IDEO ANV Remarques G

Un article de Ideopedia.

Sommaire

Gabarit

Chablo, à-postériori (allemand), c'est la dimension (largeur, hauteur, surtout[1]) à ne pas dépasser ;
chablosat, c'est le dispositif permettant la vérification du respect de ces limites.

Gâche

Keach pour le serrurier,
teret, pour le mâçon,
preach pour le pâtissier.

Gagner

Tùles se dit notamment lorsque, au sens propre ou au sens figuré, il y a une notion d'avantage par rapport à une situation précédente :
Dewèr quàtek jàreve, àt "mont Blanc" tùlsa tern metrese. = en (depuis) quarante ans, le mont Blanc a gagné trois mètres.
Ka tùlsa 5500 eurose bakàrav. = Elle a gagné 5500 € au baccara.

La notion de salaire, de moyen de vie etc... se traduit par temes.

O mir temes ed brœṅdes àt sudaṅtev ted frœṅten. = Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front.
Keder ep o temes? = Combien tu gagnes ?
Er nep slutente ed livs las temsun as! = Ne perdons pas notre vie à la gagner (en la gagnant) !
Eg vedja das àt æstamev kœm ed temekaż = Je l'ai vu au bar avec sa gagneuse.

Gain

Lhek, en électronique ;
tùl sinon.

Gaine

Allàbl, autour d'un fil
kellàbl, autour d'un corps.

Galère

Pris au sens propre, se traduit par zhólxhip ;
au sens figuré (errance) : erárl.

Galerie

Se traduit en principe par le complètement à-postériori gàlri. Si on y expose quelques tableaux ou objets (art ou commerce), on dira ărsal.

Galet

Liċhàk, c'est le caillou poli par l'érosion aquatique ;
liċhà, c'est la roue dans la gorge de laquelle passe un câble plus ou moins gros.

Galette

Kondiċhà : se mange
liċhà : ne se mange pas !

Galipette

Soròlad est formé de

som = corps
rolen = rouler
-ad : suffixe d'action.

En est tiré le verbe soròlen = faire une (des) galipette(s) :

ka soròlna quàtex, sjo usgæna à krentràdhev = elle fit quatre galipettes puis sortit du tapis.

Les mots goròlad & goròlen ont une connotation sexuelle :

Dar pànăr goròlun àt kunèptaw. = Ils passèrent le week-end à faire des galipettes.

Gamin

Terme familier, voir gosse.

Gant

Tout dépend de l'utilisation qui en est faite :

ùr hhirlàble sovàn = des gants en soie,
ùr hentlàble hevàn des gants en caoutchouc.


Garage

L'action de garer se traduit par staṅdat, le lieu où on gare se dit staréa, que celui-ci soit couvert ou non ; L'endroit où on répare des véhicules se dit vihlòsb[2]; se prononce au singulier [viˈlɔçp] et au pluriel [viˈlɔʝbə][3].

Garce

Nechk : mot féminin.

Garçon

Il y a une multitude de mots pour évoquer les garçons (tout comme les hommes, les femmes & les filles). Le suffixe étant toujours -dak, l(a tranche d)'âge détermine le préfixe.

0 à 2 baabdak
0 à 6 ifàndak
0 à ~13 nexàvdak
0 à 20 zhùniordak
~14 à 20 zhuvèndak

Ceux qui servent à boire ou à manger se traduisent æsdake ; garçon de bain se traduit baddak (on ne confondra pas !)...On trouve également pobligdak.

Garçonne

Formation de ce mot :

kes = comme
dak = homme, garçon
kad = femme, fille.

Bref, une fille qui fait comme un garçon, une femme qui fait comme un homme ; à distinguer de dagekád (femme virile, virago). On a aussi, par symétrie, le terme keskádak, lequel pourrait se traduire par le polynésien mahu, également trouvable en aneuvien.

