IDEO ANV Remarques Sa

Un article de Ideopedia.

Sommaire

Sabot

Klog désigne la chaussure de bois (éventuellement de caoutchouc) destinée aux usagers des exploitations agricoles. Utilisé également pour désigner le dispositif immobilisant un véhicule.
Teskòv, formé de
tes = pied
kovlent = couverture
est l'armature métallique couvrant un pied de meuble ou un pilotis.
Neklœnt, formé de
nekel = ongle
fœnt = pied
qu'on ne confondra pas avec nekel fœntigten. Ici, il s'agira plutôt de "pied en ongle".
Obkiskácat, formé de
obkísat = frein
skaċat = patin
poant : mollusque
nechat, formé de
nech- : préfixe péjoratif
sat = dispositif simple ;
tebók : baignoire.

Sabotage

Kawápod est un terme ferroviaire désignant le travail consistant à poser des patins sur les encoches des traverses destinées à recevoir le rail.
Obwárkad est un travail (wark) de destruction, de sape (ob-) ; -ad est ajouté pour décrire un processus[1]
Tempev xapen, obwárkad cem pren dæntev = En temps de guerre, le sabotage est puni de mort.

Sacristain

Sagrísdu observe la règle générale des mots en -du.

Sagrískag, chrikag, c'est la pâtisserie.


Sage

Sof est l'orthographe la plus courante, quoi qu'on trouve également, avec une prononciation très proche (une fricative bilabiale [ɸ] à la place de son équivalente labiodentale [f]), le terme soqb[2], mais seulement avec l'acception "prudent, mesuré, plein de sagesse...". Sof peut avoir un sens plus étendu, incluant notamment la définition perceptible dans cet exemple :

Quadù làjden nor sofe nexàvduse nep verydas làjden nexàvduse. = Qui n'aime que les enfants sages n'aime pas vraiment les enfants.

Saillie

  • Substantifs
Surízad, c'est un jet soudain et impétueux, aussi bien au sens propre qu'au sens figuré.
Surízet, c'est une excroissance
Nyrízat est formé des éléments suivants
nyv = esprit
surízat.
Ed nyrízate dore nor ors riydun = Vos saillies ne font rire que vous.
Gozlákat, c'est l'acte reproducteur animal :
goox = sexe
zo = animal
inlákes = remplir
-at : suffixe nominal de procédure.
Med Herkùl, àr gozlákaċe, da kógste ! Omne booveke mir ditkte as ni orse! = Mon Hercule, les saillies, il connaît ! Toutes les vaches vous le diront !

Saillir

Surízes se traduit aussi par "jaillir", dont c'est le synonyme.
Surízen signifie "être en saillie, en relief, dépasser, déborder".

Attention : ces deux verbes ont un participe commun : surízun eu égard à la forme du passé du premier : suríza :

ùt surízun gon = un angle saillant.

Gozlák est l'équivalent verbal de gozlákat :

Àt færdmak dora gozlák sed boovex = le fermier a fait saillir sa vache[3].

Saisir

Ergœnes, c'est prendre avec vigueur ou soudaineté ;
klaves, c'est introduire des données à l'aide d'un clavier ;
erkœges, c'est cuire à feu vif ;
omgœnes, c'est effectuer une saisie à l'encontre d'un débiteur
eríd concerne toutes les autres acceptions.

Pour les noms, on a omgœnad et klavad :

Oprèntordu klavaden = opérateur de saisie.

Sale

Dwoq est pris de l'ancien terme tojn[4], et pivoté de 180° par l'intermédiaire de l'akrig.


Saline

Saldaréa dehors, salgàlri dedans.

Saltimbanque

Le terme nexhímdu a une structure imbriquée :

nech- : préfixe péjoratif
exím = montrer
-du.

On tâchera de ne pas trop le rapprocher des éléments :

nex = gosse
zhiym = pleurer.

Bref, un enfant qui passe son temps à pleurer (zhiymon nexàvdu).

