IDEO ANV Remarques Fi

Un article de Ideopedia.

Sommaire

Fiche

Celle qu'on enfonce dans un tableau ou dans une prise se dira fĕch ; le petit rectangle de papier cartonné se dira fil (Anglais).

Fiction

Le terme mærtyn est formé
de la transformation du radical ræl via l'akrig
du suffixe -tyn.
Le terme lektèrtyn est un terme de droit, formé de
lék = droit
aptèrtyn = supposition.


Fidèle

Fàdon (de fàd = foi) est non seulement la traduction pour quelqu'un qui est fidèle à une foi considérée, mais également à un parti, à son conjoint, à ses amis etc.
Fidan est la traduction de "fidèle" dans le sens de "conforme".
Æt ryladœnktyn nep rec fidan nit eredens = Cette reproduction n'est pas assez fidèle à l'original.

Figure

Au sens de "illustration" dans son sens le plus général, est traduit par l'ultra-à-postériori fikùr. Ce terme, très générique est également utilisé pour désigner un visage en général, ou pour les expression comme dorun loot fikùrs (faire bonne figure). Si on veut mettre un accent particulier sur le visage en question : sa beauté ou sa... laideur, on utilisera plutôt le terme vaaz. Si au contraire on veut mettre l'accent sur le fait que la figure est en fait le centre de l'énoncé, comme par exemple une figure géométrique, le terme utilisé sera hràbet.


Filer

  • Siles signifie produire un ou des fils, quelle qu'en soit la méthode : animale (araignée, ver à soie), artisanale ou industrielle ;
usílen[1]est à peu près la traduction de "s’effilocher" :
ted læglabl usílna : ton bas a filé ;
xiles, c'est couvrir un fil avec une couche métallique ;
siláx, c'est larguer, laisser descendre (marine)
de sile & laxe (lâcher) ;
zàkj contient une idée de mouvement (de zàg = flèche)
lædit zàkj = laisse filer ;
posgæn/posfaar ob, c'est engager une filature ;
sile, c'est la traduction pour les autres acceptions
Æt kæs sile olyg = Ce fromage file peu.
  • Sile lovas = filer doux (filer bas) ;
zàkj, sile àr digteve sub = filer entre les doigts (sous les doigts) ;
zàkj mazhas = filer à l'anglaise (filer magiquement) ;
siles chràψrans = filer un mauvais coton (filer du barbelé).
  • D'après siles & posgæn/posfaar ob s'en déduisent les noms silfàktur et obpòsat, traductions du mot "filature".

Filet

Ùt ànak in àt filetev = un morceau dans le filet
ùt filet in med recílev = un filet dans mon filet.

Fille

Même remarque pour "fille" que pour "femme" et pour "homme" et "garçon" (DAK).

0 à 2 Baabkad
0 à 6 Ifànkad
0 à ~13 Nexàvkad
0 à 20 Zhùnjorkad
~14 à 20 Zhùvenkad
Parenté Neràpkad
_ publique Poblikad[2]

Film

Film est un à-postériori anglais qui désigne toute couche plus ou moins mince recouvrant une surface plus ou moins grande. Si le besoin s'en fait sentir, on peut toujours préciser :

kinofilm
prodekfilm
syropfilm...

Filme évoquera spécialement le premier de ces trois exemples ; afílme évoquera le deuxième :

Or afílmet ær tomoże, k.p.o. = Filmez ces tomates, svp (mettez-y un film protecteur).

Filtre

Se traduit, en général, par le terme filtern, même si on peut trouver la version longue filtersat. Attention à la déclinaison :

S
P
N filtern filterne
A filternes filternese
G filtren filtrene
C filtrev filtreve

"Un filtre" pour "un café filtre" se dit filtran, nom issu de filtrun, participe du verbe filter, se conjuguant normalement : filtra, filtéra.

L'à-postériori qbiltern (philtre) se décline de la même manière.

Fin

L'adjectif I n'appelle pas de commentaire particulier, sinon que c'est non seulement le mot le plus court de la langue aneuvienne, mais également le plus... fin, en encombrement sur une ligne, pour une taille ou une police considérée.

La fin se dit kœnad, à postériori approximatif slave (koniec).

Finir

On remarquera la différence entre "finir de" et "finir par", également en aneuvien. La deuxième se traduit par le gérondif.

