IDEO ANV Remarques Si

Un article de Ideopedia.

Sommaire

Si

Tet ka kom, e staṅ = Si elle vient, je reste.
E ste nep tet a mir dor meraw = Je ne sais pas s'il fera froid.
A • tan lhàpon tep eg mir bisínzh cys = Il est si bon (délicieux) que je vais en remanger.

Rjo & ep sont utilisés pour contrer une négation (déclarative, interrogative ou d'interdiction).

— O gœnes nep ted adháber dyveten?
— Rjo.
— Tu ne prends pas tes affaires de plongée ?
— Si.
Àr làjdene nep àt zerregs, eg ep. = Ils n'aiment pas la montagne, moi si.

Mais rjo peut être utilisé pour un "oui" emphatique (un peu notre "voui !" ou "oh ! oui !").

— Ep o vel ù kneg kœm ùr piktùreve itin?
— Rjo!
— Siă o mir eret dylanert kœm es.
— Veux-tu un livre avec des images (dedans)?
— Oh ! oui !

Sibyllin

Le mot aneuvien n'envoie pas aux Sibylles de l'antiquité grecque, mais à un personnage égigmatique : Thoçhòk, dont personne n'avait pu voir l'apparence, ni savoir si c'était un homme, une femme ou quelconque animal doué de la parole, et qui s'exprimait depuis une grotte dans la montagne en lançant invectives et prophéties mystérieuses, souvent à double sens, exactement comme les Sibylles méditerranéennes.

Sida

Asid[1]est également un acronyme :

Adqàran Sidroom Imunedisveten = Acquis Syndrome d'immuno-déficience.

Siège

Le mobilier permettant de s'asseoir s'écrit comme le verbe asseoir, sans diacritique (sedj) et se prononce [sɛdj] ; le siège social, ainsi que le verbe siéger, se traduit avec son équivalent, coiffé d'un diacritique sur le E : sédj [sedj]. Moyen mnémotechnique, penser aux verbe en français : "asseoir" ne prend pas d'accent, "siéger" en prend un.

Le substantif blokus donne, oblókes pour "assiéger".

Siffler

Zyif, c'est émettre un son aigu, quels qu'en soient le moyen ou la motivation :

Àr trakkove ea'r pjave ere zyifle in àt laṅdatev = Les locomotives et les oiseaux sifflaient dans la campagne.
Pœr quadùs ep ær slaake qua zyifle iten vod kàψeve? = Pour qui sont ces serpents qui sifflent au-dessus de vos têtes ? (J. Racine : Andromaque)
Sed pàrlog cem obzyiflă = Son discours a été sifflé.
Æt hœnd waad tep la ziféla as ber komun = Ce chien attend qu'on l'ait sifflé pour venir.

Erbèv concerne l'ingestion rapide et soudaine d'un liquide. Toutefois, on peut également trouver ertrýg.

Signe

Faire un (des) signe(s) se traduit sigen (-na, -éna).

Kàtep o • raad, sigent es= Dès que tu est prêt, fais-moi un signe.

On ne confondra pas avec sygen = voir venir (fig.).

Silhouette

Chales, formé de

chaad = ombre
oles = contour.

Le /ɐ/ du premier élément est raccourci ; le D et le O sont escamotés.

Simagrées

Simzhírje est toujours au pluriel, tout comme le deuxième nom dont il est issu :

Or ep stopite ær simzhírise! = Cessez donc ces simagrées !

Simili

Le mot simli est invariable :

ùr fljofèrsate simli = des portefeuilles en simili.

Il peut former un mot agglutiné[2] avec un nom (de matière, le plus souvent) qui suit :

àt simlimàrmen = du simili-marbre
àt simlaadhen = du simili-cuir

Ce mot est également la traduction de "pseudo-" dans le sens de "faux", "destiné à tromper" :

Æt simlédikdu • nor ùt eratvelajàndu. = ce pseudomédecin n'est qu'un charlatan.

Mais ù ψĕdonaam = un pseudonyme.


Sirène

Sur un bâtiment, se traduit par nădoemsat.
Sur un rocher, se traduit par piskad.