Sandow

Malgré le caractère à postériori total de ce mot, se prononce à l'aneuvienne : avec un [v] voisé.

Sang

Au sens propre (le liquide qui fait vivre la plupart des espèces animales), se dit hemàt.
Au sens figuré (famille, lignée), se dit blœnt :

Ar • idem blœntev do nep àt idem hemàten grœpev. = ils sont du même sang mais n'ont pas le même groupe sanguin.

Saphique

Image:Attn.png Comme pour d'autres mots (sybàridu, sodomen, lesven), sàpfig n'a rien à voir avec un penchant ou une pratique sexuelle, mais uniquement ce qui est en rapport avec la poésie de Sapho.

Sapristi

Pĕrst

Pour cette interjection francophone surannée, une version plus courte aurait bien pu voir le jour. Mais dans ce cas-ci, la première syllabe (sans voyelle) devait être accentué. L'accent ne devait pas être matérialisé sur une consonne (pŕste, inusité en aneuvien), par conséquent, le Ĕ s'imposait naturellement.

Saturation

Utilisé tant au sens propre qu'au sens figuré, ce mot est une adaptation du verbe adinpỳge par remplacement des deux préfixes ad- (à) et -in- dans, par er- marquant ici une limite supérieure. Erpỳgtyn est au sens propre l'état d'une solution où, si_ on y ajoute un composant solide, celle-ci cesse d'être fluide. Les deux sens figurées utilisent le même mot, transcrivant à peu près la même idée ; toutefois, lorsqu'il s'agit de couleur, on peut oublier le préfixe :

Tœnet àt pỳgtyns yn nek dektin = Règle la saturation à -12
Ær politikdune, la • erpỳgtynev! = Ces politiciens, on en est à saturation !

Saucissonner

Workùt, c'est couper en fines lamelles un objet cylindrique (un saucisson).
Worligàten, c'est attacher (une personne, par exemple) de toutes parts, comme un saucisson.
Ar ere worligàtar àt geràdax aṅt pùzun àt hroglesals = Ils avaient saucissonné le gardien avant d'aller dans la salle des coffres.

Sauf

Salf, c'est l'adjectif ; zhœzh, c'est la préposition. Cette dernière peut appeler tous les cas possibles en matière de déclinaison.

Àl gèmal koma, zhœzh or = Toute la famille est venue, sauf toi.
Ar gœnse omens ni ev, zhœzh ùt mes, ùt sedjos ea't vadebs = Ils m'ont tout pris, sauf une table, une chaise et l'armoire.
Ar làpore omne deawe, zhœzh sœndaw = Ils travaillent tous les jours sauf le dimanche.

Saupoudreur

Sapùlvor pour l'adjectif
sapùlvesat pour le dispositif.

Plus rare : sapùlvedu.

Sauter

Loples consiste à faire un ou plusieurs bonds, soit pour retrouver la même place, soit pour franchir un obstacle (barrière, fossé, feu de st Jean...).
Àr nexàvdur loplesăr zhovnetev las adkógun àt nevac = Les enfants sautèrent de joie en apprenant la nouvelle.
Àt rocjedak Ichlakov loplesa 2,31 metreve, ep or poten dik «looter»? = Le Russe Ichlakov a sauté 2,31 m, pouvez-vous dire « mieux » ? (Coluche : qui perd perd).
Loplen concerne plutôt, dans ce cas, le sens figuré.
O loplena ùt dùltes = Tu as sauté une ligne
Æt adlèrdkad loplena tiyn klasse = Cette élève a sauté deux classes.
bœm concerne surtout l'explosion, au sens propre ; sinon, on utilisera le verbe vàle (chuter, tomber) :
Or dorite àt baṅkes vàlun! = faites sauter la banque !
stuges est notamment utilisé en matière culinaire, de
stàrg = fort
kuges = cuire.
Cependant, l'adjectif correspondant sera stugan : ùr stugane kardove = des patates sautées. Le verbe stuges peut être utilisé à des fins nettement moins culinaires, il est par conséquent un synonyme plaisant de goples, voire du particulièrement vulgaire gochek. Il s'agit par conséquent d'avantage de passer à la poêle qu'à la casserole[5].