Garde

  • LA garde se traduit geràd, UN garde se traduit geràdu. le à est susceptible d'être remplacé par un á.
  • Image:Attn.png Attention à la traduction des mots composés :

Si les nom considérant des personnes sont des composés de geràndu, ceux composant d'autres entités peuvent avoir des constructions et des composants très divers :

Français Aneuvien Français Aneuvien
Garde-chasse Hoṅgeràndu Garde-boue Mupwích[4]
Garde-frontière Dulgeràdu Garde-manger Venkíg[5]
Garde-malade Graṅgeràndu Garde-fou Nibársat[6]

Gare

Une gare se dit en principe stàtyn avec des variantes qui rendent sa prononciation très souple. Un simple point d'arrêt, sans possibilité de garage se dit hàltyn, à l'opposé, une gare d'une certaine importance, point d'arrêt de trains rapides, se dit hoxtàtyn. Une gare routière se dit bustàtyn [buçˈtàtən], une aérogare, floxtàtyn et une gare de péage autoroutier se dit pagstàtyn [pɐçtatən].

Gars

Se dit duk [duk] (pris de dak = homme & dùk = duc, voir ces mots), toujours masculin.

Gâter

Orche est le sens courant : synonyme de "corrompre" ;
Ilàrche signifie "couvrir de faveurs, de gâteries" :
Or ilàrchenar ese! = Vous nous avez gâtées !
golàrche, c'est "faire une/des gâterie(s) sexuelle(s) à...".

Gauche

Skerd est à la gauche comme drex est à la droite.

Ces deux noms furent anacycliques avant 1986 du moins en API : [skɛʁd] & [dʁɛks]. Après la première réforme, l'orthographe ne fut pas modifiée (çkerd), par conséquent, la prononciation est [çkɛʁd].

Kawĕ signifie "gauche", comme azhyl signifie adroit ; ni comparatif ni superlatif.
Un polygone est atil (gauche) si tous ses sommets ne sont pas sur le même plan.

Gaucho

Mot masculin au singulier, masculin ou neutre au pluriel. Au féminin, donne gauchokad.

Déclinable ou non, au choix du locuteur :

Àr gauchove ad = chez les gauchos.

Si on choisit de ne pas le décliner, on opte pour le pluriel originel

àr gauchos ad.

Gauchokad est toujours déclinable.

Gay

Wràl est à "gay" ce que wral est à "gai"[7]; abréviation : WrL.
fig : acronyme signifiant Fered-idem-gooxev (attirance par le même sexe), utilisable aussi pour les femmes
imqúdak est la contraction de :
idem
qud
dak.

Gazer

Tout dépend, pour la traduction, si on parle du gaz ou de la gaze.

Fyftoxe et, dans un sens définitif fyfmat, se disent pour "intoxiquer au gaz".
Æt fyfen ep? = Ça gaze ?
Kùrtes signifie "bander avec de la gaze".

On en déduit...

Gazage

Fyftoxad ou kùrtad selon qu'on veuille du bien ou non au destinataire.

On a aussi fyfmatri, dans un sens à la fois plus définitif, à grande échelle.

Gazouillement

Le terme général est pjitjad, lequel peut être remplacé par pjitys, davantage traduction de "gazouillis", lorsqu'il s'agit du bruit lui-même.
Klavítjad est notamment utilisé pour les échanges de textes plus ou moins courts sur des réseaux sociaux informatiques (Anglais tweet = gazouiller).


Gel

Dans les cheveux, c'est zhæl.
Dans le paysage, c'est xhyl.

Général

L'officier se dit zhénral.

L'adjectif se dit omnor[8] :

À zhovnet eră omnor. = La joie fut générale.

Zhenràl, c'est le grade militaire.

"En général" se dit omoras[8], tout comme...


Généralement

Se dit OMORAS[8]et non omnoras.

Génétique

Gèmik : radical à rapprocher de gèmal (famille). L'adjectif est gèmig.

gèmig vinci = génie (cf. ci-dessoius) génétique.

Génie

Un génie (individu à l'esprit génial) se dit viċhidu
Ka hab àt viċhin = elle a du génie.

