IDEO ANV Remarques I

Un article de Ideopedia.

Sommaire

Identité

Kàthet renvoie à ce qui est, ou ce qui est reconnu[1]:
ùt kàthekard = une carte d’identité
kjas or poten usýgre ed kàtheċ dan ni ese ? = Pourriez-vous nous révéler son identité ?
Imet renvoie à imig (identique), de
idem = même
-et, calque, entre autre, du français "-é" :
Àt imet ær tiyn fikùrene staṅ raṅthímbind = L’identité de ces deux figures reste à démontrer.

Idiot

Elimènsĕrig est le terme clinique,
ustáwegon est le terme courant.

Image

Le mot utilisé pour la plupart des images : celles de l'esprit, les dessins, les peintures, les réalisations informatiques, est l'à-postériori piktùr.

On peut dire également piktùr pour une photo[2]encore que le terme le plus approprié soit l'à-priori syrop ; lequel a, pour négatif, l'anacyclique porys.

Immédiatement

Se dit dhepas, d'où vient la particule dhep ; mais on tâchera de ne pas confondre les deux, ces deux exemples en témoignent :

Ka pùza dhepas. = Elle est partie immédiatement.
Ka dhep pùza. = Elle vient de partir.

Immiscer (s')

Attention : obinòper n'est pas réflexif (pronominal) en aneuvien, dem n'est donc pas utilisé :

Ar romógas obinòpere ed privat liw in. = Ils s'immiscent impudemment dans notre vie privée.


Imperméable

Le nom et l'adjectif se traduisent en aneuvien par deux termes différents ; l'adjectif est même utilisable au sens figuré :

Ka elitráṅsindar ni omen krygev = Elle est imperméable à toute offense.
Elitraṅsàgmih désigne le vêtement.

Impertinent

Elidývrun correspond au sens actuel du mot "impertinent", formé de

Eli- : préfixe antonymique
dyvèrt = respect
-un : extension d'utilisation de la terminaison des verbes au participe présent, servant également pour traduire non seulement nombre d'adjectifs verbaux, mais également des adjectifs non issus de verbes, se terminant en français par "-ant, -ent".

À rapprocher du parasynonyme elidývun (insolent).

Elipírtun (de eli + pirtun) est la traduction de l'ancien sens du mot "impertinent". Aujourd'hui, on traduira par "hors de propos", "déplacé".

Importer

Au sens de "faire l'importation de _", se traduit par afær
Au sens de "être important", se traduit par adràten :

Hàj! quas ep adràten tep od or hab cys, od or nep, tet æt àt idem ant pœr ese[3]= Hé ! que nous importe que vous en ayez, ou que vous n'en ayez pas, si c'est pour nous la même chose ? (l'Avare 5)

Nadrà- = n'importe (contraction de nep adràten)

Aneuvien Français Aneuvien Français
Nadràkom N'importe comment Nadràquav[4] N'importe où
Nadràquadu[5][6] N'importe qui Nadràquat N'importe (le)quel[7]
Nadràtev N'importe quand Nadràser Pour n'importe quelle raison
Nadràqua[5] N'importe quoi Nadràber Dans n'importe quel but

Imposition

Ipríchtyn et ses dérivés di-, obi- ressortent du domaine de l'impératif, légitime ou non. Dipríchtyn relève de l'imposition fiscale, obipríchtyn relève de la rétorsion.
Enpòdentyn est notamment utilisé en lithurgie, folimòrfat en imprimerie (pas de verbe).
Les verbes correspondants sont iprízh, diprízh, obiprízh & enpòd. L'expression "en imposer" se traduit iprízh si c'est en bonne part, obiprízh en mauvaise part, même chose pour dem iprízh et dem obiprízh :

Ka ere iprízh per ed kàlmev ea ed erlavèltynev = Elle en imposait par son calme et sa détermination.
Or nep gæste obiprízhun! la kogster ed zhiyrise! = Ne tentez pas d'en imposer ! On connait vos manières !
Ar vedjádur dem iprízhar per 3 en 2. = Les visiteurs se sont imposés par 3 à 2.
Æt al quas da ste dorun: dem obiprízhun! = C'est tout ce qu'il sait faire : s'imposer !

Impression

Menpĕr- ne s'emploie qu'au sens figuré.