Sauvage

Pour évoquer la nature totale, les grands espaces inviolés (ou presque) où s'ébattent encore les grands animaux, on dira wilden ( wild). Pour évoquer la perte de tout sentiment humain, la soif de pouvoir absolu même si le crime à grande échelle en est le moyen, on dira elicíven. Dans une acception plus mesurée, voire même plaisante, on dira plutôt elisòf.

Sauvegarde

Formé de l'agglutination du radical de sàlve et de geràd. Ne constitue donc pas un véritable mot-valise : le E de salve qu'on pourrait prendre pour la charnière du mot ne fait pas partie du radical du premier mot, mais n'est qu'une terminaison verbale.

Savate

Fœntek (N), c'est la chaussure ; funpùg, c'est la boxe française.

Savoir

Stĕ (-a, éa) [çtœ], verbe apparemment sans difficulté de conjugaison, a cependant un subjonctif présent (sĕt) et un impératif (set) irréguliers.

Ar zhœṅge tep er sĕt as. = Ils craignent que nous le sachions.
Er sete dem prodektun = Sachons nous protéger.


Le nom se dit stant (chose sue), qu'on ne confondra pas avec l'impératif du verbe Staṅ : staṅt.

Savon

Sapoṅ ; mais sapon = savonneux, sans · (diacritique) au dessus du N. Image:Attn.png On fera par conséquent attention à l'homonymie entre l'adjectif et le génitif du nom... encore un coup !

Scène

Se dit toujours plaṅch, quelle que soit l'acception : Àkt III, plaṅch 2.

Le mot aneuvien vient du français "planche" (référence à Corneille ? Molière ? le Splendid ?) alors que le mot français "scène" vient du grec σκηνή qui signifie... planche.

Sceller

Dans le sens de "apposer un sceau", on trouvera, d'après seal ("sceau", anglais), le verbe sealen, lequel donnera les dérivés
salmídat = mise sous scellés ;
salmíd = mettre sous scellés ;

le -ea- étant raccourci par la désaccentuation.

Dans le sens de "fermer hermétiquement" (mesure de conservation, pour empêcher l'air d'entrer, le verbe correspondant est erklós, formé
du préfixe augmentatif er-
du radical du verbe klosen.

Scie

Le premier : fùres désigne l'outil désigné à couper, du bois, des métaux, de la glace, un corps... Il est issu de fűrész (). Le F initial est escamoté dans les différentes agglutinations :
disqùres = scie circulaire
xilùres = scie à bois
metalùres = scie à métaux
par extension, musikùres = scie musicale[6].
Le second est ce qui revient (bislár) sans cesse. L'ennui provoqué peut être même renforcé par l'adjonction du péjoratif : nechlárat.


Sécher

Hryte, c'est perdre son humidité ; il y a également hrytes pour "faire sécher"
kĕre (anacyclique approximatif de ĕrek), c'est... ne pas trouver.
dycál, c'est être absent volontairement.

Séculaire

ċentàron, qui est vieux d'au moins un siècle
ċentjàx, qui se produit une fois par siècle
ċentajàr: année séculaire (qui termine le siècle).

Seiche

Sepj, c'est le mollusque marin ;
bokòṅd, c'est l'onde stationnaire dans un bassin ;
lymàniv, c'est la seiche lémanique (changement de niveau d'un lac)

Seize

Système hexadécimal

Base dix
en lettres
Base dix
en chiffres
Base seize
"chiffres"[7]
internationaux
Base seize
en lettres
Dek 10 A Dug
Dèkut 11 B Ælve
Dektin 12 C Tolve
Dektern 13 D Tereg
Dequat 14 E Koreg
Dekpent 15 F Peng
Dexeg 16 10 Deag[8]

Toutefois, si 1016 se dit deag, 10016, 100016 etc. ne changent pas (cerent, tœsaṅd).

Cerent-quàtag-tolve = 14C = 332.