Ces deux mots sont issus de L. da Vinci.

Un autre mot, encore plus à-postériori, existe : zhení, notamment pour les ouvrages d'arts.
żhiyn, c'est celui qui (par exemple) sort quand on frotte une lampe à huile.

Génisse

Dans le vocabulaire de l'élevage, on dira plutôt neparboovek, de
nep partùruna = n'ayant pas accouché
boovek = vache.
Dans le vocabulaire courant, on sera plus sensible à l'âge, et on dira nexaboovek, de
nexav- = enfant
boovek = vache.

Ce qui, en zoologie est assez proche, puisqu'un animal pubère devient adulte par ce seul état. L'abrégé pour "génisse" est NBK[9]

Géométrie

& géomètre & géométrique.

Hraméloget, hraméterdu, hramétrig.

Voici les éléments permettant la construction de ces mots :
hrabet = figure
metàr = mesurer
-loget = calque de λόγος, "logie", logy, logia
-ig : calque de -ique, ic-, ico
-du.


Geste

UN geste (mouvement) se traduit ki.
UNE geste (acte héroïque) se dit...gæst.

Gibbeux

Oogon se dit de toute forme (végétale, notamment) plus ou moins bosselée ;
letàk, se dit d'une planète, quand on la voit éclairée (par le soleil, chez nous) de trois-quarts face ; letakmoon = lune gibbeuse.

Gibier

Pour l'ensemble des animaux destinés à la chasse, on dira hoṅzótul, de :

hœṅtad = chasse
zotul = faune.

Pour un animal en particulier, on se contentera de hoṅzo[10]:

Fagál • hoṅzo = Le faisan est un gibier.
Par extension, pour le gibier de potence, nechkèrs(tul) sera plutôt employé, de kersoc = milieu.
Eljùtil lykùsun ase: æt nechkèrstulen = Inutile de les ménager : c'est du gibier de potence.

Pour "giboyeux", le suffixe -on s'agglomère contre l'élément zo et le résultat est un /oː/ (OO) : hoṅzoon.

Gigolette

Zhigin est un terme culinaire.
Plazhùkad, équivalent féminin de plazhùdak (gigolo) se construit de la même manière :

plàcyn = plaisir
zhùnkad = jeune fille, demoiselle.


Girafon

Le premier mot (nexhỳrav) s'explique assez facilement.

Le second (todràp) n'a rien d'animal.

Giries

Comme le mot dont il est issu, ne s'emploie qu'au pluriel :

Ka • renearan kœm ed nezhírive. = Elle est fatigante avec ses giries.

Gite

Se dit paṅglet quand on évoque l'inclinaison :

Æt vlimboot ere paṅgle, aṅk per nád fiynev. = Ce voilier gîtait, même par vent arrière.

Sinon : àt adinqb ea à spiysat = le gîte et le couvert.

Giton

Se dit zhitœṅ, mais le genre du nom est masculin (zhitœṅdak serait un pléonasme) :

Ùt moṅden ere in æt klemev; anq àt komàsdak ere kòma kœm sed zhitœṅs: dar[11]ere àt mesev kaṅden. = y avait un monde dans ce restaurant ; même le maire était venu avec son giton : ils étaient à la table du fond.

Glace

Xhiylh évoque aussi bien les pains de glace que les isbergs
Àjs évoque plutôt les crèmes glacées ou les sorbets ...

Glacier

... lesquels sont vendus ou fabriqués par un glacier : ajfàkdu, ajthógdu.
Descendant du cirque glaciaire, ce fleuve de glace se traduit en xhiflœm.

Glamour

Cet anglicisme, souvent utilisé en l'état dans la langue française, est traduit en aneuvien par l'agglutination des radicaux suivants :

qud = désir sexuel
kàrm = charme.

Le suffixe -un concerne essentiellement l'adjectif.