Société

Socjet, a une acception purement économique, ou assimilé et a, par exemple, comme dérivé, des locutions comme

socjen sédj = siège social ;
socjet dinárgene = société anonyme.

Il peut être utilisé également pour désigner un groupement restreint de personnes : àt hoog socjet, socjedu (sociétaire).

Sosjet est beaucoup plus général et concerne LA société en général, d'où l'orthographe différente, utilisée notamment pour sosjen sekùryntet (sécurité sociale), ou bien sosjesem (socialisme).

Sodomite

Sodomdu concerne UNIQUEMENT ce qui a trait à la cité de Sodome (Bible, royaume, glissement de terrain etc...) et ne concerne pas particulièrement la pratique sexuelle (adræket) ni ses adeptes (adrækdur [ɐdˈʁɛkdyʁ][3]) ; laquelle pratique n'étant pas l'apanage d'une orientation sexuelle plus que d'une autre. Pas plus en Aneuf qu'ailleurs.

Soierie

Zojri s'applique au produit, zojfàktur à la fabrication.
Zojon est utilisé pour tous les sèmes correspondants à "soyeux".

Soin

Amàl s'applique surtout à une réalisation :
Ka wark kœm amàlev = Elle travaille avec soin.
kùr a une acception beaucoup plus concrète.

Les verbes amàles & kùres en découlent. Jacques Lantier kùres Lison-s kœm klimev = Jacques Lantier soigne Lison avec amour.

Solde

Sold = c'est UN solde (remise ou reste) ;
miled = c'est UNE solde (appointements militaires).

Solder

Or nep soldete æt prodœntes = Ne soldez pas ce produit.
Or soldet nes æt rœṅtes = Soldez-moi ce compte.
solende fàkture, solende luke = factures, articles à solder.

Sole

Eràp, c'est le poisson ;
radhœṅg, c'est l'étendu de terre utilisée en assolement, de
radhyn = raison
fœṅg = terre
galúċa = Support d'étai d'une mine, de
galri = galerie
suċa = poutre
horbeas = paroi inférieure d'un four, de
horn = four (castillan horno)
beas = base.

Solitaire

Solentar est un adjectif, lequel peut être utilisé en tant que substantif :
Æt repen era ùt solentardu = ç’a toujours été un solitaire.
Vaxevènd, c'est un sanglier (venn) mâle (-d) adulte (vaxen-).
syngèlhrynt = diamant seul.

Solution

Ipỳgtyn, se dit du résultat d'un corps dissous dans un liquide ; solúntyn, c'est la solution... d'un problème.

Somme

Slivin = c'est UN somme
sœm = c'est UNE somme.

Sommeil

Sliv est pris des langues germaniques pour les deux premières lettres (sl-), dont l'anglais pour la prononciation vocalique ([iː]) et l'allemand pour la coda ([f]). A donné notamment les mots suivants :

sliyf = dormir
slivin = (un) somme
sliven = sommeiller
suψlíven = somnoler.

Alors que les expressions francophones comme "avoir faim, avoir soif" ou "avoir froid" sont traduites par le verbe ere suivi du mot considéré au circonstanciel, ce type de construction n'est pas de mise ici : la phrase eg • sliw (je suis en sommeil) ayant un sens tout différent, uniquement figuré (le sens propre étant complètement décalé, à moins qu'on parle en dormant). On dira plutôt : eg sygun slivs (je vois venir le sommeil).

Son

Sao, c'est la céréale.
căn, c'est ce qu'on écoute.
(s)ed, ce sont les déterminatifs.

Sonner

Driyn avec la cloche ou la sonnerie
horon avec le cor.

Sort

Dæst c'est le sort (destinée)
sărc, c'est le sort (jeté par un sorcier).

Sortir

Intransitif, se dit usgæn ou usfaar, selon qu'on se déplace à pied ou non, comme le verbe aller.
Transitif, se dit uspòct :
Da usgæna kœm àt hœndes. = Il est sorti avec le chien.
Da uspòcta àt hœndes. = Il a sorti le chien.

Soubrette

Subòrent est un nom féminin :

Eg syvèdjă àt subòrentes: ka ere koṅgra ùt pænsaċ inte sed bàlmese. = J'aperçus la soubrette : elle avait coincé un plumeau entre ses cuisses. Il peut arriver que le nom soit neutre. Le rôle de la "soubrette" étant alors tenu par un travesti ou un garçon efféminé.