Les nombres de 11 à 1F (17 à 31) s'écrivent (littéralement) et s'énoncent tout-à-fait naturellement :

Deag-ùt 11 Deag-pent 15 Deag-nov 19 Deag-tereg 1D
Deag-tiyn[9] 12 Deag-seg 16 Deag-dug 1A Deag-koreg 1E
Deag-tern 13 Deag-hep 17 Deag-ælve[9] 1B Deag-peng 1F
Deag-quàt 14 Deag-ok 18 Deag-tolve 1C Tinag 20


En fait, en aneuvien, on peut compter dans d'autres bases mais les bases 10 et 16, ainsi que le système sexagésimal (segeximen) pour le termps sont, pour des raisons de compatibilité internationale, les plus courants.

Séjour

Se dit livad, issu du mot-radical liv (vie). La salle de séjour étant à la fois une agglutination et un à-postériori : livrœm. Un permis de séjour se dira liflío.
Si ledit séjour ne concerne pas un être vivant, on dira stanad.

à stanad àqune inte tiyn dermaareve = le séjour des eaux entre deux marées.

Le verbe "séjourner" se traduit par un paronyme de liven (vivre) : lives.
Dans un même ordre d'idée, on dira stanes, issu de staṅ (rester), par exemple pour des liquides stagnant durant un temps limité variable.

Sémaphore

Primitivement, signal à bras (lesquels représentés par le q et le b du mot). La version lumineuse s'écrit avec un F (également la traduction de "feux de signalisation", "feu rouge"...).

bidòrtyn enpásdaten klosan semaforen = autorisation de franchissement d'un sémaphore fermé.

On dira notamment

Àt semafor • hrænev pour "le feu est (au) vert".
Ùt semafor rubev = un feu (au) rouge
ùt rub semafor = un feu (dont la cible est) rouge.
ùt semafor = un feu rouge.

Sens

Àċ (sens, un des 5) correspond aux adjectifs aċemdar (sensible) et àċal (sensuel).
Sugal (pris du kotava sugdala) a un... sens... littéraire :
Æt pàrlog hab nep sugals = Ce discours n'a pas de sens (ça ne veut rien dire, c'est incompréhensible)
Tàweg a une utilisation purement topographique :
Nep per dær! æt • ùt probidan tàweg! = Pas par là ! c'est un sens interdit !
Sænd (bon sens) correspond à l'adjectif sændan (sensé)
Æt pàrlog hab nep sændes = Ce discours n'a pas de sens (c'est insensé, déraisonnable !).
Boq est à la fois un mot-valise et un mot-toupie :
La charnière est le O central, qui sert également de centre de symétrie (en bas de casse, tout du moins : boq).
La lettre tronquée à blo (endroit) et à olq (envers) est le L.

Sensationnel

Le mot gylàċentor contient le préfixe laudatif qu'on ne retrouve pas dans le mot dérivé àċentoresem. L'émotion contenue dans ces mots étant disjointe, voire opposée.

Æ tepraċent, a ep gylàċentor! = Cette boîte à rythme, elle est sensationnelle !
Æt telzet dor nor àċentoresemev in = Ce JT ne fait que dans le sensationnalisme.

Sensible

Aċedar : qui peut ressentir ;
aċemdar : notable.

Sentir

Àċes signifie sentir, au toucher ou bien... avec le sixième sens !

Æt dux an, eg nep àċes! = C'gars-là, j'le sens pas !
Àt dermàtolog àċa ùt bœls sub àt pallov = le dermatologue a senti une boule sous la peau.

Àċen signifie "se sentir" (non pronominal en aneuvien).
Quant à snyfen, il concerne l'odorat :

Ep o snyfen æt skaloψ? a snyfe. = Sens-tu cette escalope ? elle sent.

Image:Attn.png On fera attention à l'homonymie parfaire au subjonctif et au participe !