Ùt quàrmun leàt

Les dérivés "glamourisation" & "glamouriser" ne se traduisent pas directement en aneuvien :

Ka ere dora ed arendèreċ quàrmun = Elle avait glamourisé son apparence.

En somme, en français le pouvoir du mot est fondé sur son rapprochement avec "amour" ; en aneuvien, il est fondé sur la paronymie avec kàrm.

Gogol

L'orthographe aneuvienne suit la prononciation du mot trouvé par Milton Sirotta (9 ans) pour désigner ce nombre égal à 10100: gœgol /ˈguːgɔl/.Par contre, le L est escamoté pour 10gœgol = gœgoplex.

Gorge

Gàrgl pour l'anatomie (larynx) ;
kealoj la topographie, la géologie, la géographie, la mécanique...
Àr kealojeve Verdon-en, da haba æt dóls gàrglen. = C'est aux gorges du Verdon qu'il a eu ce mal de gorge.
Àr trame adleense àr gedse las rolun en ùr kealoj-raljeve[12] = Les tramways empruntent les rues en roulant sur des rails à gorge.

Cependant, on peut dire également kealoj pour la partie entre les seins d'une femme.

Gorille

Goril, c'est l'animal : goril, gorid, gorik, nexòril[13]...
Gorildak, c'est le garde du corps.

Gosse

Si les mots nex (utilisé pour un enfant en général) et juk (utilisé plutôt pour une jeune fille (enfant & ado), voire une toute jeune femme), on ne les utilisera qu'avec parcimonie et dans une acception purement familière, voire familiale. Très inconvenant en dehors de ce contexte. Également inconvenant, ce troisième terme : zhit, désigant un garçon mignon, qui plait aux hommes et... le sait.

Gouttière

Àqvĕg, littéralement : chemin d'eau.

Toutefois, un chat de gouttière se dit todargát (chat de toit).

Gouverneur

Pemetor n'est utilisé que pour le titre politique ou administratif :

Ka • pemetor àt Poṅdbáṅken. = Elle est gouverneur de la Banque fédérale.

Sinon, on utilisera le terme pemetordu[14]:

Àt regdak ere hab tiyn pemetorduse: ùt per neràpduv. = Ce roi avait deux gouverneurs : un par enfant.

Grâce

La grâce (aspect physique particulièrement agréable, ou bien caractère avenant), et son adjectif correspondant "gracieux" se traduisent en hrobet & hrobon (avec un B).
La grâce obtenue par bienveillance ou clémence se dit hropad. Gracieux dans le sens de gratuit, ou bien "obtenu à la faveur d'une grâce" se dit hropon (avec un P ; d'où hrop = merci).

"Grâce à" se dit hropev ni + acc.

Grade

Gràd pour la hiérarchie,
grad (qu'on ne confondra pas avec graad = degré d'angle) pour la géométrie (grade) ou la température (Degré Celsius, Réaumur, Fahrenheit).

Grand

Rènem est pris au sens propre (taille, dimensions, nombre) :

ùt rènem dak, ùt rènem hoos, ùt rènem famil = un homme grand, une grande maison, une grande famille (nombreuse).

Reenem est plutôt utilisé dans un sens figuré (renommée, importance) :

ùr reeneme dùr, ùt reenem frtùn, ùt reenem famil = des grands hommes (célèbres, et y a aussi des femmes, dans l'lot), une grande fortune, une grande famille (comprenant un nombre non négligeable de célébrités).

Toutefois, ces adjectifs, non homophones en aneuvien [ʁɛnəm], [ʁeːnem] ont un comparatif et un superlatif homophones: remmer(t).


Grandir

Dem ræs est toujours dit au sens propre, et particulièrement dans le sens de la hauteur :

Nexàvdu qua dem ræs vedj antese verderun qitere. = L'enfant qui grandit voit les choses devenir plus petites.

Remmen est plus général, comme le montre cet exemple :

Àt lysh ere dor àt axtánet remmun. = La pluie faisait grandir la mare.