Imprimer

Prntĕ se conjugue comme stĕ ; ce qui, au subjonctif présent et à l'impératif, donne prnet qu'on ne confondra pas avec pernet. Les deux formes se prononcent respectivement [pəʁˈnœt] ([-net]) & [ˈpɛʁnət].

Impuissance

Elikànet a un sens général, et surtout un manque ou une absence de pouvoir, l'adjectif correspondant est elikànun :
Bauqev rexev, aṅk raṁbel • elikànun = Face au roi, même le marquis est impuissant.
Le sens de eligópotentet et eligópotun est sexuel.

In-

...et ses dérivés représentant des préfixes antonymiques ont, en aneuvien aussi, une forme s'adaptant aux mots qu'ils précèdent :

el- devant un I, un J ou un Y
elj- devant une autre voyelle
eli- devant une autre consonne[8].

Incarnat

Formation du mot nebàrnaf

nexav = enfant
boov = bœuf, bovin
kàrna = viande
fàrg = couleur.

En somme, dont la couleur rappelle celle de la viande de veau. La partie -àrn- n'est donc pas issu de "carnation" rappelant (vaguement) le teint (couleur de la peau).

Incident

L'adjectif se dit isídun ;
le nom se dit isídat.

Incontinent

L'adjectif elidretpòtun se forme à partir des éléments suivants

Eli- : préfixe antonymique
-d- : ce qui reste de la particule pronominale.
ret : ce qui reste du verbe retènj (retenir)
pòtun : adjectif verbal de pòten (pouvoir) ;

ce qui donne "qui ne peut pas se retenir".

L'adverbe ekáp traduit également "aussitôt".

Indépendance

Elisubkòmet & sovoret sont des parasynonymes. En matière politique, on dira toujours sovoret. Les adjectifs correspondants sont elisubkòm & sòvor. Il n'y a pas de verbe correspondant.

ùt elisubkòm subránt = une proposition indépendante.
Àt Latvíset reskòra ed sovoreċ jàrev dek-nov novek-ùt = La Lettonie recouvra son indépendance en 1991.


Index

Idígt = Doigt
Idex = Table des renvois
Midet uslèkev = Mise à l'index.

Indo-européen

Caractéristique de l'agglutination du mot indoeropen :
Le -O de "indo-" est conservé, mais va se fondre dans la voyelle longue EU- de europen. Par conséquent, le -U- disparaît et la voyelle longue résultante -OE- se retrouve ouverte (alors que les deux-voyelles de départ : -O et EU- étaient fermées). variante possible : indeuropen /inˈdøːʁɔpən/.


Induire

Le terme idúan (prononciation trisyllabique : [i·du·ɐn]) ne concerne que le nom et l'adjectif en rapport avec l'électricité :

idúan œṅda = courant induit.
Idúktore ea idúan kompœṅde motors = Les inducteurs et l'induit composent le moteur.

Dans ce dernier cas, le mot est déclinable.

Infanticide

Parenté de l'auteur
vis à vis de
la victime
Parenté
Crime nermátdat nevmátdat
Auteur nermátdu nevmátdu

[9]

Infiltration

Ifíltertyn est utilisée uniquement au sens propre, à savoir le passage d'un liquide à travers une surface poreuse, agissant comme un filtre et non comme un bouchon ou un barrage. Ce terme est également utilisé pour désigner un remède.
Da cem dora fàk ùr ifíltertynse = Il s'est fait faire des infiltrations.
Le second terme, obíltertyn correspond au sens figuré et a pour parasynonymes obinúklat (noyautage) ou bien obínesem (entrisme). Il est formé par la troncature du début du radical du premier mot, celui-ci étant remplacé par le préfixe ob-.

Les verbes correspondants se conjuguent de la même manière.

Àt àq dem ifíltra in àt hoos = L'eau s'est infiltrée dans la maison.
Àt lùfrad dem ere obíltra àt gaṅgev in devèr ùt heptaw = La police était infiltrée dans la bande depuis une semaine.

Infirmière

Le premier (flègenkad) est le terme le plus courant ;
le deuxième (ningæl) est plus localisé.


