IDEO ANV Remarques H

Un article de Ideopedia.

Sommaire

Habituer

Attention à l'adjectif "habitué" : Livlan.

Haineusement

Misoras : le suffixe -or de l'adjectif est maintenu ; misas signifiant déjà "odieusement".

Haïr

Eg misen nep os est le synonyme, au plus, de eg làjden os et non de e klim os. (Le Cid, 33)

Hardi

L'adjectif est formé sur

le préfixe augmentatif er-
le verbe aud = oser
l'adjectivisateur -on qui calque par ailleurs des mots français en "-eux, -euse".

L'interjection est une forme raccourcie (au → ă) et on retrouve la forme finale d'un verbe à l'impératif, mais invariable cependant :

Erăt duke! Er gœneste à staż! ea la mir habe gylo kàdene qua la qudde![1]= Hardi les gars ! Prenons la ville ! et on aura autant de femmes qu'on veut !

Harmonica

Sylkýgnaċat, de

sylm = bouche
kygón = rectangle
nade = notes de musique
sat = dispositif simple.

Le D de nade et le S de sat sont condensés en un Ċ.

On évitera de confondre les deux derniers éléments avec le nadsat.

Harmonie

Àrmoni est l'utilisation au sens propre, à savoir un accord entre des sons (musicaux,le plus souvent) ; a donné àrmonig, mais aussi àrmonijat (moyenne harmonique).
Àrmonet signifie plutôt "ce qui est plaisant à entendre", mais peut être utilisé de manière beaucoup plus étendue : àrmonet kœplen = l'harmonie du couple.
Kùprester, c'est un orchestre de cuivres :
àt munísipen kùprester = l'harmonie municipale.


Haut

Hoog est dit pour ce qui est placé en hauteur, vad est dit pour ce qui est de grande dimension verticale.

Hebdomadaire

Heptáven, c'est l'adjectif : de heptáv (hep = 7 + deav).
Heptázet c'est une publication hebdomadaire :

heptáven
gazet : le A (accentué) sert deux fois.

Herbe

Pard fait référence aux herbes aromatiques ou médicinales.
parda fait référence à l'herbe commune, c'est un nom collectif qui n'a pas de pluriel :
legan en pardav = couché sur l'herbe.
La mauvaise herbe (collectif également) se dit nechpárda.
Narkaneav est pris de deux éléments :
nàrkotik = drogue
kaneav = chanvre ; le K sert deux fois.


Heur

Alors que le mot français, synonyme de bonheur, chance, bonne occasion, n'est plus guère employé, sa traduction (approximative) aneuvienne hàrl à une acception plus "neutre", même si elle reste, en général, positive ; mais elle est moins appuyée que loarl. Da era hàrlev[2]komun nor ùt sol fætev = Il a eu l'heur de ne venir qu'une seule fois.

Ainsi, la phrase française "avez-vous l'heur ?" (autrement dit : "vous sentez-vous à l'aise (parmi nous ? avec moi ?), homophone de "avez-vous l'heure ?" (cf en dessous), tomberait à plat en aneuvien car sa signification n'aurait aucune ambigüité : Ep or hàrlev?[2].

Heure

Quat hoψ ep æt? [kwɐt·ops·əp·ɛːt] = Quelle heure est-il ?
  • Le comptage des heures se fait toujours sur 24 heures, quelle qu'en soit la circonstance et le comptage des minutes est toujours additif, ainsi que le montrent les exemples qui suivent :
(ep) hoψ dek-ok = il est 18:00
(ep) hoψ dequat ea quàtek-pent = il est trois heures moins le quart.
Eg waad dewèr hoψev dekut = j'attends depuis 11:00.
E spiys ilidaw ea hoψev dek-nov = Je mange à midi et à sept heures (19:00).
Àt merkad çem open fran hoψev hep yn hoψ dektern = Le marché est ouvert de 7:00 à 13:00.
a hoψ dek-hep ea quàtek (minute). = Il est six heures moins vingt ;
Tern minuteve in, a mir ere ilinox = Dans trois minutes, il sera minuit.
Àt peffret driyn dektin texe ilidaw[3] ea ilinoxev = Le beffroi sonne douze coups à midi et à minuit.


Eg nep hab ùt minuċ! = je n'ai même pas une minute à moi !
Àt Aard roten tinek-tern hoψeve pentek-seg minuteve ea quàt sekondeve in = la terre tourne sur elle-même en 23 heures, 56 minutes et 4 secondes.
Ùt quàtax hoψ, ùt hoψ ea quàtax, ùt hoψ quàtax = Un quart d'heure, une heure un quart (durée), une heure sur quatre.
  • Comme en français, et contrairement à l'anglais (time/hour), l'allemand (Uhr/Stund) ou l'elko (dewo/mewo), il n'existe qu'un seule mot pour l'heure : hoψ. Toutefois, la syntaxe aneuvienne fera bien la différence entre l'heure qu'il est et l'heure qui dure.
Eg waad devèr hoψev quàt. = J'attends depuis quatre heures (du matin).
Eg waad devèr quàt hoψeve. = J'attends depuis quatre heures (ça fait quatre heures que j'attends).
  • On notera normalement l'heure en chiffres comme ci-contre : 16:11 ; en cas d'impossibilité, on mettra un h entre les tranches de chiffres.et un min pour les mania... amateurs de précision qui voudraient y ajouter les secondes.


  • L'utilisation du cadran horaire en aéronautique pour situer, à l'angle, un autre aéronef dans le ciel, est aussi admise.