Peut également être utilisé transitivement et/ou au sens figuré :

Æt idrík mir nep remmen kas. = Cette intrigue ne la grandira pas.

Gratuit

Nagàp est l'anacyclique de pàgan, et l'antonyme de pàgend ; parasynonyme : hropend.
Elisrĕn est construit de la manière suivante :
eli- = préfixe antonymique
sĕret = motif
-en = adjectif.
Le Ĕ a basculé dans le suffixe.

Grave

Vylb est le contraire d'akùt ("aigu").
Sojw est le contraire de wjos ("bénin").

Gravité

Ù klàch sin sojwetev = Un incident sans gravité,
à kravisáṅtr[15]= le centre de gravité.

Gré

Syntaxe des expressions construites avec lomy :

Bon gré mal gré Od lomyv od nep
De bon gré Lood lomyv
De gré à gré Aṁb lomyve
De gré ou de force Od lomyv od odíbev[16]
Savoir gré Adkógen, retgèv lomys

Gréement

Rigat, c'est le fait de gréer, rigtul, c'est le dispositif comprenant voiles, mâts etc.

Greffe

Aknípat, c'est le fait de fixer un greffon (akníp) ;
akníp, c'est le résultat ;
lexríbur [ləsˈʁibur], c'est le greffe du tribunal.

Grêle

À krkyψep [kəʁˈkɪpsəp]= l'intestin grêle.
àt sàk = LA grêle.

Griffe

Kryv, à l'extrêmité des pattes des mammifères prédateurs ;
kràv, c'est la signature (commerciale) ; dyskràvan = dégriffé.

Gronder

Au sens propre :

Grĕm :
À krrek grĕmun = Le tonner gronde.
Æt tyyr grĕm = cet animal gronde.

Au sens figuré :

Obrĕm, de ob auquel est imbriqué grĕm :
Àt rovòlet obrĕmun = La révolte gronde
O mir cem dor obrĕm = Tu vas t'faire gronder.

Traduit aussi "engueuler" si utilisé transitivement.

En est déduit grĕmúpid pour "grondement" (avec hrupid pour "bruit").


Groom

Nivaṅcyldak, c'est le jeune garçon qui fait le service d'étage dans un hôtel luxueux ; on trouve aussi spirdu (m).

Klotúrsat, c'est un dispositif permettant de refermer une porte. de

klosen = fermer
túr de tœr = porte
sat = dispositif mécanique simple.

Gros

Le terme général est roem.

Rym, donne, avec l'idée de grosseur, d'ampleur, une certaine notion de beauté.

Ùt rym káṅtorkad = Une belle cantatrice.

Grosseur

Boorzaj, c'est une excroissance ; roemet c'est une dimension.

Groupe

Grœp est un mot à-postériori utilisé dans toutes les cas de figure, qu'il s'agisse de :

lugrœp = groupe à l'assemblée ;
grœp àktynen = groupe d'action ;
komùtentis grœp = groupe commutatif, en mathématiques ;
hemàten grœp = groupe sanguin, en anatomie.

Sous-groupe

Traduit par igrœp : un goupe dans (in) un autre groupe[17]

Groupuscule

Trois termes possibles :

qidugrœp, acception neutre, mot formé de
qit = petit
= personne, être humain
grœp ;
grœpin, le mot groupe attribué au diminutif -in, signifie "petit groupe" pour des animaux, la traduction depuis "groupuscule" est dite en un peut plus mauvaise part que qidugrœp ;
nechrœpin est ouvertement péjoratif.
Pœr ær qyte fàschsete ea rilesete kynæse, ùt nor slov kolve: "nechrœpinse"!.

Grue

Se traduit toujours vikon. Toutefois, si on veut mettre l'accent sur le volatile, on dira vikonav, si on évoque plutôt le monde du chantier, on insistera avec vikosent.

Gué

À gué se dit flupáskas.

tiré de :
flœm = fleuve
paskal = passage
-as : suffixe d'adverbe.