Inflammation

Adígtyn est du domaine général, c'est un combustible qui prend feu.
Erdòltyn est plus apparenté au domaine médical.
Ed erdòltyn quav or stĕ ; a lar fran ùt chódlaṅsev. = Votre inflammation où vous savez ; elle vient d'une blennorragie.

Information

Diskastyn est le mot courant, ifòrmentyn est purement international[10].

Ingérer

Verbes paronymes, inzh (manger) & inzhĕr ne le sont pas par l'accentuation, puisque le premier, monosyllabique est naturellement accentué sur le I alors que dans le second, in-, considéré comme un préfixe et n'étant donc pas accentué, l'accent tonique est donc sur la deuxième syllabe (celle du Ĕ).

Contrairement au français, les verbes "ingérer" et "digérer" n'ont pas le même radical en aneuvien. Ce dernier: istopỳge, est construit de la manière suivante :

In- = dans
stomàg = estomac
adinpỳge = dissoudre.

Il en est de même pour "ingestion" = inzhĕrtyn et "digestion" = istopỳgtyn dont le G peut être dévoisé au voisinage du T.

Par contre, on utilisera, pour le sens figuré (s'ingérer), le verbe utilisé pour la traduction aneuvienne de "s'immiscer" : Obinòper.

Initiation

Tout ce qui concerne l'apprentissage se traduit pirlèrtyn ;
Piroptyn concerne les autres acceptions.

Inquiéter

Attention au subjonctif passé ! Contrairement à celui de qiyden (tranquiliser), qui donne (tout-à-fait normalement) qidéna, ici, le -IY- du radical dont il est pourtant issu, ne donne pas -I-, mais -Y- (non accentué : [ə][11]) :

Tet o ere ruvéa, eg dem kjas nep eliqydéna = Si tu avais appelé, je ne me serais pas inquiétée.

Inspiration

Inærbentyn est une activité pulmonaire, akrátyn permet une activité cérébrale. Les verbes respectifs sont inærben & akráte.

Instance

Istáṅs est utilisé pour ces acceptions :

Da sluta pirm istáṅsev do dora chuls = Il a perdu en première instance mais a fait appel.
Ar • istáṅsev elinupdaten = Ils sont en instance de divorce.
lekplas reenem istáṅsen = tribunal de grande instance.

Istána est utilisé pour le reste :

Eg hab ùt mypáx istánav àt postev = J'ai un colis en instance à la poste.


Insurger

Attention, la voie active et la voie réflexive utilise deux verbes différents :

Adobriys, c'est pousser quelqu'un vers l'insurrection (rare).
Dem enobriys, c'est s'insurger.

Inter-

Inter- est un terme complètement à-postériori qu'on retrouve non seulement dans des mots comme internàtynen = international, mais aussi interkèptyven = interrégional.
Inte- donne une idée de distance entre deux points, comme dans inteltans = intervalle, ou bien un laps de temps entre deux événements.
Aṁb- évoque une idée de réciprocité, comme dans aṁbàktyn = interaction.

Intégral

Orrenon a valeur d'"entier" (orron), sans aucun manque, sans aucun oubli : orrenon vyrsyn = version intégrale. Au sens figuré également : orrenon ahim = nu intégral.
Itékral, c'est le calcul du même nom.

Intègre

Prorron, c'est le condensé de deux mots aneuviens : prob & orron.
Itéker, c'est, pour un anneau (trtœl), le fait d'être abélien et qu'aucun des éléments n'ait de diviseurs non nuls de 0.

Interdit

Probidan relève d'une interdiction ; usplýtan est la traduction de "sonné", choqué", stupéfait".


Intérêt

Tout dépend duquel, évidemment !

L'intérêt qu'on attend d'un prêt (sens propre) ou plus généralement, d'une situation donnée se dit trega[12].

Or neper erĕk ù tan taugs tregan! = Jamais vous ne trouverez un tel taux d'intérêt !

S'en découle le verbe tregab (avoir intérêt à) qui se décline comme hab :

Or tregab komun. = Vous avez intérêt à venir.

Ce verbe suit la même logique que dev :

E tregab nep komun = Venir ne m'apporte aucun intérêt.

L'intérêt qu'on porte à quelque chose, à un animal ou à quelqu'un se dit blòva

Ka adràtes ùt reenem blòvas ni gonmétris = Elle porte un grand intérêt à la géométrie.

