IDEO ANV Remarques Ra

Un article de Ideopedia.

(Redirigé depuis IDEO ANV Remarques R)

Sommaire

Superlatif des adjectifs en -r

Si le comparatif n'appelle aucun commentaire particulier (klàrer), le superlatif est comprimé : klàrt.

Rabaisser

Sublovgsàrdes est le verbe du sens propre : c'est mettre à une moindre hauteur.

Or sublovgsàrdest æt sucac. = Rabaissez cette poutre.

Oblovsàrdes est celui du sens figuré, il est synonyme de mésestimer, voire, d'humilier.

Eg kjas nep vel hab ù tan padhes: da repen oblovsàrdes ed neràpdax. = Je ne voudrais pas avoir un tel père : il rabaisse toujours son fils.

Raccourci

Korteród c'est un chemin plus direct, non seulement au sens propre, mais aussi au figuré : en informatique, par exemple.

Noger habun numbar fæteve àt idem fiyls, a varde looter habun ùr korteróże = Plutôt que d'avoir plusieurs fois le même fichier, il vaut mieux avoir des raccourcis.

korterlad a un sens plus général, ça peut signifier notamment un abrégé :

Æt pàrldak hab àt sændes àt korterladen. = Cet orateur a le sens du raccourci.

Les mots diffèrent également par leur accentuation.

Raccourcir

Kortes ou korten, selon le sens :

Ka kortesa sed zhùψ = Elle a raccourci sa jupe.
Àr davnete kortene, do àr heptáve nep ; purýl, ùt heptáv repen hab hep deavse! = Les jours (journées) raccourcissent, mais pas les semaines ; pourtant, une semaine fait (a) toujours sept jours !

Adkòrtes okèndus a quelque chose de... définitif : raccourcir quelqu'un.

Racket

Formation du mot ăqbràk :

1 : ăpreṅse = pressurer
2 : hràk = vol

Ce qui donne ăphràk ; on remplace le -ph- par -qb- pour dissiper une ambigüité de prononciation, même si la lettre Φ n'intervient en rien dans l'origine du mot[1]

àt erkàpan ăqbràk = le racket patronal.

Rade

havàln, pris de
havr = port
kàln = porte,
c'est LA rade ;
stam, aphérèse de æstam, c'est LE rade (traduit aussi "pub").

Radical

Araadhegen est utilisé dans la plupart des acceptions, raadhopra est du vocabulaire des mathématiques :

Àt ilemtertyn sub àt raadhoprav dev ere od plùsentis od nul. = L'expression sous le radical doit être positive ou nulle.

Raffiné

Gyinan est formé de
gy- : préfixe laudatif
i = fin
-an : calque des adjectifs verbaux ; le N précédent est euphonique.
Ùt gyinan zhùndak = un garçon raffiné.
Kunwárkan est l'adjectif verbal correspondant à kunwárk = raffiner, de
kœnad = fin
wark = travail (dans le sens d'"élaboration")
-an : terminaison des adjectifs verbaux.

Mot à rapprocher de kunwártyn = finition.

kunwárkan cukor = sucre raffiné.

Rage

Rabid, c'est la maladie, hànj, c'est la colère.

Oj! hànj! oj! dysaacet! oj! hosten gerœṅet! = Oh ! rage ! oh ! désespoir ! oh ! vieillesse ennemie ! (Le Cid, Acte I Sc 4)

Radiation

Ràdentyn lorsqu'il s'agit de rayons.
Byventyn lorsqu'il s'agit de rayer (annuler).

Railler

Même traduction en aneuvien que pour "se moquer" : iron (alors que "ironiser" se dit avec le paronyme irones).

— Eg ere diktun æc las ironun...
— Lót eg hid nepòṅkt tas ni ed ironadev! Or adkóget tep or • ùt dool irondu!
— Je le disais en raillant.
— Eh bien je ne prends point de goût à votre raillerie ! Apprenez que vous êtes un mauvais railleur ! (Molière : l'Aavare Acte III Sc 2)

Raison

Radhyn est uniquement utilisé pour la raison d'une progression mathématique ou algébrique :

O • raṅtynev: àt radhyn æt postœlen ep iqæl ni raadhes dvo. = Tu as raison : la raison de cette suite est bien √2.

Ralenti

Adlósas est un adverbe et signifie "au ralenti" ;
adlósyvsan est le mouvement lui-même.
adlósat est le dispositif permettant à un moteur thermique de tourner à bas régime sans "caler".


Ramage

Chetat = motif en branches.
Pàrlinad ~ discours.

Rame

Raam pour faire avancer une embarcation ; ou bien "rame de papier" ;
straam = train.

Rampe

Repk, c'est la pente... qu'on remonte.
hænteska permet de se tenir quand on descend (ou monte) des escaliers.

Rangement

Ordilad, c'est l'action de ranger ;
ordilsate ce sont les dispositifs (meubles, caisses, tiroirs) permettant cette action.

Rapide

Se dit syv, comme l'adverbe "vite". L'adjectif s'accorde (en nombre), pas l'adverbe :

Ar • syverte. = Ils sont très rapides.
Ar rolne syvert = Ils roulent vite.

Toutefois, si "rapidité" se dit syvet, vitesse se dit syvnet.


Rappel

Bichœl est pris de chœl auquel est adjoint le préfixe bi(s)- = "re" (répétition).
Gotlægakad, c'est une descente avec une corde (goto).
Un rappel de vaccin se dit ertàdervax, de
ertàdertyn = confirmation
l'à-postériori vax = vaccin.
Enfin menœl, de
men = esprit
chœl

qui rappelle qu'on doit garder à l'esprit. On a, par conséquent, menulépest pour une lettre de rappel ; menœl dyn ordyns, c'est un rappel à l'ordre...