Soudain

Comme en français, l'adjectif et l'adverbe sont homonymes, toutefois, l'adjectif s'accorde naturellement en nombre avec le nom correspondant :

Ar kaṅvate hemoren, zyċhe ea sin arendún raṅtynev, • bytàleke kav int. = Les changements d'humeur, soudains et sans raison apparente, sont fréquents chez elle.
Da dem zyċh syráṅtă tep da ere olvínda àr klavse àt bùrsalen dav ad. = Il s'aperçut soudain qu'il avait oublié les clefs du bureau chez lui.

Soudure

Ces trois mots sont issus d'un même radical, à-postériori d'origine hongroise, et qui se distingue par leur signification :

hæg = composition métallique servant à souder ;
hægect = endroit où la soudure a été effectuée ;
hægectys = résultat de l'action de souder.


Souffler

Fofe, c'est émettre du vent, un courant d'air, aussi bien pour une personne, un cheval que le vent ;
sudik, c'est souffler à quelqu'un la bonne réponse (du moins, croit-on).
blofe, c'est reprendre son souffle, son haleine, après un effort.
gunobe, c'est souffler un pion ou... une dame.

Soufflet

Fofsat est un dispositif permettant de remuer l'air, ou bien la partie composée de cuir ou de caoutchouc replié qui fait penser à un tel dispositif :

Àt org ere ùs warkatev: àr fofsate ere porone. = L'orgue était hors d'usage : les soufflets étaient poreux.
Kunaber çem nep perndun per àt lùfradev àt rezhymen, eg faară al àt noxev in àt fofsatev inte àt post- ea't kypaxeliyseve. = Afin de ne pas être pris par la police du régime, je voyageai toute la nuit dans le soufflet entre le fourgon postal et le fourgon à bagages.
Tel obmúrtun, æt helachýf ere ervòltesa das. = Loin de l'abattre, ce soufflet l'avait survolté.

Soulever

Itenpòct, c'est, au sens général, décoller de terre ;
Itenpòctet àt suċaċ. = Soulève cette poutre.
loen, se dit davantage pour un rideau ou un vêtement ;
Ka loena sed zhùpins: ka ere nep hab cliψ...
Elle souleva sa jupette...
(dem) obriys est plutôt dit au sens figuré :
Omen à stad dem obriysă àt hostiż ob = Toute la ville se souleva contre l'ennemi.

Soupçon

Nor ùr suψune! nep bewyse! = Que des soupçons ! pas de preuves !
Or kjas bismídit ep cys ùt mikrac ni's? = Vous pouvez m'en remettre un soupçon ?


Souper

Noxpiysaet, c'est le repas pris en pleine nuit. S'il a la valeur d'un déjeuner (repat complet : H-Œ, plat, dessert), on optera pour le -A- ;
noxpiys, c'est le verbe.

Soupir

Subæn, c'est celui qu'on pousse, de soulagement, de lassitude ou d'exaspération ;
quatax læpen, c'est une unité de silence musical.


Souscrire

Suψkríp, c'est signer en bas d'une page[4];
puráṅg, c'est s'engager à donner ou à participer à une action ;
erákj, c'est donner son accord ferme.

S'en déduisent, les traductions respectives de "souscription" :

suψkríptyn, puráṅgtyn & erákjentyn.

Souvenir

Menrèk désigne, comme en français, aussi bien le substantif que le verbe (-a, -éa), ce dernier étant toujours réflexif (conjugué avec dem).

L'objet qu'on ramène se dit reklúk.

Soviet

Covetul est le nom aneuvisé du russe совет signifiant "conseil" (ayant donné par ailleurs coveten).

On ne dira pas ùt covjet pour "un Soviétique", mais ùt covjedu.

SA SP
Si So

  1. On ne confondra pas : "acide" se dit dos.
  2. ... voire "interpénétré" avec le radical qui suit.
  3. Mais aussi cerækdur, de cerem = passif, pour ceux qui se la font pratiquer.
  4. Le K est escamoté.