petit encore, il y a... rœm.

Àt rœm quav da hosliven • verydas qit! Aṅk àt kàbyn àt lyften • remmer! = La pièce où il habite est vraiment petite ! Même la cabine de l'ascenseur est plus grande !

Stupéfiant

À côté du participe du verbe stupéfier (stuporsun), on trouve également le produit (prodœnkt) qui en est la cause (parasynonyme : nàrkotik) : stupœnkt. Aucun rapport avec le mot pœnkt (pointe).

Succession

Pospòstyn est le terme général :

ùt pospòstyn spiynende tœrene = une succession de portes à pousser.

Nervèktyn se lit et s'entend chez le notaire.

Sucre

Se traduit par l'à-postériori ċukor [tsukɔʁ], mais gare à la déclinaison :

S
P
N ċukor ċukore
A ċukors ċukorse
G ċukron ċukrone
C ċukrov ċukrove


Suède

Sværg, c'est le pays ;

sværdu, c'est le gentilé (le G venant du nom dans la langue originelle (Sverige) passe à la trappe pour commodité de prononciation) ;
sværgen, c'est l'adjectif correspondant.

Sud, de "suède" (), c'est du cuir ayant subi un traitement particulier ; attention à l'homophonie. S'en déduisent les dérivés :

suden = suéder
erzasúd = suédine.

Suisse

Helvédet, c'est le pays ;

helvédu, c'est le gentilé ;
helvéden c'est l'adjectif correspondant

Sjelùfdak, c'est l'homme chargé du maintien de l'ordre dans une église, formé de :

sjæl = église
lùfrad = police
dak = homme.

Le L sert deux fois.


Suite

Se traduit par posant [pɔsɐnt] dans la plupart des cas (suite d'un énoncé, d'un ouvrage, d'un épisode, chiffres...), bref, la chose (ant) après (pos).
Se traduit par novlàt, à savoir appartement (vlàt ) de nuit (nox), luxueux (le L de lùx)
Se traduit par postœl pour évoquer une suite d'éléments quels qu'ils soient (personnes, nombres, cartes etc...) :
Àt Rex ea ed postœl = le Roi et sa suite (qu'on ne confondra pas avec regen nolflàt = suite royale, d'un hôtel)
Ùt aretmetig postœl = une suite arithmétique.
Ùt postœl àt mastfàrgev = une suite à l'atout.

Suivre

Apòse traduit "suivre" dans le sens de "se situer à la suite", derrière, sans idée de mouvement.

Àt fikùr apòse àt sĕvex = la figure suit le texte.

On a également appòse pour "suivre de loin". Les deux P se prononce roulés ([ʙ̥]).

On fera attention aux adjectifs verbaux (et noms), dépourvus du préfixe ad-

postun = suivant
postan = suivi

Ar sĕveke 11.5, 11.8, 11.13 ea postune = Les articles 11.5, 11.8, 11.13 et suivants.
Eg haba nep àt postans æt adfàken. = Je n'ai pas eu le suivi de cette affaire.
On fera également attention à l'homonyme postan, adjectif verbal de posten (poster) ; surtout lorsqu'on parle de courrier à faire suivre !

Dans le sens de "se déplacer derrière et poursuivre le même chemin", il y a plusieurs nuances, tout d'abord l'utilisation (posfaar) ou non (posgæn) d'un véhicule. Mais les nuances ne s'arrêtent pas là. Tout dépend également dans quel esprit on suit. Des précisions sont disponibles, notamment avec les diverses utilisation de la pré/postposition OB.

Supplément

Aada s'applique à tout ce qui peut être ajouté, en à quelque chose de régulier ; on peut notamment trouver les affixes suivants :

Trefaada : supplément de prix.
Fljaada : feuilles supplémentaires à une publication.

Supporter

Supfær est utilisé au sens propre, subròṅg au sens figuré.
Orkòr est utilisé dans le sens de "encourager".

Sûr

Les deux traductions de ce mot tiennent dans ce dialogue :

— Àt poctj ep sekùr.
— O tard ep?
— L'endroit est sûr.
— Tu es sûr ?

Surcroît

"De surcroit" se dit errèsav.

Surenchère

Erpænt : plus encore (er-) que enpænt au sens propre.
Ervárdat au sens figuré.

Les verbes respectifs en découlent.


Surhomme

Se dit Endù et a la même caractéristique que tous les autres mots en -du même si le mot est accentué sur la deernière syllabe. Ce terme évoque aussi bien les comics étasuniens de la première moité deu XXe siècle (Superman, Batman) que le concept développé par Friedrich Nietzsche et malheureusement "récupéré" par des idéologues racistes. Y compris en Aneuf qui, dès lors en profitèrent pour générer le terme de subdù, transcription aneuvienne du terme nazi "Untermensch".

Surprise

Cepœna désigne l'étonnement, pœna, ce qui le provoque.

Kes ùt pœna, æt ep ùt ċys! = Pour une surprise, c'en est une !

Possibilité d'utilisation en condensé avec d'autres noms pour la traduction de mots composés français :

Kes punòbrat, æt cem ere gutípa: la ere vaade ed aremikòlse ane devèr mondaw. = Comme attaque surprise, c'était raté : on attendait leurs troupes depuis lundi.
Nep in àt karsálev: a cem rax ber ùt pufèjinev = Pas dans le hangar : il est réservé pour une surprise-partie.
pugèva = surprise (cadeau).

Surveillance

Se dit viyzhad dans un sens général, mais peut également se dire obviyzhad lorsqu'il y a une idée de contrainte, notamment pour l'objet de cette surveillance. Le verbe correspondant à cette surveillance considérée comme malveillante pour qui en est l'objet est obviyzhe ; se conjugue comme eviyzhe.

Nep diktet ùc: la obviyzhun ese. = Ne dis rien : on nous surveille.

Suspendre

Adýk, c'est accrocher en hauteur ;
posýk, c'est remettre à plus tard.

Suspension

Adýkyn, posýkyn, ces deux substantifs correspondent aux deux verbes déjà cités ;
lugýk est un luminaire ;
alpòdyn est un terme général :
alpòdynev in àt ærev = en suspension dans l'air ;
alpòċa concerne notamment un dispositif pour véhicules terrestres :

tirig alpòċa = suspension pneumatique.

Sybarite

Sybaridu fait uniquement référence aux habitants de la ville grecque de Sybaris. La traduction aneuvienne du mot est noplàlidu, de

nor- = que, seulement ;
plaċyn = plaisir
liv = vie
-du

En fait, quelqu'un qui ne vit que pour le plaisir. Synonyme possible : hedondu.

SP T
Sp St

  1. Encore qu'en principe, tout sportif devrait être sport, ce qui pourrait expliquer la paronymie entre ces deux termes aneuviens.
  2. ... et non "station d'esprit", comme on aurait pu s'y attendre.