Ùt flóxent hoψev dekut ea ùt hoψev dvo. = Un appareil à onze heures et un à deux heures (un presque devant moi sur la gauche et un autre un peu plus décalé sur ma droite).

Heurtoir

Naakpad est un dispositif simple permettant de frapper à la porte ;
taṁpensat est le dispositif d'extrêmité de voie empêchant (en principe) un train de rouler au-delà.

Hier

Comme "aujourd'hui" et "demain", sàrda- obéit aux mêmes règles :

-v pour le nom
-w pour l'adverbe[4]
-s (invariable) si on se réfère à une époque.

Histoire

L'Histoire se traduit istòr[5]. Une histoire se traduit sàg, tout comme conte, récit etc...


Homme

S'il s'agit de l'être humain, seul animal a pouvoir communiquer (en principe) par écrit avec ses semblables ; primate évolué (ou supposé l'être), on dira (et écrira) (apocope de dunérat, lui-même condensé de duun erat). Une bonne partie des noms représentant des êtres humains ont ce terme (accentué ou laissé en l'état) comme suffixe, ces noms sont tous neutres. La déclinaison est régulière.

L'autre traduction du mot "homme" est dak. En fait, dak représente tout être humain de sexe masculin, à l'instar de kad pour le féminin :

Jeune homme
(20 à 30)
Jœṅg vaxèndak
Homme adulte (≥ 20) Vaxèndak
Homme mûr
(30 à ~60)
Matùrdak
Vieil homme (> 60) Gerœṅdak
Être humain
(v. ci-dessus)

Si le contexte n'exige pas de précision sur le sexe de l'individu, on utilisera plutôt -du que -dak, par exemple :

Ær • ùr fiyndur = Ce sont des hommes de paille (des hommes de vent).

Seuls les termes dont l'appartenance masculine paraît évidente seront masculins et auront, dans la majorité des cas, un suffixe en -dak[6]:

Çhoṅkàpydak, gorildak, kurdak, rudgàldak...

D'autres mots, sans pour autant avoir le suffixe masculin, le sont malgré tout :

Imam, paap, zhitœṅ....

Homme-enfant

Elimávadak est formé des éléments suivants :

eli- : préfixe antonymique
matùr = mûr
vaxen = adulte
dak : homme.

Honorer

Afàme, c'est rendre honneur, publiquement, à quelqu'un ;
algós, c'est rendre honneur, très intimement, à quelqu'un.
adlàren, c'est respecter un contrat.

Horizontal

Oψor, c'est le nom commun (horizontal) , pris de obzor (tchèque) donnant par ailleurs oψordult : (ligne) d'horizon ; oψon, c'est l'adjectif qualificatif.

Hospitalier

Hosbrien est du ressort de la santé ;
anqbitren est de celui de l'accueil (cf ci-dessous).

Hôte

Il a les hôtes qui reçoivent (anqbitrendur) et ceux qui sont reçus (adíqbedur). Au contraire de ce qui se passe en français où l'hôtesse est surtout désignée comme quelqu'un qui accueille (anqbitrenkad), il existe, en aneuvien, le mot adínqbekad peu aisé à traduire en français autrement que par cliente (d'un hôtel) ou invitée.

Dans les autres acceptions (vous êtes le Phénix des hôtes de ce bois), se traduit en adínqb.

Hôtel

Se traduit Adinqboos. Hotel est un terme international.

Hôtel de police Lufradoos
Hôtel des postes Postoos
Hôtel des ventes Thogoos
Hôtel de ville Civoos
Hôtel particulier Domoos

Hotte

Celle du père Noël se dit quabók : un bac (bók) dans le dos (quab), le B sert deux fois.
Celle de la cuisine se dit kuxàvan : un plafond (tàvan) de cuisinière (kœxent).


Huit (en)

Ce gallicisme est traduit en aneuvien par un ordinal, de même que "en quinze" :

Or kjas pàtezet à dvon eensdaw. = Venez mercredi en huit (pas le mercredi qui vient, mais celui de la semaine prochaine).
À spektàkel mir ere raad à teren lœrdaw = Le spectacle sera prêt samedi en quinze[7].

Lire Dernier.

Par contre, « j'ai l'estomac en huit » se traduira med stomàg • kaṅdelcúnev (mon estomac est en spire).

Hydraulique

Le nom leqywárk faut référence au travail (wárk) d'un liquide (leqyd) ; l'adjectif s'obtient par l'adjonction du suffixe -ig.

Ka • izhénjor leqywárken = elle est ingénieur en hydraulique
ùt leqywárkig motor = un moteur hydraulique[8].


G I
H
  1. Attribué, semble-t-il, à Pavel Korda, alias Quamis Mindi
  2. 2,0 2,1 Se construit comme "avoir chaud, peur, raison" etc.
  3. On peut dire a ilidav & a ilinox mais on dira a hoψ dektin ea tiynek & a dekpent minute.
  4. Toujours utilisé en tant que circonstant, comme les deux autres.
  5. Souvent avec une majuscule, sauf dans des expressions comme ù kneg istoren ou àt istor ed liven
  6. Cette règle n'est pas figée et permet, bien sûr quelques arrangements ponctuels.
  7. Attention au jour de la semaine ! Si nous sommes Jeudi, "mercredi en huit" sera synonyme de "mercredi prochain", en aneuvien aussi : posviċ eensdaw.
  8. Si le fluide est spécifiquement de l'eau, on peut dire, plus simplement : àqmotor.