Guenon

Tout dépend de quelle guenon il s'agit ! Si c'est la traduction du terme désignant une race de singe : les cercopithèques, on dira: kysím ;
S'il s'agit d'un singe femelle, on dira simek[18], voire chipáṅzek.

Guérir

Usdóles pour le praticien
usdólen ou cem usdòles pour le patient.
cem usdólen pour le mal.

Guerre

Xap est l'anacyclique de pax (paix). Comme tout mot commençant par un X, il se prononcera [ksɐp] ou [sap] selon le mot qui le précède :

ùt mordon xap [yt mɔʁdɔn sɐp] = une guerre meurtrière.

Les articles (Ùt, Àt) au voisinage immédiat, eux, changeront selon les versions.


Guide

Git, c'est un objet (livre, par exemple : gikneg) qui guide ;
gidu, c'est la personne qui guide.
hiplàn excepté : lanière destiner à guider les cheveaux.

Guimbarde

Keṁbard, c'est le chariot, à bras ou à traction hippomobile. Par contre, pour un véhicule en mauvais état, roulant plus ou moins bien... par miracle, de surcroît, on dira plutôt nechlýs : une contraction de xeliys derrière le préfixe péjoratif nech-.
Dòzjoṅ est un instrument de musique buccal, vibrant au moyen d'une lamelle.

Gymnase

Sokísal, c'est spécifiquement
la salle (sal)
de gymnastique, de
som = corps
kinat = mouvement.
Dyporoos évoque plutôt le complexe sportif :
dyport = sport
hoos = maison.


F H
G
  1. Longueur aussi, pour une prise de virage.
  2. De vihkùl = véhicule & hosbria = clinique.
  3. [viˈlɔʒb] admis.
  4. mu- = protège & pwich = boue
  5. vendys = nourriture & kigek = meuble
  6. nivel = étage, baarsat = barrière
  7. Exemple de bisémie phonologique : les partisans et les hostiles prononceront le À avec un maximum d'antériorité, les premiers avec grâce, les autres avec dégoût.
  8. 8,0 8,1 8,2 L'adjectif "général" sous-entend l'absence totale d'exception(s), la locution & l'adverbe sont moins absolus, ils sont du ressort d'une généralité (Omoroet) et admettent quelques exceptions, plus ou moins rares.
  9. Les initiales sont
    L'âge ou la reproductibilité
    B pour le bas-âge (allaitement)
    N pour l'inaptitude à se reproduire ou pour la non parturition (voir l'exemple)
    V pour l'âge adulte
    G pour le grand âge (peu courant, toutefois)
    L'espèce animale
    B pour les bovins
    O pour les ovins
    K pour les caprins
    C pour les porcins
    Le sexe
    C : ♂ castré (ou destiné à l'être)
    D : ♂ entier
    K : ♀ .
    NCD représentant, par exemple, un jeune verrat n'ayant pas encore fait ses preuves.
  10. Attention à l'accent tonique.
  11. À comparer avec : Anq àt ministrkad ere kòma kœm ed plazhùdax: ar... = Même la ministre était venue avec son gigolo ; ils... puisque les deux convives sont de sexe différent. Si on met ar dans l'exemple précédent, on force le trait sur la féminité, réelle ou supposée, dudit giton ; et dans ce cas, le nom est neutre ; notion à manier avec précaution.
  12. Dans ce nom composé, kealoj est invariable ; seul ralj est déclinable.
  13. On trouve aussi nexagòril.
  14. Pemetordu peut également être traduit par "précepteur"
  15. Agglutination nécessaire : sáṅtr kravidet aurait posé de sérieux problèmes phoniques !
  16. "De gré ou de contrainte" : plus marqué que od lomyv od nep.
  17. Et, plus spécialement, en mathématiques, qui a les mêmes propriétés que le groupe dont il fait partie :
    àr paare numbare morefe ùt igrœp Z-en kœm àt lek +.
  18. pour une femme particulièrement laide, on dira, bien sûr : simekad.