Les verbes et leurs adjectifs dérivés en découlent :

Ar tregadar àt gàms kœm ùt berlaṅtev. = Ils ont intéressé la partie avec un enjeu.
E kàn nep dœm tep ar er tan dystrégane! = Je ne peux pas penser qu'ils soient si désintéressés !
Æt saag blòven es = Ce roman m'intéresse.
— Da dem blòves barog gehràfaċ.
— Hàj, jo: ni leàduse, romonas!
— Il s'intéresse à la sculpture baroque.
— Ha, oui : les chérubins, particulièrement !
Ùt blòvon sulzhènt mad! = Voilà un sujet intéressant.
Æt nexàvkad • blòvor = Ce garçon est curieux (in s'intéresse à fond à beaucoup de choses).

Inventeur

Ĕrekdu, c'est celui qui a réalisé une invention ;
vœndu, c'est celui qui a trouvé un objet égaré par quelqu'un d'autre.

Inverti

Aqepan, c'est l'acception au sens propere, utilisée notamment en chimie.
On n'utilisera quvỳrdu qu'avec d'infinies précautions, cette acception n'étant pas forcément bien vue, même si elle peut paraître moins péjorative qu'en français. On utilisera de préférence imqúdu.

Involution

Ivòluntyn est surtout utilisé dans deux sens : en botanique (entre autres) et en mathématiques.
Elivòluntyn est surtout utilisé comme l'antonyme (eli-) de gyvòluntyn ; il traduit également "régression".

Irresponsable

Eliverántor est en fait l'antonyme exacte de verántor quand ce mot désigne une charge quelconque, pour un poste quelconque. On pourrait le traduire, en fait, en français par "non responsable".

Eg • eliverántor æt divaten = Je ne suis pas responsable de ce département.

Usverántor désigne d'avantage quelqu'un qui ne peut répondre de ses actes de par son état mental ou son absence de conscience.

Or dik tep or nep verántor? ea or kred tep e gev ùt poct kaṅgadun ni ùt usverántors ! = Vous dites que vous n'êtes pas responsable ? Et vous croyez que je vais donner un poste de cadre à un irresponsable !


Irritation

Si le mot est en rapport avec une inflammation (plaie, brulûre...), le mot est flegystyn[13]; si c'est une inflammation... du caractère, c'est plutôt iyrrentyn.

Les verbes respectifs sont fleges & iyrres.

Isolat

Si ce terme est plutôt utilisé en français dans des domaines comme la biologie ou la linguistique, on peut trouver obsòl[14]dans des domaines les plus inattendus :

Æt wỳt berzèg inest omnær svarte lukeve • ùt obsòl. = Ce fou blanc parmi toutes ces pièces noires est un isolat.

Isoler

Mupòrve, dans un esprit de protection, raq sinon.

obráq est utilisé à l'encontre de quelqu'un.

H J
H I J


  1. On reconnaît d’ailleurs le même radical dans kàthorityn
  2. À fortiori pour une photo numérique pour laquelle, au même titre qu'une diapositive, nul n'est besoin de passer par un négatif pour obtenir, à peu de choses près, ce qu'on a observé dans le viseur.
  3. On pourra prononcer [ɐnpuːʁɛz]
  4. Sans adposition ! On ne confondra pas :
    E kjas pùze nadràquav. = J'irais n'importe où.
    Da kjas kœgen kœm nadràquav. = Il cuisinerait avec n'importe quoi.
  5. 5,0 5,1 Déclinable
  6. On a aussi (déclinable également) nadraquàżo n'importe quel animal.
  7. Déclinable si pronom :
    Eg mir gœnes nadràquat harléas = Je prendrai n'importe quelle chemise.
    Eg mir gœnes àt nadràquac = je prendrai n'importe laquelle.
    kœm àt nadràquav = avec n'importe lequel
    kœm nadràquav = avec n'importe quoi.
    nadràquav = n'importe où.
  8. Toutefois, une variante est possible : e- devant un L.
  9. Le -T- peut être éludé pour faciliter la prononciation.
  10. Au <strike/>N</strike> près.
  11. À cause du voisinage du -I- de -eli-.
  12. Issu de tref.
  13. Radical commun avec fleget = infirmité.
  14. ...qu'on ne confondra pas...