Tev o mir kœnada spiylun, o kanep mir spiys. = Quand tu auras fini de jouer, tu viendras peut-être manger.
Ar kœnadăr las vedjun as. = Ils finirent par le voir.

Fleurir

Se dit gòlen pour une plante qui se couvre de fleurs.
Àr apaaltende enpĕzar gòlun àt aṅvic heptaw. = Les pommiers ont commencé à fleurir la semaine dernière.
Se dit gòles pour l'action de garnir avec des fleurs.
Rylne deawe, ar ere golsar loed saràtalse. = Aux beaux jours, ils avaient fleuri leurs balcons.

Flot, flux

Les deux radicaux sont utilisés ; cependant, mærg- est plutôt utilisé pour de grandes masses d'eau (fleuves, océan).

Àt migrator flœkat = le flux migratoire
àt remærgat = le reflux.

Cependant, "flotter", quel que soit son sens, utilise le premier radical :

Tæk fluk nep en àt àquev = Le teck ne flotte pas sur l'eau.
Ùt senf fluk devèr oloψas = Une odeur flotte depuis tout-à-l'heure.


Flotte

Le terme général est viktul (vihkùl = véhicule, tœl = ensemble), qu'on peut toujours préciser, par le type de véhicules :


bateaux Nàvtul
Avions Flogtul
Voitures Xeltul
Vélos bajtul
Matériel ferroviaire Beaṅtul
Engins spaciaux Speastul

etc.

Aga est le terme argotique correspondant à àq.

Fluide

Vilon, c'est l'adjectif.
Vilt, c'est le nom, au sens propre :

fyfe • vilte. = les gaz sont des fluides.

Rasmel, c'est au figuré :

Æt mazhdak hab rasmelen. = Ce mage a du fluide.


Fluor

Traduit par l'à-postériori flùor, mais les mots dérivés sont dépourvus de Ù, ce qui donne le radical flor-, qu'on ne saurait mal interpréter, tous les dérivés des mots français en "fleur-" ou en "flor-" ont leur correspondant aneuvien en gòl-. Quant au gentilé aneuvien de Firenze (Florence), c'est firenten. Il ne reste donc que la divinité romaine FLORA, à transcription identique, mais qu'on se gardera de désigner comme "déesse du fluor".

Flute

Kylùt = flute à bec (flute (tenue) tout droit)
traṅlùt = flute traversière
mulùt = flute de Pan. Composition de ce mot :
mult beaucoup (de tuyaux)
fluut = flute.


Foin

Zhoeg, c'est la paille ; zhĕg!, c'est l'interjection.

Foire

Le premier : fej (Castillan feria) désigne tout naturellement une fête (même mot) ;
les deux suivants, thej & trej ont une acception beaucoup plus commerciale, même si les deux dernières lettres rappellent le mot précédent. Le premier, mot normal, emprunte ses deux premières lettres au radical thog, qui a rapport à la vente. Les deux premières lettres du second (trej) sont issues de Anglais trade) par l'intermédiaire du mot aneuvien traad ;
le dernier (fluchet), enfin, n'a plus grand chose à voir avec la fête, ni avec la vente ; issu de fluchoget (diarrhée), il a pour dérivés :
fluchen = foirer (sens propre[3])
fluchon = foireux (sens propre[3]).

Fois

Se traduit par fæt dans la plupart des acceptions :

ùt fæt ere = il était une fois
Da biskòma numbar fæteve = Il est revenu plusieurs fois.

Ce mot est à l'origine de fætas.
Cependant, associé à un nombre, à fortiori avec une idée de multiplication (trois fois trente), il se traduira par le suffixe -ef[4] :

ternef ternek

Seul ùt seul nécessite fæt ; mais

tœsand ùtef = 1001 fois.

-Ef peut être répété autant de fois (!) que nécessaire. tiyn kùbev iquæle tiynef tiynef tiyn = 23 = 2*2*2.


Folie

Tljutjet est la traduction directe de "folie" (tljutj = fou) ; fàk ùr erkòvace = faire des folies).
Satiloos est une petite maison annexe (folie) comme en témoigne la construction (!) du mot :

Satil = satellite
hoos = maison.