Pour le verbe "rappeler", on retrouve bichœles voire birœves pour le premier sens.
Le dernier sens est réparti sur deux verbes à radical commun :
menœlen est utilisé pour "se rappeler qqch., qqn ou un événement.
La construction est notoirement différente de son équivalent francophone :
Eg menœl ed pàtezeten kan àt særviż = Je me rappelle son arrivée au service.

Le verbe pronominal français appelant un COD n'est plus pronominal en aneuvien et attend un COI au génitif sans préposition, comme dysert.

Il en va tout autrement pour menœles, lequel se construit de deux manières différentes :
soit on, se rappelle à quelqu'un et la voix pronominale est de mise :
Eg dem menœlsa ni ed lood menrexe dan = Je me suis rappelé à ses bons souvenirs.
soit qu'on rappelle à quelqu'un un fait qu'il ne doit pas oublier et on a alors un verbe à la voix active, un COD à l'accusatif sans préposition et un COI à l'accusatif précédé de ni.
Menœlest ni ase àt hranqbitrèntyn = Rappelle leur l'invitation.

Rapport

Ràtio, c'est la proportion ;
sryf, c'est la rédaction d'un fait ;
rylèt, c'est une relation. Da hab gooxen ryleċe nor kœm ùr daxe.

Rapporter

Rofær, c'est reporter vers son origine ;
sryfes, c'est relater un fait
aqbar, c'est reproduire une mesure, un tracé.
adipar, c'est générer un quelconque profit ou bien.

Rapporteur

Sin habun ùt gonsac àt hæntev sub, la vedj ep tep æt ùt akùt gon. = Sans avoir de rapporteur sous la main, on voit bien que c'est un angle aigu.
«Sryfkad!» eg dikta ni kas. = « Rapporteuse ! » que j'lui ai dit.

Raquette

Le terme général est ràget.

Cependant, s'il s'agit d'un dispositif à manche permettant de jouer au badminton, au tennis ou au ping-pong, on peut également utiliser pravast.
Revòrbeg désigne plutôt une boucle de retournement à l'extrémité de lignes de tramways sur lesquelles circulent des véhicules munis d'un seul poste de conduite nombreuses villes allemandes, Antwerpen, Göteborg, St Étienne, Praha).

Raser

Chàv, (à-postériori anglais), c'est éliminer des poils en les coupant.
xhrehen, c'est "détruire" ;
chovœres, c'est "ennuyer".

Rate

Ràdhek, c'est Mme Lerat ;
ràt se trouve à proximité du foie.

Rater

Si on utilise mus aussi bien dans une acception d'échec par manque (défaut de) comme "manquer le train", "manquer à ses devoirs", "éducation manquée", gutípe n'est utilisée que dans cette dernière acception (quelque chose de mal fait). Ainsi :

Da gutípa ed raas. = Il a raté sa course.
Ar mussar à strægens. = Ils ont raté le train.

Gutípe est l'anacyclique de epítug (à-postériori d'origine grecque : réussir).

Rattraper

Biskòch, c'est attraper de nouveau ;
elireanes, c'est rattraper une erreur, une gaffe.

Rayer

Byf est utilisé lorsqu'on veut supprimer un nom d'une ligne, c'est un paronyme de byve (radier).
Byfit ed naams en: e kaṅva mensilac = Raye mon nom : j'ai changé d'avis.
Getráce est utilisé quand il s'agit de faire une rayure, par mégarde ou volontairement. Formé de
gerrer[2]= creuser
trace = tracer. Même conjugaison.
Pour les rayures, deux mots cohabitent :
getrys est directement issus du précédent
trys est naturel :
Nep or kjas vedía med gateż? Da hab ùr trys àt quabev en. (àt madh Michel) = N'auriez vous pas vu mon chat ? Il a des rayures sur le dos (la mère Michel).


Rayon

Tout ce qui évoque le rayon d'une forme circulaire, ou proche de cette forme se traduit par ràd ; tout ce qui évoque également une radiation, autre que lumineuse se traduit par ce même mot :

Àt rol sed bàjgen ere atilsan, àr ràde cem ere chrisar per àt warmetev = La roue de son vélo était voilée, les rayons avaient été tordus par la chaleur.
àr ràde X, àr ultravjolyte ràde = Les rayons X, les rayons ultraviolets.

Les rayons lumineux peuvent utiliser le même mot :

àt kuerun ràd = le rayon Laser

mais on préférera, dans la mesure du possible utiliser...

Àt sœn ere bril omne ed luàdeve[3]= Le soleil brillait de tous ses rayons.

On l'utilisera également au sens figuré :

Ka kógste cys ùt luàż! = Elle en connait un rayon !

Quant au rayon d'un espace commercial, il se traduira par ràg :

Dyn àt ràgs àr ibirmalàxentene? Æt à dvon skerdev. = Le rayon des vibromasseurs, c'est le deuxième à gauche.
Q RE
Ra R
  1. Pas plus que dans Raphaël, d'ailleurs...
  2. Les deux R de gerrer ne subsistent pas : on ne crée pas obligatoirement des rayures en creusant (avec un poinçon, un couteau etc...).
  3. On tâchera bien de bien séparer les syllabes : [luˈadɐtɛv]. et ne pas prononcer [ˈlwadɐtɛv]