Seoir

Selon le sensqu'on donne à ce verbe, aussi défectif que suranné, on, trouvera les verbes aneuviens

kolve = aller, convenir.
Æt wæct kolve ni os chodev! = Cette veste vous sied à merveille !
sédj = siéger.
Ka sédj pondelúgentev = elle sied au parlement fédéral.

Serviette

Skràld pour le transport de dossiers, documents, stylos...
zhrepquar pour s'essuyer :
mesquar = _ de table,
twàletquar = _ de toilette
badquar = _ de bain.

Servir

Bien que le cas soit le même en aneuvien pour le COD et le COI, on exprime différemment ce qu'on sert et à qui on le sert[10]:

Or særvet ù skàloψ ni es = servez-moi un steak.

La distinction factitif/causatif peut donner des différences énormes de sens à la phrase "Faites servir les enfants" :

Or dorite særv nir nexàvduse (les enfants vont être servis)
Or dorite særv àr nexàvduse (on n'ose penser de quelle manière !)
Or dorite àr nexàvduse særvun (les enfants vont faire le service).

Seul(-e)

Sol désigne un individu, un animal ou un objet isolé :

Eg ere sol in æt sylev, àt silaṅs ere enralœpe es, àt nox ere lægaken. = j'étais seul dans cette forêt, le silence m'enveloppait, la nuit tombait (descendait).


Pour la signification de "unique", on emploiera nor en tant qu'adjectif :

Ær nore każe eg vedía obkàgun àt kags Athos per àt sùdbauqev! = Ce sont les seules femmes que j'aie vue grimper le mont Athos par la face sud !
Inest omne rèneme felendeve, nor leo liven grœpev = De (parmi) tous les grands félins, seul le lion vit en groupe.


Elikœman désigne un humain ou un animal non accompagné :

Da pùze neper elikœman kœṅzheve. = Il ne part jamais seul en vacances.

Seulement se traduit par noras.

Sexe

Si on désigne le sexe auquel on appartient (♂, ♀, ?), le terme est l'à-priori goox, formé de la manière suivante :

G symbolisant la fonction génitale (reproductrice)
OO représentant la paire d'ovaires ou de testicule de la plupart des animaux
X : chromosome commun à tous (les êtres féminins en on deux, les masculins un, accompagnant le Y).

Si on désigne l'appareil génital, dans son ensemble, on dira gooxkem /goːskəm/.

Sex-shop

Sexhòp (sex-shop, en orthographe – et prononciation – concentrées : [sɛkˈʃɔp]) est plutôt un terme international (à-postériori. Le mot aneuvien sera plutôt goskòp [goˈçkɔp], un condensé de goox (cf mot précédent) et skop.

R SI
Sa Se


  1. À la différence de wark.
  2. Sof a pour antonyme elisof, alors que soqb a pour antonyme son retourné qbos, synonyme approximatif de tljutj ou de eliráṅtyndar.
  3. Qu'on distinguera de àt færmdak dora sed booveż gozlákun, pour "le fermier a fait saillir son taureau".
  4. Tojn a été rendu caduc à cause de sa proximité avec toj (thé). Du thé avec de l'eau sale ? Beeerk !
  5. In æt adinqboosev, nep nor potode cem dore stugse ... : Dans cette auberge, y a pas que les patates qui se font sauter...
  6. Mais on dit aussi musiblád (lame musicale).
  7. Un système de chiffres, moins adaptable à un format texte, mais plus pratique pour le calcul, existe aussi.
  8. L'équivalent de -ek en base 16 est -ag
  9. 9,0 9,1 La prononciation de ces deux nombres peut être source de difficultés dans la mesure où voisinent deux monosyllabiques à sons vocaliques longs, qui plus est, de même nature. On pourra toujours s'en sortir ; pour le premier par /dɑkˈtiːn/ ou /ˈdɑːktin/, pour l'autre par /dɑgˈɛːlvə/ ou /ˈdɑːgɛlv(ə)/.
  10. Ainsi, la facétie :
    — Servez-vous des andouilles ?
    — Oh, ici, vous savez : on sert tout le monde.
    tombe à plat en aneuvien.