Foliole

Ù trĕf quàtef-luffinen = un trèfle à quatre feuilles.

Foncer

Adraalke, c'est rendre plus foncé :

AD- = vers,
raalk = anacyclique approximatif de klàr
-e = terminaison de verbe.

Syffe, tiré de syv, c'est "aller vite".

Foncier

Fœṅcar est le terme le plus en vue pour la traduction de ce mot :
Fœṅcar regym = régime foncier.
Pour la traduction approximative de (connaissance) "de fond", on dira fœṅdar.

Fonctionnaire

Pufœṅdu est tiré de

publig
fœṅktyn

Précisions possibles :

estafœṅdu = fonctionnaire d'État
munifœṅdu = fonctionnaire municipal.


Fond

Fœṅt est peu utilisé en raison de son homonymie avec un même mot, signifiant "police" (de caractère), on dira plutôt : kaṅd.
fœṅd, lui, par contre, est abondamment utilisé dans ùt lood fœṅd, kógent fœṅden ou agglutiné dans des mots comme fœṅdras.

Fondre

Deux verbes cohabitent pour la traduction vlokes & vloken :

Da vlokes àt vydres devèr ternek jàreve. = Il fond le verre depuis 30 ans.
Àt choklad vlokna = Le chocolat a fondu.
Da dem vlokna àt dùsremtev in = Il s'est fondu dans la foule.
Ar vloknar làkrymeve = ils ont fondu en larmes.
vlokan chokladen = du chocolat fondu.

Force

Le caractère de ce qui est fort (tant mental que physique, applicable tant aux éléments de la nature qu'aux animaux ou aux humains) se dit stàret ; njut est un terme surtout réservé au domaine de la physique (cf. Newton).

Àt reseltun àt pezenten ea't saṅterfùg njuten = La résultante du poids et de la force centrifuge.

Forfait

Faarkard = abonnement de transport ;
krœnfak = méfait.

Forme

Morf ~ apparence
salmat = santé[5].

Formulaire

morùflio :

morùlef = formule
flio = feuille.

Fort

Stàron, c'est l'adjectif, sauf pour le son :

Ar hab ùt kœṅg vox = Ils ont une voix forte ;

stras, l'adverbe, s'il signifie "très" ; sinon kœṅgas

Nep midit àt musix rec kœṅgasert. = Ne met pas la musique trop fort.

bàstyd, le nom.

Forum

Aneuvisé, comme l'essentiel des noms latins utilisés dans la langue aneuvienne.

Ka • lugenkad àt Fòrumen. = Elle est députée du Forum.

Le -U- de fòrum se prononce toujours [u], jamais [ɔ].

Fou

Tljutj est le terme général,
Berzèg(du), c'est LE fou :

àt kaweskyt àt berzègen = la diagonale du fou.

Qbos est l'anacyclique et l'ambigramme de soqb, on peut trouver dés dérivés comme xeliqbos (fou du volant, littéralement : fou de la voiture, en mauvaise part[6]).

Foudre

LA foudre (éclair ou colère) se traduit par fùlg.
LE foudre (fût) se traduit par fœd.

Fouet

Peżat, c'est l'ustensile ménager ;
sleg, c'est l'autre.

Fourragère

Hurvíhk, c'est le véhicule de transport de fourrage,
arengot, c'est l'insigne.

FA FR
F


  1. ... qu'on ne confondra pas avec silen, qui n'a absolument rien à voir !
  2. On ne confondra pas avec publig kad, qui a une acception totalement différente. La différence en français s'exprime par le nom, en aneuvien, c'est l'adjectif qui détient ce rôle.
  3. 3,0 3,1 Si on peut dire !
    fluben (-na, -éna) = foirer : échouer
    flubon auk = plan foireux ; le B vient de boeṅg = échouer ;
    fluqbon dù = un foireux, pusillanime ; le digramme qb vient de qbob = peur.
    Da flubna = il a foiré, il a fait sous lui (il s'est dégonflé).
  4. On ne confondra pas avec -ax :
    ternef ùt ternax iquæle tern ternaxe iquæl ùt. = 3*(1/3) = 3/3 = 1
  5. A rapprocher, peut-être de, sellamat (Sambahsa-mundialect)
  6. En bonne part, on dira plutôt ùt adfàdendu xeliysen.